Tunisie-Abdellatif Mekki : « Délirant celui qui croit encore en Kais Saied »    Ali Laârayedh s'offre une sortie qui évoque le dernier repas du condamné    Importation de véhicules en Algérie: Le problème serait-il en voie de règlement?    Zaghouan : Récupération d'une terre domaniale agricole de 120 hectares à Djebel Oust    La Proparco et l'UIB renforcent leur soutien aux entrepreneurs tunisiens affectés par la crise sanitaire    Tunisie : Rached Ghannouchi reçoit l'ambassadeur de France    Le marché boursier termine la séance de mercredi, sur une note morose    Kais Saied: Nous n'avons pas de problèmes avec les juifs mais plutôt avec les colonisateurs    France : 3 ministres épinglés pour dissimulation de revenus ça fait beaucoup!    L'administration publique, un ''obstacle'' pour 3/4 des PME    Précisions du ministère de la Justice concernant le pass vaccinal    Affaire Khashoggi : le Saoudien arrêté à Paris ne serait pas le bon, Macron soulagé    Exode des cerveaux : 39 mille ingénieurs ont quitté la Tunisie    Tunisie : Vers une normalisation avec Israël ? Kais Saied tranche    Médenine: 36 élèves contaminés par le coronavirus    Coupe Arabe FIFA 2021 : Programme des quarts de finale les 11 et 12 décembre    Les pays où les habitants ont été le plus souvent ivres    Dr Rim Belhassine Cherif: Président du groupe régional pour l'Afrique de la Commission d'Etudes 13    TRANSTU: Changement du trafic du métro sur la ligne 1, entre les stations "Mohamed Ali" et "Kabaria"    NBA : Lakers et Knicks à la relance, Dallas renversé par Brooklyn    UCL : Le Barça pourrait se qualifier ce mercredi ?    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 08 Décembre 2021 à 11H00    Les accords commerciaux avec l'Afrique : Le continent d'avenir    Vers la vaccination des enfants de 5 ans et plus ?    Mandat de dépôt contre le policier ayant agressé le directeur du lycée 9 avril à Sidi Bouzid    Exposition photos, films, concerts et arts numériques au programme de la 1ère édition du "Nawaat Festival"    Programme TV du mercredi 08 décembre    L'entreprise autrement: Le retard est devenu fatal    Variant «Omicron» — Reprise économique: L'imprévisibilité...!    JTC: Les spectacles au programme du 8 décembre 2021    Sfax: Concert afro-tunisien au théâtre municipal [Vidéo]    CONDOLEANCES    Tunisie-officiel : Nouvelle date d'un jour férié    Comment rendre le système éducatif plus efficace en Tunisie ? Ridha Zahrouni s'exprime sur le sujet [Vidéo]    NEWS: Héni Amamou passe à l'EST    Handball — Mondial Dames d'Espagne — Congo-Tunisie (33-24): Un goût d'inachevé    L'équipe de Tunisie se ressaisit: Sursaut rageur et coup d'éclat    Programme de la Cinémathèque Tunisienne du 8 au 18 décembre 2021: Le cinéma fête le théâtre    Les JTC 2021 rendent hommage à la Troupe de la ville de Tunis : Une consécration pour l'Histoire et le parcours    «Corde inconnue, fragment 1» de Fatma ben Aissa à Atelier Y: Déambulation artistique    Tunisie: Augmentation de 14% des prix du fer de construction    Tunisie : Signature d'un contrat de concession pour la restauration «d'El Karaka » de la Goulette et sa transformation en musée de la céramique artisanale    Connect International : Une visite à la capitale sénégalaise Dakar    Coronavirus : Du nouveau concernant Omicron    JO d'hiver 2022 : Le Kremlin appelle à des JO libres de toute politique    Allemagne : Un gouvernement «pro-européen» à composante paritaire hommes/femmes    Malheureusement, la justice l'a innocent酠   Tunisie : Focus sur le projet de réaménagement du musée de Carthage    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



On assouplit l'approche : de «la tolérance zéro» à la notion «réduction des risques»
Journée mondiale de lutte contre la toxicomanie
Publié dans Le Temps le 27 - 06 - 2010

Appel des intervenants à ne plus faire le distinguo entre drogues et drogues licites…
l'Internet doit être désormais considéré comme « drogue »…
«Renforcer le dialogue autour de la dépénalisation de la consommation des drogues afin de ne pas entraver l'accès des usagers des drogues à la prévention et aux soins, tel est le thème d'un séminaire national organisé, hier,
à la Cité des Sciences de Tunis, à l'occasion de la journée mondiale de lutte contre la toxicomanie (26 juin), par l'Association tunisienne de prévention de la toxicomanie, installée à Sfax, en collaboration avec l'Association tunisienne de lutte contre les maladies sexuellement transmissibles et le SIDA, installée également à Sfax. Le séminaire a pour titre ‘'la prévention des drogues par le dialogue.»
Beaucoup accueilleront ce thème avec des réserves y voyant une certaine tolérance à l'égard de la consommation des drogues, mais les expériences nationales et l'expérience internationale des dernières années ont montré et établi l'existence d'une relation très étroite entre la consommation des drogues et la dissémination de plusieurs malades graves à caractère épidémiologique, et plus particulièrement le SIDA et l'hépatite C.

Vecteur de propagation de maladies
Dans de nombreux pays, l'utilisation des drogues injectables et l'échange de seringues favorisent la dissémination du VIH (virus du SIDA) et l'hépatite C chez les usagers des drogues injectables eux-mêmes (UDI), mais ils transmettent ces infections par la suite à leurs partenaires sexuels et à leurs parents.
Dans un document officiel d'un Organisme spécialisé des Nations Unies, on lit que ‘'l'usage d'aiguilles contaminées, chez les consommateurs des drogues injectables fait partie des modes majeurs de transmission et de propagation massive du VIH.''
Aussi, les politiques nationales et la position internationale à l'égard de la consommation de la drogue ont renoncé au principe de la tolérance zéro à l'égard des drogues et des toxicomanes, qui les guidait autrefois, et ont opté pour des stratégies basées sur ce qui est appelé ‘'réductions des risques''.
Les nombreux conférenciers et intervenants qui ont présenté, à cette occasion, les expériences respectives de la Tunisie, de la France, de l'Union européenne et la position des Nations Unies, dans ce domaine, ont précisé que la réduction des risques en matière d'usage des drogues englobe la prévention, les soins, la répression et l'information.
Or, des lois et des politiques empêchent par exemple l'offre de matériel d'injection stérile, ou l'accès au traitement de substitution au moyen de la méthadone, de la buprénorphine et du subitex.
L'interdiction juridique et la stigmatisation sociale de la consommation des drogues sont de nature à renforcer la vulnérabilité des usagers des stupéfiants qui restent peu accompagnés par les acteurs oeuvrant dans le domaine de la santé. Le travail de proximité au profit des usagers des drogues demeure peu développé. Les usagers de drogues sont livrés à eux-mêmes, exposant ainsi leur santé et celle d'autrui à des risques multiples.
En Tunisie, l'Association tunisienne de lutte contre la toxicomanie, créée en 1995, gère un Centre qui prend en charge les toxicomanes aussi bien sur le plan psychologique que médical, afin qu'ils puissent réintégrer la vie familiale et sociale. Le Centre est équipé de 45 lits dont 29 pour les hommes et 15 pour les femmes et les enfants, d'un atelier de formation professionnelle, d'une salle d'Internet et d'Informatique, d'un espace ‘'sport et loisirs'' et d'une bibliothèque.
Il existe également un Centre national de prise en charge des toxicomanes ‘'l'Espoir'', à Jebel Oust, aux environs de Zaghouan, non loin de Tunis.
Les études sur la consommation de la drogue en Tunisie restent fragmentaires. Ainsi, près de 37% des hommes atteints de SIDA en Tunisie ont été contaminés, à la suite de l'usage de drogues injectables. Il existerait en Tunisie quelque 1500 malades de SIDA entre hommes et femmes.
D'après des responsables du Centre de prise en charge des toxicomanes relevant de l'Association tunisienne de lutte contre la toxicomanie que préside M. Abdelamajid Zahhaf, quelque 540 toxicomanes ont bénéficié des prestations de cet établissement qui pratique la substitution comme moyen de traitement, alors que plus d'une centaine se trouvent sur la liste d'attente.
Substitution : pour ou contre ?
Cependant, les spécialistes ne semblent pas être d'accord sur l'efficacité absolue de la substitution, ni sur les substances devant être utilisées à cet effet. Des produits de substitution comme le subitex pris par voie orale, ont été ‘'détournés'' et transformés en produits injectables et ils sont devenus de ce fait de véritables drogues injectables avec tous les risques que de tels drogues présentent.
Un participant qui a fait une étude sur 30 toxicomanes soignés par le Centre de l'Association tunisienne de lutte contre la toxicomanie de Sfax, nous a dit que la toxicomanie en Tunisie est plus facile à prévenir et à enrayer, car les substances utilisées sont les produits de substitution, détournés de leur usage normal, les diluants et solvants, et les médicaments prescrits par les psychiatres. Ces toxicomanes sont généralement des jeunes inexpérimentés, issus de milieux pauvres et de familles désunies et ayant interrompu précocement leurs études.
Par contre, en Europe, comme la France, les substances utilisées sont de véritables drogues comme le cannabis, la cocaïne, l'héroïne.
Mais d'après un Conférencier français, la gamme des substances et des drogues utilisées s'enrichit et se diversifie sans cesse.
Plusieurs intervenants ont mis l'accent sur la nécessité d'abandonner la distinction traditionnelle entre drogues licites comme l'alcool et le tabac et les drogues illicites. Toutes ces substances sont des drogues nocives. Le nombre des décès causés par le tabac et l'alcool est beaucoup plus grand que celui des décès causés par les opiacés.
La dépendance à l'égard de l'Internet et des jeux doit être aussi considérée comme une drogue.
Le séminaire a enregistré aussi des observateurs venus de Libye où, d'après ce qu'ils nous ont dit, ‘'la drogue se répand, favorisée par la présence d'une importante communauté de travailleurs étrangers venus de divers pays.''


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.