Météo: Températures comprises entre 8 et 12 degrés, ce mardi    Kasserine : Deux mandats de dépôt en prison contre le directeur de l'usine de chaux et un employé    Ooredoo s'allie à Fujifilm et lance une solution digitale d'impression photo    Tunisie : Reprise du lancement du projet de délivrance d'un passeport et d'une carte d'identité biométriques    Tunisie : Libération de l'avocate accusée d'avoir agressé un agent de sécurité à l'aéroport de Djerba Zarzis    CAN 2021 : Où regarder les 4 matches de mardi ?    Najla Bouden reçoit Slim Hentati et Faouzia Yacoubi    La bourse de Tunis renoue avec les pertes    Libération de Mustapha Khedher    CAN 2021 – Gr A : Le Burkina Faso décimé mais qualifié aux 1/8    France : Une autre grève générale qui tombe au plus mal pour Macron    Fermeture des écoles : Un membre du Comité scientifique tranche    Libération de Seif Eddine Makhlouf et Nidhal Saoudi    Autos-Renault: Les ventes de voitures en chute libre depuis 3 ans    Sommet de la Ligue arabe : Très mauvais pour Alger, pour le monde arabe    Bientôt un "programme sport pour tous au sein des administrations tunisiennes"    Coronavirus : Le PDG de Pfizer annonce une bonne nouvelle    Expo Dubai : 2e plainte contre le Cepex, cette fois Kais Saied devra taper    La toile émue à la vue de musiciens tunisiens quitter le pays à bord du même avion    Maroc – Allemagne : Vers la réconciliation ?    Eric Zemmour condamné à 10 000 € d'amende pour provocation à la haine    Hichem Djaït aux yeux de ses contemporains    Tunisie-officiel : Levée de la Résidence surveillée sur deux personnes    Tunisie – Sonede : Perturbation de la distribution de l'Eau dans le Grand Tunis    Le film 'STREAMS' de Mehdi Hmili projeté en Tunisie dès le 19 janvier (B.A. & Synopsis)    Covid-19 | Nabeul : 901 cas détectés dans le milieu scolaire    Autos-Maroc: La marque au lion bat son record de vente en 2021    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 17 Janvier 2022 à 11H00    CAN 2021 | Groupe F, 2e journée – Tunisie-Mauritanie (4-0) : Une si belle réaction !    La Tunisienne Sonia Ben Ammar ''heureuse'' de représenter ses origines    Les indiscrétions d'Elyssa    Tribune | La crise de l'art contemporain, un problème de discours ou de pratique ?    Tunisie : Taux de remplissage des barrages à près de 50%    Bechr Chebbi :'' Israël gérait la sécurité et l'armée lors de la manifestation du 14 janvier ''La réponse de Khalifa    Tunisie-coronavirus : La plupart des hospitalisés sont des non-vaccinés    JSK : On ne chôme pas...    NEWS | Sadok Selmi pour Cameroun-Cap Vert    Insecte tueur de cactus : Un danger qui guette des milliers d'hectares...    Météo : Légère hausse des températures    Express    La baguette magique de « Soumoud » pour sauver la Tunisie !    Tunisie : Un capitaine de la garde nationale retrouvé pendu, son avocate balance des dossiers    Open d'Australie : Ons Jabeur déclare forfait    Arts plastiques | Thameur Mejri au musée d'art contemporain de Lyon    Secousse tellurique à Gafsa    Maltraité, l'artiste Saja demande la récupération de ses tableaux du pavillon tunisien à l'Expo Dubai    Le combat d'un résistant septuagénaire palestinien écrasé par une voiture de police de l'occupant    Scandaleux : Le correspondant d'un journal français frappé par des policiers le14 janvier    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une étude sur les usagers de drogue injectable
-
Publié dans La Presse de Tunisie le 03 - 10 - 2011

En 2009, l'Association tunisienne d'information et d'orientation sur le Sida ( Atios) a présenté une étude sur un échantillon de 715 usagers de drogue issus du Grand-Tunis, de Bizerte et de Sousse. L'étude visait essentiellement à comprendre les comportements à risques favorables à la contamination par le VIH/Sida et l'hépatite B et C auprès des usagers de drogues injectables. Elle a, en outre, permis d'établir un contact direct avec les usagers de drogues injectables (UDI), d'être à leur écoute, de comprendre les facteurs directs et indirects qui ont favorisé leur descente aux enfers, de compatir à leur souffrance et de réfléchir sur les éventuelles solutions à même de les faire sortir de la marginalisation.
Les indicateurs enregistrés donnent déjà une idée sur le profil de cet échantillonnage. En effet, et selon les données fournies par le D. Bouarouj, secrétaire général d'Atios, 62% de cet échantillon sont célibataires, 60% sont chômeurs et 55,3% des personnes interviewées sont d'un niveau d'instruction primaire. Déjà, rien que ces trois indicateurs en disent long sur la souffrance psychologique que vivent ces personnes. Incapables de trouver une source de revenus et de fonder une famille, ces personnes des deux genres présentent un facteur favorable au désespoir et à l'usage de la drogue. Par ailleurs, l'étude montre que 50% de l'échantillon ont séjourné à l'étranger. Leur premier contact avec le monde des stupéfiants a eu lieu en dehors du territoire tunisien : un contact précoce, puisque 58% d'entre eux y ont succombé à un âge situé entre 15 et 19 ans. Autre indicateur : 93% des personnes interviewées consomment du Subutex, qui est une substance fort dangereuse puisqu'elle engendre une rapide sensation de dépendance et touche le système nerveux.
Ce qui est alarmant, c'est que plus des deux tiers des interviewés ont eu leur premier rapport sexuel entre 15 et 19 ans. Ils optaient pour des rapports non protégés tout en étant parfaitement conscients du risque de contamination. Il usaient souvent d'une même seringue pour plusieurs personnes en connaissant parfaitement les risques d'un tel acte. La prévalence de l'hépatite C y est de 29,1% contre 1,5% pour la population générale.
Le Dr. Bouarouj a fait part de ce qu'il a retenu de cette expérience. Il indique que la plupart des interviewés espéraient une éventuelle prise en charge ou une cure de désintoxication. «Je me souviendrais toujours de ce jeune de 21 ans, dont les parents sont des cadres, et qui me disait: fais-moi sortir de cet enfer. Jamais je n'oublierai cette tristesse qu'il avait dans les yeux, ce regard implorant», confie le docteur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.