Le ministère de la Justice met en garde: La retenue sur salaires des grévistes va se poursuivre    Décès du militant associatif Tarek Ben Hiba    Sfax: Prix au marché Bouchouicha [Vidéo]    Ligue 1 Pro : programme TV des matches de la J10 ?    Réunion de la commission administrative nationale de l'UGTT    USBG: Pas de surprise en vue    Mes odyssées en Méditerranée: Signature d'un accord bilatéral d'échange et d'Erasmus+, entre les Universités de Malte et de La Manouba    CSS: A trois points du bonheur    Rencontre avec le compositeur Karim Thlibi: Quand la musique s'affranchit de la parole    Réunion du comité administratif-Sami Tahri: Plusieurs dossiers seront sur la table de l'UGTT [Vidéo en direct]    REMERCIEMENTS ET FARK: Hasna (Mohsna) MEZIANE    MEMOIRE: Hadj Abdelkrim BENSAAD    Wimbledon – Ons Jabeur :"La bonne chose est que je reste positive"    La part de la femme...    EXPRESS    Kairouan: Chômage, l'éternel problème des jeunes    Pourquoi: Où sont les services d'hygiène ?    Smartphones, tablettes: Une addiction qui fait mal    Aujourd'hui, temps très chaud et la vigilance est de mise!    Sixième édition du Tunisia Digital Summit (TDS): La transformation digitale, une clé pour sortir de la crise actuelle    Hammam-Lif: Le Casino renaîtra de ses cendres    Malgré sa rhétorique belliciste, la BCE ne peut pas suivre la Fed    Mongi Bennani, ancien handballeur du SN et entraîneur : «Personne ne m'a fait de cadeaux !»    Agronomie :le langage révélateur des chiffres    Samir Dilou : La police a refusé de remettre à Hamadi Jebali ses médicaments    Production de électricité ,une "première "en Tunisie    Hamadi Jebali admis en urgence au service de réanimation de l'hôpital Habib Thameur    Djerba sans sachets plastiques à usage unique depuis le 1er août 2022 : Est-ce la fin du cauchemar?    Balti et ses amis se produisent à l'avenue Habib Bourguiba à l'initiative de Orange Tunisie    Covid-19 : un décès à Bizerte    Attaque à Oslo : notre journaliste raconte    Semaine boursière : Le Tunindex en hausse en dépit d'un volume transactionnel modeste    Ligue 1 Pro : Officiel. Le CSS jouera la coupe de la CAF    «Possibles», revue trimestrielle de littérature : «Le train m'emporte vers toi, mais déjà tu n'es plus là...» !    Météo de ce samedi    France : La grève générale frappe là où ça fait mal    Monde-Daily brief du 24 juin 2022: L'UE valide la candidature de l'Ukraine, les forces de Kiev ont reçu l'ordre de se retirer de Severodonetsk    Gaz russe : l'Allemagne aura froid cet hiver plus d'autres catastrophes alerte le gouvernement    Festival Hammamet 2022: L'affiche rend hommage à Maurice Béjart    Tunisie-Ligue 1 (Play-Off): programme Tv de la dernière journée    Ons Jabeur rassure son public    Décès de l'artiste peintre Meherzia Ghadhab    Près de 150 migrants secourus au large de la Tunisie    Fondation Arts & Culture by UIB mécène la 35ème édition du Festival international de Musique Symphonique d'El Jem    Le Maroc va envoyer des travailleurs en Israël    FMI : ''La Tunisie doit remédier de toute urgence aux déséquilibres de ses finances publiques''    African Lion 2022 - La Défense nationale dément la participation d'Israël    Vive indignation à la suite de l'interdiction du film « Lightyear »    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Et ça repart !
Musique : Jazz à Carthage (5-15 avril)
Publié dans La Presse de Tunisie le 18 - 03 - 2012

Ayant été mis en suspens l'an dernier, pour cause de troubles post-révolution, Jazz à Carthage reprend cette année avec la même fougue et la même envie de bien faire, relevant encore et toujours le même défi d'organiser un événement récurrent qui donne à entendre du jazz dans toute sa diversité.
Et l'affiche de cette édition répond à cette variété. Les inspirations sont plurielles et les mélanges subtils. Que les influences soient blues, rock, samba, boléro, pop, folk, que la dominante soit classique ou les rythmes, ceux de l'Afrique originelle, le jazz est toujours présent à l'oreille.
Le jazz, on n'en fera jamais le tour. Surprenant, déroutant, en perpétuel mouvement et renouvellement, il est là depuis des générations sans jamais prendre une ride.
Musique éternellement adolescente, partagée entre la tradition dont elle est issue, les rencontres et les surprises d'un devenir toujours relancé. Une musique aussi qui puise dans le réel son extraordinaire longévité, alors comment s'étonner que la plupart des artistes de cette édition, aient, pour une bonne part, des engagements marqués ? A commencer par ceux issus de la nouvelle scène tunisienne, Badiaa Bouhrizi et Bendirman, dont la voix se faisait entendre bien avant le 14 janvier.
Qu'ils mettent en chansons cet engagement, comme Otis Taylor dont le blues perpétue les souffrances du peuple noir ou la grande Luz qui avait réagi aux attentats de Madrid, ou qu'ils payent de leur personne comme Inna Modja pour les femmes africaines ou Radiodervish pour la paix, les artistes ne sont pas hors de la société civile. Les plus grands sont tout aussi impliqués et malgré un agenda très chargé, Branford Marsalis, se donne sans compter que ce soit pour des concerts de soutien, pour réformer les modes de transmission du jazz ou encore pour reconstruire un quartier des musiciens à la Nouvelle-Orléans.
Mais quel artiste n'a pas rêvé de changer notre vision du monde ne serait-ce que le temps d'une soirée? C'est en cela que réside leur talent, transformer leur prestation en air connu, en refrain familier. Que leurs créations aient l'évidence des tubes comme celles de Hindi Zahra ou qu'elles semblent puisées à un fonds commun comme avec la pop de Julian Perretta ou la samba de Paula Lima ou encore le blues, version cuivres, de Boney Fields ou version rock, de Michael Burks, les musiciens sont dans le partage. On ne peut que les suivre, avec bonheur, quitte à se laisser entraîner sur les sentiers de traverse des petites musiques divergentes, comme celles de Joey Calderrazzo, de Franck Salis ou Triotonic. On peut aussi les entourer, les accompagner dans l'hommage qu'ils rendent à ceux qui les ont précédés et prendre part aux reprises, qu'elles soient tonitruantes comme celles de Earth, Wind and Fire des Al Mc Kay Allstars ou si délicieusement séduisantes comme celles de Stacey Kent.
Jazz à Carthage qui se tiendra cette année du 5 au 15 avril encore une fois dans la salle de spectacle de l'hôtel Barcelo de Gammarth, drainera certainement un grand public de jeunes et de moins jeunes. Les prix des billets varient entre 10 et 50 dinars, il y en a pour tous les goûts et pour toutes les bourses.
Le programme
Voici, le programme en détail :
Jeudi 5 avril
Badiaa (Tunisie)
12 Stacey Kent (Etats-Unis)
Vendredi 6 avril
Otis Taylor (Etats-Unis)
Samedi 7 avril
Earth Wind and fire experience feat.T Allstars (Etats-Unis)
Dimanche 8 avril
Inna Modja (Mali)
Julian Perretta (UK)
Mardi 10 avril
Frank Salis H30 (Suisse)
Branford Marsalis et Joey Calderazzo
Mercredi 11 avril
Triotonic (Autriche)
Hindi Zahra (Maroc)
Jeudi 12 avril
Radiodervish (Italie-Palestine)
Paula Lima (Brésil)
Samedi 14 avril
Luz feat, Luz Casal (Espagne)
Dimanche 15 avril
Bendir Man I'm coming Bendirland T.
Michael Burks (Etats-Unis).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.