OPPO se positionne sur la charge ultra rapide et accélère son processus d'innovation    Biatlabs, l'incubateur de la Biat fait peau neuve pour appuyer les entrepreneurs en Tunisie    Vers l'allégement des horaires du couvre-feu?    Tunisie – Saïed exigerait la démission de Mechichi avant tout dialogue national    Dernière Minute – Coronavirus : 32 décès et 635 nouvelles contaminations, Bilan du 3 mars    Kais Saied visite le groupe Telnet    Autorisation exceptionnelle et provisoire pour le vaccin chinois    La crise politique en Tunisie: éloge du «conflit constructif»    Il serait scandaleux si l'avocat des terroristes bénéficiera d'une protection policière    La Tunisie est dans un régime politique présidentiel, selon Khlifi    Rania Amdouni condamnée à 6 mois de prison    Sortie officielle du film documentaire : Je suis ma propre république    Ouverture d'une enquête sur d'éventuels crimes de guerre    Au moins dix-huit morts et de nombreux blessés    BH LEASING : Appel à candidatures pour la désignation d'un administrateur indépendant    Ocres patines du temps fugace    «Om Layoun» un film documentaire tendre et sans compromis    Fâcherie envers les gâteries    Tunisie [Vidéo]: Salon du livre pour enfant de Sfax, les conditions d'organisation de la 27ème édition    Ghannouchi sollicite Mechichi pour l'ouverture d'une enquête sur le riz contaminé à l'aflatoxine    Dangereux: Les quantités de Riz cancérigène n'ont pas encore été détruites        Mustapha Ben Jaâfar : Appliquons la constitution avant de la critiquer et de vouloir la changer !    LC Afrique: Espérance de Tunis , 23 joueurs pour affronter Zamalek    Levante vs Athletic Bilbao: où regarder le match de demi-finale de la Coupe du Roi du 4 mars?    Le patronat désapprouve les mouvements de grève des douaniers    La Tunisie invitée à la réunion des ministres des Affaires étrangères du G20 à Rome    Signature d'un accord de partenariat pour renforcer la gouvernance dans les administrations    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 04 MARS 2021 à 11H00        Ali Laarayadh : Nous ne sommes pas comme Kais Saied...    Le FMI veut une nouvelle direction économique en Tunisie : Faut-il craindre le scénario grec ?    Programme TV du jeudi 04 mars    REMERCIEMENTS : Hatem BEN RAYANA    Tunisie : L'épreuve du bac sport est annulée    Arrivée prochaine de 300 mille doses de vaccin provenant de la Chine    ESM-ESS (1-1) : L'Etoile revient de loin !    ASR-CA (1-1) : Nul équitable    Tunisie – Météo : Temps nuageux avec des pluies éparses    Ouafa Belgacem, experte en mobilisation des ressources et en durabilité : «Ne plus frapper à la mauvaise porte»    1ère édition de la Biennale d'Art du 5 au 8 mars à Tunis : Du Pop Art pour les réunir    Ligue 1 | 15e journée : Pas de droit à l'erreur...    Tunisie: Daily brief du 4 Mars 2021    Un attentat terroriste déjoué à Alger    Trois employées de télévision tuées par balles en Afghanistan    Et la fin de la vie sur Terre c'est pour quand ?    Ephéméride : Le 1er mars 1924, Mohamed Daghbaji lança la révolte contre l'occupation française    Officiel en Algérie : Le parlement sera dissous aujourd'hui    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Kébili – Blocage de la production pétrolière
Publié dans Le Temps le 08 - 08 - 2017

Après que des jeunes du gouvernorat aient décidé de suivre la voie de leurs ‘collègues' d'El Kamour – en tentant de bloquer les sociétés pétrolières situées dans la région à coup de sit-in et de protestation –, une délégation gouvernementale a fait le déplacement, samedi dernier, pour mettre fin au sit-in avant que la situation ne dérape.
Au bout de longues heures de négociations au siège du gouvernorat entre la délégation gouvernementale et une représentation des protestataires, le ministre des Affaires sociales, Mohamed Trabelsi, a déclaré que plus de 80% des demandes des sit-ineurs ont été traitées positivement par les autorités.
Quelques heures plus, Mabrouk Korchid, secrétaire d'Etat aux Domaines de l'Etat et aux Affaires foncières, a présenté une autre version des faits ; l'intéressé a en effet expliqué que ses collègues et lui-même étaient venus dans le but de dialoguer avec les concernés afin d'aboutir sur de réelles solutions. Or les protestataires ont carrément refusé de continuer les négociations avec la délégation gouvernementale et ont réclamé d'être mis directement en contact avec les représentants des sociétés pétrolières. Une requête estimée comme une atteinte à la souveraineté de l'Etat pour Mabrouk Korchid qui a précisé que un nombre important de mesures urgentes a été proposé aux protestataires : environ 180 microcrédits, un nombre estimable de terrains agricoles dont la disponibilité immédiate sans compter les 2000 postes dans le secteur agricole et les 600 postes qui entrent dans le cadre du programme de coopération tuniso-allemand. Des mesures qui auraient pu, si elles avaient été acceptées, faire bénéficier la région de 800 emplois avant le mois de décembre 2017. Suite à l'échec des négociations, la délégation ministérielle a repris son chemin vers Tunis un peu moins de 24 heures après son arrivée à Kébili.
L'échec de ces négociations était assez prévisible ; les protestataires de Kébili n'ont rien fait d'autre à part qu'ils aient appliqué minutieusement tout ce qu'ils ont trouvé dans le mode d'emploi du tristement célèbre sit-in d'El Kamour : ces jeunes gens savent très bien qu'il ne faut en aucun cas accepter les premières mesures que vient leur annoncer le gouvernement parce que ce dernier sera obligé, dans quelques temps et après quelques autres escalades de pression, de se donner à fond afin d'éteindre les flammes de la colère rurale. Ils ont donc décidé qu'ils continueront de bloquer la production pétrolière en attendant que le gouvernement leur présente de vraies alternatives à leurs problèmes. Quel sentiment de déjà-vu dans toute cette histoire ! Avec une petite différence assez importante quand-même : suite aux événements d'El Kamour, le président de la République, Béji Caïd Essebsi, avait déclaré que les sites de production seront désormais sous la protection de l'Armée nationale et que toute personne qui osera s'en approcher devrait en assumer les conséquences... Cette annonce avait été faite par le chef de l'Etat en très grandes pompes au Palais des congrès devant plus de 800 personnalités. Plus de trois mois plus tard, il semblerait que cette décision ait été mise de côté et que le pays se dirige droit vers un rebelote de ce qui s'est déjà mal passé. Rien de plus normal pour ceux qui ne tirent aucune leçon de leurs erreurs passées !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.