CONDOLEANCES    Gouvernement Fakhfakh : Afek Tounès ne votera pas la confiance    Gouvernement Fakhfakh : Al Karama juge que le problème n'a pas été résolu    Inclusion financière (I) : Privilégier les catégories marginalisées    Augmentation de capital de Carthage Cement : La souscription atteint 80%    Industries pharmaceutiques : La SIPHAT lutte pour retrouver une santé financière    De plus en plus de Libyens arrivent en Tunisie    Les priorités du nouveau gouvernement, selon Hichem Elloumi    En vidéo : Azza Filali lève le rideau sur son nouveau roman    Chemins de l'herméneutique : Le tournant heideggerien    «Queen & Slim» de Melina Matsoukas actuellement dans les salles : Le récit d'une cavale meurtrière    France | Décès de Jean Daniel à l'âge de 99 ans : Le 4e pouvoir perd l'une de ses plus belles plumes    Rien ne va plus à l'USM : La dégringolade!    Affaire terroriste de Mnihla : Peines allant de deux ans de prison à la perpétuité    Renouvellement de l'appel pour effectuer صلاة الاستسقاء    Siliana : Arrestation de l'un des agresseurs des 4 douaniers à Rouhia    Triathlon | Coupe d'Afrique : Cap sur le Zimbabwe    AGRICO.TN : Une place de marché agricole gratuite en Tunisie    Au travail !    La Tunisie condamne la double fusillade près de Francfort    Le stock de médicaments à la pharmacie centrale suffisant pour trois mois    Le Groupe de la Banque mondiale lance une initiative en faveur des femmes entrepreneures au Moyen-Orient et en Afrique du Nord    Europa League: résultats des 16è de finale aller    Programme TV du vendredi 21 février    Boxe | Tournoi qualificatif aux J.O de Tokyo : Tokyo via Dakar    Jean Daniel, le Tunisien, par Guy Sitbon    Une maman filme la détresse de son fils pour dénoncer le harcèlement scolaire    Rached Ghannouchi (avec un grand sourire) : La formation gouvernementale proposée par Elyès Fakhfakh est logique et équilibrée    Ligue des champions d'Asie/ Al Sadd : l'algérien Bounedjah suspendu 2 mois par l'AFC    Orange Tunisie et l'association SHANTI annoncent le lancement de la plateforme elmensej.tn de mise en valeur des produits des artisanes de la région de Nefta    Vaccin anti-coronavirus : la Chine prévoit des tests sur l'homme dès avril    Décès d'un tunisien en Libye    Météo : brume et brouillard le matin    Sihem Belkhodja dresse à Aix-en-Provence, avec 6 danseurs tunisiens, le portrait de la jeunesse tunisienne et ses espoirs après la Révolution    Wadii Jary renouvelle sa candidature pour la présidence de la FTF    Un cabinet de 30 ministres et de 2 secrétaires d'Etat : Vote de confiance mercredi pour le gouvernement Fakhfakh    Un grand ami de la Tunisie n'est plus    La justice suisse inculpe Nasser Al-Khelaïfi    Panoro annonce un puits supplémentaire et des niveaux élevés d'activités de production en Tunisie:    Le gouvernement de Fakhfakh va passer, selon Korchid    Ministère de l'agriculture : le niveau d'eau dans les barrages n'est pas alarmant    Avec Eloquence, Mohamed Zinelabidine tire sa révérence    Découvert par les forces sécuritaires et militaires : Un camp de terroristes sur les hauteurs de Kasserine    Tripoli suspend les pourparlers de paix après les violations de Haftar    La Maison de la poésie tunisienne lance un appel à candidature pour sélectionner des volontaires dans le cadre de la manifestation « Mars Poésie 2020 »    Conférence de presse: Les droits humains des migrants, victimes des politiques européennes en matière de migration    Libye: « nous n'avons pas de partenaire de paix », déplore le gouvernement    Monji Ben Raies: «Deal du siècle», deal de dupes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Immobilier: comment bien acheter en Tunisie, selon Le Figaro
Publié dans Leaders le 03 - 06 - 2010

Notre confrère Le Figaro consacre à l'occasion de la tenue ce week-end à Paris du SITAP un article intéressant sur les opportunités offertes par l'immobilier en Tunisie. Sous le titre «C'est aux acheteurs d'être prudents», il publie une interview de Louis Eudes, fondateur de Delocalia, société spécialisée dans l'immobilier résidentiel à l'étranger.
Quelques jours après son voisin marocain, la Tunisie tient son salon immobilier à Paris à partir de vendredi 4 juin. L'occasion pour les candidats à une retraite ensoleillée, ou à l'expatriation, de découvrir les offres des promoteurs qui se multiplient. Le point sur ce marché en développement avec Louis Eudes, fondateur de Delocalia, société spécialisée dans l'immobilier résidentiel à l'étranger.

Le figaro.fr : Le marché immobilier tunisien est-il similaire au marché marocain ?
Louis Eudes : Ce sont deux marchés très différents. Vous avez d'un côté un pays qui s'est ouvert depuis longtemps aux étrangers dans un esprit libéral et de l'autre une nation qui porte encore les cicatrices de la colonisation. La Tunisie est un petit pays où céder des parcelles de territoires ou des immeubles aux ressortissants de l'ancienne métropole ravive les blessures. Cette peur d'être envahi se traduit dans les procédures. Pour acheter un bien immobilier, il faut l'autorisation du gouverneur, c'est-à-dire du ministère de l'Intérieur. Un refus est rare, mais cela prend en moyenne six mois. Ce n'est pas gênant lorsqu'on achète un bien sur plan, mais quand on investit dans l'ancien, cela retarde le moment où l'on peut jouir de son achat.
Pourquoi acheter en Tunisie ?
C'est surtout pour le climat, et l'immobilier qui est encore vraiment moins cher qu'en Europe -même si les prix grimpent- que les acheteurs viennent dans le pays. Le prix du mètre carré oscille entre 700 et 2.000 euros en moyenne. Dans les quartiers aisés, les villas se vendent aux alentours de 1.500 euros le mètre carré. Le coût de la vie moins élevé -à condition de vivre comme les locaux- est aussi un argument, mais cela ne doit pas être déterminant. Le pays attire pour l'instant surtout des retraités qui bénéficient d'un régime fiscal de faveur sur les pensions de retraite. Et en cas de revente de l'appartement ou de la maison que l'on a acheté, les impôts sont de 5 ou 10%. De plus en plus de personnes viennent aussi s'installer avec leur famille pour travailler. L'Etat a mis en place des mesures qui facilitent l'installation, le pays dispose de bonnes infrastructures et la main d'œuvre est francophone.
Quels types de biens peut-on acquérir en Tunisie ?
Pour l'instant l'offre n'est pas très étoffée. Beaucoup d'appartements sont surtout destinés à la population locale. Mais une offre de standing plus élevée se développe. Ce n'est pas encore le grand luxe, car la cible reste essentiellement une clientèle locale aisée plutôt que les Européens. Il est plus difficile, mais pas impossible d'acheter dans l'ancien. Les villes offrent de belles maisons avec patios et les campagnes de jolies propriétés rurales. Cependant, contrairement au Maroc, les Tunisiens sont très protecteurs avec leur patrimoine ancien qu'ils entretiennent très bien. Les résidences de tourisme commencent aussi à apparaître, nous sommes d'ailleurs en train de commercialiser la première. Cela démarre. Il y a quelques années il n'y avait que 70 à 80 professionnels de la promotion immobilière pour tout le pays. Aujourd'hui il y en a 1700. Tous ne sont pas encore très professionnels mais certains ont une vingtaine d'années de métier.
Quels sont les pièges à éviter ?
Il ne faut pas oublier que le régime très protecteur vis à vis des consommateurs en Europe, et notamment de la France, n'existe pas en Tunisie. C'est donc à l'acheteur de se montrer prudent et de ne rien laisser au hasard. Comme dans tous les pays émergents, le risque de malfaçon existe. Un arsenal juridique est prévu, mais il est parfois difficile de le faire appliquer. Le plus sûr est de se rendre sur place en cours de construction. De même, il faut bien vérifier la validité des titres de propriété, car le cadastre est un sujet sensible notamment quand on achète dans l'ancien. Les avocats -la profession de notaire n'existe pas en Tunisie- sont compétents pour effectuer les démarches. En Tunisie, il n'existe pas de cadre réglementaire pour les agences immobilières. Elles n'ont pas, par exemple, de responsabilité civile, et leur niveau de services est assez pauvre. Passer par un réseau d'agences internationales implanté sur place n'apporte pas davantage de garantie car l'antenne locale suit en général les normes du pays. Le mieux est de passer par un intermédiaire français mandaté pour négocier sur place et qui va offrir les garanties manquantes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.