USBG : Sans illusions !    CA : Le regard vers l'avenir    EST : Le titre passe par Monastir !    Jendouba: Opérations blanches de la Protection civile (Vidéo)    Prix au marché municipal de Sidi Bouzid [Vidéo]    Safouane Ben Aïssa : les négociations avec le FMI s'achèveront après l'été    Ridha Chkoundali: Les 300 M€ débloqués par l'UE ne résout pas les problèmes financiers de la Tunisie (Vidéo)    BAL 2022 : Les stats qui font de Radhouane Slimane un joueur plus que spécial    Italie : Ibrahimovic absent 7 à 8 mois    Je reste à Liverpool, assure Salah    Le Fonds de Fonds ANAVA souscrit 6 millions d'euros dans son premier fonds sous-jacent, 216 Capital Fund I    Réactions à la publication du décret présidentiel portant convocation des électeurs pour le référendum du 25 juillet    Crise de déchets: L'UGTT évoque une prochaine grève générale à Sfax (Vidéo)    Claudia Cardinale à Tunis : Une étoile à La Goulette    Tunisie-officiel : Tout sur le référendum    Mercato : Ellyes Skhiri sur les tablettes de Benfica !    JORT: Parution d'un décret-loi sur le référendum du 25 juillet    Tunisie : Swagg Man écope de 3 ans de prison    BCT, gouvernement et interférences...    Météo : Baisse relative des températures    Tunisie...14 élèves hospitalisés : les détails    La Tunisie reçoit 300 millions de l'UE    Les producteurs d'huile de pépins de figue de barbarie bio tunisienne, Au cœur d'une exposition de produits cosmétiques    Finales Conférence Est NBA : Boston mène 3-2 cotre Miami    Officiel - Kais Saïed convoque les électeurs en référendum le 25 juillet, le projet de la nouvelle constitution sera publié le 30 juin    Tunisie-Béja [VIDEO] : Le président de l'Union Régionale de l'Agriculture appelle à un démarrage immédiat de la récolte de l'orge    Tunisie-Hatem Mliki [VIDEO] : « Le président de la République n'est pas porteur de projet et de pensée »    Tunisie : La star internationale Claudia Cardinale en Tunisie !    Claudia Cardinale en visite en Tunisie    Alerte Météo : 17 gouvernorats placés en vigilance jaune    Dr Spiro Ampélas: Mémoires d'un Grec de Sfax    5ème exposition de l'Association Club Photo de Tunis: "Intelligence manuelle" du 04 au 30 juin 2022    UGTT : le dialogue doit être global et le gouvernement cherche à céder les entreprises publiques    France-Affaire Abad : Matignon avoue qu'il savait pour le viol puis rétropédale, ça fait tache    Signature d'une convention de partenariat entre le Groupe STAFIM et la Société Tunisienne d'Assurances et de Réassurances STAR    Développement des filières oléagineuses: Le colza, une culture indispensable pour la souveraineté alimentaire    Boycott du Dialogue et grève générale...Précisions de l'UGTT    Concessions à Poutine : ça se confirme à Paris et au Forum de Davos, Macron avait raison…    Urgent: Précisions du ministère de la Santé concernant la variole du singe    Neji Jalloul: Il existe une opportunité historique pour la Russie de diriger le monde islamique    LTDH : d'anciens dirigeants appellent à ne pas participer au dialogue national dans sa forme actuelle    Performance sonore en quadriphonie par le collectif Sp|n et «Prestige» à B7L9 Art Station: Expérimentation et détournement    EnviroFest 2022 — « Méditerranée, l'odyssée de la vie », de Frédéric Fougea: Un fascinant voyage dans la Grande Bleue    La ministre des Affaires culturelles désigne Mariem Boukadida pour la promotion de l'habit traditionnel à l'étranger    Démarrage de l'exercice naval Phoenix Express 2022    Officiel : Variole du singe : 3 cas dans un pays très proche    45 hommes d'affaires Tunisiens à Malte    Joey R. Hood nommé ambassadeur des Etats-Unis en Tunisie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Sous le signe de la «coordination»
Au Cœur du Débat
Publié dans La Presse de Tunisie le 26 - 04 - 2015


Par M'hamed JAIBI
Les quatre partis formant la majorité parlementaire sur laquelle s'appuie le gouvernement se sont enfin réunis et ont convenu d'une coordination permanente de douze membres, trois par formation. Cela n'est intervenu qu'à quelques enjambées des 100 jours du premier bilan, mais c'est une bonne chose.
Un orchestre harmonieux
On s'acheminerait donc vers un orchestre plus harmonieux, sauf que le chef d'orchestre n'était pas de la fête, lui qui, dans notre régime semi-parlementaire, concentre l'essentiel des pouvoirs de l'exécutif. Il s'agit là d'une anomalie à corriger d'urgence, surtout que nombre de ministres «indépendants» ont été nommés à son initiative et doivent absolument accorder leurs violons.
Autre faiblesse majeure de cette coordination tardive, les divisions et incohérences qui caractérisent désormais le parti Nida Tounès, lequel voit ainsi s'affaiblir le rôle de facteur d'équilibre qui l'a vu naître. Car la perspective de la tenue de son premier congrès ne fait qu'accentuer les prétentions des uns et des autres, au point que l'on voit se dessiner sur les réseaux sociaux de véritables campagnes visant les quelques ministres nidaïstes, menées tambour battant par des franges du même parti. Ce alors que parviennent des bruits contradictoires sur la formation de «coordinations» parallèles, régionales ou locales au sein du parti.
Coordination et «coordinations»
Les «coordinations» constituent les seules structures régionales et locales de Nida Tounès. Elles se sont historiquement matérialisées autour d'un «coordinateur» par région, choisi par le Comité fondateur du parti et son président, Béji Caïd Essebsi. Et c'est au coordinateur régional qu'est revenue la tâche de désigner le bureau de sa «coordination», puis de choisir les coordinateurs locaux. Nominations sur lesquelles est intervenue par la suite la commission des structures que préside Hafedh Caïd Essebsi.
Le Bureau politique ayant élargi, par voie de vote, le comité fondateur, a tenté d'aplanir les désaccords entre les divers prétendants dans les différentes régions, mais cela n'a pas vraiment abouti. De sorte que peu de régions sont aujourd'hui vraiment unifiées, dotées d'une «coordination» reconnue de tous les militants et cadres nidaïstes de la région. Ce qui appelle une révision de l'approche adoptée en vue du congrès. Car, dans la réalités des choses, différents groupes, souvent organisés dans des structures parallèles, déclarées ou pas, reconnues ou pas, sont en concurrence pour siéger aux congrès régionaux et nationaux.
Bourguiba à cheval
Il faut toujours revenir à l'histoire pour comprendre et expliquer la symbolique des événements et des objectifs nationaux. Une polémique fortement «facebookée» a entouré la promesse faite par le président Caïd Essebsi de ramener à Tunis la statue de Bourguiba à cheval. Mais la symbolique de cette posture bourguibienne échappe à de nombreux Tunisiens. En ce 1er juin 1955, les autorités coloniales avaient interdit au leader Habib Bourguiba une entrée triomphale dans la ville «européenne» de Tunis, en signe de victoire sur l'occupation française. La Résidence générale avait donc refusé le premier plan de circulation qui aurait permis à Bourguiba d'entrer dans Tunis, à cheval, par l'actuelle Avenue portant son nom. Pour, a-t-on dit, «éviter toute provocation» vis-à-vis de la population d'origine européenne. Et le cortège a dû faire toute la banlieue jusqu'à Gammarth, puis Raoued vers l'Ariana en direction de Bab Saâdoun et la ville arabe.
Cette statue de Bourguiba à cheval, en plein centre du Tunis moderne, est la matérialisation d'un acte de souveraineté dont Bourguiba et la Tunisie de l'«autonomie interne» avaient été, en ce 1er juin, autoritairement frustrés.
L'équilibre de notre échiquier
Revenons, de la même manière, à l'historique des choses concernant Nida Tounès. L'«Appel de la Tunisie», effectué par le militant destourien Béji Caïd Essebsi, le 26 janvier 2012, a historiquement permis de rééquilibrer notre échiquier politique, de mettre fin à l'expérience de la Troïka et du pro-jihadisme, et d'ouvrir de nouveau la voie à la modernité. Grâce à la caution du vote populaire lors des législatives et de la présidentielle. Mais que vaudrait l'expérience actuelle sans un Nida Tounès uni et que serait l'avenir du pays si l'équilibre acquis au niveau de l'échiquier politique était mis en cause ?
Voilà ce à quoi doivent songer les divers acteurs au sein du parti présidentiel, et les différentes sensibilités ayant convergé autour de Béji Caïd Essebsi. C'est là, également, que l'on aurait besoin d'une «coordination» entre les quatre confluents historiques : destouriens, syndicalistes, gauche bourguibienne et indépendants modernistes, auxquels s'ajoute désormais une cinquième frange, celle se réclamant de Hafedh Caïd Essebsi et qui fait beaucoup de bruit.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.