Samir Cheffi : L'UGTT tient à empêcher tout dérapage et toute influence par l'argent corrompu durant les prochaines élections    Jeux africains 2019 : 171 athlètes représenteront la Tunisie au Maroc    TUNISAIR annonce le retard de certains vols en provenance de Jeddah    Exportations de fruits : Les Pastèques détrônent les Figues de barbarie !    Tunisie: Décès d'une pèlerine tunisienne portant à 4 le nombre des décès    Equipe nationale : un match amical au programme    Publication du 1er manuel de procédures pour la couverture médiatique au profit des institutions de la Radio et de la Télévision tunisiennes    Tunisie: Adnane Hajji démissionne de son poste de secrétaire général du parti “Tunisie en avant”    Accord entre le Gouvernement et l'UGTT pour accélérer le versement de la 3ème tranche de l'augmentation dans la Fonction publique    Météo: Prévisions pour dimanche 18 août 2019    Le Club Sportif Sfaxien remporte la Coupe de Tunisie de football (coupe de Feu Béji Caïd Essebsi)    Tunisie – Anis Oueslati, le nouveau gouverneur de Sfax : Du gros calibre !    Développement durable – éco-tourisme tourisme vert – tourisme sportif – les Foulées des Flamants Roses s'engagent    Ce que la Tunisie peut enseigner aux Etats-Unis sur l'égalité des femmes    Les listes des députés parraineurs bientôt publiées    Les Nuits du Fort de Kélibia: 3ème édition du 17 au 28 août 2019 (Programme)    Tunisie – météo : temps peu nuageux et température en légère hausse le weekend du 17 et 18 août 2019    Finale Coupe de Tunisie : le Classique s'annonce impressionnant    Inquiétante amplification du trafic d'objets archéologique en Tunisie    Qui peut devenir Président de la République ?    ATIDE demande à l'ISIE la liste des députés parraineurs    LE monde dresse le portrait de Lotfi Abdelli    Lettre au pilier des marathons et des joggers tunisiens… Lettre à Moncef, mon ami, Felli mon assureur    Finale CSS – ESS : Important communiqué de la Direction de la circulation    Vol d'une ambulance toute équipée à Sousse    L'ATTT entame les opérations de remise immédiate des cartes grises et des permis de conduire    Tunisie: Le taux de chômage se stabilise à à 15. 3 % au deuxième trimestre 2019    Tunisie : Samsung lance le Galaxy Note 10 en précommande du 8 août au 1er septembre    Tunisie- Le producteur Nejib Ayed n'est plus !    Décès du producteur tunisien et directeur des JCC Nejib Ayed    Grève dans les champs pétroliers à Tataouine    Programme TV du vendredi 16 août    Rast Angela 2019 : Festival de la musique alternative du 22 au 25 août à Bizerte    Braquage d'El Omrane : Arrestation du principal auteur qui avoue l'implication d'un employé de la banque    Amélioration des réserves en devises    Très beau geste de l'Etoile envers Roger Lemerre    Concours du neuvième, Résultats de l'orientation des élèves ayant obtenu plus de 15/20 de moyenne, aujourd'hui    Libye : L'armée libyenne bombarde la piste de décollage de l'aéroport de Zouara    Migrants, La justice italienne désavoue Salvini et autorise l'Open Arms    10 blessés dans l'atterrissage en urgence d'un Airbus sur un champ de maïs    Atterrissage d'urgence d'un Airbus en Russie, pas de blessés    Annulation du spectacle NOUBA de Samir Agrebi prévu à l'ouverture du Festival « Thuburbo Majus » au Fahs    L'Italie expulse un Tunisien soupçonné d'appartenir à Daech    Trump renouvelle sa menace de quitter l'Organisation mondiale du commerce    Retour sur la venue en Tunisie de la Star du cinéma italien « Monica Bellucci » dans le cadre du tournage du film de la Tunisienne Kaouther Ben Hnia    HEND SABRI membre du Jury du Festival du film de Venise    Liquidation de 2 terroristes à Jebal Orbata dans le gouvernorat de Gafsa    Echange de tirs entre une patrouille militaire et un groupe de terroristes à Ghardimaou : 1 soldat légèrement blessé !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Emigration des médecins: Plus de peur que de mal»
Publié dans Le Temps le 09 - 02 - 2018

Les médecins tunisiens seraient de plus en plus nombreux à quitter le pays pour aller exercer ailleurs. A ce sujet, certains parlent de saignée, d'autres carrément d'exode. C'est que les chiffres récemment avancés par le Conseil de l'Ordre National des Médecins (CNOM) sont vraiment alarmants. Selon son Secrétaire Général, 45% des nouveaux inscrits au CNOM auraient quitté le pays en 2017. La médecine est-elle réellement en train de se vider de ses compétences ? Si les jeunes partent, qui prendra le relais aux séniors ? Le constat est-il si alarmant et prévoit-on le pire pour le futur de la médecine tunisienne ? Pour y voir plus clair, le Temps a rencontré Mme Nebiha Borsali Falfoul, D irectrice Générale de la santé au ministère de la Santé qui confirme les nombreux départs tout en restant positive et surtout en affirmant que ce phénomène a aussi du bon.
Est-il vrai que les médecins tunisiens, notamment les plus jeunes, sont de plus en plus nombreux à quitter le pays et à aller exercer leur profession ailleurs ?
Pour saisir la réelle ampleur du phénomène, il faut se référer à l'ensemble des chiffres et non pas à un seul.
A titre d'exemple, concernant les hospitalo-universitaires qui constituent la plus grande hantise car ils s ont en charge de la partie soin mais aussi de la partie formation des jeunes, leur nombre est passé de1659 à 2135 entre les années 2010 et 2017.
L eur nombre est donc en train d'augmenter comme prévu.
Ceci étant, et pour être tout à fait objectifs, nous avons des problèmes de manque d'effectif dans certaines spécialités, à savoir l'anesthésie-réanimation, l'imagerie, la gynécologie et l'orthopédie.
C es problèmes se posent principalement dans les régions et pas du tout dans les CHU.
Quant aux 45% de médecins nouvellement inscrits au CNOM et qui auraient quitté le pays, il faut savoir qu'ils ont, certes, demandé des attestations de bonne conduite, mais ne sont pas tous partis. Car en parallèle des départs, il y a des retours, mais aussi des annulations. Rien que la semaine dernière, j'ai signé sept annulations. Il faut savoir que nous disposons d'un système qui permet aux médecins partis de revenir à tout moment et de retrouver leur place au sein de leur établissement hospitalier.
Ceux qui partent, p pourquoi prennent-ils cette décision ?
Les raisons sont diverses et diffèrent d'un individu à un autre. Certains partent pour s'assurer un avenir financier confortable. Il faut savoir qu'au Moyen-Orient des contrats très alléchants sont proposés aux médecins. D'autres quittent la Tunisie pour aller compléter leur formation et continuer leurs études. Les destinations les plus privilégiées sont alors le Maroc, l'Allemagne et le Sénégal. D'autres partent également pour diversifier leur expérience et enrichir leurs connaissances. Au ministère, nous encourageons ces départs formateurs qui sont très positifs et ont un réel impact sur tous les plans, scientifique, médical, personnel, psychologique, pécuniaire et sociétal. Ces expériences en dehors du pays sont riches en enseignements. Les médecins qui partent reviennent riches en expérience, en compétences et en tolérance.
Pourquoi il ne faut pas craindre ces départs ? Tout simplement parce qu'ils sont bien souvent temporaires. La plupart de ceux qui partent le font seuls, non accompagnés de leurs familles. Le Tunisien, contrairement à d'autres immigrants, part s'installer ailleurs pour une durée bien déterminée puis revient au pays et c'est ce qui nous rassure le plus. Pour s'en assurer, il suffit de consulter les chiffres de la commission des équivalences au sein du ministère de l'Enseignement Supérieur qui montrent qu'il y a bel et bien des retours, certes moins nombreux que les départs, et ce dans plusieurs secteurs et pas seulement dans le rang des médecins. Plus de peur que de mal donc pour le moment.
Comment le ministère de la Santé compte-il réduire le nombre de départs ?
Même si nous ne sommes pas vraiment alarmés, le ministère garde un œil vigilant sur ces départs. Il y a le système actuel destiné à encourager la pratique des spécialistes hospitaliers dans les régions, à savoir les indemnités entre 500 et 1000 D et les primes de garde de permanence, entre 350 et 600 D selon l'éloignement et la région, en plus de la possibilité d'exercer dans le privé deux après midis par semaine. De plus, nous avons augmenté de nombre de postes pour le concours d'assistanat qui est passé de 170 à 220 en 2017 et celui d'agrégation de 85 à 120. Nous sommes également en train de doter graduellement les services spécialisés dans les régions des équipements nécessaires. En parallèle, le ministère est en train de mener une réflexion à large échelle pour déterminer les raisons réelles qui poussent les médecins à partir. A l'issue de cette réflexion, une stratégie sera mise en place pour combler ces lacunes et faire primer leur intérêt lorsqu'ils exercent leur profession dans le pays.
Propos recueillis par


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.