Code électoral : une violation au nom de la consécration    Décès de l'ancien Président égyptien Mohamed Morsi au cours de son audition au tribunal    Les frères musulmans d'Egypte : La mort de Morsi est un homicide volontaire    Nigéria : 30 morts et 40 blessés dans un triple attentat revendiqué par Boko Haram    Amical : La formation rentrante de la Tunisie contre le Burundi    Les forces américaines sommées par Téhéran de quitter le Golfe d'Oman    Concours Media Loves Tech: Proposez vos projets pour un journalisme numérique de qualité    En vidéo : Découvrez Ecolibree, la serviette hygiénique tunisienne lavable    Tunisie: Les dentistes des secteurs public et privé en brassard rouge    Tunisie: Mongi Rahoui accuse Hamma Hammami de s'être approprié le slogan du Front populaire à son nom    Concours tunisien des produits du terroir: Les grandes lignes de la 2e édition du 18 au 30 juin 2019    La réforme de la constitution pour avantager certains acteurs politiques selon Jawhar Ben Mbarek    CAN 2019 : Le stade de Suez prêt pour accueillir les matchs de la Tunisie    Appel du Stade Gabésien du retrait de 3 points : "le dossier est clos pour la FIFA" (FTF)    Tennis – Classement ATP : Top 3 inchangé, Jaziri 100e    Huawei renforce sa position dans les classements Brandz des plus grandes marques au Monde    La date du tirage au sort des qualifications communes de la Coupe du monde 2022 et de la Coupe d'Asie 2023    8 ouvriers blessés dans un accident de la route à Enfidha    Concentrix célèbre ses 15 années en Tunisie !    Maison de l'image: Concours de production d'un film documentaire    La Sélection tunisienne de pétanque remporte le Championnat d'Afrique et se qualifie pour le Championnat du monde 2020 en Suisse    Un employé de banque s'évapore avec 420.000 dinars détournés des comptes de deux clients    Tunisie – Bac 2019: Examen de Physique pour les sections Sciences Exper., Maths, Techniques et Sport    CAN 2019 : La FTF demande la diffusion des matches du onze national sur Al-Watania 1 (terrestre)    Après le chaos qui a suivi les frappes aériennes de l'OTAN et le meurtre de Kadhafi, OBAMA a reconnu qu'il s'agissait de la « pire erreur de sa vie »    Tunisie – été 2019 : Liste des plages interdites à la baignade (21 plages polluées dans 6 gouvernorats)    REGARDE-MOI de Nejib Belkadhi remporte 4 prix au festival du cinéma tunisien    Tunisie: Des employés d'une briqueterie ferment la route entre Kasserine et Thala    Une idée sur les salaires des Présidents, Chefs de gouvernement, et Chanceliers…    Météo: Prévisions pour lundi 17 juin 2019    Nous sommes aujourd'hui sur le Titanic selon Nabil Karoui    Le Nidaa historique, déjà peine perdue    Tunisie – VIDEO : Abir Moussi présente à Nice le programme du PDL pour les tunisiens à l'étranger    Tunisie – AUDIO : Ben Ahmed dément sa proposition pour la présidence du gouvernement    En vidéos : Douja Gharbi et Samar Louati lancent RedStart et Briding Angels    Nouvelle Zélande : Levée de l'alerte au Tsunami après un séisme de magnitude 7.4    MOOD TALENT devient partenaire de LA SAISON BLEUE    Retour sur les décisions prises en faveur du secteur sportif à l'occasion de la Journée nationale du sport    Six orphelins de djihadistes de l'EI rapatriés en Belgique    Le marketing d'influence, quand Instagram rapporte des sous !    Dabchy, la seule startup Tunisienne qui participe au programme d'accélération Womentum 2019    Festival International De Poésie de Sidi Bou Saïd 2019 du 14 au 16 juin    En vidéo: Attijari Bank et la compagnie maritime GNV signent une convention de partenariat en faveur des Tunisiens Résidant à l'Etranger    « Boulevard Paris 13 », ou le premier Louvre du Street Art conçu par le franco-tunisien Mehdi Ben Cheikh    BardoFest du 19 au 30 juin 2019 avec du théâtre, du cinéma et du jazz (Programme)    Organisé par Le Pont Genève, huit maires tunisiens en voyage d'échange en Suisse    L'association Jeunesse et Horizons, en partenariat avec la Fondation Orange, organise la 5ème édition du TABARKA SKY LANTERN FESTIVAL    Le producteur de musique Jamel Saibi victime d'un sérieux accident    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Péril en la demeure
Extension urbaine parallèle
Publié dans La Presse de Tunisie le 30 - 01 - 2014

Les constructions sur les terres agricoles et les espaces verts ont un impact négatif sur le cadre de vie des habitants
Les besoins en lots de terrain pour la construction ne cessent de croître d'une année à l'autre en Tunisie. Certaines personnes n'ont pas recours aux mécanismes légaux — comme les promoteurs immobiliers — pour acheter des terrains destinés à la construction, mais préfèrent se débrouiller comme ils peuvent pour dénicher un terrain même agricole. Les exemples ne manquent pas dans plusieurs régions du pays y compris dans le Grand-Tunis où des terres agricoles fertiles ont été vendues discrètement pour construire des logements à l'insu des autorités compétentes. Les constructeurs «anarchiques» travaillent tout le temps y compris les jours fériés et la nuit pour bâtir leurs logements.
En quelques mois, le logement souvent loin des réseaux publics d'assainissement, d'eau potable et même d'électricité est érigé. Les membres de la famille y habitent même si la construction n'est pas totalement terminée. Ils ont hâte d'exploiter leur bien immobilier dont l'aspect extérieur laisse à désirer. En effet, les passants peuvent constater sans peine que les briques sont encore visibles, les murs ne sont pas encore peints. Et pour cause: les occupants des lieux sont, en général, issus d'une famille à revenus moyens. Le vendeur du terrain peut être une proche connaissance ou même un parent qui ne trouve aucun inconvénient à consentir des facilités pour vendre son bien.
Vendre au meilleur offrant
Le plus grave, c'est que cette extension urbaine — qui ne concerne pas uniquement les grandes villes — est en train d'absorber une partie des terres agricoles et forestiers pourtant fertiles. Certes, un contrôle régulier est effectué par les services publics compétents pour éviter le changement de la vocation des terres agricoles et forestières, mais cela reste insuffisant. Plusieurs personnes ont profité de la dérive sécuritaire qui a suivi la révolution pour construire dans des terrains relevant du domaine public et même dans les forêts. Heureusement que ces constructions ont été par la suite démolies. Il faut dire aussi que sous le régime déchu, on a enregistré plusieurs constructions anarchiques bâties dans les terres agricoles et qui ont posé des problèmes épineux pour les services publics qui ont été appelés par la suite à introduire les réseaux publics.
Les raisons qui poussent certains agriculteurs à vendre leur terre ont trait le plus souvent à un manque de rentabilité de la production agricole. Compte tenu de la cherté des matières premières et des intrants, des prix bas qui ne couvrent pas les frais de production, certains agriculteurs optent pour la solution de facilité, à savoir vendre au meilleur offrant la superficie agricole qui est divisée en lots. Au cas où ce phénomène de vente des périmètres agricoles se poursuivrait, on risque de voir la production compromise.
Pourtant, les constructions de logements doivent se faire selon les plans d'aménagement élaborés et actualisés dans plusieurs régions au cours des derniers mois. Ces plans prennent en considération les nouvelles exigences de la population et du développement démographique. Cependant, les terres agricoles, les espaces verts et les forêts doivent être protégés contre toute exploitation car ils constituent des éléments vitaux pour les habitants.
Lots de terrain vendus en cachette
On ne peut pas imaginer, aujourd'hui, une ville moderne sans un espace vert bien aménagé, un square ou un jardin public où les habitants peuvent se rendre pour se reposer et respirer un air pur, loin des fumées nocives dégagées par les véhicules — dont le nombre augmente d'une année à l'autre — et les usines. Dans le Grand-Tunis, par exemple, plusieurs forêts à proximité des villes ont été exploitées en tant que parc urbain comme, à titre d'exemple, ceux de Farhat-Hached à Radès, Ennahli, Ezzahra et bien d'autres. A proximité des régions intérieures, plusieurs montagnes riches en ressources florales, végétales et animales constituent des espaces naturels de valeur à préserver.
L'habitat demeure, néanmoins, une priorité, pour une grande partie de la population qui est prête à sacrifier les quelques espaces verts et même agricoles en faveur de la construction de logements. En général, les habitants veulent que leurs logements soient construits près de la ville pour avoir accès facilement aux différents services et commodités. L'école, le dispensaire, et les lieux de loisirs occupent une place de choix dans les demandes des citoyens. Il est vrai aussi que les lots de terrains vendus en cachette sont moins chers que ceux proposés par les agents immobiliers. C'est une aubaine pour les acheteurs potentiels pour faire main basse sur des terrains fertiles.
En principe, l'acheteur d'un terrain doit montrer la preuve d'achat pour pouvoir avoir le permis de construire. Mais plusieurs personnes ne tiennent pas compte de cette procédure ou essayent de l'obtenir de façon détournée. Les services municipaux ou les conseils locaux peuvent refuser une autorisation de bâtir si la terre a une vocation agricole, même si le candidat dispose d'un contrat d'achat en bonne et due forme. Les autorités compétentes peuvent être confrontées parfois à des cas sociaux les empêchant de déloger les occupants des logements qui ne sont pas les vrais propriétaires mais juste des locataires. Ce dossier est compliqué et fait l'objet d'étude au cas par cas en vue d'apurer la situation tout en évitant le développement de cette extension urbaine qui se fait discrètement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.