Bilan Covid-19 : 2603 nouveaux cas et 75 décès en Tunisie    « Mahdia, chroniques d'une ville heureuse », le récit enchanteur de Alya Hamza    Syrie : Bashar Al-Assad présente sa demande de candidature aux élections présidentielles    Affaire des financements étrangers: L'Ambassade des Etats-Unis à Tunis réagit    Accord trouvé dans le dossier Shems Fm    Monde: Daily brief du 21 avril 2021    Tunisie [Vidéo + Photos]: Ambiance de Ramadan, les fromages, une particularité de Béja    Tunisie-Le ministre des affaires sociales fustige la non contribution des grandes surfaces aux efforts nationaux    Banque Mondiale : Hausse des prix de l'énergie de plus de 30% en 2021    BCT : Augmentation des billets et monnaies en circulation    BCT : Hausse du solde du compte central du gouvernement fin 2020    PSG vs Angers: Où regarder le match des quarts de finale de la Coupe de France du 21 avril?    CNRPS : Une application pour payer les cotisations en ligne    Manque de solidarité : Trabelsi fustige les grandes surfaces    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 21 Avril 2021 à 11H00    Le Synagri fustige la hausse des prix des carburants    Arrestation à Mahdia de trois personnes impliquées dans des affaires terroristes    Tunisie – météo : Brouillard local le matin et hausse des températures    BH Bank : Hausse du PNB de plus de 13% à fin mars 2021    Billet | Relais de croissance    BCT : Les avoirs en or de la Tunisie s'élèvent à 675 MD, à fin décembre 2020    DECES : Tahar BEN JEBARA    L'ambassadeur Moez Mahmoudi renforce le cabinet du ministre de l'Economie, Ali Kooli    CONDOLEANCES    MEMOIRE : Khalifa BOULAARES EL HERZI    Foot-Europe: le programme du jour    News | Retour en octobre pour Dahmen    Coupe de la CAF | Salitas-CSS (17h00 à Ouagadougou) : Mettre les bouchées doubles    Coupe de la CAF | Phase de groupes – 5e journée – Jaraaf-ESS (17h00) : Rien que la victoire !    Foot – Les clubs anglais disent "stop" à la Super League !    Expatriés : Aïssa Laïdouni champion de Hongrie    Le virus en terrain favorable !    Mechichi irait-il à Washington, avec Majoul et Taboubi ?    Tunisie: Accident mortel à Bouhajla    Abir Moussi [EN DIRECT]: "Je dénonce l'acharnement judiciaire orchestré par Ennahdha à mon encontre"    Un blessé dans l'explosion d'une mine à Châambi    Un citoyen perd une jambe dans l'explosion d'une mine au Mont Chaâmbi    Dernière minute- Kasserine : Etat de santé du citoyen blessé dans l'explosion d'une mine    Israël : 73 ans d'existence mais que de nuages sur la fête !    Décès du président du Tchad Idriss Déby    Exposition collective «L'espace du dedans, livres d'artistes» à la galerie A. Gorgi : Un médium d'art total    Espace | Vol d'un hélicoptère sur Mars    Mood Talent organise sa 36e édition à Dar El Marsa du 23 au 25 avril    "Covid'Art Espoir" s'engage pour CoviDar    Tunisie : Le mois du patrimoine en ligne du 18 avril au 18 mai    Les indiscrétions d'Elyssa    «Le Cadeau» de Farah Nabulsi: Court simple et très émouvant    Par Henda Haouala – La série TV « Ken ya Makenech » : délicieuse, grave et soignée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le déficit budgétaire: La Banque Centrale devra-t–elle mettre la main à la pâte?
Publié dans Leaders le 24 - 11 - 2016

Le déficit budgétaire est en train d'évoluer à des niveaux importants. Il est devenu, aujourd'hui, le défi le plus urgent et le plus difficile que la Tunisie devra relever. Les recettes fiscales diminuent et les dépenses publiques surtout improductives augmentent. Les protestations contre la collecte des taxes additionnelles et les difficultés de réduire les dépenses publiques obligent le gouvernement à s'endetter de plus en plus.
Dans ce contexte difficile, le nouveau statut de la Banque Centrale (2016) interdit les avances monétaires au gouvernement pour financer une partie du déficit budgétaire. En effet, selon l'article 25, la BCT interdit de fournir des facilités et des crédits au trésor public sans proposer une politique alternative. Les pays développés qui ont interdit les avances au trésor public, ont adopté quelques années plus tard (BoJ en 2001 suite à la décennie perdue des années 1990, FED en 2008 suite à la crise, BoE en 2009 et BCE en Janvier 2015), une « politique d'assouplissement quantitatif » ou «Quantitative Easing» qui permet le financement du déficit budgétaire. Il s'agit d'une politique monétaire non conventionnelle qui consiste pour une Banque Centrale d'injecter une quantité importante de liquidités dans l'économie et dans le système bancaire permettant un accroissement des crédits aux Etats, aux entreprises et aux ménages et de relancer ainsi l'activité économique. La FED et la BoE pourraient acheter directement la dette publique, permettant ainsi aux gouvernements de financer leur déficit à un taux faible. En Europe, la BCE pouvait aussi racheter aux banques universelles, les titres de dette que ces derniers ont achetés au moment de leur émission.
La BCT finance le déficit budgétaire indirectement en prêtant aux banques et en les forçant par la suite à acheter des bons du Trésor. Cette pratique a réduit le rôle d'intermédiation des banques et a généré un effet d'éviction important comme le montre le graphique ci-dessous. Les Bons du Trésor sont des titres émis par l'Etat tunisien en représentation d'emprunts dans le cadre de l'équilibre budgétaire. Ils sont négociables auprès de l'ensemble des banques intervenant sur le marché monétaire. On distingue trois types de bons de trésor: Les Bons de Trésor à Court Terme (BTCT); les Bons de Trésor Assimilables (BTA) et les Bons de Trésor à Coupon Zéro (BTZC). Les BTA constituent le principal instrument de la gestion de la dette publique utilisé. Le graphique montre que lorsque les Bons de Trésor augmentent, les crédits accordés à l'économie et l'investissement privé baissent.
Graphique: évolution des bons de trésor, des crédits et de la FBCF
Source : ministère du développement économique
La BCT doit réfléchir à développer une politique monétaire qui permet au gouvernement d'avoir des revenus supplémentaires pour financer en partie le déficit budgétaire et pour améliorer son efficacité. Elle doit nécessairement être associée étroitement à la gestion de la dette publique et à la politique budgétaire.
Il semble qu'un mouvement d'assouplissement des politiques monétaires est en marche dans la majorité des pays émergents. L'expérience des pays montre qu'il existe essentiellement deux politiques de financement du déficit budgétaire par les Banques Centrales:
1. La première politique consiste à permettre à la BCT d'acheter directement la dette publique (les bons du trésor) ou bien le gouvernement émet des Bons de Trésor qui sont achetés par les banques universelles puis revendus à la BCT. Ce système augmente la liquidité des banques, les mène à jouer leur rôle d'intermédiation et à financer les activités réelles. Le recours à cette politique doit être temporaire, ponctuel et exceptionnel.
2. La deuxième consiste à accorder des prêts au Trésor pour financer le déficit. Cette politique est incompatible avec l'article 52 du nouveau statut de la BCT. Cependant, on peut envisager une coordination entre les politiques monétaires et budgétaires tout en respectant l'indépendance de la BCT en lui laissant le soin de fixer le montant des prêts et le taux d'intérêt dans l'objectif d'atteindre le taux d'inflation annoncé et d'assurer la discipline budgétaire.
Ghazi Boulila
Professeur universitaire en économie


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.