L'Amazonie, le poumon qui produit 20% de l'oxygène de la Planète, est en feu !    Tunisie – Amélioration des rentrées du tourisme en devises de 20%    HASSI JERBI les Foulées « marathon » des Flamants roses … que des sensations agréables    Nouvelle composition des blocs parlementaires après la démission de certains députés    La Poste Tunisienne certifiée Masterpass QR    Incendies catastrophiques en Amazonie    Une statue pour rendre hommage à l'artiste défunt Sofiène Chaâri    Festival Carthage 2019 : 5000 livres seront offerts au public en marge du concert de Lotfi Bouchnak    Programme TV du jeudi 22 août    PANDA TOUR    Habib Khedher évoque une guerre des pouvoirs    Collision entre un train et un camion à Fondouk Jedid    Mohamed Ali Chihi – Ambassadeur de Tunisie à Moscou – décoré de la médaille de la Coopération russe    Ennahdha rêve de remporter la Présidentielle dès le 1er tour !    Trois cinéastes Tunisiennes au programme de la 44ème édition du TIFF 2019 du 5 au 15 septembre    Mohamed Khélil : Les Frères musulmans et la phase précédente vécue par le pays sont un point noir dans l'histoire de la Tunis et cela servira de leçon    Tunisie- Saïd El Aydi :” J'ai une double nationalité à laquelle je vais renoncer conformément aux dispositions de la Constitution”    la nouvelle mesure des voitures louées n'est pas respectée    Coupe Arabe des Clubs (Qualifications): le programme de jeudi    Oriflame Tunisie accueille une nouvelle DG, l'une des plus jeunes en Afrique et lance la gamme Love Nature    Tunisie – Météo : Pluies attendues les 22 et 23 août 2019    Lotfi Mraihi: Non! Le président de la République n'est pas le père des Tunisiens    Manifestation contre la dégradation de la qualité du train à Kalâa Kebira    Selma Elloumi : la Tunisienne est toujours au rendez-vous avec l'histoire    Démarrage du Championnat du Monde de Volley-ball à la Salle omnisports du Complexe olympique de Radés    Un cheval de Troie sur votre ordinateur, alerte le site NordVPN    Alain Giresse s'en va – La FTF annonce la résiliation à l'amiable de son contrat !    Daniel Sturridge signe à Trabzonspor (officiel)    Tunisie: Abandon par Youssef Chahed de la nationalité française,ce que Rached Ghannouchi lui a suggéré    Le festival de La Goulette accueille la pièce de théâtre ‘'Juif''    Fin de la cavale du meurtrier de Farès, le jeune serveur tunisien d'origine Djerbienne tué par balles pour un sandwich    La Poste Tunisienne première institution à l'échelle internationale certifiée « Masterpass QR » de MasterCard internationale    Que faire lors d'un vol retarde Brussels Airlines ?    Slah Mosbah aux festivals : programmé à son insu    US Open : Malek Jaziri éliminé dès les qualifications    Les candidats aux élections présidentielles tunisiennes par Noor sur TikTok (Vidéo)    René Trabelsi en visite inopinée dans des unités et restaurants touristiques    Ligue 1 : un changement au programme de la première journée    Rentrée 2019 : Ooredoo lance le paiement des frais de scolarité du primaire par recharge téléphonique    Les Nuits du Musée de Sousse, 8e édition du 21 au 27 août 2019 (Programme)    L'aéroport de Tunis-Carthage ouvre à nouveau ses portes au public dès jeudi 22 août    RECEPTION JEUDI 22 AOUT 2019 À 20H00 MEDIA CENTER DU THEÂTRE ROMAIN DE CARTHAGE    Rendez-vous avec le Grand Gala de l'Opéra Italien au théâtre de Carthage    Le visa Schengen sera désormais plus dur à obtenir    Syrie: Les forces du régime entrent dans une ville clé du nord-ouest du pays    Depuis onze jours, des dizaines de migrants restent bloqués en mer    Libye : L'armée libyenne bombarde la piste de décollage de l'aéroport de Zouara    10 blessés dans l'atterrissage en urgence d'un Airbus sur un champ de maïs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quel pouvoir pour la région ?
Développement régional
Publié dans La Presse de Tunisie le 31 - 03 - 2015

Avec le soutien de l'Agence allemande de coopération technique (GIZ), huit gouvernorats du Nord-Ouest entament la gestion de leur propre développement
On n'est pas encore habitué de voir l'administration publique agir dans la célérité et l'efficacité. Et jamais un service public, quel qu'il soit, n'est rendu sans avoir recours à la tutelle. Les démons de la bureaucratie sont-ils, toujours, en état de veille, au point qu'ils hantent les esprits modernes ? Cette dynamique à effet négatif est contre-productive, du moment où la machine de développement semble saignée à blanc. Mais, pourquoi se déplacer loin à l'heure du numérique et des systèmes informatisés, alors qu'ont peut être servi presque chez soi ? Dans ce contexte post-révolutionnaire, il est besoin de revoir la prise de décision et de recentrer, ainsi, le débat sur le rôle de la région, en tant que sphère du pouvoir local.
Cependant, son autonomie d'exercice ne peut, nullement, lui faire omettre sa responsabilité de gouverner. Or, cette réflexion n'est qu'à ses débuts, d'autant plus que l'initiative d'appui à la gouvernance régionale vient à peine de naître, dans le cadre d'une nouvelle forme de coopération tuniso-allemande. Le projet encore embryonnaire est piloté, avec l'assistance technique et financière de la GIZ, agence allemande de coopération basée en Tunisie depuis bien longtemps. En 2012, ce fut l'année de son lancement. Après celui tenu en décembre 2014, le débat a repris de plus belle, jeudi dernier, à Kairouan, sur le thème : « Vers une déconcentration élargie au service de la gouvernance régionale ». Un thème-chantier qui a mobilisé deux secrétaires d'Etat et une délégation de gouverneurs concernés. Car ledit projet « appui à la régionalisation en Tunisie (ART )» se concentre uniquement sur les régions du Nord-Ouest (Siliana, Béja, Le Kef et Jendouba) et du Centre-Ouest (Sidi Bouzid, Kairouan et Kasserine), en plus du gouvernorat de Médenine dans le sud. Selon son maître d'œuvre, M. Markus Steinich, de la GIZ, il s'agit là d'un choix loin d'être fortuit. Après la révolution, ce n'est pas un hasard si la priorité est accordée aux plus démunis, ceux qui sont longtemps restés à la marge. Tant il est vrai que l'écrasante majorité des populations a trop souffert et continue de subir les dures épreuves du passé. Un passé sans vision ni ambition, où les politiques publiques de développement et de gouvernance émanaient de l'administration centrale. Malheureusement, elles le sont encore avec zéro implication des régions dans la prise de décision. Aussi, a-t-il estimé, faut-il cerner le choix autour des huit régions bien déterminées.
Huit régions à l'étude
C'est dans ce contexte que s'inscrit cette main généreusement tendue à ces zones précitées. Le représentant de l'ambassade d'Allemagne à Tunis, chargé de la coopération internationale, Hein Winnubst, précise : « Nous sommes fiers d'être le partenaire de la Tunisie en matière de développement régional et d'apporter le soutien nécessaire aux régions de l'intérieur. Nos efforts sont bien axés, cette fois-ci, sur la promotion des conditions de vie dans le Nord-Ouest et le Centre-Ouest du pays ». Sur cette lancée, le chef du projet, M. Steinich, a mis l'accent sur un travail d'accompagnement de longue haleine d'ici 2019. Soit avant que le mandat d'exercice du gouvernement Essid ne touche à sa fin. L'enjeu, certes, est important. A ce niveau, M. Hedi Majdoub, secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Intérieur, chargé des Collectivités locales, insiste sur la volonté d'aller de l'avant, vers une stratégie de bonne gouvernance inspirée des dispositions de la nouvelle Constitution, particulièrement dans son VIIe chapitre. Cette gouvernance régionale doit fonctionner à deux vitesses ; décentralisation (collectivités locales élues) et déconcentration administrative. Ces deux dimensions intrinsèques de politique de régionalisation doivent, nécessairement, aller de pair. Sans pour autant négliger l'intervention de l'Etat, en tant que chef d'orchestre facilitant la tâche de ses troupes. Et M. Majdoub de souligner que «cette régionalisation ne signifie guère une certaine démission de la part de l'Etat. Mais, plutôt, un partage de décision et une coordination des actions, le tout dans une approche participative à l'œuvre de développement communautaire». Ce qui exige de revoir l'état des lieux, en analysant les modes de fonctionnement et les goulots d'étranglement du système organisationnel, institutionnel et législatif.
Comment se manifeste
la gouvernance ?
Cela commande, également, le renforcement des capacités humaines pour une meilleure gestion des ressources locales à même d'élaborer des plans communaux et régionaux. Soit tout un schéma directeur de développement intégral, fait valoir M. Hamadi Rayouf, représentant du ministère du Développement, de l'Investissement et de la Coopération internationale.
Et comme recommandations issues du débat de décembre dernier sur les enjeux et les priorités, il est question d'établir le diagnostic de la situation dans les régions, dans l'objectif de les doter des mécanismes effectifs d'autogestion, en étroit rapport avec le contexte post-révolution. Et là, M. Mohamed Ayed, consultant du projet auprès de la GIZ, a poussé la réflexion sur des questions qu'il est légitime de poser. Comment promouvoir le développement régional ? Quel découpage administratif optimal pour réussir la décentralisation ? Quels sont les services concernés par la déconcentration ? D'où doit-on financer ce chantier de gouvernance ? Quel rôle, désormais, dévolu au gouverneur dans sa région ? Et celui des présidents des conseils régionaux élus ? Mais que signifie, à titre conceptuel, la décentralisation et la déconcentration, en tant que piliers au service de la gouvernance? M. Mohamed Dorâa, directeur régional de l'Office du développement du Nord-Ouest, a défini la gouvernance comme la manière la plus efficace de savoir gérer les ressources économiques et sociales d'une région. « C'est tout un processus qui commande des assises réglementaires et institutionnelles qui seront mises en place dans la transparence et la responsabilité requises. La décentralisation est le transfert des pouvoirs, des moyens et des compétences d'un niveau central à un niveau inférieur », précise ainsi +l'intervenant. Cela se traduit, a-t-il ajouté, par un nouveau découpage territorial, réparti en communes, régions et districts. De ce fait, la déconcentration consiste à donner à la région l'autonomie de décision, afin qu'elle puisse prendre son destin en main. Une technique d'organisation qui permet de décongestionner le pouvoir central en déléguant les charges du développement local à la région, comme l'a bien analysé M. Dhia Chliwi, conseiller des services publics à la direction des affaires régionales au ministère de l'Intérieur. Sa démarche s'insère dans la tendance de repenser le rôle de l'institution gouvernorat. Autant dire, les attributions du gouverneur. L'objectif est de faire des régions de véritables pôles dynamiques de développement. Source de création de richesses, comme l'indique Souhaiel Alouini, député de Nida Tounès. Maintenant que les lanternes sont éclairées à ce sujet, il faut passer à l'action.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.