Championnat d'Afrique de canoë-kayak Egypte 2019 : Les Tunisiens remportent 10 médailles au 1er jour    Tunisie – Kaïs Saïed Toujours défaillant sur le plan politique étrangère    Le Président de la République supervise une séance de travail avec des dirigeants sécuritaires en présence de Youssef Chahed    Septième conférence de CONECT sur la responsabilité sociale des entreprises : Labellisation de 4 institutions tunisiennes    Un timbre-poste sous le thème ''La Tunisie, membre non-permanent du Conseil de Sécurité des Nations Unies''    Des chercheurs de haut niveau au colloque du LIGUE    Tunisie : Alerte Météo – Des vents forts attendus à partir de cette nuit    Tous unis autour de la harissa tunisienne    Tunisie : 51 cas de suspicion de conflit d'intérêts révélés par l'INLUCC    Tunisie: 200 bourses offertes par la Hongrie aux étudiants tunisiens    Communiqué de la FTDJ à l'opinion publique, aux autorités et aux employés du secteur de la presse écrite    Un arbitre chilien pour le match EST- Al Hilal    Ooredoo Tunisie et Vivo Energy Tunisie s'allient pour une énergie nouvelle    Le tunisien Samir Trabelsi, choisi chercheur de l'année au Canada    Seif Eddine Makhlouf condamné à 1 an et 8 mois    Payez vos factures d'électricité et de gaz de la STEG à partir de votre téléphone    Libye: Point sur la situation après l'ordre donné par Haftar à ses troupes d'entrer au cœur de Tripoli    25 blessés dans une explosion à Blankenburg, dans l'est de l'Allemagne    CS Hammam-lif : Hatem Missaoui absent des entraînements    L'Allemagne alloue à la Tunisie 300 Millions d'euros de fonds supplémentaires destinés au «Partenariat pour la réforme» et au soutien d'autres secteurs    L'hôpital de Kairouan donne un bébé à une autre famille que la sienne    Projection ciné-concert du film mythique “SALAMMBÔ” de Pierre Marodon à la cité de la culture    Tunisie: Traversées du Tanit et Carthage, précisions de la CTN    Déclaration de la société civile – Accords de partenariat euro-méditerranéens: l'illusion de l'étude d'évaluation    La composition du gouvernement toujours attendue, que dit la Constitution ?    Vidéo : Les Espérantistes font vibrer le Qatar avec la chanson ‘'7okem la3rab''    Une médecin prise en otage par un patient à Jendouba    Renforts sécuritaires et militaires sur tout le long des frontières tuniso-libyennes après le discours du maréchal Haftar    Espagne : Le Clasico "va bien avoir lieu", assure le président de Barcelone    Ligue Europa: les qualifiés pour les 16es de finale    Par Hadi Sraieb – Budget 2020 : Le subterfuge grossier du window dressing !    Une «Dictée géante en arabe» sera organisée le 15 Décembre en France    KARAKOUZ tunisien à Paris    En vidéo: L'ami des animaux Ahmed Manai raconte son histoire    La Tunisie de retour dans le Top 15 des pays attractifs en Afrique    La Méditerranée sur le point de se transformer en champ de guerre    FIFA : Le CA Bizertin risque une grosse sanction    Programme des vacances scolaires d'hiver à la cité des sciences de Tunis du 17 au 29 décembre 2019    Football : Programme des plus importants matchs de ce jeudi 12 décembre    Tunisie : Une secousse tellurique à Tajerouine    Concert de lancement de l'album « Fréquences Basses » de Slim Abida le 20 Décembre à l'IFT    La Tunisie encourage un système d'échange de droits d'émissions de gaz à effet de serre    La plus jeune première ministre au monde a 34 ans! Liste des jeunes dirigeants du monde en 2019    L'émouvant message d'Amina Sta à son père...    Radio Nazaha : La première Web-Radio dédiée à la lutte contre la corruption est lancée (vidéo)    Le Syndicat des médecins du secteur privé mettent fin au contrat les liant à la CNAM    JTC 2019 : Nebil Daghsen & la LIPA tous les jours à l'Avenue de Tunis et le 12 Décembre au Mondial avec “Sangate Ebola”    Success Story TN : Saïda Meherzi : Entrepreneuse en écotourisme de Kesra    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Emigration des médecins: Plus de peur que de mal»
Publié dans Le Temps le 09 - 02 - 2018

Les médecins tunisiens seraient de plus en plus nombreux à quitter le pays pour aller exercer ailleurs. A ce sujet, certains parlent de saignée, d'autres carrément d'exode. C'est que les chiffres récemment avancés par le Conseil de l'Ordre National des Médecins (CNOM) sont vraiment alarmants. Selon son Secrétaire Général, 45% des nouveaux inscrits au CNOM auraient quitté le pays en 2017. La médecine est-elle réellement en train de se vider de ses compétences ? Si les jeunes partent, qui prendra le relais aux séniors ? Le constat est-il si alarmant et prévoit-on le pire pour le futur de la médecine tunisienne ? Pour y voir plus clair, le Temps a rencontré Mme Nebiha Borsali Falfoul, D irectrice Générale de la santé au ministère de la Santé qui confirme les nombreux départs tout en restant positive et surtout en affirmant que ce phénomène a aussi du bon.
Est-il vrai que les médecins tunisiens, notamment les plus jeunes, sont de plus en plus nombreux à quitter le pays et à aller exercer leur profession ailleurs ?
Pour saisir la réelle ampleur du phénomène, il faut se référer à l'ensemble des chiffres et non pas à un seul.
A titre d'exemple, concernant les hospitalo-universitaires qui constituent la plus grande hantise car ils s ont en charge de la partie soin mais aussi de la partie formation des jeunes, leur nombre est passé de1659 à 2135 entre les années 2010 et 2017.
L eur nombre est donc en train d'augmenter comme prévu.
Ceci étant, et pour être tout à fait objectifs, nous avons des problèmes de manque d'effectif dans certaines spécialités, à savoir l'anesthésie-réanimation, l'imagerie, la gynécologie et l'orthopédie.
C es problèmes se posent principalement dans les régions et pas du tout dans les CHU.
Quant aux 45% de médecins nouvellement inscrits au CNOM et qui auraient quitté le pays, il faut savoir qu'ils ont, certes, demandé des attestations de bonne conduite, mais ne sont pas tous partis. Car en parallèle des départs, il y a des retours, mais aussi des annulations. Rien que la semaine dernière, j'ai signé sept annulations. Il faut savoir que nous disposons d'un système qui permet aux médecins partis de revenir à tout moment et de retrouver leur place au sein de leur établissement hospitalier.
Ceux qui partent, p pourquoi prennent-ils cette décision ?
Les raisons sont diverses et diffèrent d'un individu à un autre. Certains partent pour s'assurer un avenir financier confortable. Il faut savoir qu'au Moyen-Orient des contrats très alléchants sont proposés aux médecins. D'autres quittent la Tunisie pour aller compléter leur formation et continuer leurs études. Les destinations les plus privilégiées sont alors le Maroc, l'Allemagne et le Sénégal. D'autres partent également pour diversifier leur expérience et enrichir leurs connaissances. Au ministère, nous encourageons ces départs formateurs qui sont très positifs et ont un réel impact sur tous les plans, scientifique, médical, personnel, psychologique, pécuniaire et sociétal. Ces expériences en dehors du pays sont riches en enseignements. Les médecins qui partent reviennent riches en expérience, en compétences et en tolérance.
Pourquoi il ne faut pas craindre ces départs ? Tout simplement parce qu'ils sont bien souvent temporaires. La plupart de ceux qui partent le font seuls, non accompagnés de leurs familles. Le Tunisien, contrairement à d'autres immigrants, part s'installer ailleurs pour une durée bien déterminée puis revient au pays et c'est ce qui nous rassure le plus. Pour s'en assurer, il suffit de consulter les chiffres de la commission des équivalences au sein du ministère de l'Enseignement Supérieur qui montrent qu'il y a bel et bien des retours, certes moins nombreux que les départs, et ce dans plusieurs secteurs et pas seulement dans le rang des médecins. Plus de peur que de mal donc pour le moment.
Comment le ministère de la Santé compte-il réduire le nombre de départs ?
Même si nous ne sommes pas vraiment alarmés, le ministère garde un œil vigilant sur ces départs. Il y a le système actuel destiné à encourager la pratique des spécialistes hospitaliers dans les régions, à savoir les indemnités entre 500 et 1000 D et les primes de garde de permanence, entre 350 et 600 D selon l'éloignement et la région, en plus de la possibilité d'exercer dans le privé deux après midis par semaine. De plus, nous avons augmenté de nombre de postes pour le concours d'assistanat qui est passé de 170 à 220 en 2017 et celui d'agrégation de 85 à 120. Nous sommes également en train de doter graduellement les services spécialisés dans les régions des équipements nécessaires. En parallèle, le ministère est en train de mener une réflexion à large échelle pour déterminer les raisons réelles qui poussent les médecins à partir. A l'issue de cette réflexion, une stratégie sera mise en place pour combler ces lacunes et faire primer leur intérêt lorsqu'ils exercent leur profession dans le pays.
Propos recueillis par


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.