Que contiendra le nouveau décret de réconciliation pénale que prépare Kaïs Saïed ?    Les revenus de Tunisair augmentent de près de 25%    Mutinerie au Burkina Faso : Renversement de Roch Marc Christian Kaboré ?    Hausse des revenus de City Cars de près de 46%    Ooredoo récompense les supporters Tunisiens : 15000 dinars à gagner ce samedi    NEWS | La chute de la Ligue 1 !    CA | Retour de la passion en attendant la consécration : Ici, tout commence !    Amen Allah Messaâdi : le rythme des contaminations ne régresse pas    Sur nos écrans l «Al Kahen» de Othman Abou Laban : Le genre dans le mauvais    Kamel Ben Messaoud explique la décision du Tribunal administratif en faveur de Béchir Akremi    Noureddine Ben Abdallah : les revendications des médecins du secteur public ne sont pas prises au sérieux    Kairouan: Les consommateurs en ont ras-le-bol de la hausse des prix [Vidéo]    Seulement 13% des Tunisiens sont diplômés    STEG : -40% en liquidités, 13 milliards de dette…, pourtant les salariés auront leurs primes    Olga Malakhova : Elyssa poupée russe    Livres | «Ton absence n'est que ténèbres» de Jón Kalman Stefánsson : Une mosaïque romanesque extraordinaire    Gafsa: Plus de 231 infractions économiques relevées    A Bizerte, 2 400 oliviers seront plantés pour la saison 2021-2022    Daily Brief du 24 janvier 2022: Kaïs Saïed ne semble pas avoir compris qu'il s'est fait remonter les bretelles par Macron !    Youssef Bouzakher : le ministère de la Justice et le pouvoir législatif sont responsables de la situation de l'affaire Akremi    Kasserine: L'UTICA menace d'organiser des journées de colère    Le couvre-feu va-t-il être prolongé ? Précisions de Amen Allah Messadi    Météo : Ciel passagèrement nuageux et températures stationnaires    Météo: Températures en légère hausse, ce lundi    Ettakatol: Saied veut démanteler les institutions de l'Etat    CAN 2021 : Sur quelles chaînes regarder les matches de lundi ?    Coupe de Tunisie : résultats complets des matches du 3ème tour    Ammar Mahjoubi: Le caractère fondamentalement inégalitaire de la société romaine*    Ali Baklouti, fondateur de La Gazette du Sud, est décédé    Tunisie : Le CSM met en garde contre "la diffamation sans précédent de ses membres".    Monde : Le président arménien annonce sa démission    CAN 2021 : la Tunisie, si Forte, si Seule … élimine l'ogre nigérian    Bruits autour de BCE, Ben Ali : Le son de cloche de Baccouche    Syrie : 4e jour de combat entre Daech et les Kurdes, plus de 120 morts    Entretien téléphonique Saïed-Macron: « Les réformes aspirent à préserver la liberté et à établir la justice »    Foot-Europe: le programme du jour    Tunisie: Ali Abdi testé positif au Covid19    Ali Graja, ancien attaquant international du CSS: «Dans la vie, il n' y a pas que l'argent ! »    Evènement "Les Nuits de la lecture" en ligne: 6ème édition sous le thème de l'AMOUR    Le chanteur hip-hop Balti et Elyanna réunis dans une chanson tuniso-palestinienne (vidéo)    Syrie: Daech attaque une grande prison et libère plusieurs terroristes    Sculpture sur un minéral ancestral, le lapis specularis    Gabès Cinéma Fen 2022: les inscriptions pour les films sont ouvertes    Les crises en Tunisie se sont aggravées depuis que Saïd a limogé Mechichi, selon la Confédération Syndicale Internationale    Coronavirus :Fin des mesures sanitaires en Grande-Bretagne    L'histoire de détermination de la nouvelle conseillère de Kais Saied    Un astéroïde "potentiellement dangereux " passera prés de la terre mardi soir    Le combat d'un résistant septuagénaire palestinien écrasé par une voiture de police de l'occupant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Mauvaise circulation
Héritage, UN film de Hiam Abbas
Publié dans La Presse de Tunisie le 25 - 12 - 2013

Un premier long métrage de la Palestinienne qui aurait pu être très intéressant.
Lorsqu'elle a présenté son film héritage au festival Méditerranéen de Bruxelles, Hiam Abbas, de vert vêtue et serrant fort le micro entre ses mains, a insisté sur cette appellation «Arabe israélien» contre laquelle elle semble se battre. «C'est absurde comme appellation, dit-elle, on ne dit jamais par exemple, Arabe algérien ou Arabe tunisien...» une stigmatisation péjorative pour cette communauté qui vit en Israël où se déroule le drame du film de Hiam Abbas, son premier film en tant que réalisatrice.
Un premier film qui ne constitue pas ce qu'on appelle un «foudre de guerre»... vu les différentes parties qui ont contribué à la production , et disons-le, le film ne semble pas avoir eu de problèmes de financement grâce au nom de l'actrice qui a fait déjà ses preuves en réalisant déjà quelques courts métrages .
On s'attendait à un meilleur traitement, sincèrement ! Le public belge attendait plus de la réalisatrice ce soir-là d'autant plus qu'elle avait un sujet facilement malléable et possiblement émouvant, même si l'histoire de la fille arabe (rôle campé par Hafsia Herzi) qui veut épouser un non musulman est déjà usité.
En voici le synopsis : «Alors qu'Israël et le Liban sont en guerre, une famille palestinienne se rassemble autour du mariage de l'une des filles.
Mais la vie n'est simple pour personne : Hajar, de retour de Londres, n'ose pas annoncer à ses parents qu'elle est éprise d'un Anglais, Matthew. Ahmad est candidat aux élections municipales. Il a fait le choix de travailler avec les Israéliens. Majd cache son endettement alarmant au reste de la famille. Marwan se désespère de ne pouvoir avoir d'enfants. Hajar finit par confier à son père, Abu Majd, son amour pour Matthew. Le père, courroucé, réagit en demandant au cousin Ali de mettre tout en œuvre pour dissuader sa fille de l'épouser... et, en toile de fond, il y a la guerre entre Israël et le Liban. Une guerre qu'on entend beaucoup dans la bande-son du film, comme le précise, d'ailleurs, Hiam Abbas qui a déclaré avoir travaillé avec des effets spéciaux pour l'image des avions et le bruit des explosions. Voici un côté très réussi du film.
Le film remet en question des traditions et des préjugés de la société arabe qui refuse encore qu'une de leur fille épouse un chrétien et de surcroît anglais. «Mais c'est à cause des Anglais que la Palestine est dans cet état!», lance l'oncle lorsqu'il apprend que sa nièce allait se marier avec le jeune étranger. Une réplique du film qui révèle tout un état d'esprit et un arrière-fond politique qui traduit assez bien la plus grande déchirure du Moyen-Orient. Malgré les lacunes du film, trois personnages retiennent l'attention : Hajer, la jeune fille amoureuse qui tente d'échapper à l'autorité familiale , le frère, médecin, qui a honte de se découvrir stérile, et l'oncle, avocat, accusé de traîtrise et de collaboration avec Israël lorsqu'il tente de se présenter aux élections. La réalisatrice elle-même joue le rôle de la tante de Hajer, un rôle qu'elle réussit magistralement. Mais dans tout cela, le film pèche par un ensemble de situations introduites sans souplesse narrative et par une mauvaise circulation de la passion et des sentiments entre les différents personnages. Mais la réalisatrice y a beaucoup mis d'elle-même, du moins assez pour nous faire sentir la déchirure que provoque la double identité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.