Gafsa : Aucune route bitumée depuis 2017, l'argent ira ailleurs…    CAN 2022 : Match à suivre ce soir, Nigéria – Tunisie, sur chaînes TV et en Live streaming    EN : trois renforts prennent la direction de Garoua    Syrie : 4e jour de combat entre Daech et les Kurdes, plus de 120 morts    Justice transitionnelle — Abdallah Kallel et d'anciens cadres sécuritaires interdits de voyage: La lenteur de la justice bafoue les droits des victimes et ceux des accusés    Entretien téléphonique Saïed-Macron: « Les réformes aspirent à préserver la liberté et à établir la justice »    Foot-Europe: le programme du jour    CAN 2021 : L'historique des matches en CAN opposant les Aigles aux Super Eagles    CAN 2021 — Huitièmes de finale — Tunisie-Nigeria (Ce soir à 20h00) : Sauver la face    Coronavirus : 10 décès de plus et 10031 contaminations en 24h    Tunisie-coronavirus : Plus de 14 mille vaccinés en 24H    Mes odyssées en Méditerranée | Michel Giliberti: «Tunisie. L'inhérence d'une errance»    On a vu pour vous : « Are you Lonesome Tonight ? », de Shipei Wen : Thriller chinois    CAN 2021 — Huitièmes de finale — Tunisie-Nigeria (Ce soir à 20h00): Tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir !    Médecins, dentistes et pharmaciens de la santé publique en grève, le 25 janvier    Tunisie: Ali Abdi testé positif au Covid19    Récupération politique    La Presse Magazine du Dimanche 23 janvier 2022 consultable sur notre site    La Fédération Nationale des Urbanistes Tunisiens (Fnut) lève le voile sur les défis de l'urbanisme en Tunisie: Un chantier en cache un autre...    Des astuces pour protéger les plantes du froid    Les perroquets    Migraine : la covid-19, un facteur déclencheur    Ali Graja, ancien attaquant international du CSS: «Dans la vie, il n' y a pas que l'argent ! »    Urbanisme et planification urbaine    Loi de finances : Bouden corrige le tir avec la Conect après l'avoir zappée    Rapport – BCT : Les risques des crédits de l'Office des céréales pèsent lourdement sur le secteur bancaire    Etude – Le changement climatique diminuera la production céréalière de 30 à 50% par an    Saïed a parlé à Macron, a donné des gages mais droit dans ses bottes    Steg : plusieurs quartiers à Sousse, Monastir et Sfax sans électricité dimanche    STEG : Des coupures à Sousse, Monastir et Sfax ce dimanche    Assassinat de Faouzi Houimli : l'auteur condamné à mort avec une peine de sûreté de 36 ans    Semaine boursière : Le Tunindex en mauvaise posture    Les membres du CSM pleurent-ils pour leurs privilèges ou pour l'atteinte au pouvoir judiciaire ?    Mouhiba Chaker, romancière : «Ecrire en français n'est pas pour moi un choix réfléchi !»    Industrie : Les obstacles n'ont pas freiné le développement du secteur aéronautique en Tunisie    BNA Bank réalise un PNB en hausse de 20% en 2021    Evènement "Les Nuits de la lecture" en ligne: 6ème édition sous le thème de l'AMOUR    11 Tunisiens meurent noyés dans le naufrage de leur embarcation    Le chanteur hip-hop Balti et Elyanna réunis dans une chanson tuniso-palestinienne (vidéo)    Syrie: Daech attaque une grande prison et libère plusieurs terroristes    Sculpture sur un minéral ancestral, le lapis specularis    Gabès Cinéma Fen 2022: les inscriptions pour les films sont ouvertes    Tunisie-La Marsa : Kobbet Lahoua classé monument historique national    Les crises en Tunisie se sont aggravées depuis que Saïd a limogé Mechichi, selon la Confédération Syndicale Internationale    Coronavirus :Fin des mesures sanitaires en Grande-Bretagne    L'histoire de détermination de la nouvelle conseillère de Kais Saied    Un astéroïde "potentiellement dangereux " passera prés de la terre mardi soir    Le combat d'un résistant septuagénaire palestinien écrasé par une voiture de police de l'occupant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le chant magique du désert
Vient de paraître - Le reflet de l'ombre de Naceur Belhaj Bettaïeb
Publié dans La Presse de Tunisie le 13 - 02 - 2012

S'appuyant sur une canne, le dos courbé, une vieille traverse avec peine un houch (habitation traditionnelle) de quelques mètres carrés. Elle se repose, enfin, dans un coin face au soleil... Ainsi commence le dernier roman de Naceur Belhaj Bettaïeb Inkissar adh'dhill (Le reflet de l'ombre). Ce chirurgien de métier s'est amusé à pratiquer de véritables «autopsies» poétiques sur des personnages inspirés de sa ville natale Douz. Il dessine, avec la précision d'un peintre orientaliste, les traits des visages, les courbes des tatouages et les plis de la peau.... Il déploie, avec beaucoup de fantaisie, les couleurs des bakhnoug, des foulards et des vêtements de toutes sortes, traditionnels ou modernes, comme les pantalons « charleston» en vogue dans les années 1960 ... Il suit les gestes, les mouvements et même les mimiques et les réflexions... Il s'accroche aux détails pour ne perdre aucune émotion... Il décrit le ruissellement de la sueur dans des rides profondes, l'agilité des doigts déposant la naffa dans la bouche et les narines, la perte d'une voix qui s'effrite « entre la gorge, le nez, la langue et la bouche entrouverte».... Il s'attarde à peindre une danse des mouches sur une théière poussiéreuse abandonnée dans le patio de lilla Fatna et une course folle et joyeuse des enfants suivant un bus-cinéma.....
Le rythme est lent et continu, rappelant peut-être la marche d'une caravane... Les personnages se succèdent progressivement. A chacun une histoire qui se rattache à la précédente. Et ainsi de suite... Quatorze chapitres s'enchaînent donc, menés par un narrateur qui disparaît et apparaît au fil des événements.... Souvent, il plonge dans les entrailles de la mémoire de ses personnages, oscillant entre leur passé et leur présent. Il oppose, avec beaucoup d'humour, la vie des ancêtres qui vivaient jadis sans murs et sans sentiers battus, qui lisaient les lignes du ciel, les mouvances des vents et les traces sur les dunes, à celle des jeunes qui fréquentent les écoles et les universités, qui voyagent et participent à une vie politique en effervescence.... Naceur Belhaj Bettaïeb place son roman dans les années 1960, à une époque où les Tunisiens, enfin libérés de la colonisation, se sont sentis impliqués dans le développement du pays, mais beaucoup de rêves ont été brisés et des projets avortés. « Belhaj Bettaïeb n'a pas abordé ce sujet d'une manière directe. Mais la Nakssa (déception), résultat de notre échec, est présente dans son esprit... », écrit Mohamed Bardi dans le préambule du roman.
Le reflet de l'ombre dépeint un monde de contradictions, peuplé de jeunes ambitieux et de vieux nostalgiques et marqué par des chants, des bribes de poèmes, ou encore des proverbes populaires, spécifiques à la région de Douz.... Les phrases du romancier retracent, comme avec un pinceau, des portraits de femmes et d'hommes, et des lieux dans une extrême précision. Et à chaque fois, l'auteur pose des questions, pour leur chercher des réponses... Sa plume est errante mais sensible, s'évadant dans des espaces sans limites, rappelant souvent le désert et ses dunes ... L'auteur s'immisce dans les intimités de ces personnages et plonge souvent dans ses propres méditations. Il nous suggère ainsi des tableaux qui ne sont pas toujours joyeux, certes, mais qui sont beaux par la finesse de leurs traits, la profondeur de leurs couleurs, la complexité de leurs compositions... Des tableaux saisissants parce que faits de sincérité...de sensibilité extrême. Des tableaux qui racontent si bien le désert et ses habitants et qui nous les font tant aimer.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.