Hausse de l'encours de la dette publique de 12,2%, à 101,2 milliards de dinars, à fin août 2021    Nabeul : Saisie de 4 tonnes de semoule et 47658 litres de lait    Erdogan expulse dix ambassadeurs dont ceux de la France, des USA et de l'Allemagne    Affaire des licences de taxis collectifs : 11 suspects dont deux anciens gouverneurs    Photo du jour : Un « bijou » architectural construit à des dizaines de mètres de la présidence du gouvernement !    La FTF en total soutien de Maher Karoui    Tunisie : Le monde change, la STEG « évolue »    Etoile du sahel : Agression de certains policiers sur Maher Karoui    FC Barcelone vs Real Madrid : Liens streaming pour regarder le match    Manifestation contre Kaïs Saïed devant le consulat de Tunisie à Pantin    Dernière minute – Chiffres officiels : Quasi-blocage de l'investissement, fin septembre 2021    Tunisie – La STEG suspend ses services en ligne    COVID 19 : La Russie enregistre une flambée inédite de la situation épidémiologique    Tunisie : L'état d'exception face aux tentations d'ingérence internationale    Nouvelles mesures imposées aux voyageurs en prévision d'une nouvelle vague Covid-19    Tunisie : L'ancien ministre Abdelbaki Hermassi n'est plus    Importation des voitures de luxe : L'austérité doit concerner les voitures administratives et non pas les voitures privées    La cheffe du gouvernement reçoit Ons Jabeur    Infrastructure : Le stade olympique de Sousse opérationnel dès mars 2022    Décès de l'ancien ministre Abdelbaki Hermassi    Forum des DSI : "Tunisie Telecom veut être le label de confiance pour les PME/PMI dans la transformation digitale"    Monopole, spéculation et contrebande : cinq ministères s'engagent dans la lutte    Tunisie : Le Pass vaccinal obligatoire pour accéder presque partout dès le 22 décembre 2021    L'Office des œuvres scolaires se digitalise    Commémoration du 8ème anniversaire de l'Attaque terroriste du 23 octobre 2013    21ème édition du festival de l'Asbu : Six prix pour la Tunisie    Dialogue national- Noureddine Tabboubi appelle à la participation des partis politiques    Foot Tunisie : Programme des matches de samedi    Tunisie – Météo: Retour progressif d'un temps hivernal avec baisse des températures    France-Ligue1 : Saint-Etienne, Wahbi Khazri buteur    La Grenade de Gabès avec label AOC débarque sur les marchés de la région    Tunisie-Ligue 1 (J2): les matches de ce samedi    Le comité de défense de Mehdi Ben Gharbia dénonce les violations à son droit à la santé    Processus politique : L'ONU confiante en la Tunisie    Tunisie – France : Entretien téléphonique Charfeddine-Darmanin    Cour de cassation : I Watch appelle l'exécutif à entériner la nomination de Moncef Kchaou    Abdelaziz Kacem: L'intelligentsia ou la ménopause du cogito    Migration clandestine Mahdia : mandat de dépôt contre les passeurs    Le ministère des Affaires culturelles rend hommage au scénographe Kais Rostom    Ephéméride – 20 octobre 2011 : Les rebelles islamistes assassinent Mouammar Khadafi    Monde- Daily brief du 21 octobre 2021: La Turquie menace d'expulser 10 ambassadeurs occidentaux    Vient de paraître - Un nouveau recueil poétique de Abdelaziz Kacem : «Quatrains en déshérence»    Puissance et coopération dans la gouvernance du changement climatique    "Rouhaniyet" Nefta sous le signe "Hanin" du 4 au 7 novembre 2021    Djaili Amadou Amal lauréate de la sixième édition du prix Goncourt en tournée en Tunisie    Monde- Daily brief du 20 octobre 2021: Poutine décrète une semaine chômée payée pour freiner l'épidémie de Covid-19    Donald Blome proposé ambassadeur auprès de la République Islamique du Pakistan    Ministre des Affaires culturelles: La situation sociale des artistes est notre priorité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Faut-il réviser la constitution ou le mode scrutin?
Publié dans Leaders le 26 - 05 - 2016

A peine 16 mois après l'entrée en exercice de la nouvelle constitution, déjà des voix se lèvent pour demander sa révision. Le débat enfle et s'impose peu à peu sur la place publique. Les lacunes de cette constitution sont toutes trouvées ; les spécialistes et les autodidactes de tout poil se précipitent sur les plateaux pour exposer avec "talent insoupçonnable" leurs approches et suggérer avec fougue les rectificatifs à entreprendre.
Rien que ça ! Au diable donc le désarroi de nos jeunes, la montée des inégalités sociales et la persistance des inégalités régionales. Le dinar se déprécie. Tant pis, diraient certains ! Les entreprises étrangères plient bagages. Bon débarras, diraient d'autres! La lutte contre l'économie informelle, quant à elle, est renvoyée à la Saint-Glinglin. Rappelons au passage que cette économie parallèle cause pour l'Etat un manque de recettes fiscales et cotisations sociales de plus de 12 milliards de dinars.
1/ Faux débat
En fait, la problématique est toute trouvée: «le Gouvernement serait faible car la constitution ne lui attribue pas la totalité des prérogatives nécessaires pour son exercice», disaient certains conseillers du Président. Pour enfoncer le clou, quelques députés du Nida non-dissidents suggèrent avec audace la présidentialisation de notre régime politique. Ils considèrent qu'en cette période où la Tunisie se cherche encore, le pays a besoin d'un homme fort qui dispose de tous les leviers du pouvoir.
Pourtant, on peut aussi imaginer une réforme empruntant le cheminement inverse, c'est-à-dire une réforme qui chercherait à réconforter davantage notre régime actuel qui peut être qualifié de semi-parlementaire (hybride) pour en faire un régime totalement parlementaire; et, faire ainsi de la fonction présidentielle une simple fonction honorifique, en somme morale. Aussi l'homme fort serait le Chef du gouvernement.
Le débat sur la nature du régime politique est un faux débat. Le régime hybride de notre constitution est à mon sens le plus approprié à nos spécificités socioculturelles. Il s'agit d'un régime assez équilibré où la dérive vers la présidentialisation de l'exercice du pouvoir n'est plus de mise. On voit très bien comment Béji Caïd Essebsi se heurte, malgré ses tentatives, aux critiques acerbes de beaucoup d'élus et même parfois de ministres.
La démocratie et l'exercice du pouvoir, outre leurs aspects institutionnels et organiques, sont avant tout un état d'esprit, une culture, une pratique politique. Le problème qui se pose aujourd'hui en Tunisie réside en fait beaucoup plus dans la mosaïque des partis au parlement que dans la nature du régime politique. En effet, les élections de novembre 2014 n'ont permit à aucun des partis en compétition d'avoir une majorité absolue lui permettant de gouverner seul sans composer avec d'autres partis en lisse. Les hésitations et la faiblesse du parlement et du gouvernement sont les résultats d'au moins trois facteurs:
* le mode de scrutin, la loi électorale (nous y reviendrons, titre 2);
* la crise qui secoue Nida Tounes, du moins ce qui en reste;
* Habib Essid n'est pas un leader de parti politique; il est l'homme de Béji Caïd Essebsi, tout comme le Président de l'Assemblée des Représentants du Peuple, Mohamed Naceur, d'ailleurs. Le Chef du gouvernement est donc sujet à toutes les distorsions qui pourraient cahoter l'ARP.
2/ Principaux modes de scrutin et leurs effets?
Le mode de scrutin «de listes à la proportionnelle au plus fort reste» qui a été adopté pour élire en octobre 2011 les députés de l'Assemblée nationale constituante et qui a été reconduit pour les élections législatives de novembre 2014 s'est avéré inapproprié à la législature de ce mandat. Certes, il a réussi à reproduire fidèlement la diversité politique du corps électoral mais, hélas, il est de nature à créer des crises parlementaires aigues.
Le mot «scrutin» désigne l'ensemble des opérations de vote et des modes de calcul destinés à départager les candidats aux élections. Chaque mode de scrutin a ses effets propres.
2.1/ Les principaux modes de scrutin
Scrutin majoritaire
Scrutin
Scrutin mixte


proportionnel

Accorde la victoire au candidat obtenant


le plus grand nombre de voix
Assure une
Combine le mode
Uninominal
représentation
majoritaire


en sièges au prorata
et le mode
Les électeurs choisissent entre des individus
du nombre de voix
proportionnel


obtenues

A un tour
A deux tours






Est élu le candidat
Est élu, généralement


qui a obtenu
au second tour,


le plus grand
le candidat qui a obtenu


nombre de voix
le plus grand



nombre de voix


D'après Guy Hermet, Bertrand Badie, Pierre Birnbraum, Philippe Braud,
Dictionnaire de la science politique et des institutions politiques, Armand Colin, 2010
Ainsi, le scrutin majoritaire attribue les sièges à celui ou ceux ayant obtenu le plus de voix:
* Dans le scrutin uninominal à un tour (ex: en Grande-Bretagne), le plus simple, le siège est attribué à celui qui a obtenu le plus de voix.
* Dans le scrutin uninominal à deux tours (ex: la France), pour être élu dés le premier tour, il faudrait obtenir la majorité absolue des voix, avec parfois un certain taux de participation est exigé. A défaut, un second tour est organisé pour départager les candidats ayant obtenu le plus de voix, à l'instar de notre scrutin présidentiel.
* Les scrutins de liste, à un ou deux tours, attribuent à la liste arrivée en tête tous les sièges (désignation des grands électeurs pour la présidentielle américaine).
2.2 / Les effets politiques des modes de scrutin

Scrutin majoritaire

Scrutin proportionnel
Effets mathématiques
Amplifie le succès du parti vainqueur.

Reproduit la diversité politique des suffrages exprimés.
Avantages
Limite la fragmentation partisane, favorise la formation de majorités
stables et cohérentes.

Une représentation plus juste
des citoyens.
Inconvénients
Une déformation du suffrage,
un affaiblissement des petits partis, une bipolarisation de la vie politique.
Un multipartisme anarchique, une instabilité gouvernementale.
Aussi, Le scrutin majoritaire, comme on vient de le voir, donne une prime au parti arrivé en tête et favorise par conséquent la construction d'une majorité. Lorsqu'il est à un tour, il entraîne une bipolarisation de la vie politique à l'instar des Etats-Unis et en Angleterre: on parle d'un système bipartisan. Lorsqu'il est à deux tours, comme le cas de la France pour les élections législatives et l'élection présidentielle, la prime au parti arrivé en tête demeure, mais n'élimine pas les suivants.
Le mode scrutin proportionnel est simple par son principe: les sièges sont attribués selon le nombre de voix. Il permet la multiplication des petits partis (multipartisme) et peut rendre plus difficile une majorité stable. Le seuil fixé pour obtenir le droit à la répartition des sièges et la taille de la circonscription constituent des variables déterminantes. Plus le seuil est élevé et plus le nombre de circonscriptions est important, plus l'accès des petits partis aux sièges sera difficile. De plus en plus, les modes de scrutin sont mixtes, combinant le mode proportionnel et le mode majoritaire, de façon à atténuer les inconvénients des deux modes de scrutin et à bénéficier de leurs avantages.
3/ Pour quel mode de scrutin devrons-nous opter?
Le mode de scrutin à la «proportionnel au plus fort qui reste» n'a pas permit lors des dernières élections législatives de dégager une majorité nette capable de gouverner sans risquer d'être renversée. Aussi, il a fallu des mois de tractations et de négociations à Nida Tounes pour aboutir à la formation d'un gouvernement pluriel; un gouvernement qui a fini par obtenir à une majorité écrasante le vote de confiance de l'ARP. Cependant, cette union sacrée n'a pas pu résister aux caractère hétéroclite de ce gouvernement, à la faiblesse de son Chef (un homme sans parti) et à la crise politique qui a frappé de plein fouet Nida.
Vu les circonstances politiques et les exigences exceptionnelles de cette période post-révolution, il faudrait opter à notre sens pour un mode de scrutin majoritaire uninominal à deux tours. Ainsi, nous aurons, à défaut d'une majorité absolue au premier tour –ce qui est fort probable- des possibles alliances entre les deux tours. En tout les cas, ce mode de scrutin limitera la fragmentation partisane et favorise la formation de majorités stables et cohérentes.
Dr. Ezzeddine Ben Hamida
Professeur de sciences économiques et sociales (Grenoble)


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.