Officiel : La Ligue 1 reprendra le 2 août    Ligue 2 : le calendrier des play-offs dévoilé    Le procès de la bloggeuse Emna Chargui reporté au 2 juin    ANSI : Mise en garde contre des vulnérabilités critiques dans les systèmes d'exploitation mobiles Android 8, 9 et 10    Le mécanisme de garantie de l'Etat, désormais opérationnel    444 MDT    La Tunisie n'a pas à choisir dans l'absurdité de la guerre    Le coup de grâce…    Elyès Fakhfakh dans un cul-de-sac ?    Décisions contradictoires de la FIFA et de la FTF, concernant les joueurs en fin de contrat, le 30 juin !    3,5 millions de dinars à partager entre l'EST, l'ESS, le CSS et l'USBG    L'acteur égyptien Hassan Hosni tire sa révérence    Les photos fuyantes de Mahmoud Chalbi    L'humoriste et comédien Guy Bedos est mort    Le patrimoine culturel, grand axe du programme «Tounes Wijhetouna»    Ligue1 : la JS Kairouan reprend les entraînements jeudi prochain    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour du 30 mai à 11H00    Le Club Africain lance à partir de lundi la vente des cartes d'adhérents    Coronavirus : 5 nouveaux cas importés et 950 guérisons    Covid 19 | Etablissements scolaires privés : Relations tendues avec les parents d'élèves    REMERCIEMENTS ET 40e JOUR : Fatma Bent feu Cheikh Mohamed ANNABI et feu Hédia TORDJMAN    Huile d'olive : exportations record durant les cinq premiers mois de la campagne    Djerba | Mouvements de protestation des employés d'hôtels : Les précisions de la fédération régionale des hôteliers    Stratégie nationale de promotion de l'industrie et de l'innovation : L'industrie intelligente, une exigence    Documentaire « MAKHDOUMINE » de Maher Abu Samra : « Mon cinéma est politique… »    Météo : Températures en baisse    MEMOIRE : Noureddine ARFA    L'USM programme la reprise : Des groupes de 7 joueurs    Panoro augmente sa production en Tunisie et planifie le forage de 2 puits    CONDOLEANCES    Tunisie: Nouvelle nomination au ministère des Domaines de l'Etat et des Affaires foncières    Tunisie: Ouverture exceptionnelle des caisses par la SONEDE pour faciliter le payement des factures    5 nouveaux cas de coronavirus en Tunisie    Une cellule d'accompagnement pour aider les PME    Facebook chante ''Bella Ciao'' pour Bendir man, Mekki et d'autres    Tunisie: Les pots-de-vins coûtent annuellement entre 400 et 500 millions de dinars, selon Chawki Tabib    Tunisie : L'Etat d'urgence prolongé de 6 mois    Tunisie: Perte de 28% de ses revenus par Tunisair    Le désengagement total des USA    Allah n'est pas obligé…    Appel de la Suisse à agir contre la chute des transferts de fonds vers les pays à faible revenu    Raffia Arshad, la première femme en hijab qui devient juge au Royaume-Uni    Houcine Jaïdi - Décès d'Albert Memmi : le silence du ministère des Affaires culturelles est injustifiable et inadmissible    L'ancien Premier ministre marocain Abderrahman Youssoufi n'est plus    Chemins de l'herméneutique | Epilogue…    La Tunisienne Nour Belkhiria remporte le Canadian Screen Award    Zarzis : Mieux vaut tard que jamais !    Tunisie: Poursuite par le ministère de la Défense des recherches de migrants clandestins naufragés au large de Sfax    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hommage à… Manu Dibango, terrassé par le Covid-19
Publié dans Leaders le 25 - 03 - 2020

Voilà un « grand » musicien que le méchant virus a terrassé à l'âge de 86 ans… Certes les hommes sont tous égaux devant la mort, mais Manu Dibango que j'ai connu n'est pas un homme comme les autres…
Plus qu'une légende africaine, Papa Manu était un homme ordinaire que sa carrière de 60 ans, que ses succès, que sa fréquention des célébrités, n'ont jamais nui à son amabilité, à sa bonhomie, à son humanité…
J'étais surpris en lisant les « papiers » écrits sur lui par les médias tunisiens de l'absence de référence à « Manu Dibango et la Tunisie ». Ces médias – presse écrite et web – ont simplement relaté l'annonce de sa mort en quelques lignes, du copier-coller. Un seul média a dit qu'il était « l'ami de la Tunisie ». Sans autre précision…
Ah qu'il est dur le métier de journaliste en Tunisie ? Trop fatiguant !
Pourtant, il suffit de travailler – et chercher – un tout petit peu pour rappeler aux Tunisiens qui connaissent ou ne connaissent pas Papa Manu que ce «géant » a créé une nouvelle musique devenue mondiale et qu'il s'est produit plusieurs fois dans notre pays, notamment en 2004 pour célébrer le 40e anniversaire du Festival de Carthage et, après la « révolution », en 2013 pour participer aux festivals de Hammamet et de Carthage. A la suite de cette participation, Manu Dibango a produit un album « A night in Tunisia » (novembre 2013), que personne, évidemment, n'a rappelé… Extrait gratuit à écouter sur Amazon…
Né en 1933 à Douala, au Cameroun, Manu est mort le 24 mars 2019 à Paris du covid-19 qu'il a attrapé le 18 mars…
C'est dans la chorale de l'église, dont sa mère est professeur, qu'il est initié au chant, tandis que le tourne-disques familial lui fait découvrir les musiques d'ailleurs, française, américaine, cubaine…
Avec le certificat d'études, son père, fonctionnaire, l'envoie poursuivre ses études en France.
En 1949, il débarque au port de Marseille, où il est accueilli par son « correspondant », une relation de son père... Il a débarqué, dira-t-il plus tard dans son autobiographie, avec « Trois kilos de café », denrée rare et chère à cette époque, pour payer ses premiers mois de pension…
C'est dans une famille d'accueil (à Sarthe) qu'il passe son adolescence et découvre la culture française. Et le jazz… Il apprend le piano, la mandoline, le saxo…
Il fait la connaissance de son compatriote, le grand musicien Francis Bebey… Ce dernier lui apprend les bases du jazz… Il se produit dans les boîtes de nuit et les bals… Puis dans des orchestres, des cabarets… Il ira même jouer à Bruxelles, où il fait la connaissance d'une artiste peintre et mannequin qu'il épousera…
Il devient chef d'orchestre dans la boîte bruxelloise les Anges Noirs… Son destin prend forme : il est engagé dans l'orchestre de Grand Kallé, un grand musicien congolais de Kinshasa.
Il faut attendre 1972 pour le « big bang » : son pays lui demande de réaliser l'hymne de l'équipe nationale pour la 8e coupe d'Afrique de football qui se déroule au Cameroun…
Il met l'hymne et le grave dans un disque de 45 tours (face A). Mais quoi mettre dans la face B ? Il crée « Soul Makossa »… Une chanson qui va faire le tour du monde…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.