Coupe de Habib Bourguiba : Kaïs Saïed n'assistera pas à la finale    Handball : Les dames de l'ES Rejiche battent le Club Africain remportent la Coupe    Un nouveau rapport de la Banque mondiale appelle à lutter contre la corruption en temps de pandémie    Tunisie | « La réforme éducative doit tenir compte des spécificités d'un Etat d'urgence ou d'une pandémie »    Tunisie : Mise à jour des laboratoires privés autorisés à effectuer des tests PCR    Finale Coupe de Tunisie : l'Espérance pour la passe de trois, l'US Monastir pour un premier sacre historique    Elections FTBB : la liste de Ali Benzarti validée    Tunisie : La baisse des recettes touristiques en 2020 peut atteindre 70%    La douane n'est pas le seul maillon de la chaîne de corruption, déclare son DG    Covid-19 : Une série de mesures au profit du gouvernorat de Monastir    Le SNJT appelle à privilégier le télétravail    Tunisie: Economie ou santé, un difficile équilibre, selon Hichem Mechichi [vidéo]    La CNAM dénonce l'agression de ses agents    Le directeur général de l'ALECSO reçu au Palais de Carthage    Rencontre Hichem Mechichi – Donald Blome : Quel soutien et quelles promesses l'ambassadeur américain avait-il dans son porte-documents ?    Tunisie – USA : Donald Blome chez Hichem Mechichi    Enactus Tunisie et Cospe invite les jeunes de Mahdia et Sidi Bouzid à participer au projet Restart    Lutte contre la corruption : La douane ne doit pas être le seul maillon de la chaîne, estime Youssef Zouaghi    MEMOIRE : Fatma KALLEL    CONDOLEANCES    Etoile du Sahel : Aymen Balbouli infecté au coronavirus    L'EST prépare la finale de la Coupe de Tunisie : Les atouts fraîcheur et métier !    Billet | Une menace pour le présent et pour l'avenir    Abdellatif Aloui: La peine de mort sera notre prochain combat    « Moodha Okhra » par le Goethe Institut Tunis : La mode engagée    La mort à petit feu    Tunisie: Affaire Chakchouk: La poste clarifie    Programme TV du samedi 26 septembre    Tunisie – Coronavirus: 1087 nouveaux cas de contamination et 11 décès de plus en 24h    Tunisie: Hichem Mechichi annonce l'orientation vers le confinement de toute délégation comptant 250 infections au Covid+ pour 100.000 habitants    Entretien avec Nadia Linke, une tunisienne qui expose au Musée du Centre Georges-Pompidou à Paris : L'art comme altérité...    Environnement : La BM sollicitée pour financer un projet de gestion de déchets de soin en Tunisie    Les cafetiers : On n'enlèvera pas les chaises et il n'y a aucune décision officielle    Un ancien conseiller de Trump appelle à voter Biden    La Russie multiplie les manœuvres militaires tous azimuts    Un certain regard sur le patrimoine    Libye: Nouveaux affrontements armés entre deux milices rivales à Tripoli    "Métamorphoses du ûd" suggère une lecture différente de l'évolution historique et organologique du luth oriental ( Hamdi Makhlouf)    Les opportunités ouvertes par le programme "Europe Créative" pour le secteur culturel tunisien, objet d'une session d'information    Le film Tunisien "Jusqu'au Bout" avec Bassem Hamraoui dans les salles dès le 26 septembre (Synopsis & B.A.)    Ouverture à Tabarka de la rencontre inter-régionale des directeurs et directrices des maisons de la culture    Aujourd'hui, «IJA, la culture en accès libre» invite le photographe Hamideddine Bouali : «Pour une typologie de la prise de vue»    Ridha Béhi, directeur des JCC 2020, à La Presse : Une occasion pour réviser nos classiques !    Pas de distribution communautaire des portefeuilles régaliens    Libye: Des pourparlers politiques prévus début octobre à Genève    Commentaire | La poudrière libanaise : quand il n'y en a plus, il y en a encore !    Une explosion suivie d'un incendie dans le sud du Liban aurait fait des blessés    Des tunisiens et des turcs forment les officiers de police ivoiriens    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un nouvel espace est né
Conférence de presse — Théâtre national privé
Publié dans La Presse de Tunisie le 08 - 03 - 2012

«Le théâtre de la ville» est le nom choisi par l'homme de théâtre tunisien, Moncef Souissi, pour son nouvel espace «Le théâtre national privé», sis au centre culturel de la ville de Tunis. Derrière cet espace, trois sociétés de production : Souissi Founoun, Le Souffleur Libre et Saharat Productions. Moncef Souissi y collabore avec son compagnon de toujours, Mohamed Kouka. Plus qu'un espace, c'est une compagnie théâtrale. Les deux amis l'ont expliqué lors d'une conférence de presse tenue mardi au Théâtre de la ville, qui aura désormais sa programmation annuelle annoncée à l'avance, avec une billetterie et des abonnements.
«L'espace est ouvert à tous les théâtraux pour répéter et représenter leurs œuvres, mais il est fermé à la mauvaise qualité», a déclaré Moncef Souissi qui déplore l'état dans lequel se trouve le secteur en Tunisie. «170 sociétés sont éparpillées avec une production qui n'attire pas le public», a-t-il encore expliqué. Il faut selon lui instaurer une culture théâtrale dans les traditions de cet art noble. D'où l'importance pour l'artiste de disposer d'un espace, sans lequel il ne peut créer. Dans ce sens, Moncef Souissi a rappelé que la résistance des hommes et femmes de théâtre leur a permis de conserver leurs espaces: Ezzeddine Gannoun à El Hamra, Raja Ben Ammar à Mad'Art, Fadhel Jaïbi au Mondial et Taoufik Jebali à El Teatro.
Le deuxième souci du Théâtre national privé est de former de bons acteurs et techniciens, une formation axée sur la pratique qui émanera d'une école formation intégrée à cet espace. Quant à l'appellation du théâtre, où «national» et «privé» se suivent portant à confusion, Moncef Souissi explique qu'il s'agit d'un espace privé avec une vocation morale nationale. Lui et Mohamed Kouka pensent que le vrai Théâtre national n'est pas en train de jouer son rôle et qu'ils entendent jouer ce rôle avec leur espace, tout en ayant la liberté d'être privés. «Puisque c'est mon espace, je ne serai pas à la merci d'un administratif ou d'un politicien», a affirmé Moncef Souissi, faisant référence à la démission de ses fonctions de directeur du Théâtre national, en décembre 1987.
Mais ce qui compte, c'est le moment présent et l'avenir, accueillis à bras ouverts par le théâtre de la ville, dont les responsables semblent déterminés à faire bouger les choses. Mohamed Kouka est intimement convaincu que le théâtre peut jouer son rôle dans l'amélioration des goûts du public et dans l'ouverture des esprits. Les œuvres parrainées par le Théâtre national privé veulent y contribuer. On en annonce déjà trois: Turghut, Assod, adaptation libre du texte de Mahmoud Messadi et Shakespeare ech jebou lina, une mise en scène de Mohamed Kouka. La distribution de ces œuvres a été également pensée et des tournées, à prix symboliques, sont prévues dans toute la Tunisie et surtout dans les régions où les habitants n'ont pas accès à la culture. Ce dernier projet sera réalisé en collaboration avec le mouvement citoyen Kolna Tounes, dont la présidente Emna Mnif était présente lors de la conférence de presse, pour soutenir le Théâtre national privé et insister sur la vocation sociale et culturelle de l'action de Kolna Tounes.
De retour aux œuvres de ce théâtre et de Moncef Souissi, Turghut, ou Darghouth Raïes sera présentée le 10 mars au Théâtre municipal. Le texte est signé Dr Soltane Ben Mohamed Kassemi, gouverneur d'Al Charika aux Emirats Arabes Unis, qui a financièrement et moralement soutenu le Théâtre national privé. Cette pièce qui compte une pléiade de comédiens tunisiens dont Faycel Bezzine, Yosra Trabelsi, et Taieb Oueslati raconte, comme son nom l'indique, comment Darghouth a pu, au XVIe siècle, reprendre les terres d'Afrique du Nord des mains des Espagnols. Cette pièce, qui est d'ores et déjà programmée pour la clôture du festival du théâtre d'Al Charika, ira à la rencontre du public tunisien, d'abord.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.