CAN 2019: La délégation tunisienne arrive en Alexandrie    Spotify, le service de Streaming Musical arrive en Tunisie    Les nouveaux ministres et secrétaires d'Etat prêtent serment (Vidéo et Album Photos)    Tunisie: Ce que vous coûte votre voix aux élections présidentielles et législatives    Washington place un fils du chef du Hezbollah sur sa liste noire    Forum Canado-Tunisien pour le jumelage des entreprises innovantes du 25-29 Novembre 2018    En vidéo : Nizar Chelly parle de son projet Robot LAB et de sa participation à Souk At-Tanmia    L'UTICA refuse les dispositions du projet de loi de Finances 2019    Lancement du programme d'adaptation au changement climatique des zones vulnérables au Kef    A Sousse, la garde nationale démantèle un réseau spécialisé dans le trafic de drogues    Tunisie – Belhaj Ali : « Je crains pour la Tunisie du nouveau ministre de la justice » !    Tunisie – Finalement, sur quel livre sacré a prêté serment, René Trabelsi    la mise en place de caméras de surveillance a donné des résultats très positifs, déclare le ministre de l'Intérieur    Le cadre législatif et les finances causes de la crise    La Fédération poursuit sa rébellion contre le BE de l'UGTT    Les scellés relatifs à l'affaire Mustapha Kheder confiés au juge d'instruction    Ons Jabeur (61 ème) gagne une place    Pour un palmier d'or à Tozeur    "Soufisme et Coaching": rencontres d'ici et d'ailleurs    Un documentaire document    Trump s'attaque frontalement à Macron !    Un terroriste arrêté    Tunisie: Hausse de 7,4% du budget du ministère de l'Intérieur en 2019    Tunisie: Décès de 5 personnes dans un accident de la route    SNCFT : L'intersection de la Gare du Lycée Ezzahra bloquée les 14 et 16 novembre en raison de travaux de maintenance    Clôture du Salon de l'emploi « Smart Tunisia Job Fair » à la Cité des Sciences de Tunis en présence Sayida Lounissi nouveau ministre de la Formation professionnelle et de l'Emploi    Des enjeux tout de même…    Makram Bediri forfait    La Tunisie au révélateur de l'Egypte    Majdoline Cherni et Imed Jabri font leurs adieux au ministère des Affaires de la Jeunesse et des Sports    L'art de la belle écriture…    La Tunisie, invitée d'honneur    Tunisie – Météo : Ciel nuageux sur la plupart des régions    Honoris United Universities ouvre le premier Centre de Simulation Médicale en Tunisie    En vidéo : Quand le premier ministre italien appelle BCE ‘The Big Master'    La Tunisie en quête à Washington de hedging du prix du pétrole!    Tunisie: Reprise du trafic au poste frontalier Dhehiba-Wazen après trois jours de blocage    Tunisie: Célébrations du Mouled, appel au boycott du Zgougou    Gagnez un voyage à Disneyland Paris avec le Disney Festival de Tunisie    En marge du Forum des affaires FUTURALLIA à Tunis: L'annonce de la création du Conseil d'affaires Tuniso-Egyptien et l'accueil de la Tunisie pour cette première session.    Tunisie: Arrestation de deux suspects dans une opération sécuritaire à Raoued    Santiago Solari confirmé à la tête du Real Madrid jusqu'en 2021    Espérance: Formation probable face à l'AS Gabes    Abdelkrim Zbidi : Une situation sécuritaire stable mais l'état d'alerte militaire à la frontière tuniso-libyenne est toujours en cours    Un terroriste capturé à Raouad par les forces de sécurité    BCE participe à la réunion préparatoire de la conférence internationale de la Libye    Tunisie: Saisie d'armes et de munitions chez des complices à Raoued de la Kamikaze de l'Avenue Bourguiba    Libye: En l'absence de la participation de Hafter, le Conférence internationale de Palerme en Italie en proie à des difficultés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





De la représentation à l'illusion
Rencontre avec Rachida Triki sur l'image au cinéma
Publié dans La Presse de Tunisie le 11 - 02 - 2012

L'Association tunisienne pour la promotion de la critique cinématographique a invité la philosophe et critique d'art Rachida Triki, pour une rencontre-débat autour de l'image au cinéma, jeudi dernier, à la maison de la culture maghrébine Ibn-Khaldoun. Un tel sujet vaste demande une spécialiste de l'envergure de cette professeure à l'université de Tunis à qui l'on doit, entre autres, l'ouvrage édité par Larousse: L'Image. Ce que l'on voit, ce que l'on crée. Bien qu'elle se dise plus proche des arts plastiques que du cinéma, Rachida Triki a réalisé, en 1994, une série de 24 films documentaires d'art pour la télévision tunisienne : Touches de création. Quant à ses écrits, elle affirme que cela n'a pas été évident de réfléchir sur l'image, parce qu'elle se manifeste sur différents médiums, depuis la préhistoire avec les dessins sur les grottes, jusqu'à l'image virtuelle. En effet, l'image est partout, ajoute-t-elle, et il suffit de suivre son étymologie pour comprendre sa complexité. Dans ce sens, la philosophe explique que les textes fondateurs des trois religions monothéistes comportent une synonymie entre «créer», «former» et «figurer» par l'image (soura et sawwara en arabe, selem en hébreu). Cet héritage va proposer un problème théologique quant à ce qui revient à Dieu et ce qui revient à l'Homme dans la création.
L'image est donc partout, elle est mentale et physique, et on accuse beaucoup l'image. A cause de cette présence massive et de son effet immédiat, on lui reproche de faire croire qu'elle est un miroir du monde, alors qu'elle est fantasmagorique (selon Platon). Ce qui pose de surcroît le problème de la retouche de l'image, d'autant plus que l'image est caractérisée par sa duplicité. C'est un champ ouvert aux interprétations. Pour Rachida Triki, c'est même la métaphore la plus forte de la liberté de création. Elle a, de plus, une force intrinsèque. Elle donne à voir et à reproduire. «L'image Peut-elle tuer ?» se demande Marie-José Mondzain dans son livre qui porte le même titre (2002, Bayard). Rachida Triki répond qu'elle peut le faire à différents niveaux : l'image de soi est, par exemple, constitutive de la personnalité de l'enfant. L'image a de ce fait un pourvoir sur son récepteur, puisque c'est à lui que revient son interprétation.
Quant à l'image cinématographique, c'est celle qui révèle le plus. Elle offre une voyance du réel, un bloc de matière, de lumière et d'espace-temps, au-delà de sa portée représentative (documentaires et reportages), et un lieu de rapports de force entre ces éléments. Dans le cinéma, ce ne sont pas les personnages qui font l'image, mais c'est le contraire. Les films de Godard et la pensée de Deleuze se rejoignent dans ce sens. Rachida Triki explique qu'un zoom sur un visage peut en dire beaucoup sur un personnage, sans que l'on ait à suivre son itinéraire. Pour conclure, elle affirme que le réel, tel qu'on croit qu'il est, est un pur fantasme. Et comme disait Godard : «Ce n'est pas une image juste, c'est juste une image».
Le débat de cette rencontre a permis à l'invitée, en répondant aux questions des intervenants, de rapprocher son analyse de la réalité tunisienne. L'image y est un parent pauvre. A titre d'exemple, contrairement aux tableaux, il n'y a pas de commissions d'achat pour les vidéos et les installations, ce qui est selon la philosophe aberrant. Dans le même temps, il y a une absence de culture à l'image, favorisée par son utilisation à des fins déformatrices, comme pour servir l'icône de Ben Ali. Cela explique d'ailleurs que l'expérience faite par le photographe JR (artocratie)— photographier des portraits de simples citoyens et les coller sur les murs où on voyait d'habitude des posters de Ben Ali— a été mal vécues dans certaines régions. Cela est dû, selon Rachida Triki, à un ras-le-bol de l'image, utilisée jusqu'à l'écœurement. D'où l'importance du rôle de la critique, face à une image qui peut être émancipatrice comme aliénante. Ce rôle revient également au récepteur, qui doit recevoir l'image, tout en ayant les outils nécessaires à sa perception. Un tel débat devrait donc être porté à une échelle plus grande, largement publique, et non pas entre initiés, comme cela a été le cas jeudi dernier.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.