Foot | Tunisie – Mauritanie (4-0) : Les aigles de Carthage se relancent dans la CAN    Tunisie-Sfax : Une tentative d'immigration irrégulière de 46 jeunes des pays subsahariens déjouée    À Sfax, le Covid-19 continue de se propager rapidement    Gr F / Tunisie – Mauritanie : les formations de départ    CAN 2021 – Gr F : la Gambie sauve un point contre le Mali    We Global Football : la chance de la Tunisie pour se qualifier est de …    Maltraité, l'artiste Saja demande la récupération de ses tableaux du pavillon tunisien à l'Expo Dubai    Le Gouvernement allemand œuvre pour la promotion du tourisme durable en Tunisie    Tunisie-coronavirus : L'association des parents pour le protocole sanitaire dans les écoles    Le parti Afek Tounes appelle Kaïs Saïed à revenir sur sa démarche unilatérale    Le combat d'un résistant septuagénaire palestinien écrasé par une voiture de police de l'occupant    Kasserine: Saisie de 12,5 tonnes de semoule [Photos]    Ooredoo s'allie à Fujifilm et lance une solution digitale d'impression photo    CAN 2022 : Programme du dimanche 16 janvier, chaînes TV et live streaming pour regarder les matchs    Kamel Amroussia accuse Kais Saied de vouloir s'emparer de tous les pouvoirs [Vidéo]    MEMOIRE: Mohamed HADIDANE    CAN 2021 — Groupe f —2e journée : Tunisie-Mauritanie (17h00): De la hargne s'il vous plaît !    FARK: Riadh SIALA    DECES: Mohamed Moncef BOUKHRIS    Le discours indécent de Bechr Chebbi indigne la toile    Pourquoi: L'éclairage public    Dégradation continue de la note souveraine de la Tunisie: Comment renverser la vapeur ?    CAN (2e journée): les matches de ce dimanche    Ils ont dit    Covid-19: Fermeture de 122 établissements scolaires et 373 classes    Météo: Stabilité de la plupart des indicateurs météorologiques    Mes odyssées en Méditerranée : Le faux comte sicilien, Pepito Abatino, et la star Joséphine Baker    «The Wasteland» d'Ahmad Bahrami: Une expérience sensorielle    Hosni Zouaoui, ancien milieu défensif du CAB: «Je ne crois qu'au mérite»    L'Omicron, un vent contraire limité et temporaire pour l'économie mondiale    Abdelaziz Kacem: Saveur et savoir, même étymologie    Tunisie-Coronavirus : Bilan épidémiologique du 14 Janvier    Tunisie-Ministère de l'Intérieur : Appel à témoins contre un élément takifiriste    Tunisie : Les organisations nationales condamnent la "répression policière" lors des manifestations d'hier    Frappé par des policiers Tunisiens, un journaliste français à la clinique    Scandaleux : Le correspondant d'un journal français frappé par des policiers le14 janvier    Du 1er au 10 janvier 2022, les recettes touristiques ont crû de 19%    Baisse de 5,5% de la production d'œufs de consommation en 2021    Semaine boursière : Le Tunindex reprend des couleurs mais l'inertie se poursuit    Meurtre du caporal Saïd Ghozlani : Des peines allant de 32 ans de prison à la condamnation à mort    La France met en garde contre un risque d'attentat élevé en Tunisie    L' Ukraine victime d'une grosse cyberattaque visant ses sites gouvernementaux    Tahar Bekri: Abdelwahhab Meddeb et la relecture de l'héritage culturel arabo-musulman    Royaume-Uni : Johnson pourrait être balayé par ses fêtes en plein confinement    Le grand poète tunisien Noureddine Sammoud est décédé    Noureddine Sammoud n'est plus    " Streams " de Mehdi Hmili dans les salles tunisiennes à partir du 19 janvier    Projection-débat autour du documentaire Movma, portrait d'une jeunesse en mouvement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le rôle de la société civile
Droits économiques, sociaux et culturels
Publié dans La Presse de Tunisie le 17 - 05 - 2012

L'Association Aswat Nissa (voix de femmes) a organisé hier à Tunis, une journée d'information sur la ratification du protocole facultatif se rapportant au Pacte international sur les droits économiques, sociaux et culturels.
L'allocution d'ouverture a été donnée par Mme Ikram Ben Said, présidente de l'association, qui a souligné que «pour que l'application des droits économiques, sociaux et culturels soit mieux garantie sur le plan juridique, il faut que l'Etat signe le protocole facultatif se rapportant au Pacte international sur les droits économiques, sociaux et culturels. Les composantes de la société civile et même les citoyens pourraient porter des plaintes individuelles relatives aux droits économiques, sociaux et culturels, après l'entrée en vigueur du Protocole», a-t-elle ajouté.
De son côté, Mme Salwa Hamrouni, juriste universitaire, a indiqué que «l'Etat est appelé à prendre des mesures juridiques afin d'assurer l'application des droits économiques, sociaux et culturels». Pour ce faire, la société civile, étant une force de pression, «peut pousser l'Etat à la ratification du protocole», a-t-elle ajouté. Pour elle, on ne peut pas parler de droits politiques et civils si les droits économiques, sociaux et culturels n'existent pas et vice versa.
Bref, le protocole facultatif permettra aux personnes dont les droits économiques, sociaux et culturels sont violés et qui n'ont pas pu obtenir justice au niveau national, d'exercer un recours au niveau international.
Par ailleurs, la conférencière a assuré que le Pacte international sur les droits économiques, sociaux et culturels est, actuellement, ratifié par 160 Etats dont la Tunisie depuis 1969. Alors que le protocole facultatif n'est signé que par 8 Etats seulement et afin que ce dernier entre en vigueur, il faut que deux autres Etats le signent. Notons que la ratification de ce protocole facultatif, qui n'est pas obligatoire, ne peut être signé que si le Pacte international a été déja signé .
Quant à M. Azzem Mahjoub, économiste universitaire, il a parlé d'une part d'un «contrat social général» basé sur la citoyenneté et l'égalité. «Nous voulons que la relation entre le citoyen et l'Etat soit une relation de citoyenneté assurant, non seulement les libertés et les droits, mais aussi les devoirs», a-t- il expliqué. Le principe de la citoyenneté c'est l'égalité entre les individus, notamment entre l'homme et la femme sans distinction régionale, ethnique, religieuse... «Aujourd'hui, il faut militer en vue d'instaurer une citoyenneté entre les individus et l'Etat, la transition vers un Etat démocratique est alors devenue nécessaire», a-t-il résumé.
L'orateur a, d'autre part, présenté des données et des statistiques relatives à l'égalité entre l'homme et la femme. Concernant le droit à l'éducation, le taux de l'analphabétisme est de 11,4% chez les hommes, alors qu'il a dépassé les 26,4% chez les femmes. Ce pourcentage a dépassé le 39,7% dans les gouvernorats intérieurs et il a atteint 40% à Siliana et Jendouba. Il a insisté, en outre, sur le fait que 40% des chômeurs sont des femmes. En fait, sur un total de quatre femmes, une seule femme travaille. Dans le même contexte, il a affirmé que 22,6% des diplômés sont au chômage. Ce taux est de 44,2%, soit le double parmi la population féminine.
Sur un autre plan, le conférencier a souligné que la précarité du travail et le chômage sont à l'origine de la plupart des sit-in et des grèves, d'ailleurs 43,4% des employés travaillent sans contrat.
Notons que l'Association Aswat-Nissa œuvre pour que la femme soit une actrice active pour la construction des prochaines étapes et pour qu'elle soit aussi consciente de ses droits et de ses devoirs.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.