Référendum : le Tribunal Administratif rejette le recours intenté par Afek Tounès    Rafik Abdessalem : Kaïs Saïed a profité de ces artistes complaisants pour installer sa nouvelle dictature    Siliana: Avancement de 90% des travaux d'aménagement du foyer universitaire    Abdellatif Mekki : Je serai peut-être candidat aux prochaines élections présidentielles    François Hollande plaide pour une relance du partenariat avec le Maghreb    Tunisie: Le mercure grimpera à 42 degrés    L'Iran arrête trois espions du Mossad    Gaza : L'Ukraine solidaire avec Israël    LG et GOOGLE offrent trois mois d'accès à STADIA PRO    Tunisie : Trois morts à Bizerte    Communauté subsaharienne en Tunisie : Inquiétante flambée du discours raciste    Faire de la Tunisie une plateforme de coopération: Tunisie Japon Afrique    Tribune | Mon message d'Hiroshima    Classement WTA : Badosa recolle à Sakkari et passe 3e, Ons Jabeur 5e    Matches amicaux : Le Barça, l'Atletico et la Roma largement vainqueurs    EXPATRIES | Un trophée pour Belarbi ?    Sélections des jeunes : Le temps des grandes réformes    EST | Des recrutements ciblés : L'empreinte de Nabil Maâloul !    Tunisie: 7,433 millions quintaux de céréales collectés    Hausse des prix des carburants : Le pari risqué du gouvernement    Prix au marché municipal de Beja [Vidéo]    Décès d'un ressortissant tunisien au Canada : Le meurtrier souffrait-il réellement de troubles mentaux ?    Pourquoi | A propos des horloges    Noureddine Taboubi : l'UGTT est pour un régime présidentiel modéré    Rached Ghannouchi : nous avons appelé au boycott et trois quarts des Tunisiens ont répondu    Foot mondial : Programme TV des matches de lundi    QNB – La croissance économique mondiale stagne en 2022, mais s'agit-il d'une récession?    Australie: Qantas demande à ses cadres de venir remplacer les bagagistes    Embellie touristique    Monastir: Sauvetage de 22 migrants clandestins à l'île de Kuriat    Météo du lundi 8 août 2022    Un Algérien viole une Américaine de dans des toilettes publiques en France    Monastir : 22 migrants clandestins sauvés en pleine mer    Tunisie – La marine nationale sauve 22 candidats à la migration clandestine    L'INM annonce des orages dans le nord-est et le centre du pays    Ghaza : 31 martyrs dont 6 enfants et 4 femmes    Ons Jabeur exemptée du premier tour du tournoi de Toronto    La croissance économique mondiale stagne en 2022, mais s'agit-il d'une récession?    Jean-Jacques Ciscardi sort son nouveau live : Beyrouth-Rome vol 770    Sécurité routière : Légère baisse de la mortalité sur les routes en juillet    Benjemy au Festival International de Hammamet : Prouesses musicales et esthétiques    Notes de lecture | Ondoyances méditerranéennes de Saint Augustin à Sidi Bou Saïd El Baji *    Foot-Europe: le programme du jour    Le festival de Monastir déprogramme Mokdad Shili à cause de ses propos contre Bourguiba    Météo : cellules orageuses et pluies éparses dans quelques régions cet après-midi    Wandure is actually a Canadian Dating application That Saves Times by Turning Every on line complement Into a Real-Life Date    Learning to make Up With The Girl After A Fight    Treatment For Ebony Babes™ Focuses On Helping Ebony Women Proceed Off Their Exes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le chant magique du désert
Vient de paraître - Le reflet de l'ombre de Naceur Belhaj Bettaïeb
Publié dans La Presse de Tunisie le 13 - 02 - 2012

S'appuyant sur une canne, le dos courbé, une vieille traverse avec peine un houch (habitation traditionnelle) de quelques mètres carrés. Elle se repose, enfin, dans un coin face au soleil... Ainsi commence le dernier roman de Naceur Belhaj Bettaïeb Inkissar adh'dhill (Le reflet de l'ombre). Ce chirurgien de métier s'est amusé à pratiquer de véritables «autopsies» poétiques sur des personnages inspirés de sa ville natale Douz. Il dessine, avec la précision d'un peintre orientaliste, les traits des visages, les courbes des tatouages et les plis de la peau.... Il déploie, avec beaucoup de fantaisie, les couleurs des bakhnoug, des foulards et des vêtements de toutes sortes, traditionnels ou modernes, comme les pantalons « charleston» en vogue dans les années 1960 ... Il suit les gestes, les mouvements et même les mimiques et les réflexions... Il s'accroche aux détails pour ne perdre aucune émotion... Il décrit le ruissellement de la sueur dans des rides profondes, l'agilité des doigts déposant la naffa dans la bouche et les narines, la perte d'une voix qui s'effrite « entre la gorge, le nez, la langue et la bouche entrouverte».... Il s'attarde à peindre une danse des mouches sur une théière poussiéreuse abandonnée dans le patio de lilla Fatna et une course folle et joyeuse des enfants suivant un bus-cinéma.....
Le rythme est lent et continu, rappelant peut-être la marche d'une caravane... Les personnages se succèdent progressivement. A chacun une histoire qui se rattache à la précédente. Et ainsi de suite... Quatorze chapitres s'enchaînent donc, menés par un narrateur qui disparaît et apparaît au fil des événements.... Souvent, il plonge dans les entrailles de la mémoire de ses personnages, oscillant entre leur passé et leur présent. Il oppose, avec beaucoup d'humour, la vie des ancêtres qui vivaient jadis sans murs et sans sentiers battus, qui lisaient les lignes du ciel, les mouvances des vents et les traces sur les dunes, à celle des jeunes qui fréquentent les écoles et les universités, qui voyagent et participent à une vie politique en effervescence.... Naceur Belhaj Bettaïeb place son roman dans les années 1960, à une époque où les Tunisiens, enfin libérés de la colonisation, se sont sentis impliqués dans le développement du pays, mais beaucoup de rêves ont été brisés et des projets avortés. « Belhaj Bettaïeb n'a pas abordé ce sujet d'une manière directe. Mais la Nakssa (déception), résultat de notre échec, est présente dans son esprit... », écrit Mohamed Bardi dans le préambule du roman.
Le reflet de l'ombre dépeint un monde de contradictions, peuplé de jeunes ambitieux et de vieux nostalgiques et marqué par des chants, des bribes de poèmes, ou encore des proverbes populaires, spécifiques à la région de Douz.... Les phrases du romancier retracent, comme avec un pinceau, des portraits de femmes et d'hommes, et des lieux dans une extrême précision. Et à chaque fois, l'auteur pose des questions, pour leur chercher des réponses... Sa plume est errante mais sensible, s'évadant dans des espaces sans limites, rappelant souvent le désert et ses dunes ... L'auteur s'immisce dans les intimités de ces personnages et plonge souvent dans ses propres méditations. Il nous suggère ainsi des tableaux qui ne sont pas toujours joyeux, certes, mais qui sont beaux par la finesse de leurs traits, la profondeur de leurs couleurs, la complexité de leurs compositions... Des tableaux saisissants parce que faits de sincérité...de sensibilité extrême. Des tableaux qui racontent si bien le désert et ses habitants et qui nous les font tant aimer.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.