Tunisie: les nouveaux ministres du gouvernement Mechichi    Tunisie – Tentative de pillage d'une agence bancaire au Kram Ouest    Tunisie – Le PDL adresse un avertissement à la présidence de l'ARP en rapport avec la députée Samia Abbou    Mondial de Handball : le match Cap Vert-Allemagne annulé à cause du Corona    Barça – Athletic Bilbao : sur quelle chaîne voir le match ?    Raja Ben Slama : Ces partis machistes n'ont pas d'avenir...    Football : Programme TV de ce dimanche 17 janvier 2021    L'Algérie pose une condition pour partager son vaccin avec la Tunisie    A l'épreuve de la violence et de l'extrémisme    Inter vs Juventus : Où regarder le match en liens streaming    Météo: Légère hausse des températures ce dimanche 17 janvier 2021    Condamnation de la violence à l'ARP: Rached Ghannouchi a-t-il sacrifié Al-Karama ?    Focus Business: Quand les usuriers apparaissent !    Mondial de Handball : La Tunisie rencontre le Brésil aujourd'hui    Commerce de cigarettes: le commerce parallèle brille de mille feux    Siliana: Retour au calme après des heurts avec la police    Saviez-vous que le premier journal imprimé en Tunisie était en langue italienne ?    Gouvernement Mechichi : Youssef Ben Brahim, ministre de la Culture (Biographie)    Samia Abbou admise à l'hôpital    Gouvernement Mechichi : Ridha Ben Mosbah, ministre de l'Industrie (Biographie)    Ouided Bouchamaoui: Trois exigences d'avenir    Afrique : Nomination de Sami Gargouri à la tête de BSIC banque – branche du Sénégal    Le coach du PSG, Pochettino infecté par le Covid-19    La Tunisie ouvrira, jeudi prochain, à Alger, contre la Libye    Sur les pas de Merkel: Armin Laschet président de la CDU en Allemagne    Du côté du prétoire    Les astuces oubliées de l'auto-approvisionnement alimentaire    Faut-il en rire ou en pleurer ?    Sombre fin de règne pour Trump Un ministre démissionne et dénonce les discours post-élection    Plus de 2 millions de morts dans le monde    Ma revanche sur le... coronavirus    Covid-19 : état des lieux dans les régions    Les nouvelles procédures douanières créent des pénuries    Compétitions interclubs de la CAF 2020/2021: Période d'enregistrement additionnel ouverte jusqu'au 31 janvier    Bruits et chuchotements    La complainte de l'Acropolium    La fabuleuse histoire de l'épave de Mahdia    Biographie de Youssef Ben Brahim, pressenti au poste de ministre de la Culture    Tunisie-Qui est Zakaria Belkhoja le nouveau ministre de la Jeunesse et des Sports?    Par Henda Haouala : Les JCC 2020, Cherchez la logique !    Youssef Fennira, pressenti super ministre de la Formation professionnelle et de l'Emploi, et plus...    Le marché Boursier clôture vendredi sur une note quasi-stable (+0,09%)    «Fi Aal mIyeh al maliha» (Dans les eaux salées), autobiographie littéraire de Rafika Bhouri : La femme qui aimait la révolution !    La Tunisie ambitionne d'exporter 70 mille tonnes d'huile d'olive conditionnée, d'ici 2025    Un test PCR négatif sera désormais exigé pour tous les voyageurs arrivant en France    USA: Trump: La vraie cause de ma suspension des réseaux sociaux est politique…mon discours été totalement approprié    Intox : Aucun pilote tunisien n'a été renvoyé à cause d'un vol vers Tel Aviv    USA: 70 000 comptes affiliés à la mouvance pro-Trump QAnon supprimés par Twitter    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les nuits du théâtre de la liberté à Kairouan
Publié dans La Presse de Tunisie le 03 - 12 - 2011

Le complexe culturel Assad Ibn El Fourat de Kairouan a organisé, du 20 au 28 novembre, Les nuits du théâtre de la liberté qui ont comporté notamment des spectacles d'animation de rue, des expositions documentaires, ainsi que sept représentations théâtrales, dont deux pour enfants de différentes tendances.
Il va sans dire que cette manifestation culturelle a séduit un public assoiffé de divertissement et de culture.
Samira Atallah, jeune étudiante, ne tarit pas d'éloges quant à l'importance de ces nuits du théâtre : «Pour nous, jeunes de l'intérieur, le théâtre est libérateur, puisqu'il nous dégage du stress et de la solitude. Durant cette semaine, nous avons vécu des moments inoubliables où nous nous sommes sentis emportés par les gestes et la diction des comédiens, ainsi que par le pouvoir subjectif de la mise en scène, les beaux costumes, le décor et la narration psychologique».
Son ami Inès Rebhi, renchérit : «Les nuits du théâtre de la liberté nous ont permis de prendre conscience de la place du 4e Art dans notre vie, de nous apprendre à mieux apprécier le paysage théâtral et de nous donner le goût de choisir les spectacles qu'on apprécie. On ne peut donc que saluer ce genre d'initiatives, moyen d'expression, par conséquent de communication passant par l'art…».
Khouya, libre?
Notons que parmi les pièces qui ont été très appréciées, figure celle de la société ONS des arts de scène Khouya, libre ?, écrite par Jamel Madani et Mounir Argui et mise en scène par Mounir Argui avec Jamel Madani sur scène.
Ainsi, durant une heure quarante minutes, les spectateurs ont été séduits par les effets spéciaux de lumière et de son, la scénographie, la musique, la bonne condition physique de Jamel Madani, complètement habité par son personnage.
Pour ce qui est des événements de cette pièce, dont le texte oscille entre prose et littérature, il met en relief les péripéties vécues par un taxiste ordinaire, Noureddine, qui découvre le jour du 14 janvier 2011, une malette contenant une importante somme d'argent, oubliée par un client. C'est alors que commencent pour lui des moments d'euphorie, de rêve, de doute, d'espoir et de crises de jalousie qui obligent sa femme à le quitter.
Face aux slogans criés par des milliers de Tunisiens qui se sont soulevés, ce jour-là, contre la répression, il ne sait plus s'il doit garder cette somme d'argent ou la remettre à son propriétaire, lui qui a souvent souffert de la précarité de la vie… Peut-il soudain prendre la grosse tête et s'accrocher sur le Dollar Noureddine Express?
Bref, cette pièce est une autopsie des blessures, des intrigues et des rapports humains souvent ambigus.
Grâce à des jeux de mots, à des sous-entendus, à de faux semblants ironiques et à des flash-backs, Jamel Madani a donné le meilleur de lui-même et a su communiquer avec le public présent qui a apprécié en lui son côté chic et cool.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.