Réactions de la presse internationale aux nouvelles mesures de Kaïs Saïed    Semaine Boursière : La BH consolide avec succès ses assises financières    Tunisie – Non lieu pour Mohamed Hentati    Les loueurs de voiture invités d'Alpha Hyundai Motor    Tunisie – Hausse de 185% de la redevance du passage du gaz algérien    Tunisie - Reprise des activités dans tous les espaces culturels    Ultra Mirage, le challenge se poursuit avec le soutien d'Assurances BIAT    AS Kasserine : Seif Ghezal, nouvel entraîneur    Ministère des Affaires Sociales: 620 000 familles ont profité de l'aide de 300 dinars    Carthage, patrimoine culturel ... en détresse    Vie et mort d'un fondateur de dynastie: Husseïn Bey 1er (1675-1740)    Chakchouk et Girardin la coopération tuniso-française en matière d'infrastructures portuaires    Djerba Music Land 2021 a enchanté les âmes et les yeux des festivaliers    Club Africain : Mehdi Ouedherfi prêté à Al-Akhdhar libyen    Dernière minute- Du nouveau sur le couvre-feu    UGTT : Non au marchandage entre liberté et monopolisation des pouvoirs !    JCC 2021 : Listes des films sélectionnés dans le cadre de Chabaka et Takmil    Finale de la Super Coupe de Tunisie 2020 – 2021 : EST vs CSS où regarder le match du 25 septembre    Appel à participation: Lancement de la 4e édition du Prix Orange du Livre en Afrique    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 24 Septembre 2021 à 11H00    La FTF approuve la liste internationale des arbitres    Des décisions du CSM annulées par le Tribunal administratif    Envirofest à Bizerte en marge du Forum Mondial de la Mer (Programme)    Covid-19 : 41% de la population tunisienne primo-vaccinés    Abir Moussi s'exprime sur l'arrêt des primes octroyées aux députés    Kalthoum Kannou future Ministre de la Femme?- La magistrate s'exprime sur le sujet    Hatem Boubakri salue les mesures prises par le président de la République    Abir Moussi : Le président veut barrer la route au PDL !    Tunisie : Le ministère de l'Enseignement supérieur recrute 1 130 chercheurs    Le ministère de l'Education invite ses affiliés à la vaccination    La Ligue des Etats arabes doit jouer un rôle important dans la résolution des conflits    « Meilleur Service Client de l'année 2021 » pour Ennakl Automobiles pour la deuxième année de suite    Flat6Labs Tunisie organise le Hub Day du premier cycle du projet Ignite Tunisia    LG lance un téléviseur géant DVLED 8K de 325 pouces    Livres et auteurs de langue française en états généraux à Tunis depuis ce jeudi (Album Photo)    Démarrage à Tunis des Etats généraux du livre en langue française dans le monde    Football : Programme TV de ce Jeudi 23 Septembre 2021    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 23 Septembre 2021 à 11H00    Monde- Daily brief du 22 septembre 2021: Le chef du gouvernement libyen rejette le retrait de confiance    Deux femmes héroïnes d'un évènement qui unit l'art et la littérature: Azza Filali et Chiara Montenero    Libye: Dbaïba rejette le retrait de confiance    Art'cot organise une exposition grand format à la Médina de Tunis    Egypte : Décès du maréchal Mohamed Hussein Tantaoui    Abu al-Bara al-Tounsi tué dans un raid à Idleb    Crise des sous-marins: Quelques leçons pour les Arabes    Pêcheurs tunisiens interpellés par les garde-côtes libyens : Le ministère de la Défense rappelle la réglementation    Comment comprendre les prochaines élections en Allemagne et quel impact sur la Tunisie du départ d'Angela Merkel    Cinq enseignements à tirer de l'abominable gestion américaine de la tragédie afghane    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Hédi Béhi - Les mémoires de Bahi Ladgham : à lire absolument pour connaître "la vraie" histoire du mouvement national
Publié dans Leaders le 09 - 12 - 2019

« Bahi Ladgham, le leadership serein » Souvenirs, témoignages et réflexions. Parues 21 ans après le décès en 1998 de celui qui fut pendant quinze ans le N°2 du régime, les mémoires de Bahi Ladgham ne se réduisent pas à une simple plaidoirie pro domo, ni à l'autopromotion de l'auteur comme c'est souvent le cas. Elles se lisent comme un livre d'histoire, une histoire revisitée, débarrassée de tous ces travestissements qui l'ont défigurée en éclairant d'un jour nouveau des pans entiers de notre passé, mais aussi en nous révélant un grand militant dont la contribution à la cause nationale et à l'édification du jeune état a été immense. Au risque de tomber dans le piège de l'image d'Epinal, je dois à la vérité de dire qu'il a été à la fois, un grand patriote, un résistant (il avait purgé une peine de quatre ans au fameux pénitentier de Lambèse), un grand commis de l'Etat, qui n'a jamais cessé de servir son pays là où il se trouvait : à Paris, lors des négociations sur l'indépendance à la Kasbah, en tant de secrétaire d'Etat à présidence (l'équivalent de premier ministre), à Bizerte pendant les évènements de juillet 1961 et dans les missions délicates auprès de dirigeants arabes et étrangers ou même rehausser le prestige de la Tunisie à l'étranger comme en Jordanie où, mandaté par la Ligue arabe en septembre 1970, il avait réussi à réconcilier le roi Hussein et Yasser Arafat et à exfiltrer ce dernier à la barbe des services jordaniens pendant le septembre noir. La mission avait réussi au delà de toute espérance, ce qui a conféré à Bahi Ladgham une stature internationale. Quelques mois après son retour, le congrès du parti s'ouvrait à Monastir. Bahi Ladgham obtint le plus grand nombre de voix aux élections, d'où le dépit de Bourguiba qui s'est traduit par des propos peu amènes envers son ancien collaborateur.
Tout grand homme qu'il était, Bourguiba avait ses petitesses, notamment une ingratitude envers ses compagnons surtout quand il estimait que leurs succès pouvaient lui porter ombrage. Ce fut le cas avec Mongi Slim qu'il avait qualifié après sa mort de fils d'esclaves grecs et dont il avait saboté la carrière internationale alors qu'il était bien placé pour succéder au Birman U Thant au secrétariat général de l'ONU et s'était opposé à sa candidature à la Cour Internationale de Justice de Haye. Avec Bahi Ladgham, il usera d'un technique éprouvée notamment dans les pays communistes. Il sera ostracisé par les médias. Ainsi, deux générations de tunisiens n'auront jamais entendu parler de Bahi Ladgham ni en bien, ni en mal, comme s'il n'avait jamais existé.
Lors du Sommet de l'Union africaine, en avril 1994, il s'était présenté devant le siège du Sommet africain. Alors qu'il traversait d'un pas décidé la place des droits de l'homme qui se trouvait juste en face de l'hôtel où résidaient les chef d'Etat africains, un jeune policier lui fait signe de s'arrêter : «je m'appelle Bahi Ladgham et je voudrais rencontrer le président Nelson Mandela». Incrédule, le policier appelle son supérieur. Il lui a fallu franchir trois barrages de policiers pour qu'un haut gradé reconnaisse l'ancien premier ministre et se répande en excuses avant d'aviser la délégation sud africaine. Quelques minutes plus tard, un membre de la délégation de ce pays annonce à si Bahi que Mandela serait heureux de le rencontrer. Il est aussitôt conduit auprès du président sud africain. Les retrouvailles seront émouvantes. Ils tomberont dans les bras l'un de l'autre. Mandela se rappelle très bien de leur dernière rencontre qui remonte à …1962 à Tunis. Il était venu le voir en taxi.
Le Sud-africain était venu pour obtenir des armes. Il avait rencontré Bourguiba qui lui avait réservé un accueil chaleureux et accepté immédiatement de lui fournir l'aide qu'il réclamait tout en l'encourageant à engager la lutte armée contre le régime blanc avant de l'aiguiller vers Bahi Ladgham qui était chargé des relations avec les mouvements de libération africains, l'ANC, le SWAPO namibien, le FNL angolais. Mandela obtiendra les armes, mais n'aura pas le temps d'engager la lutte armée : il sera arrêté à son retour en Afrique du sud puis condamné à trente de prison au terme d'un procès expéditif.
A peine avais-je parcouru les premières pages de ce livre que des souvenirs personnels ont surgi:
Lors d'une conversation que j'ai eue avec Bahi Ladham au début des années 90 à la Zaouia-medersa Ahmed el Bahi à Bab El Aqwas dont il portait le prénom, on avait évoqué la situation en Tunisie. Ben Ali bénéficiait encore de l'état de grâce. je lui avais fait part de ma surprise devant sa réserve envers le nouveau président alors que ses anciens compagnons s'étaient empressés de le rallier tout comme beaucoup d'anciens opposants. «Il m'avait répondu : pas de compromission avec ce régime». Et comme pour s'assurer que j'avais saisi sa position, il m'avait répété cette phrase trois fois, comme s'il pressentait les dérives du régime.II connaissait Ben Ali mieux que quiconque pour avoir été son ministre pendant quinze ans et était tenu au courant de toutes ses turpitudes au ministère.
J'étais également curieux de savoir ce qu'il pensait de Bourguiba qui était si ingrat envers lui. A ma grande surprise, il s'était montré très respectueux vis à vis de l'ancien président. Il l'appelait encore si Lahbib et el moujahed El Akbar. En revanche, il n'avait que mépris pour Ben Ali. Il me raconta que lors d'un entretien avec l'ancien président, il lui avait posé la question de savoir pourquoi son bras droit portait prénom de Bahi alors qu'il s'agissait d'un patronyme. «Effectivement ce n'est pas un prénom courant», lui a répondu Bourguiba. "Je lui ai raconté que ma mère avait pendant sa grossesse fait un rêve. Elle avait fait une chute et c'était Sidi El Bahi qui s'était porté à son secours. A ma naissance, elle avait tenu à ce que je porte le prénom de Mohamed Bahi". En fait, c'était une façon élégante de la part de Bahi Ladgham de lui demander d'épargner cette zaouia au moment où on rasait ces édifices à tour de bras.
Tel était si Bahi. Après son départ des affaires, il ne s'était jamais prévalu des ses anciennes fonctions pour obtenir un traitement de faveur. Peu lui importait d'être connu ou pas.Il avait contribué à la libération et l'édification de l'Etat tunisien et cela suffisait à son bonheur. C'était un HOMME, dites cela et tout est dit. Ses mémoires sont à lire absolument parce qu'ils nous éclairent sur une période décisive de notre histoire et surtout sur une personnalité attachante, un patriote comme on n'en voit plus aujourd'hui. Il faut savoir gré au Dr Abderrahman Ladgham d'avoir mis à la disposition du public cet ouvrage qui fera date.

«Bahi Ladgham le leadership serein» (en langue arabe) 748 pages éditions Nirvana 60 dinars.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.