Tunisie : Reprise du lancement du projet de délivrance d'un passeport et d'une carte d'identité biométriques    Kasserine : Deux mandats de dépôt en prison contre le directeur de l'usine de chaux et un employé    Ooredoo s'allie à Fujifilm et lance une solution digitale d'impression photo    Tunisie : Libération de l'avocate accusée d'avoir agressé un agent de sécurité à l'aéroport de Djerba Zarzis    La bourse de Tunis renoue avec les pertes    CAN 2021 : Où regarder les 4 matches de mardi ?    Najla Bouden reçoit Slim Hentati et Faouzia Yacoubi    Libération de Mustapha Khedher    CAN 2021 – Gr A : Le Burkina Faso décimé mais qualifié aux 1/8    France : Une autre grève générale qui tombe au plus mal pour Macron    Fermeture des écoles : Un membre du Comité scientifique tranche    Libération de Seif Eddine Makhlouf et Nidhal Saoudi    Autos-Renault: Les ventes de voitures en chute libre depuis 3 ans    Bientôt un "programme sport pour tous au sein des administrations tunisiennes"    Sommet de la Ligue arabe : Très mauvais pour Alger, pour le monde arabe    Coronavirus : Le PDG de Pfizer annonce une bonne nouvelle    Expo Dubai : 2e plainte contre le Cepex, cette fois Kais Saied devra taper    La toile émue à la vue de musiciens tunisiens quitter le pays à bord du même avion    Maroc – Allemagne : Vers la réconciliation ?    Eric Zemmour condamné à 10 000 € d'amende pour provocation à la haine    Hichem Djaït aux yeux de ses contemporains    Tunisie-officiel : Levée de la Résidence surveillée sur deux personnes    Tunisie – Sonede : Perturbation de la distribution de l'Eau dans le Grand Tunis    Le film 'STREAMS' de Mehdi Hmili projeté en Tunisie dès le 19 janvier (B.A. & Synopsis)    Covid-19 | Nabeul : 901 cas détectés dans le milieu scolaire    Covid-19 : Décès d'une élève, les détails    Autos-Maroc: La marque au lion bat son record de vente en 2021    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 17 Janvier 2022 à 11H00    CAN 2021 | Groupe F, 2e journée – Tunisie-Mauritanie (4-0) : Une si belle réaction !    La Tunisienne Sonia Ben Ammar ''heureuse'' de représenter ses origines    Les indiscrétions d'Elyssa    Tribune | La crise de l'art contemporain, un problème de discours ou de pratique ?    Tunisie : Taux de remplissage des barrages à près de 50%    Bechr Chebbi :'' Israël gérait la sécurité et l'armée lors de la manifestation du 14 janvier ''La réponse de Khalifa    Tunisie-coronavirus : La plupart des hospitalisés sont des non-vaccinés    JSK : On ne chôme pas...    NEWS | Sadok Selmi pour Cameroun-Cap Vert    Insecte tueur de cactus : Un danger qui guette des milliers d'hectares...    Express    Météo: Températures en légère hausse pour ce lundi    Tunisie : Un capitaine de la garde nationale retrouvé pendu, son avocate balance des dossiers    Open d'Australie : Ons Jabeur déclare forfait    La baguette magique de « Soumoud » pour sauver la Tunisie !    Arts plastiques | Thameur Mejri au musée d'art contemporain de Lyon    Secousse tellurique à Gafsa    Maltraité, l'artiste Saja demande la récupération de ses tableaux du pavillon tunisien à l'Expo Dubai    Le combat d'un résistant septuagénaire palestinien écrasé par une voiture de police de l'occupant    Scandaleux : Le correspondant d'un journal français frappé par des policiers le14 janvier    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les réalisatrices arabes à la Mostra de Venise
Cinéma
Publié dans Le Temps le 23 - 09 - 2012

Trois réalisatrices arabes : la Tunisienne Hind Boujemaâ, la Palestinienne Hiam Abbas et la Saoudienne Haifa Al Mansour ont présenté, dernièrement à la Mostra De Venise, leur premier long métrage traitant de faits de société ayant survenu dans leurs pays respectifs.
« C'était mieux demain », long-métrage documentaire de la réalisatrice tunisienne Hind Boujemaâ, a été présenté en première mondiale à la 69ème édition du Festival du Film de Venise, où il a fait partie de la Sélection officielle – projections spéciales.

À travers le tumulte d'une révolution, « C'était mieux demain » suit Aida, une Tunisienne cherchant à reconstruire sa vie sans vouloir regarder en arrière. Sa vie patauge d'un quartier défavorisé à l'autre. Mue par la volonté de trouver un toit pour elle et ses enfants, elle fait fi des événements historiques qui l'entourent. Son seul but étant de se reconstruire, elle est convaincue que la révolution est une bénédiction.

« C'est un film assez spontané parce que (Aida, la protagoniste) est une personne que j'ai rencontrée juste après le départ de Ben Ali, au moment des manifestations, quand le pays commençait un peu à émerger du choc de l'annonce, et en fait, il y a eu tout de suite quelque chose qui s'est passé avec cette personne, et on a foncé, comme ça, toutes les deux. Ça s'est décidé en une heure de temps » ,explique la réalisatrice et de poursuivre « On a de la chance de vivre (une révolution), après, le plus dur, c'est la reconstruction. Après la révolution, à un moment on se dit ‘on va avoir le droit à tout'. Et chacun a rêvé la Tunisie comme il la veut ».

« Inheritance », le premier film de Hiam Abbas, était en compétition aux Venice Days de la Mostra de Venise. Le film raconte l'histoire d'une famille palestinienne vivant dans le nord de la Galilée et se retrouvant pour célébrer le mariage d'une de leurs filles, alors que la guerre fait rage entre Israël et le Liban. Lorsque le père tombe dans le coma et que sa mort approche, les conflits entre les différents membres de la famille deviennent aussi impitoyables que la guerre.

« J'ai vraiment essayé de donner à chaque personnage une sorte de symbolisme de la société palestinienne vivant aujourd'hui en Israël. Ce sont des conflits quotidiens, mais dans un conflit politique, ce qui en partie, signifie être Palestinien en Israël ».

Après avoir joué avec elle dans « La source des femmes », la réalisatrice a choisi Hafsia Herzi, une actrice française d'origine algérienne et tunisienne, pour jouer la protagoniste, bien que l'actrice ne parle ni l'arabe palestinien, ni l'anglais. « Pour moi, il était important de prendre quelqu'un de presque extérieur à cette famille parce que sa différence devait s'imposer sur les gens, sur sa propre famille, et sur le spectateur regardant le film... », indique la réalisatrice.


« Wajda », premier film de Haifa Al Mansour. Au-delà des pays du Sud de la Méditerranée, l'Arabie Saoudite a été représentée par la première réalisatrice du pays, Haifaa Al Mansour, qui a fait ses débuts en tant que réalisatrice de long-métrage à Venise avec le film « Wadja », et qui a aussi voulu parler de cette société changeante. « La complexité de la société est en train de bouillir et de remonter à la surface et c'est un très bon environnement pour les cinéastes. Pour les documentaires par exemple, vous n'avez qu'à mettre une caméra dans la rue et vous revenez avec des choses incroyables », a déclaré Al Mansour.

Plus loin, elle confie « Nous voulons que les arts libéraux jouent un rôle plus important dans la construction des Nations arabes à l'avenir, et pas seulement les idéologies conservatrices comme dans l'art islamique ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.