Monde- Daily brief du 16 juin 2021: Sommet Poutine-Biden à Genève    Ons Jabeur et l'australienne Ellen Perezen en quarts de finale du tournoi de Birmingham    La Tunisie célèbre la Journée de l'enfant africain    Le Parlement renouvelle huit des seize membres du Conseil de l'INPT    Mazarine Energy toujours bloquée à cause d'un seul ex-employé    Liste des compagnies intéressées par la rachat des actifs de l'ENI en Tunisie    QNB Tunisie: Nouvelle vision, nouveaux challenges    Onze élèves passent le bac en prison    Ahmed Néjib Chebbi : Kaïs Saïed ne s'est pas trompé, il est d'une autre planète !    REMERCIEMENTS ET FARK : Souad MANOUBI    Programme TV du mercredi 16 juin    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 16 Juin 2021 à 11H00    Football : Programme TV de ce mercredi 16 juin 2021    Violences et abus policiers contre des jeunes à Sidi Hassine : La société civile monte au créneau    La STB et l'AICTO signent un mémorandum d'entente et de coopération    Tunisie- Salaheddine Jourchi: Aucun dialogue n'est possible avant de dévoiler l'identité de celui qui tenté d'assassiner le président de la République [Audio]    Tunisie- Démarrage des épreuves du Baccalauréat à Sfax [vidéo]    L'EST poursuit sa préparation à Tabarka pour le match d'Al Ahly : Loin des yeux, près du cœur !    Tamweeli Meetup Tour | TPE-PME dans les régions : L'alternative entrepreneuriale sous le covid-19    L'Assemblée approuve l'accord de prêt entre la SONEDE et le Fonds koweïtien pour le développement économique arabe    Le Vieux port de Bizerte victime de la pollution de l'eau    Kaïs Saïed reçu par Luigi Di Maio à son arivée en Italie    Tunisie: Rached Ghannouchi s'entretient avec les présidents des blocs parlementaires    Hichem Mechichi : J'étais un élève plutôt studieux !    «Solocoreografico» et «Children Smiles» au Studio el Houma : La danse sous toutes ses formes    Exposition | Yasmine Ben Khelil au B7L9 : «Chrysanthème forever... Je ne sais plus comment»    On nous écrit | Hommage à l'artiste et galeriste feu Mohamed Ali Essaadi : «Les souvenirs du passé sont les rides de l'âme»    Epuisement démocratique    BTS Bank: Nejla Ben Abdallah Présidente du Conseil d'administration et Khalifa Sboui Directeur général    JSK : report des assemblées générales et électives à une date ultérieure    Des élèves de l'école canadienne de Tunis organisent un événement de soutien à la cause palestinienne    Ayachi Zammel appelle à mobiliser l'armée pour faire respecter le protocole sanitaire à Kairouan    Tunisie: Daily brief du 16 juin 2021    Euro: les matches de ce mercredi    Coup d'envoi des épreuves du Bac    Lourdes peines contre ses dirigeants, la confrérie des frères musulmans décapitée en Egypte    Exposition « Le Piazze [In]visibili », quand la magie des photos rencontre la poésie des mots    Monde: Daily brief du 15 juin 2021    "Les Chrétiens de Sicca Veneria" : l'Argentin Silvio Morano explore l'archéologie des fouilles militaires sous protectorat    L'EST met le cap sur Tabarka : Concentration maximale    Patrimoine : Attention, le site de Carthage se meurt !    Festival Carthage 2021: Avant-goût des spectacles exceptionnels qui attendent le public!    La 35ème édition du festival international de musique symphonique d'El Jem du 10 juillet au 14 août 2021    Un soldat blessé lors de l'explosion d'une mine à Mghilla    Emmanuel Macron se prend une gifle - La vidéo devient virale    La Tunisie accueille une partie de l'exercice militaire "African Lion 21" (Défense)    Après la 4e guerre israélienne contre Gaza, saura-t-on éviter la 5e ?    Israël, cette démocratie islamiste ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rafik Darragi: Les passions destructrices de l'homme
Publié dans Leaders le 22 - 07 - 2020

Par Rafik Darragi - «J'ai soudain le sentiment d'être né dans cette ville», disait Amin Maâlouf dans son livre, Origines, p.298, (Grasset, 2004) parlant de son «pèlerinage» à La Havane où il est allé se recueillir sur la tombe de son grand-oncle Gebrayel.
Qui n'a jamais ressenti lors d'une flânerie dans une ville au nom mythique cet étrange sentiment d'appartenance ? Nous l'avons connu nous-mêmes, à l'occasion d'un séjour à Cordoue. Pourtant, contrairement à Amin Maâlouf, nous ne sommes pas venus là pour prier sur les mânes d'un ancêtre. Non, nous n'avons aucun mausolée d'aïeux dans cette ville, aucun patrimoine à revisiter. Néanmoins, le sentiment de recueillement que nous avions alors ressenti en arrivant dans cette emblématique cité de la gloire omeyyade en Espagne, ne devait pas être différent de celui du romancier libanais. Parce que nous étions venus de si loin pour rêver du Grand Passé, sur les pas du héros duFaucon d'Espagne, notre ferveur était immense et certainement non moins émouvante que celle du pèlerin qui, à bout de force, pose enfin son front sur le sol béni.
Pour celui qui a parcouru l'Andalousie sur les traces du prince omeyyade, Abd al-Rahman 1er, dit le Conquérant, fondateur en l'an 756 de la puissante dynastie des Omeyyades en Andalousie, pour celui qui a médité à Ecija, à Carmona ou encore sur les ruines d'El Zahira, ce pèlerinage laisse un arrière-goût d'amertume et de tristesse. Certes, il existe un sentiment qui sommeille au plus profond de nous-mêmes, fait d'effroi et de mystère qui, devant les ruines chargées d'histoire, comme celle d'El Zahira près de Cordoue, surgit pour nous rappeler notre condition humaine, l'inévitable chemin de toute chair, cette perte de l'épanouissement humain. Mais en Andalousie, à Cordoue, plus qu'en tout autre endroit, il est rare qu'un Arabe musulman ne se soit jamais senti à la croisée de ce sentiment ineffable, ce désir mystérieux jailli du plus profond de son être et la force évocatrice du spectacle grandiose qui s'offre à son regard : sollicitation ô combien objective, celle de deux forces, aussi fortes l'une que l'autre qui, en un instant, s'emparent de l'esprit, l'étreignent et le subjuguent.
C'est que Cordoue, comme Séville ou Grenade, ne symbolise pas uniquement la grandeur passée des Andalous. Celle qui fut longtemps le cœur de la civilisation arabe en Andalousie, représente également, à notre sens, les passions destructrices de l'homme et sa propension à semer la ruine et la désolation. Car Cordoue n'est pas célèbre seulement à cause d'Averroès dont les statues ornent quelques places, certes, mais plutôt à cause de sa Grande Mosquée. Abd al-Rahman 1er, qui l'avait construite, avait tenu à ce qu'elle fût la réplique exacte de la Grande Mosquée des Omeyyades à Damas, sa ville natale.
Or que peut voir aujourd'hui le visiteur à Cordoue? Une mosquée profanée, défigurée à l'extrême, avec force croix, effigies et autres reliques, transformée en musée, avec, comble du mauvais goût, une immense chapelle érigée en plein milieu de la majestueuse salle de prière.
A Séville, même spectacle affligeant. A Grenade,comme pour rappeler, si besoin est, que la victoire est à l'Inquisition, à l'Alhambra il n'y pas seulement les jardins et les splendides palais arabes, ces joyaux artistiques incomparables qui attirent des milliers de touristes chaque jour. Un immense édifice de style vaguement baroque, érigé à la gloire de Charles Quint, assombrit les lieux et dissimule l'entrée du palais des Nasrides.
Récemment, le 10 juillet 2020, un décret du Conseil d'Etat turc a décidé la réouverture de Ayasofya, l'ancienne grande basilique chrétienne Hagia Sophia, au culte musulman comme mosquée. Edifiée sur un ancien temple d'Apollon, et surnommée depuis le règne de l'empereur Constantin II(r.337-340) la Grande Eglise de Byzance, Hagia Sophia, dédiée au Christ, « sagesse de Dieu », était considérée comme la plus grande cathédrale du monde chrétien de l'époque.Elle fut convertie en mosquée par Mehmet II au XVe siècle.Mais en 1934 elle fut transformée en musée.C'est aujourd'hui l'un des musées les plus fréquentés en Turquie.Et comme on le devine, les réactions contre ce décret du Conseil d'Etat turcà travers le monde ne tardèrent pas.
Pourquoi donc tous ces sacrilèges, et ces profanations ? Certes, en matière de jugement sur ces questions, les appréciations à visée réaliste relèvent de l'utopie : l'approbation ou la condamnation étant bien souvent liée aux intérêts de celui qui s'érige en juge. Triste habitude qu'a l'homme de vouloir accumuler et montrer les preuves matérielles de ses succès, de ses victoires, de ses vengeances !
Alors, un moment, l'esthète en vous se réveille ; en Espagne, comme à en Turquie, émerveillé par tous ces lieux chargés d'histoire, l'esthète ancré dans l'instant a beau faire ; son esprit s'égare ; les passions destructrices du vainqueur continuent à se profiler devant son regard et l'immense nostalgie de l'envahir.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.