l'UE prête à travailler avec le nouveau gouvernement de Fakhfakh    Les réservations du Huawei Y7p sont ouvertes du 28 février au 5 mars 2020    Tunisie : La nouvelle composition parlementaire    Zamalek – Espérance de Tunis : Quel onze de départ pour Mouiine Chaabani ?    Coronavirus en Iran: prière du vendredi annulée, cinéma et théâtre fermés    Coronavirus: Le président de la Lombardie se place en quarantaine    Coupe de Tunisie : Les arbitres des 16èmes de finale    Tunisie : Le message de Kais Saïed aux nouveaux ministres    kasserine: l'école qui a perdu 5 institutrices ne suspend pas les cours    Nouveau gouvernement : Prestation du serment par les ministres    Jazz à Carthage 2020 : billetterie et informations sur le 15ème épisode    FTAV : La suspension de la Omra est une mesure de précaution provisoire    MEMOIRE : Mohamed Mohsen KAHIA    Belle performance au Tournoi de Doha : Ons Jabeur sort la numéro 3 mondiale    En attendant les candidatures : Calendrier pour les élections des membres de la cour constitutionnelle    Prévention contre le coronavirus : Le masque n'est pas nécessaire pour les personnes saines    Fonds Mondial pour la Nature : Appel à aider au bannissement des sacs en plastique    Le Chef du gouvernement sortant Youssef Chahed remet au Président de la République le rapport des activités du gouvernement 2016-2020    Retour sur la visite effectuée par le Président de la République au siège du Ministère de l'Intérieur    Boxe : Les Tunisiennes Khouloud Hlimi et Mariem Homrani qualifiées pour Tokyo-2020        Au Théâtre de l'Opéra : La fantaisie zoologique de Saint-Saëns    Nabeul : Des ouvrières blessées dans l'explosion d'une bouteille de gaz à Menzel Bouzelfa    «Les Trois mystiques» de Karim Touwayma au Théâtre des Jeunes : Créateurs Authentique et beau…    Immigration clandestine : L'effet dissuasif du… coronavirus !    RESTART: Economie sociale et micro-entrepreneuriat pour les jeunes de 5 régions tunisiennes    Football : Programme TV de ce jeudi 27 février 2020    Qui est Mohamed Fadhel Kraiem, nommé ministre des TIC et de la Transition numérique ?    La Tunisie achète des avions militaires aux Etats-Unis    Tunisie: un défilé unique à l'FT “Over fifty… et alors ?” avec des personnalités tunisiennes et françaises    Le Président du Parlement transmet au Président de la République les résultats du vote de confiance au gouvernement Fakhfakh    Ligue 1 | Classement des buteurs : Okpotu prend le large    Coupe arabe (U20) : programme des quarts de finale    Une confiance en sursis    Le Phare de l'Entrepreneuriat : un concours entrepreneurial en Tunisie par JEY Entrepreneuriat    La cinéaste canadienne d'origine tunisienne HEJER CHARF annonce que son film « BEATRICE UN SIÈCLE » sera projeté au Théâtre auditorium Poitiers    La CTA et la CORP s'invitent à Sfax    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 27 février à 07H00    Météo: Prévisions pour jeudi 27 février 2020    Un divan à Tunis : la Tunisie se livre sur ses tourments post-révolutionnaires    Ons Jabeur écarte de son chemin la 3ème mondiale Karolina Plíšková et se qualifie pour les quarts de finale du Qatar Total Open    Coronavirus en France: le dernier jour du carnaval de Nice annulé (maire)    Samsung Blues Festival du 06 au 10 mars 2020 au palais Ennejma Ezzahra (les artistes en vidéos)    Kasserine : Un terroriste abattu par la garde nationale        Coronavirus : un Français est mort à Paris    Décès de l'ancien « Raïs » égyptien Hosni Moubarak    Coronavirus : trois nouveaux morts en Iran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ali Laareydh : Nous sommes encore au cœur de la bataille
Publié dans Leaders le 19 - 09 - 2012

Un long silence a enveloppé la grande salle du Bardo, lorsque le ministre de l'Intérieur Ali Laareydh a terminé son intervention tant attendue mercredi après-midi devant les membres de l'Assemblée nationale constituante. Cette fois-ci, point d'applaudissements, profonde inquiétude dans les travées. Pendant près d'une demi-heure, le ministre devait livrer son « rapport » sur l'attaque vendredi 14 septembre de l'ambassade américaine et de l'école internationale, avec notamment le rappel des faits et les premiers constats qui s'imposent quant au dispositif sécuritaire mis en place et son fonctionnement. « Nous sommes encore au cœur de la bataille, a-t-il répété à plusieurs reprises avant d'ajouter, jusqu'à cet instant des protestations et des opérations se poursuivent ici et là et nous consacrons toutes nos énergies à y faire face. La bataille n'est pas terminée ! ».
Cette bataille, Ali Laareydh prendra soin de préciser. « Bien qu'il s'agit parfois d'idéologies menaçantes, affirme-t-il, nous ne ciblons pas des une pensée, un courant ou des mouvances, mais des faits délictueux réprimés par la loi. Les forces de sécurité défendent le drapeau national, protègent les biens et les personnes et se posent contre la violence et la transgression de l'ordre et de la sécurité. Pour ce qui est des pensées et des courants, elles ne relève pas des forces de sécurité. C'est aux autres structures concernées, notamment celle en charge de l'orientation religieuse, comme les médias, de dialoguer avec leurs adeptes et d'œuvrer pour les émanciper ».
Autour du ministre de l'Intérieur avaient pris place sur les bancs du gouvernement nombre de ministres et conseillers du chef du gouvernement : Noureddine Behiri, Rafik Abddessalem, Lamine Chakhari, Abderrazak Kilani, Abdelawhab Maatar, Houcine Jaziri, Lotfi Zitoun, Faouzi Kammoun, Nejmeddine Hamrouni et Habib Kechaou. De hauts cadres du ministère de l'Intérieur, notamment les directeurs généraux de la Police nationale et de la Garde Nationale étaient également présents.
« On a évité une catastrophe bien pire »
Revenant sur les évènements du 14 septembre, le ministre de l'Intérieur, rappellera d'abord que des considérations sécuritaires compréhensibles ne permettent pas de tout déballer en grand public et imposent des règles de secrets sur certains détails. Puis, soulignera que dès le départ un principe fondamental a été adopté pour le traitement des marches de protestations, à savoir respecter la libre expression et l'encadrer, en déployant tous les moyens disponibles pour éviter tout dérapage et éviter toute atteinte aux biens et aux personnes. « Diverses informations parvenues au ministère de l'Intérieur, indiquera-t-il, laissaient attendre de nombreuses manifestations non seulement à Tunis, mais un peu partout à l'intérieur du pays. Des réunions ont été tenues à haut niveau et avec la participation des représentants de l'armée nationale pour arrêter une série de plans et mesures, couvrant le pays, avec une concentration particulière sur la capitale et les points sensibles et prévoyant un dispositif approprié pour l'ambassade des Etats-Unis. Le 13 au soir et le 14 au matin, ce dispositif mis en place a fait l'objet de supervision et d'inspection directe sur le terrain pour s'assurer de sa bonne mise en place ».
Détaillant les évènements du vendredi après-midi, Ali Laareydh a expliqué que «des barrages routiers ont été installés aux entrées de la capitale pour endiguer les flux de voitures et de bus amenant des manifestants de Bizerte, Béja et autres gouvernorats et que d'autres barrages ont été également mis en place aux abords de l'ambassade. Les consignes données étaient d'abord d'encadrer les manifestations et de s'opposer à toute tentative d'attaque de l'ambassade et de violation de son enceinte. Si certains groupes ont manifesté de façon quasi-pacifique, recourant au plus à quelques jets de pierre et finissant par se disperser suite aux sommations et aux repoussements, d'autres se sont lancés dans de véritables attaques violentes de tous les abords de l'ambassade. Nous avons en effet vu déferler des repris de justice ainsi que des extrémistes religieux, armés de ce qu'ils avaient récupéré dans les chantiers voisins ou sur le terrain et autres métaux, mais aussi de cocktail molotov, déterminés à affronter les forces de sécurité soutenus par des éléments de l'armée nationale ».
Le ministre de l'Intérieur a précisé que «les affrontements se sont poursuivis pendant plus de 3 heures au cours desquels les forces de sécurité se sont employées d'empêcher autant que possible l'intrusion au sein de l'ambassade, mais certains assaillants ont pu le faire, surtout à partir d'un terrain-plein, se livrant à incendier des voitures et autres actes de violence. Les renforts appelés au secours ont eu du mal à arriver rapidement sur les lieux du fait de l'encombrement des routes et ont finalement permis d'appuyer les efforts pour faire évacuer les intrus des jardins de l'ambassade. Chassés de l'enceinte, des attaquants persistaient à revenir et il a fallu plus de deux heures pour les faire partir ».
Rappelant le bilan enregistré, le ministre a indiqué qu'il s'est soldé par 4 décès dont deux par balle et les deux autres suite à des heurts par des véhicules et 50 blessés dont 9 sont encore retenus à l'hôpital, parmi les manifestants et 91 blessés dont 5 sont encore hospitalisés, parmi les forces de sécurité et nombre d'autres blessés dans les rangs de l'armée nationale. Mais, pour Ali Laareyedh, le bilan est aussi au niveau de l'image de la Tunisie et de la répercussion de ces évènements sur l'investissement, l'économie et le tourisme.
« Si nous devons dresser un premier bilan, nous devons dire, a souligné le ministre qu'il a été mauvais pour ce qui est de l'ambassade des Etats-Unis et de ses abords. Mais, tenant compte des données dont nous disposons pour l'ensemble, nous pouvons dire que nous avons évité une catastrophe bien pire et nous sommes actuellement en pleine évaluation ».
Ali Laareydh a fermement affirmé la détermination du ministère de l'Intérieur à poursuivre tous les coupables pour les traduire devant la justice, réitérant sa conviction que « la justice saura accomplir son rôle ». « Nous poursuivrons nos efforts pour renforcer le système sécuritaire et consolider ses moyens en y introduisant les réformes nécessaires. Nous savons que c'est là une œuvre qui doit prendre du temps mais nous nous employons à en réduire les délais et accroître l'efficience. Nous avons à faire face à de grands défis sécuritaires qui se posent à la région et pour cela nous avons besoin du rassemblement des leaders, des partis, des organisations, de la société civile et des médias, autour de ce qui nous unit, ce sera notre force ! »


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.