L'excision est désormais un crime passible de prison    Etat des lieux désastreux pour le tourisme    Les musulmans de Bosnie pleurent leurs morts    A Idleb, les déplacés syriens craignent le pire    Fiché «S 17»...    « La vérité et la justice sont souveraines, car elles seules assurent la grandeur des nations ». Emile Zola    Mohamed Ayachi Ajroudi : " Quand j'entends la Marseillaise je pleure " !    Brésil : un match annulé à cause du coronavirus    Nouvel appel à la vigilance de l'OMS    L'armée nationale met en garde contre toute atteinte à l'intégrité du pays    «Depuis quand les Nègres sont des artistes ! ?»    Hichem Ben Ammar peut-il quitter le vaisseau?    DIX-HUIT nouveaux cas importés de Coronavirus enregistrés dans 10 gouvernorats    Libye: Haftar pose des conditions pour lever le blocus des ports et champs pétroliers    Foot-Europe: le programme du jour    Météo | Températures en hausse    Championnat suisse (Coronavirus) : un joueur du FC Zurich testé positif    Don d'équipements au profit des hôpitaux (Découvrez la vidéo et les photos exclusives de La Presse)    « Lettre à la Méditerranée » : rédigée par le recordman mondial d'apnée Guillaume Néry qui rend hommage aux mers du globe    Reprise des activités des « Boites de nuit, Clubs de danse et Cabarets » – Conditions et procédures à respecter    Ammar Mahjoubi: L'oligarchie des notables    Des personnes fichées S17 dans les coulisses du Parlement: Quand on défie l'Etat à l'ARP !    La présidence de la République dévoile le projet de la cité médicale à Kairouan: La réalisation confiée à l'institution militaire    Tunisie – Que va décider le conseil de la Choura d'Ennahdha à propos d'Elyes Fakhfakh ?    Tunisie – VIDEOS : Les jeunes de Tataouine rejoignent les protestataires à Al Kamour    Tunisie – Le ministère de la santé lance un appel aux passagers ayant voyagé à bord d'un ferry français    Sami Frikha à propos de l'enrichissement illicite et le conflit d'intérêts: Les politiques au contact du droit des sociétés    Tunisie | Réouverture des boîtes de nuit, dancings et cabarets, à 50% de leur capacité d'accueil    La Russie bloquera-t-elle à nouveau cette assistance vitale ?    Regards prospectifs sur le cinéma tunisien    Reprise de la production, et l'exportation du pétrole en Libye    Les prévisions inquiétantes de l'OMM sur l'élévation des températures pour les 5 années à venir    Le ministre libyen des Finances reçu au Palais de Carthage    40e jour du décès de Chedly Klibi : La Cité de la culture baptisée au nom de l'illustre ministre de Bourguiba    « Les photos pourries » de Mahmoud Chelbi : Coulée de larves et giclée chromatique    Ligue 1 : Programme des matchs amicaux d'aujourd'hui    La KFW met en place de nouveaux mécanismes de financement de projets numériques en Tunisie    Le baril du pétrole clôture le 9 juillet 2020 à 42,6 $    Six marins français testés positifs au covid, à leur retour d'une traversée en provenance de Tunis    Il était une fois... «12 mille dinars pour des Ripoux» !    Un avertissement sans frais à Netanyahou    Algérie : Interdiction de circulation automobile entre 29 wilayas    Tunsie : La Cité de la Culture officiellement baptisée au nom de Chedli Klibi    Lancement du nouveau projet du Ballet de l'Opéra de Tunis : «Empreintes dansées» dans les régions    Utopies Visuelles à Sousse (du 10 au 26 juillet 2020) : Une édition en partie digitale    Un Tunisien remporte le 1er prix d'un concours mondial de poésie, Découvrez son poème    32 nouveaux décès en France en 24 heures    469 nouveaux cas en Algérie en 24 heures    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Samia Elfekih: Une fierté tunisienne en Australie
Publié dans Leaders le 17 - 06 - 2017

Enfant à Nabeul, Samia Elfekih avait-elle pensé devenir un jour une éminente chercheuse scientifique... en Australie? Après avoir été à Londres et à Hawaï, aux Etats-Unis! Son parcours est exceptionnel. Tout commence pour elle à I'Institut national agronomique de Tunisie où elle décroche d'abord sa maîtrise en protection des plantes, en 2003, puis un mastère de recherche en nématologie, en 2005. Samia Elfekih enchaînera avec un doctorat en mathématiques-physique et sciences naturelles à la faculté des Sciences de Tunis et un Ph.D en biologie moléculaire et génétique à l'Université d'Hawaï à Manoa, en 2010..
Successivement, elle avait été enseignante à l'Institut supérieur d'études préparatoires en biologie et géologie de La Soukra (2008 - 2010), chercheuse visiteuse à l'University of California Riverside (2010) et chercheuse post-doctorante à l'Imperial College London (Department of Biological Sciences) & Natural History Museum (Department of Life sciences, 2011-2013). Une voie royale lui est alors ouverte. La voilà installée à Canberra, la capitale de l'Australie, au sein de CSIRO Health & Biosecurity flagship. Parcours.
Qui est Samia Elfekih?
Je suis issue d'une famille qui voue une grande importance au savoir et à l'éducation.
Fille d'ingénieur agronome et d'enseignante en mathématiques, j'ai toujours été entourée depuis mon enfance par des gens pour qui l'éducation constitue une priorité absolue. J'ai fait mes études primaires à l'école primaire Ibn-Khaldoun puis mes études secondaires au lycée Mahmoud-Messaadi à Nabeul. J'ai eu une formation d'ingénieur agronome suivie d'un mastère de recherche en agriculture biologique. J'ai aussi poursuivi des études de doctorat en génétique et biologie moléculaire entre la Tunisie et les Etats-Unis, sponsorisée par une bourse Fulbright, une bourse prestigieuse octroyée par le Département d'Etat américain.
Après avoir fini mes études de doctorat en 2010, j'ai effectué un stage postdoctoral à Londres (Imperial College London) financé par le programme Unesco- L'Oréal pour les Femmes et les Sciences. Au terme de ce stage, j'ai eu plusieurs offres d'emploi aux Etats-Unis et une autre en Australie. J'ai choisi de partir pour l'aventure et l'inconnu, je voulais sortir de ma zone de confort, rencontrer des gens différents, une culture loin de la mienne. Il faut dire que je suis fascinée par les Australiens et la qualité de vie tout simplement superbe de ce pays.
Quelles fonctions exercez-vous actuellement?
Je suis ingénieur chercheur au CSIRO, Organisation fédérale pour la recherche scientifique et industrielle, l'organisme gouvernemental australien pour la recherche scientifique qui compte plus de 6 000 employés et une soixantaine de sites en Australie et à l'étranger.
Gardez-vous des contacts avec des institutions tunisiennes?
Oui, je suis en contact avec mes anciens encadreurs et leurs équipes de recherche. Beaucoup d'efforts sont en train d'être déployés pour initier des projets de collaboration et d'échange d'étudiants. Je milite pour donner l'exemple et montrer qu'une formation en Tunisie peut mener à une carrière internationale. Partout où je vais, j'essaye de promouvoir l'image de la femme tunisienne et arabe, connue pour son intelligence, son charisme et son adaptabilité.
Quels sont vos projets de recherche?
Ils portent sur l'utilisation des techniques pointues en génomique et bio-informatique pour résoudre des problèmes qui touchent à la santé publique, l'agriculture et la biosécurité. Je m'intéresse particulièrement à des problématiques qui concernent de près l'Australie et aussi la région Afrique du Nord-Moyen-Orient (Mena), vu mes origines.
Récemment, j'ai lancé un projet de recherche sur l'incidence de la fièvre dengue dans la région Mena et plus précisément au Moyen-Orient. Mes projets nécessitent beaucoup de contacts et de collaboration avec des chercheurs locaux. Pour cela, le concept de “diplomatie scientifique” est un élément crucial dans mon travail.
Je m'intéresse énormément au développement d'une politique d'innovation qui permet de mieux positionner mon travail dans l'espace de recherche international.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.