Tunisie: Rached Khiari dévoile de quoi il a été accusé    Quelle suite après le mandat d'amener contre Rached Khiari ?    Vaccin Coronavirus: Plus de 265 mille personnes vaccinées en 40 jours    Tunisie: Arrestation à Ben Arous des cinq membres d'un réseau de trafic de stupéfiants    Ligue 2 | Play-off : L'ES Djerba décide de se retirer    Tunisie: En images, protestation des agents de finances à Béja    L'UTIPEF mobilise 284 millions de dinars pour l'entretien de nombre d'établissements scolaires publics    Earth Day 2021 Doodle: Découvrez le Google Doodle spécial Journée de la Terre    Club Africain : 40 milles tickets pour le derby    Tunisie: Arrestation de 158 recherchés par les unités de la Garde nationale    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 22 Avril 2021 à 11H00    Perturbations sur la plateforme Evax : l'ANSI met en garde contre les fake news    L'ANSI met en garde contre les fake news concernant la plateforme Evax    News | Moncef Khemakhem pris d'un malaise    Un vieux problème qui touche le sport le plus populaire : Jeûne et football, l'éternel dilemme !    Projet Tarabot/Documentary Challenge : Appel à candidature "Soutna – Génération solidaire"    Tunisie-Ministère des Finances: Rééchelonnement des dettes des entreprises touchées par le Coronavirus    Mohamed Fadhel Kraïem : La Tunisie est un pays en pénurie d'eau    Dépendance de l'extérieur !    Pas d'inquiétude pour les Tunisiens au Tchad    Vidéo Buzz: Une ouvrière Tunisienne fait don de 7700 dinars sur une chaine TV    DECES : Professeur Moncef Gargouri    «El Foundou» de Saoussen Jomni : Récit d'un désigné coupable    Tunisie-météo: Météo: Températures en baisse et pluies éparses attendues    Tunisie : Le test RT-PCR toujours à 209 dinars malgré la révision à la baisse de son tarif    Moncef Marzouki réunit ses anciennes troupes    Foot-Europe: le programme du jour    Les répercussions de la crise du Covid-19 se poursuivent chez Tunisair : les chiffres du premier trimestre 2021    One Tech Holding : Hausse des revenus de plus de 15% et un retour à la normale au premier trimestre 2021    BM : les prix des produits de base devraient se stabiliser à la faveur de la reprise économique mondiale    Tunisie [Vidéo]: Lancement du patrouilleur El Jem 213, explications du ministre de la Défense    Tunisie- Affaire Rached Khiari: L'Ambassade Américaine sort de son silence!    Que risque Rached Khiari ?    France: Les ambassadeurs de la Tunisie et l'Italie discutent la relance du tourisme    Coupe de la CAF-Phase de groupes-5ème journée: Le CSS se qualifie aux quarts de finale, l'ESS éliminée !    « Mahdia, chroniques d'une ville heureuse », le récit enchanteur de Alya Hamza    Syrie : Bashar Al-Assad présente sa demande de candidature aux élections présidentielles    Monde: Daily brief du 21 avril 2021    Foot-Europe: le programme du jour    Un citoyen perd une jambe dans l'explosion d'une mine au Mont Chaâmbi    Un blessé dans l'explosion d'une mine à Châambi    Dernière minute- Kasserine : Etat de santé du citoyen blessé dans l'explosion d'une mine    Israël : 73 ans d'existence mais que de nuages sur la fête !    Décès du président du Tchad Idriss Déby    Exposition collective «L'espace du dedans, livres d'artistes» à la galerie A. Gorgi : Un médium d'art total    Mood Talent organise sa 36e édition à Dar El Marsa du 23 au 25 avril    "Covid'Art Espoir" s'engage pour CoviDar    Tunisie : Le mois du patrimoine en ligne du 18 avril au 18 mai    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Slaheddine Dchicha: Choix des Hommes et bonne gouvernance
Publié dans Leaders le 02 - 05 - 2017

Tous les Tunisiens ont encore en mémoire le discours prononcé le jeudi 16 mars 2017 par le chef du gouvernement à l'ouverture de la séance plénière de l'ARP, au cours duquel M. Chahed a cité la 11e thèse sur Feuerbach de Karl Marx: «Les philosophes ont seulement interprété différemment le monde, ce qui importe, c'est de le changer.»
Cette citation faite par un jeune Premier ministre libéral, auteur d'une thèse portant sur la «mesure de l'impact de la libéralisation des marchés agricoles sur les échanges et le bien-être» devant une assemblée en majorité social-libérale pour ne pas dire libérale tout court, peut paraitre insolite voire cocasse et elle a été considérée comme telle par les députés et en premier lieu par leur président qui ont malicieusement demandé à l'orateur un «bis» comme on le demanderait à une vedette de la chanson, et le Chef du gouvernement de s'exécuter sous leurs applaudissements nourris.
Mais une fois, les applaudissements, les railleries et les sourires ironiques tus, il s'impose de s'interroger sur les raisons de cette citation qui peut paraitre, en la situation politique et idéologique où elle est faite, paradoxale et incongrue
Est exclue tout de suite l'idée d'une farce faite par un des innombrables conseillers que l'on prête à M. Chahed. Exclue aussi l'idée d'en imposer et d'en mettre plein la vue, Le Premier Ministre ne semblant ni fat ni cuistre.
Considérée du point de vue de la philosophie politique ou philosophe de l'action, cet appui sur la praxis marxiste peut se justifier même devant cette assemblée plutôt conservatrice. En effet, l'homme politique, en homme d'action, se doit d'agir pour transformer la réalité mais pas n'importe comment. Il se doit de prévoir et d'agir à propos. En cela, il doit se placer du côté de Prométhée, ce Titan grec prévoyant et rusé qui, comme son nom l'indique, «réfléchit avant d'agir» contrairement à son exact opposé, son frère Epiméthée dont le nom signifie «celui qui réfléchit après»
Prométhée vs Epiméthée: prévenir vs guérir
M. Chahed est grand consommateur de ministres, en à peine huit mois, il a en congédié quatre: après M. Abdeljalil Ben Salem, ex- ministre des Affaires religieuses, limogé le 4 novembre 2016 et M. Abid Briki, ex-ministre de la Fonction publique et de la Gouvernance remercié fin février 2017, voici venu le tour de la ministre des Finances, Madame Lamia Zribi, et celui du ministre de l'Education, Monsieur Néji Jalloul, tous deux démis ce 30 avril 2017.
Certains des renvoyés n'étant pas remplacés comme ce fut le cas de M. Abid, certains Tunisiens, facétieux et pleins d'humour même dans les situations les plus tragiques, ont l'impression d'assister à une Téléréalité dont chacun des participants doit éliminer tous ses rivaux pour gagner et être sacré champion; ils commencent même à faire des paris!
D'autres pensent que M. Chahed dirige le pays et son gouvernement comme on gérerait une équipe ou une entreprise et donc il obéit aux lois du marché et procède par absorption, fusion et obligatoirement par élimination.
Mais l'humour n'empêche pas les Tunisiens d'être conscients que le Chef du gouvernement n'a pas les coudées franches et qu'il agit ainsi contraint par des forces dont certaines sont occultes comme ce fut le cas pour le Ministre des affaires religieuses, d'autres opérant en pleine lumière comme c'est le cas pour M. Jelloul dont le limogeage a réjoui M. Lassaad Yacoubi, le secrétaire général du syndicat de l'enseignement secondaire, en ces termes, dans une déclaration rapportée par Mosaïque Fm : «La décision de limogeage de Néji Jalloul a été prise à la suite d'un accord conclu entre la présidence du gouvernement et la direction de la centrale syndicale», termes naïfs qui avouent et assument sans barguigner, mais termes qui ne feront qu'exacerber l'hostilité déjà très grande à l'égard de l'UGTT et la criminalisation quasi systématique de toute revendication sociale et toute action syndicale.
Certes M. Jelloul n'est pas un enfant de choeur. Il a été un Ministre atypique et un personnage haut en couleurs. N'a-t-il pas signifié haut et fort son indifférence voire son mépris vis-à-vis de ses adversaires le 5 février 2017, avant de proclamer qu'il préfère Zine el-Abidine Ben Ali à Moncef Marzouk et l'ancien R.C.D à Ennahdha, se rangeant ainsi de lui-même parmi les nostalgiques «Azlem» et s'attirant, par bravade et provocation, l'inimitié de plus d'un.
Mais alors sachant cela, pourquoi M. Chahed a-t-il tergiversé, pourquoi a-t-il résisté, pourquoi a-t-il attendu si longtemps avant de prendre sa décision de limoger M. Jelloul? pourquoi y a-t-il consenti maintenant?
Et si en plus de l'hostilité du milieu enseignant, il y avait un manque de cohésion et de cohérence dans l'équipe gouvernementale et s'il n'y avait rien de commun à cette équipe en dehors d'une volonté extérieure qui, au nom d'une supposée «union nationale», fait cohabiter des individus, représentants des objectifs, des intérêts et des agendas différents pour ne pas dire divergents et antagonistes. Ce problème aurait dû alors être envisagé et traité en amont, lors des consultations et avant la formation du gouvernement.
En effet, certains limogeages s'expliquent par des pressions de lobbys, de forces politiques, de groupes d'intérêts, d'autres non. Ainsi en est-il du renvoi abrupt de Madame Zribi auquel est attribué la dépréciation et le flottement du Dinar. Or, ces initiatives d'une grande importance et d'une haute gravité pour le Pays et pour l'ensemble des citoyens, auraient dû normalement se discuter et se décider d'un commun accord à moins d'un déficit de coordination ou plus grave d'un manque de compétence ; à moins enfin que certaines personnes servent d'exutoire à une politique qui ne veut pas reconnaitre ses limites et affronter sa remise en question et qui se trouvent ainsi sacrifiées pour alléger une équipe en surnombre.
Discontinuité et dysfonctionnements
En effet, l'équipe gouvernementale est très importante, trop importante pour les 11 millions d'habitants. Vingt-six ministres et quatorze secrétaires d'Etat ! ce qui fait 1 ministre ou secrétaire d'Etat pour 275000 habitants contre 1 pour 1 .800000 habitants pour la France par exemple. Ce nombre élevé, quarante, s'explique par le souhait de représenter le maximum de sensibilités de «l'union nationale», hélas l'hémorragie révèle non seulement les failles du Casting mais surtout le choix malheureux de ce chiffre symbolique qui évoque inévitablement pour les gouvernés les Mille et Une Nuits!
Cette façon de procéder discrédite le Chef de gouvernement et ébranle son autorité, déjà entamée par ailleurs sur le plan social comme l'a montré l'accueil qui lui a été réservé récemment à Tataouine. En outre les changements fréquents de personnes dans l'équipe gouvernementale provoque forcément une discontinuité dans la politique et le programme suivis, des changements d'équipes, des interruptions dans les projets en cours et parfois l'abandon ou la réorientation des actions entamées… ce qui peut provoquer, retards, impatience et grogne sociale.
En tout cas cette politique de l'après coup fait penser au héros grec l'Epithémée, ce personnage qui court après le temps et qui ne réfléchit qu'après avoir agi. Il n'a aucune prise sur les événements, sur le temps. Au lieu d'agir, il est agi ; au lieu de prendre son temps et de réfléchir, il est pris par le temps et regrette. Son manque de prévision fait qu'au lieu de décider, ce sont les événements et les autres qui décident pour lui!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.