Météo: Prévisions pour lundi 24 septembre 2018    Tunisie – Interview de BCE sur « Al Hiwar », demain soir : Que va-t-il annoncer aux tunisiens ?    231 Jeunes tunisiens reconvertis et placés en entreprise par le Centre d'Orientation et de Reconversion Professionnelle (CORP)    Tunisie – Les marins du chalutier « Bourassine » arrivent à Tunis, après leur libération en Italie    Tunisie – L'ambassadeur de France témoigne sa solidarité avec la population du gouvernorat de Nabeul    Tunisie – Officiel : Deux jours de suspension des cours dans tous les établissements scolaires du gouvernorat de Nabeul    Compte rendu de la visite du Chef du gouvernement à Nabeul où il a constaté les dégâts subis par la région    LdC Afrique: Calendrier de l'édition 2018-2019    Ministère de l'Agriculture, des Ressources hydrauliques et de la Pêche : Le record de 1969 (200 mm à Sidi Bouzid) dépassé à Nabeul (297 mm à Béni Khalled)    Mouvements de protestation et revendications: Les jeunes capables de changer le destin du pays    De partout… De partout…    Bande de Gaza: Le Hamas tente de relancer la mobilisation    Le gouvernement libyen en appelle à l'ONU: 3800 familles fuient les combats à Tripoli    Avec 40 membres et 10 demandes d'adhésion: Le bloc de la «Coalition nationale» prend forme    Chiheb Ellili : «Nous avons manqué d'agressivité en attaque» - Khaled Ben Yahia: «Réalisme payant»    Ligue 2 (1ère J): Les favoris annoncent déjà la couleur !    En prévision des J.O.2020: ENO- JSK (2-0)    Au palais de justice    Service "WIFI" à usage extérieur: Exploitation possible sous certaines conditions    Gastronomie: La France et la Roumanie au festival de l'harissa et des piments    Jardins d'enfants et crèches: La chambre syndicale mécontente du cahier des charges    Divers... Divers...Divers... Divers...    Des résultats mi-figue mi-raisin: Evaluation de la saison du pèlerinage    L'Unesco épingle la Tunisie    Bruits et chuchotements    Cinéma: Faouzi Bensaïdi, réalisateur marocain.. « Le peuple arabe est très sentimental »    Brandt ciblera 20 % de parts du marché à l'horizon de 2021    Un Tunisien change de nationalité et de nom… après sa mort    Dégâts importants, population en détresse    Trois personnes (dont 2 sœurs) emportées par les pluies torrentielles à Nabeul    La marge de manœuvre de BCE rétrécit comme peau de chagrin    Europe: Programme des rencontres de ce dimanche    Coulibaly, Monsieur demi-finale…    Pour une politique culturelle issue des acteurs locaux    « La Tunisie a besoin d'attirer des investisseurs pour rattraper son déficit de compétitivité »    Une stratégie prochainement mise en œuvre    Le cap de bonne Espérance    Khénissi-Chermiti : un sevrage préoccupant    L'œuvre complète d'Azzedine Madani en cours d'édition    «L'absurdité d'une guerre dont on n'a pas pu faire le deuil !»    Le «Frank Sinatra» de la Tunisie    Iran : VIDEO: Un défilé militaire attaqué par des hommes armés : Huit morts et des dizaines de blessés    Mise en liberté par les autorités italiennes de Chamseddine Bourassine et ses 5 marins-pêcheurs    PAPA HEDI – The Man Behind The Microphone de Claire Belhassine, au cinéma Amilcar à El Manar    Candidature commune de Séoul et Pyongyang pour 2032    Le gouvernement ne prévoit pas d'augmenter les prix    En photos : Le deuxième look de Dorra Zarrouk au Festival d'El Gouna fait sensation….    «Alliance Cities» au secours de la ville des Cigognes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le rôle de la société civile
Droits économiques, sociaux et culturels
Publié dans La Presse de Tunisie le 17 - 05 - 2012

L'Association Aswat Nissa (voix de femmes) a organisé hier à Tunis, une journée d'information sur la ratification du protocole facultatif se rapportant au Pacte international sur les droits économiques, sociaux et culturels.
L'allocution d'ouverture a été donnée par Mme Ikram Ben Said, présidente de l'association, qui a souligné que «pour que l'application des droits économiques, sociaux et culturels soit mieux garantie sur le plan juridique, il faut que l'Etat signe le protocole facultatif se rapportant au Pacte international sur les droits économiques, sociaux et culturels. Les composantes de la société civile et même les citoyens pourraient porter des plaintes individuelles relatives aux droits économiques, sociaux et culturels, après l'entrée en vigueur du Protocole», a-t-elle ajouté.
De son côté, Mme Salwa Hamrouni, juriste universitaire, a indiqué que «l'Etat est appelé à prendre des mesures juridiques afin d'assurer l'application des droits économiques, sociaux et culturels». Pour ce faire, la société civile, étant une force de pression, «peut pousser l'Etat à la ratification du protocole», a-t-elle ajouté. Pour elle, on ne peut pas parler de droits politiques et civils si les droits économiques, sociaux et culturels n'existent pas et vice versa.
Bref, le protocole facultatif permettra aux personnes dont les droits économiques, sociaux et culturels sont violés et qui n'ont pas pu obtenir justice au niveau national, d'exercer un recours au niveau international.
Par ailleurs, la conférencière a assuré que le Pacte international sur les droits économiques, sociaux et culturels est, actuellement, ratifié par 160 Etats dont la Tunisie depuis 1969. Alors que le protocole facultatif n'est signé que par 8 Etats seulement et afin que ce dernier entre en vigueur, il faut que deux autres Etats le signent. Notons que la ratification de ce protocole facultatif, qui n'est pas obligatoire, ne peut être signé que si le Pacte international a été déja signé .
Quant à M. Azzem Mahjoub, économiste universitaire, il a parlé d'une part d'un «contrat social général» basé sur la citoyenneté et l'égalité. «Nous voulons que la relation entre le citoyen et l'Etat soit une relation de citoyenneté assurant, non seulement les libertés et les droits, mais aussi les devoirs», a-t- il expliqué. Le principe de la citoyenneté c'est l'égalité entre les individus, notamment entre l'homme et la femme sans distinction régionale, ethnique, religieuse... «Aujourd'hui, il faut militer en vue d'instaurer une citoyenneté entre les individus et l'Etat, la transition vers un Etat démocratique est alors devenue nécessaire», a-t-il résumé.
L'orateur a, d'autre part, présenté des données et des statistiques relatives à l'égalité entre l'homme et la femme. Concernant le droit à l'éducation, le taux de l'analphabétisme est de 11,4% chez les hommes, alors qu'il a dépassé les 26,4% chez les femmes. Ce pourcentage a dépassé le 39,7% dans les gouvernorats intérieurs et il a atteint 40% à Siliana et Jendouba. Il a insisté, en outre, sur le fait que 40% des chômeurs sont des femmes. En fait, sur un total de quatre femmes, une seule femme travaille. Dans le même contexte, il a affirmé que 22,6% des diplômés sont au chômage. Ce taux est de 44,2%, soit le double parmi la population féminine.
Sur un autre plan, le conférencier a souligné que la précarité du travail et le chômage sont à l'origine de la plupart des sit-in et des grèves, d'ailleurs 43,4% des employés travaillent sans contrat.
Notons que l'Association Aswat-Nissa œuvre pour que la femme soit une actrice active pour la construction des prochaines étapes et pour qu'elle soit aussi consciente de ses droits et de ses devoirs.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.