La cérémonie du serment aura-t-elle lieu ? qu'en décidera Kais Saied    UAPS – Référendum arabe : Ali Maaloul et Wahbi Khazri nominés    Wifak Bank lance ses nouvelles solutions digitales, WIFAK Pay & WIFAK Pay Pro    Change devises en dinar tunisien : Cours du 27 Janvier 2021    BANQUES MODERNES: Les Fintech envahissent le monde et bientôt la Tunisie    Le Centre des études sur le Moyen-Orient de l'Université de Harvard s'engage pour six ans supplémentaires en Tunisie    Migration digitale : Le malheur de WhatsApp fait le bonheur de Telegram !    Maghzaoui : l'adoption du remaniement n'a pas été une surprise    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 27 Janvier 2021 à 11H00    Le parlement adresse une correspondance à Kaïs Saïed    Pour le 3e jour consécutif, les cours suspendus dans des établissements scolaires à Nabeul    L'entreprise autrement: Processus grippé, rêve brisé    Amour, Gloire et Karama la série revient en force au Bardo    Programme TV du mercredi 27 janvier    Perspectives: Le moment de la mise à niveau des entreprises    Tribune: «Il n'y a pas de volonté politique de réformer un système fiscal grossièrement injuste»    Coronavirus: 49 nouvelles contaminations et 2 nouveaux décès à Béja    Vaccination anti-Covid-19, 300 000 citoyens inscrits    LIGUE 1 — 10E JOURNEE | CA-USM : sortir de l'ombre    JSK: Ne plus traîner en chemin    REMERCIEMENTS: Hédia AOUALI veuve Hachemi Ben HENDA    CONDOLEANCES: Mohamed BEN FRAJ CHEDLY    Le marché boursier perd 0,53% à la fin de la séance    Ligue 1 – Matches avancés de la 10e journée: L'EST survole l'OB, le CSS revient de loin !    Covid-19 et vaccin : Quel est l'état de la vaccination en Afrique ?    Tunisie-ARP: Rached Ghannouchi défend les députés Al Karama    Météo | Vents forts et pluies éparses en fin de journée    Théâtre| « Martyr » de Fadhel Jaïbi: Explosion nihiliste dans une structure morte    18e édition du Festival des cinémas d'Afrique du pays d'Apt (Fcapa) — Table ronde «Circulation immatérielle des films»: L'expérience collective du grand écran avant tout    Démarrage du cycle euro-tunisien destiné aux professionnels de la culture    Tunisie [Audio +Photos]: Déclarations après match Espérance Sportive de Tunis contre Olympique de Béja    Tunisie : Le gouvernement Mechichi II franchit l'écueil du Parlement !    Tunisie [Vidéo]: Des conducteurs de taxis manifestent pour réclamer des licences à Béja    Bloqués en Malaisie, des Algériens menacent de saisir l'ONU    Ligue 1 : L'Espérance de Tunis s'amuse avant le derby    Amine Mahfoudh évoque le flou constitutionnel qui entoure les remaniements ministériels    Le premier ministre italien présente sa démission    Commémoration du 40e jour de son décès : Abdelwahab Bouhdiba, le sociologue émérite    Contrepoint | Culture... et interrogations    Ramadan 2021: Nouvelle série "Kan Ya Makanesh" d'Abdelhamid Bouchnak avec Hatem Belhaj    Exposition collective "Géographie de l'intime" à la station d'art B7L9 du 29 janvier au 7 mars    [TRIBUNE] #Jeunesse #Espoir !    Covid-19 : Joe Biden durcit les règles d'entrée aux Etats-Unis    Voici pourquoi la souche britannique pourrait provoquer une mortalité accrue    Etats-Unis: Le procès de Trump devant le sénat débutera le 8 février    Mustapha El Haddad: L'embrigadement des jeunes pour le jihad «Le paradoxe tunisien»    Etats-Unis-Investiture: Kais Saied félicite Joe Biden    De Trump à Biden: la force de la symbolique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un nouvel espace est né
Conférence de presse — Théâtre national privé
Publié dans La Presse de Tunisie le 08 - 03 - 2012

«Le théâtre de la ville» est le nom choisi par l'homme de théâtre tunisien, Moncef Souissi, pour son nouvel espace «Le théâtre national privé», sis au centre culturel de la ville de Tunis. Derrière cet espace, trois sociétés de production : Souissi Founoun, Le Souffleur Libre et Saharat Productions. Moncef Souissi y collabore avec son compagnon de toujours, Mohamed Kouka. Plus qu'un espace, c'est une compagnie théâtrale. Les deux amis l'ont expliqué lors d'une conférence de presse tenue mardi au Théâtre de la ville, qui aura désormais sa programmation annuelle annoncée à l'avance, avec une billetterie et des abonnements.
«L'espace est ouvert à tous les théâtraux pour répéter et représenter leurs œuvres, mais il est fermé à la mauvaise qualité», a déclaré Moncef Souissi qui déplore l'état dans lequel se trouve le secteur en Tunisie. «170 sociétés sont éparpillées avec une production qui n'attire pas le public», a-t-il encore expliqué. Il faut selon lui instaurer une culture théâtrale dans les traditions de cet art noble. D'où l'importance pour l'artiste de disposer d'un espace, sans lequel il ne peut créer. Dans ce sens, Moncef Souissi a rappelé que la résistance des hommes et femmes de théâtre leur a permis de conserver leurs espaces: Ezzeddine Gannoun à El Hamra, Raja Ben Ammar à Mad'Art, Fadhel Jaïbi au Mondial et Taoufik Jebali à El Teatro.
Le deuxième souci du Théâtre national privé est de former de bons acteurs et techniciens, une formation axée sur la pratique qui émanera d'une école formation intégrée à cet espace. Quant à l'appellation du théâtre, où «national» et «privé» se suivent portant à confusion, Moncef Souissi explique qu'il s'agit d'un espace privé avec une vocation morale nationale. Lui et Mohamed Kouka pensent que le vrai Théâtre national n'est pas en train de jouer son rôle et qu'ils entendent jouer ce rôle avec leur espace, tout en ayant la liberté d'être privés. «Puisque c'est mon espace, je ne serai pas à la merci d'un administratif ou d'un politicien», a affirmé Moncef Souissi, faisant référence à la démission de ses fonctions de directeur du Théâtre national, en décembre 1987.
Mais ce qui compte, c'est le moment présent et l'avenir, accueillis à bras ouverts par le théâtre de la ville, dont les responsables semblent déterminés à faire bouger les choses. Mohamed Kouka est intimement convaincu que le théâtre peut jouer son rôle dans l'amélioration des goûts du public et dans l'ouverture des esprits. Les œuvres parrainées par le Théâtre national privé veulent y contribuer. On en annonce déjà trois: Turghut, Assod, adaptation libre du texte de Mahmoud Messadi et Shakespeare ech jebou lina, une mise en scène de Mohamed Kouka. La distribution de ces œuvres a été également pensée et des tournées, à prix symboliques, sont prévues dans toute la Tunisie et surtout dans les régions où les habitants n'ont pas accès à la culture. Ce dernier projet sera réalisé en collaboration avec le mouvement citoyen Kolna Tounes, dont la présidente Emna Mnif était présente lors de la conférence de presse, pour soutenir le Théâtre national privé et insister sur la vocation sociale et culturelle de l'action de Kolna Tounes.
De retour aux œuvres de ce théâtre et de Moncef Souissi, Turghut, ou Darghouth Raïes sera présentée le 10 mars au Théâtre municipal. Le texte est signé Dr Soltane Ben Mohamed Kassemi, gouverneur d'Al Charika aux Emirats Arabes Unis, qui a financièrement et moralement soutenu le Théâtre national privé. Cette pièce qui compte une pléiade de comédiens tunisiens dont Faycel Bezzine, Yosra Trabelsi, et Taieb Oueslati raconte, comme son nom l'indique, comment Darghouth a pu, au XVIe siècle, reprendre les terres d'Afrique du Nord des mains des Espagnols. Cette pièce, qui est d'ores et déjà programmée pour la clôture du festival du théâtre d'Al Charika, ira à la rencontre du public tunisien, d'abord.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.