Une résolution du Parlement européen "pas trop mauvaise" pour Kaïs Saïed    Analyse financière : La dernière notation Moody's fait exploser le coût des titres de dette tunisienne à l'international    Monde- Daily brief du 21 octobre 2021: La Turquie menace d'expulser 10 ambassadeurs occidentaux    Vient de paraître - Un nouveau recueil poétique de Abdelaziz Kacem : «Quatrains en déshérence»    Qui est Hassan Bedhief conseiller du président de la République chargé des Affaires économiques ?    Puissance et coopération dans la gouvernance du changement climatique    Volley : L'Espérance organise le championnat arabe    CAF Cup : un trio algérien pour le CSS    Mehdi Ben Gharbia transféré à l'hôpital: Ahmed Souab raconte les détails [Audio]    "Rouhaniyet" Nefta sous le signe "Hanin" du 4 au 7 novembre 2021    Ligue 1(CS Sfaxien) : le Mauritanien Ismail Diakité officiellement qualifié    Abir Moussi: Je suis celle qui a révélé aux tunisiens ce qui ce passait à l'ARP    Le Parc d'activités économiques de Zarzis s'ouvre à l'investissement des TRE    Le Yachting Festival de Gammarth, du 21 au 24 octobre, au Port Marina de Gammarth    Moody's baisse la notation des dépôts bancaires à long terme de quatre banques tunisiennes    La bibliothèque présidentielle: une institution américaine    Quel avenir pour la culture du colza en Tunisie ?    Crise de l'huile subventionnée à Sfax, le directeur régional du commerce se prononce    Tunisie Covid-19 : Vaccination complète pour 66% de la population âgée de 75 ans et plus    Les ministères de l'Equipement et des Domaines de l'Etat veulent mieux coopérer    Ami Assurances : Pas d'obligation d'OPA pour la BNA    Des avocats manifestent pour demander la libération de Seïf Eddine Makhlouf    Reportage photo Sfax, la capitale du Sud, une poubelle à ciel ouvert    UEFA Champions League : Equipe type de la J3    Ministère des Affaires Sociales: Versement des aides scolaires et universitaires très prochainement    Entretien téléphonique Najla Bouden-Abdelhamid Dbeibah    Kébili: Manifestation des agents de la société l'Environnement, de Plantation et de Jardinage    TRANSTU: Le métro léger n°4 roulera sur une seule voie du 22 au 28 octobre 2021    8ème Sfax Marathon International 2021, dimanche 7 Novembre    Les relations tuniso-libyennes: Cafouillage diplomatique    ATB : Un PNB de 206,4 Millions de dinars à fin septembre    "La présidence du Parlement" appelle les députés à défendre leur droit au travail    Sommet virtuel de la FIFA le 20 décembre    Europa League (Poules / 3è J) : les matches de ce jeudi    Samar Samoud : Nous ne devons pas crier victoire face à la situation pandémique !    La Tunisie s'est-elle fait avoir sur le dossier de la Libye ?    Djaili Amadou Amal lauréate de la sixième édition du prix Goncourt en tournée en Tunisie    Monde- Daily brief du 20 octobre 2021: Poutine décrète une semaine chômée payée pour freiner l'épidémie de Covid-19    Sénateur Bernie Sanders: Palestinians lives matter    La scène artistique tunisienne perdre le scénographe et artiste pluridisciplinaire Kais Rostom    Donald Blome proposé ambassadeur auprès de la République Islamique du Pakistan    Zammour Trekking de retour pour une 4e édition du 4 au 8 novembre 2021 à Médenine    Barcelone vs Dynamo Kiev : Sur quelle chaîne regarder le match en direct et live streaming ?    Ministre des Affaires culturelles: La situation sociale des artistes est notre priorité    Kairouan: Le ministre du Tourisme appelle à renforcer davantage le tourisme religieux et spirituel    La légende de Carthage en superstar à la Fashion Fair de Stockholm    Mahdia Des tensions suite au naufrage d'un bateau transportant des clandestins    Moncef Marzouki confond Khaled Mechaal et Ismaïl Haniyeh!    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Absence d'une approche participative et rationnelle de gestion des ressources
Publié dans Le Temps le 09 - 05 - 2017

La crise de l'eau est devenue une réalité en Tunisie. Mais, la pénurie d'eau que vivent les Tunisiens depuis plus de deux ans (environ 410 m3 par habitant/an) est un phénomène qui n'est pas lié seulement aux changements climatiques, mais aussi à la répartition inégale des ressources, au gaspillage et à la mauvaise gestion de ce capital vital pour toute l'humanité, ont reconnu des responsables de l'UTAP (Union tunisienne de l'agriculture et de la pêche) et du ministère de l'Agriculture, lors d'un conférence nationale sur la crise de l'eau.
Le président de l'UTAP, Abdelmajid Ezzar a déclaré, à cette occasion, qu'il est temps de mettre en place une approche participative pour identifier des solutions radicales à la pénurie d'eau dans le pays, estimant que le problème s'est aggravé à cause de la baisse de la pluviométrie et aussi parce que les décideurs n'associent pas les représentants du secteur agricole là l'élaboration de la politique hydraulique en Tunisie.
«La véritable sécheresse réside dans le fait que le gouvernement n'a pas prévu de programmes pour faire face à la pénurie d'eau et continue de négliger l'investissement dans secteur agricole», a-t-il dit.
Le secrétaire d'Etat chargé des Ressources hydrauliques et de la Pêche, Abdallah Rabhi, s'est montré moins pessimiste en adoptant un discours moins alarmant. «En Tunisie, nous disposons d'une stratégie pour faire face aux changements climatiques. Nous n'avons pas une crise en eau, mais uniquement un déficit pluviométrique», a tempéré Rabhi.
Il a ajouté, dans le même contexte, que le gouvernement a mobilisé une enveloppe de 3800 MD pour réaliser des projets de dessalement des eaux (Sfax, zarat, Djerba, Sahel) et la construction de 4 nouveaux barrages.
Rabhi a évoqué l'absence d'un plan de gestion des eaux non conventionnelles telles que les eaux usées traitées et le problème d'augmentation du taux de salinité des eaux de surface. Il a recommandé l'adoption, le plutôt possible du Code de l'eau, la mise en place d'une nouvelle politique de l'eau, la création d'une commission pour la révision du système des groupements d'eau et la mise à jour des législations régissant le secteur pour garantir la gestion durable des ressources en eau.
Selon le scénario actuel sur le changement climatique, près de la moitié de la population de la planète vivra dans des régions soumises à un fort stress hydrique d'ici 2030, dont entre 75 millions et 250 millions de personnes en Afrique, selon le UN Water (ONU). De plus, la pénurie d'eau dans certaines régions arides et semi-arides poussera entre 24 et 700 millions de personnes à se déplacer.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.