Tunisie – Hajeb Laâyoun : Des casseurs volent des voitures et des motos du dépôt municipal    Troubles nocturnes à Bizerte    Tunisie | Covid-19 : 76 décès et 2859 nouvelles contaminations recensés en 24 heures    Tunisie-Affaire Nabil Karoui : L'Association des Magistrats Tunisiens dénonce la position de Ghannouchi    Tunisie – Protestations : Entrée en jeu fracassante de l'UGET qui appelle à la chute du système    Hand – Mondial 2021 : La Tunisie rate la relance face au Brésil    Handball -Mondial d'Egypte -Tunisie -Brésil 32 -32: Quelle frustration !    Annonce mi-février 2021 des résultats de l'appel à candidatures pour le programme national des villes intelligentes    Régression à 30 mille tonnes des exportations tunisiennes de fruits en 2020    Ben Arous: Affrontements entre la police et des protestataires à El Yesminet    Réouverture des mosquées : Appel au strict respect du protocole sanitaire    Tunisie: les nouveaux ministres du gouvernement Mechichi    Football : Programme TV de ce dimanche 17 janvier 2021    L'Algérie pose une condition pour partager son vaccin avec la Tunisie    De nombreux manifestants arrêtés étaient des mineurs    Vers cinq millions de morts du Covid-19 en mars?    Inter vs Juventus : Où regarder le match en liens streaming    Dernière minute : Samia Abbou transférée à l'hôpital militaire    Mondial de Handball : La Tunisie rencontre le Brésil aujourd'hui    Commerce de cigarettes: le commerce parallèle brille de mille feux    Focus Business: Quand les usuriers apparaissent !    Saviez-vous que le premier journal imprimé en Tunisie était en langue italienne ?    Gouvernement Mechichi : Youssef Ben Brahim, ministre de la Culture (Biographie)    Gouvernement Mechichi : Ridha Ben Mosbah, ministre de l'Industrie (Biographie)    Samia Abbou admise à l'hôpital    Ouided Bouchamaoui: Trois exigences d'avenir    Afrique : Nomination de Sami Gargouri à la tête de BSIC banque – branche du Sénégal    Du côté du prétoire    Les astuces oubliées de l'auto-approvisionnement alimentaire    Faut-il en rire ou en pleurer ?    Sombre fin de règne pour Trump Un ministre démissionne et dénonce les discours post-élection    Les nouvelles procédures douanières créent des pénuries    Compétitions interclubs de la CAF 2020/2021: Période d'enregistrement additionnel ouverte jusqu'au 31 janvier    Le coach du PSG, Pochettino infecté par le Covid-19    La Tunisie ouvrira, jeudi prochain, à Alger, contre la Libye    Sur les pas de Merkel: Armin Laschet président de la CDU en Allemagne    Bruits et chuchotements    La complainte de l'Acropolium    La fabuleuse histoire de l'épave de Mahdia    Biographie de Youssef Ben Brahim, pressenti au poste de ministre de la Culture    Par Henda Haouala : Les JCC 2020, Cherchez la logique !    Youssef Fennira, pressenti super ministre de la Formation professionnelle et de l'Emploi, et plus...    Le marché Boursier clôture vendredi sur une note quasi-stable (+0,09%)    «Fi Aal mIyeh al maliha» (Dans les eaux salées), autobiographie littéraire de Rafika Bhouri : La femme qui aimait la révolution !    Un test PCR négatif sera désormais exigé pour tous les voyageurs arrivant en France    USA: Trump: La vraie cause de ma suspension des réseaux sociaux est politique…mon discours été totalement approprié    Intox : Aucun pilote tunisien n'a été renvoyé à cause d'un vol vers Tel Aviv    USA: 70 000 comptes affiliés à la mouvance pro-Trump QAnon supprimés par Twitter    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le gouvernement Jomaa à l'épreuve de lui-même
Publié dans Leaders le 07 - 05 - 2014

Jamais un gouvernement, hormis peut être le premier constitué après l'Indépendance, n'avait été accueilli avec autant d'enthousiasme, de soulagement et d'espoir que celui de Mehdi Jomaa. Jamais un gouvernement n'avait été absout d'office de ses «péchés originels». Il s'est passé, dans l'opinion publique, la classe politique et la presse, le même phénomène qui se passa jadis au moment de l'éviction de Habib Bourguiba par Ben Ali et que l'on peut résumer ainsi: «qu'importe le flacon pourvu qu'on ait l'ivresse» avec tout ce qui accompagne cette attitude d'assentiment délirant et d'absence totale de recul et de sens critique. Bien sûr, les circonstances et les hommes ne sont pas exactement les mêmes, mais on sait tous ce qui est advenu du chèque en blanc généreusement accordé en son temps à Ben Ali par presque tous, islamistes compris. Les malentendus de départ, qu'ils soient intentionnels ou non, ne peuvent générer que la frustration et la déception excessive.
Les faits sont les faits, aussi têtus que peuvent l'être certains Tunisiens. L'«indépendance» du gouvernement de Mehdi Jomaa n'est qu'une fiction savamment vendue aux incrédules et bénie par les cyniques. Quant au fait qu'il soit composé de technocrates compétents dans la gestion des affaires publiques, l'appréciation mérite quelques développements.
D'excellents spécialistes dans leur domaine constituent une fierté et un enrichissement pour un pays, mais cela ne fait pas d'eux, automatiquement, des technocrates capables de gouverner, encore moins en temps de crise. La technocratie se distingue par le fait qu'elle constitue un système politique où prédominent les spécialistes et les experts dans la prise de décision. Oui, mais entre aider à prendre la décision et prendre la décision soi-même, il y a une nuance d'autant plus criarde que la prise de décision ne peut relever en l'espèce que d'un savoir fragmentaire et non articulé, les intéressés n'ayant pas été formatés pour se confronter avec des réalités socio-économiques et politiques complexes et interdépendantes ou pour prendre des décisions difficiles et tranchantes. C'est ce qu'on peut appeler une incompatibilité «culturelle» indépassable. Pendant vingt-trois ans, Ben Ali a recruté ses ministres parmi des technocrates qui étaient compétents pour la plupart. Qu'en est-il sorti en fin de compte? La domestication de l'Etat, le blocage du processus de développement, la généralisation de la corruption et de la prédation économique, l'aggravation des injustices sociales et régionales et l'incapacité à réformer et à préparer l'avenir.
Malgré tout, aucun être sensé ne doit souhaiter l'échec du gouvernement de Mehdi Jomaa. Il est cependant grand temps que ce gouvernement, pour son salut propre et le nôtre, prenne conscience qu'il est, de fait, celui de la République et qu'il doit agir en conséquence. Pour l'heure et en attendant des résultats concrets concernant l'application de la feuille de route, le problème le plus préoccupant est que ce gouvernement ne fait pas front, avec la fermeté et la résolution qu'il faut, aux «séditieux», aux «séparatistes», au laisser aller dans les services publics, à l'évasion sociale, fiscale et douanière et à l'incivilité en général. Un gouvernement qui n'agit pas pour recouvrir l'autorité et la respectabilité de l'Etat et pour faire appliquer les lois en vigueur est un gouvernement voué à l'échec. C'est vrai en temps «normal», ça l'est davantage en un temps troublé.
Habib Touhami
Tags : Mehdi Jomaa Habib Bourguiba Ben Ali Tunisie


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.