La Poste tunisienne édite deux timbres à l'effigie de Chokri Belaïd et de Mohamed Brahmi    Hachemi Louzir : Nous préparons un processus de dépistage massif du Covid-19    Coronavirus – Italie : 542 morts en 24 heures    Le parlement exprime sa totale solidarité avec Zouhaier Maghzaoui et Samia Abbou    Hausse des tarifs de l'eau potable pour l'usage domestique et touristique    Coronavirus [audio] : Le refus de l'enterrement des victimes de coronavirus peut conduire à des poursuites judiciaires    Bulletin de veille sanitaire COVID-19 du 06 Avril 2020 de l'Observatoire national des maladies nouvelles et émergentes à l'issue des 623 cas confirmés    El Mekki : l'objectif de l'application de la quarantaine sanitaire globale, est l'ancrage de la distanciation sociale qui reste le seul moyen pour cerner la pandémie    Tunisie : Salem Labyeth fait l'objet de menaces terroristes    Covid-19 – STAFIM Peugeot et Groupe Khechine : Don de 13 véhicules « 10 Pick Up et 3 Ambulances »    Le Qatar réfute les allégations de corruption autour de la Coupe du monde    Coronavirus: Aucun nouveau cas à Sidi Bouzid    Club Africain : malgré le coronavirus, la FIFA menace encore    CA Bizertin : les joueurs impayés depuis 6 mois    La famille de La Presse en deuil : M'Hamed Jaïbi, n'est plus    Le sommet de Tunis de la Francophonie sera-t-il repoussé à 2021 ?    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour du 08 Avril à 11H00 :    La FIFA dévoile ses recommandations et directives par rapport aux contrats des joueurs    Tottenham avertit Mourinho et plusieurs joueurs vus s'entraîner ensemble    Tunisie-Lutte contre le Corona: La BNA lance une campagne pour le soutien du fonds 1818    Elyès Fakhfakh désigne comme "Porte-parole du Gouvernement" la ministre de la Femme Asma Shiri    Huawei soutient les étudiants tunisiens dans l'enseignement à distance    COVID-19: le fondateur de Twitter donne 1 milliard de dollars    Météo : ciel voilé et températures stationnaires    Covid-19 | Trump menace de suspendre la contribution américaine à l'OMS    «La CAN est toujours fixée à janvier et février 2021»    Nagguez de retour à l'Etoile?    Allagui va rompre son contrat avec Mouscron    Repartir du bon pied    L'ONU s'abstient d'incriminer directement la Russie    Impitoyable « guerre mondiale » des masques    Le métier de Président ….    L'INS déplore l'impact du confinement sur son activité    Baisse timide sous fond de contraintes budgétaires et guerre sanitaire    Tunisie Telecom leader des connexions mobiles en Tunisie    Le Calife de Carthage met la main à la pâte !    Artistes et intellectuels, comment vivent-ils le confinement ?    La poésie, l'amour et les femmes    Hommage à l'un des plus grands écrivains africains    Démantèlement d'un groupuscule terroriste à Kasserine    OMS: L'Afrique ne sera pas un terrain d'essai pour les vaccins contre le COVID-19    Michèle Gazier : Il était une fois Leila Menchari    L'ONU appelle à la cessation des hostilités en Libye    Elizabeth II aux britanniques: “C'est un temps de disruption dans la vie de notre pays”    Beit El Hikma se dote d'une cellule de veille pour suivre les données relatives au Covid-19    La Fondation Kamel Lazaar lance l'appel à projets “Culture Solidaire”    Olivier Poivre d'Arvor: Leïla Menchari, ma reine de Carthage    Retour sur le décès de la célèbre décoratrice tunisienne Leïla Menchari, emportée par le Coronavirus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La mise à niveau s'impose
Gestion et contrôle des produits chimiques
Publié dans La Presse de Tunisie le 07 - 06 - 2012

• Une enveloppe de 950.000 euros sera allouée pour appuyer et développer des activités du Centre technique de la chimie (CTC) et des autres institutions concernées
S'agit-il d'une nouvelle barrière à l'entrée au marché européen ou d'une obligation aux industriels tunisiens de prendre en considération, dans leurs processus de production, la santé des consommateurs et la préservation de l'environnement, dans le cadre d'une approche de développement durable? En effet, les importateurs européens sont tenus de respecter le règlement européen Reach (Enregistrement, évaluation et autorisation des substances chimiques) et le règlement CLP (Classification, étiquetage et emballage des substances chimiques). De facto, l'industriel tunisien qui compte préserver ses marchés ou celui qui compte évoluer sur le vieux Continent aura la charge de respecter ces normes. D'où le besoin de développer un tissu d'institutions et de procédures pour respecter ces réglementations. Pour ce faire, un projet de jumelage entre la Tunisie, l'Autriche, la France et la Suède en matière de gestion et de contrôle des produits chimiques a été lancé, hier, à Tunis. Ce projet s'inscrit dans le cadre du Programme d'appui à l'Accord d'association et au Plan d'action de voisinage «P3AII». Une enveloppe de 950 mille euros sera allouée pour appuyer et développer des activités du Centre technique de la chimie (CTC), des autres institutions concernées.
En effet, dans notre vie quotidienne, nous sommes exposés à de multiples dangers inhérents à la consommation et à l'utilisation de produits chimiques, notamment de la famille des détergents, des cosmétiques, des pesticides... Pis, les substances nocives se trouvent aussi dans plusieurs autres biens où l'on ne soupçonne pas leur présence, à l'instar des emballages, des meubles...
Représentant le ministère de l'Industrie, M. Ahmed Souibgui, chef de cabinet du ministre de l'Industrie, a relevé que «le projet financé par un don de l'UE vise à travers une approche intégrée à préparer l'entreprise industrielle tunisienne aux exigences de la législation européenne en matière de substances chimiques». En effet, selon le responsable, la compétitivité ne repose plus seulement sur le coût, la productivité et la réactivité, mais aussi sur un plus grand souci de la qualité, de l'innovation et de la protection de l'environnement. Mener à bien ce projet est tributaire de «l'adoption d'une charte qui engage les entreprises au respect des critères de la sécurité environnementale, de santé publique, de gestion des risques et de transparence», a-t-il ajouté.
De même, l'apport des partenaires étrangers est de taille, notamment en matière d'échange de bonnes pratiques, de l'engagement d'études d'impact du processus Reach, de renforcement des mécanismes de contrôle du marché, et du renforcement de l'infrastructure d'analyses et essais dans le domaine.
Mme Samira Ben Abdallah, directrice générale de la CTC, a souligné que «bien que les réglementations techniques soient de véritables barrières aux exportations tunisiennes, leur respect offre de réels avantages aux consommateurs, aux employés et à l'environnement». Puisqu'il s'agit de réglementations applicables à tous les fournisseurs de l'UE, une mise à niveau rapide des entreprises tunisiennes sur ce plan est de nature à les doter d'un avantage concurrentiel et de consolider leur positionnement sur le marché européen. «Pour ce faire on a exprimé notre besoin en financement, via une requête, à l'UE qui participe activement à la réalisation de ce grand projet», a-t-elle noté.
Outre le volet financier, les 32 experts conduiront, avec leurs homologues tunisiens, des formations des ateliers et des échanges de groupes de travail dans ce domaine. L'expertise déployée dans le cadre de ce jumelage implique des experts de l'Agence autrichienne de l'environnement, de l'Institut national de l'environnement industriel et des risques et de l'Office international de l'eau de France et de l'Agence suédoise des produits chimiques.
En somme, ce jumelage entre la Tunisie et les trois pays membres de l'UE a pour objectif de promouvoir une industrie respectueuse de la santé et de l'environnement. De préparer le tissu industriel aux mutations organisationnelles et technologiques liées à l'application des règlements européens Reach et CLP.
Pour atteindre ces objectifs, quatre axes sont définis. Le premier consiste à renforcer l'assise juridique en matière de gestion et de contrôle des produits chimiques issus de l'industrie. Il s'agit d'adopter un Système général harmonisé (SGH), élaboré par les Nations unies, dans le but d'harmoniser la classification et l'étiquetage des substances chimiques de par le monde. Dans la même perspective, il s'agit de proposer des textes juridiques afin de réglementer d'autres aspects de la gestion des substances chimiques. Les experts européens, avec leurs homologues tunisiens, fixeront les priorités de la Tunisie dans ce domaine.
Le deuxième objectif est l'établissement d'une infrastructure institutionnelle et un mode de fonctionnement permettant une gestion efficace des produits chimiques issus de l'industrie. Le troisième vise à renforcer la capacité d'intervention du CTC. Il s'agit de doter la Tunisie du savoir faire nécessaire à l'application des nouveaux textes réglementaires.
Le quatrième consiste à mener des campagnes d'information et de sensibilisation des différentes parties prenantes, notamment les entreprises, les institutions publiques, les ministères, les ONG, la société civile... sur le nouveau système de contrôle et de gestion des produits chimiques.
Les chiffres clés
Durée : 24 mois (mars 2012 à mars 2014)
Budget : 950.000 euros
Gestion : Unité de gestion du Programme d'Appui à l'Accord d'Association et de Plan d'Action de Voisinage
Experts : 32 experts des Etats membres impliqués
Ressources : 260 hommes/jours d'expertise en Tunisie
Bénéficiaire : le Centre technique de la chimie (CTC) et les autres ministères et institutions concernés.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.