Covid-19: la BTS annonce des mesures exceptionnelles.    Coronavirus: Le cap des 10.000 morts franchi en Espagne    Covid-19 : l'UIB rassure sur la solidité de son bilan et reporte ses assemblées    Répartition géographique des 455 cas confirmés    Coronavirus : le championnat belge annulé    Coronavirus : L'espoir d'un traitement miracle vient de Chine !    Finalement, un consensus entre les blocs parlementaires et le gouvernement    Coronavirus – France : Canal + et beIN Sports suspendent le paiement des droits TV    Coronavirus : l'US Open maintenu aux dates prévues    Découverte de cellules d'appui et de soutien aux éléments terroristes    Mouna Kraïem Dridi: L'état d'exception ne se déduit pas, il se déclare et s'assume    Le Roi du Royaume d'Arabie saoudite Salman bin Abdelaziz soutient l'initiative présentée par le Président tunisien aux Nations-Unies    Le CNOT maintient son soutien et celui du CIO aux athlètes d'élite jusqu'à la fin des J.O. Tokyo    Facebook lance un outil d'entraide Community Help (vidéo)    Football : Youcef Belaïli pourrait résilier son contrat avec Al Ahli    Report jusqu'à nouvel ordre des cours dans les écoles coraniques    Coronavirus: l'Espagne dépasse la barre des 10.000 morts    Baccalauréat : Les candidats libres dispensés de l'éducation physique    Tunisie : Mandat de dépôt à l'encontre d'un grossiste à Jendouba    Démantèlement de trois cellules terroristes    Covid-19, : un millier de victimes en 24h aux USA, dont un nouveau-né    Le report des prêts engendrera des frais supplémentaires pour les emprunteurs    Nouvelles nominations à la tête de plusieurs institutions culturelles    Tunisie: L'infirmier militaire infecté au virus corona à Médenine s'était rendu à Djerba en empruntant le transport public    Météo: Prévisions pour jeudi 02 avril 2020    Tunisie – Prise de position de Kaïs Saïed dans le conflit du Yémen    La France recense 509 nouveaux décès en 24 heures    La FIFA a tranché, la FTF doit suivre !    Entraînements en ligne aux joueurs    Une perte d'emplois implacable en vue et le risque de stagflation plane    Une ombre sur le déroulement de la présidentielle le 3 novembre    La Tunisie émettra un emprunt obligataire sur le marché international    Le FMI présente des recommandations pour préserver la sûreté du système bancaire    L'ARP, un fardeau asphyxiant la démocratie !    Le moral des troupes…    Dérapages dangereux du législatif    Doit-on alléger les restrictions sur les cours particuliers ?    Marseille pleure Pape Diouf    Le coronavirus vu par les artistes-peintres    Du sacré pour les profanes    Impact certain sur les festivals internationaux    Festival international de Carthage 2020 | La programmation sera purement tunisienne !    Artify conclut un partenariat avec Festival GABES CINEMA FEN en faveur de la diffusion en ligne gratuite du festival du 3 Avril jusqu'au 11 avril    Des artistes au temps du corona: « Ça serait bien d'assister à une belle chute du système capitaliste et à l'avènement d'une ère écologique…»    Première Transaction via Instex irano-européenne    Le Covid-19 s'ajoute à la crise humanitaire    Coronavirus: plus de 210 morts en Turquie    Dreams Chebeb 2020: Prolongation de l'appel à projets    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Amor Jomni : Réinventer la calligraphie tunisienne
Publié dans Leaders le 19 - 05 - 2012

Pour Amor Jomni, designer-calligraphe, c'est une question d'identité patrimoniale. «Nous avons longtemps cherché, dit-il, à imiter les calligraphies arabes en vogue en Orient et rarement cherché à valoriser la nôtre, maghrébine. C'est à cela que je me suis employé, en cherchant à distinguer plus particulièrement le style tunisien et lui donner toute son esthétique ». Une démarche qui lui vaut de grands prix internationaux à Istanbul, Doha, Dubaï, Sharjah, Médine, Téhéran, Alger, Rabat, etc. Ses expositions jusqu'au Japon et en Chine seront très visitées. Et dire qu'il a failli être technicien en sidérurgie, à Strasbourg…
Très jeune, Amor Jomni était admiratif de l'oeuvre de son cousin, disciple du grand calligraphe Mohamed Salah Khammassi. Il aimait le regarder pendant de longues heures dessiner de sa plume affûtée les contours d'une superbe calligraphie. Son frère aîné aussi s'y mettra mais finira par y renoncer pour partir en France. Amor suivra les traces de son frère et trouvera un emploi dans une sidérurgie du Nord où il restera 3 ans (1974-1977). Rappelé par son père et pour lui obéir, il renoncera finalement à l'émigration et retournera au pays. Premier acte : passer son service militaire, ce dont il gardera un bon souvenir. Libéré, il prend alors tout son temps pour plonger dans les clubs culturels et maisons des jeunes, s'adonner aux différentes expressions artistiques. Et c'est à ce moment-là que ses vieilles amours pour la calligraphie se ravivent en lui. Il s'y appliquera et finira par enseigner au Centre national de la calligraphie pendant 3 ans.
«Une fois que j'ai bien maîtrisé les fondamentaux, dit-il, je me suis dit que je dois innover et apporter mes propres empreintes. C'est ainsi que je me suis mis à étudier la structure du style maghrébin, en décortiquant ses caractéristiques et en vérifiant dans les vieux manuscrits ce qui peut distinguer l'écriture tunisienne de celle des autres pays d'Afrique du Nord. A partir de cette recherche, j'ai pu établir une sorte de typo-thèque bien distincte qu'il ne me restait plus qu'à développer ».
Amor Jomni avait déjà décroché un premier poste de calligraphe à la Revue de la Radio Tunisienne puis à l'hebdomadaire Al Bayane où il officie encore depuis de longues années, tout en répondant à diverses sollicitations de communication. Mais, sans que tout cela ne le détourne de son oeuvre essentielle. Superbes créations graphiques, illustration de poèmes et de versets coraniques, grandes fresques murales comme pour les mosquées de Hammam-Lif, Hammam Chatt, Borj Cédria, Béni Khalled.
En 2009, Hafedh Boujmil des éditions Nirvana lui propose un grand projet : illustrer pour un livre-album de prestige une série de poèmes d'Abou El Kacem Chebbi, en lui laissant l'entière liberté de concevoir le style de son choix. L'éditeur voulait favoriser ainsi une rencontre entre deux expressions artistiques dans une zone frontalière où la poésie devient calligraphie et la calligraphie, poésie, dans un entremêlement harmonieux. Acquis à l'oeuvre, sensible aux peines du poète et à ses élans, Amor Jomni y donnera libre cours à tout son talent. Le résultat ne peut constituer qu'un bon chef-d'oeuvre.
Il y passera beaucoup de temps mais continuera à exposer un peu partout dans le monde, raflant de nouveaux prix. A chaque voyage, il s'emploie à découvrir ce qui se fait de plus et de mieux en calligraphie dans diverses langues, essayer de trouver de vieux manuscrits, rencontrer d'autres designers, échanger avec eux ; bref, se ressourcer. Tout cela ne peut que nourrir sa réflexion et l'inciter à envisager d'autres projets, encore plus innovants, encore plus créatifs.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.