Tunisie : Vers un renforcement de la coopération entre l'Intérieur et la Justice    Tunisie – Union européenne : Entretien téléphonique Saïed-Borrell    Indian Wells: Ons Jabeur perd sa demie finale contre Paula Badosa    Foot – Programme TV des championnats européens    Business du Foot : Gianni Infantino persiste et signe pour un "Mondial biennal"    Coupes d'Afrique des clubs : programme des matches de Samedi    Arabie Saoudite: La grande mosquée de la Mecque fonctionnera à pleine capacité à partir de cette date    Prévisions météo pour ce samedi    Fête du Mouled: Démarrage de la 4ème édition du festival à Kairouan    Le nouvel ambassadeur de Tunisie à Stockholm, Riadh Ben Slimane: Une attention royale    Entretien entre Kaïs Saïed et Josep Borrell    Tunisie : Nouvelles nominations au sein du MJS    Le nouveau gouvernement appelé à donner au secteur agricole et de la pêche la priorité absolue (UTAP)    GB : Un député britannique poignardé à mort dans une église. La piste terroriste n'est pas écartée    Tunisie – Najla Bouden se réunit avec les membres de son gouvernement    Tunisie – Moncef Marzouki sous le coup d'une enquête judiciaire    Bilan - Covid-19 : 131 nouveaux cas et cinq décès le 14 octobre    Les membres du Grand Jury des JCC    PSG vs Angers : Où regarder le match en direct et live streaming ?    La championne olympique Raoua Tlili privée de son salaire !    Abir Moussi interdite d'accéder au carré des martyrs à Bizerte    Covid-19 : L'Allemagne retire la Tunisie de la liste des pays à haut risque    Tunisie: Si on ne sait pas où aller, on n'ira nulle part !    Orange Summer Challenge 2021 : L'innovation au service du recyclage des déchets plastiques    Journée internationale des femmes rurales : La question du transport des ouvrières agricoles reste pendante    L'expertise Bosch au cœur des stations-services Shell    Revue de la semaine du 8 au 15 octobre 2021: Premier conseil des ministres après la formation du gouvernement    Par Abdelaziz Gatri : Thomas Sankhara, ou l'Afrique assassinée    Un jour férié à l'occasion des fêtes du Mouled        Soirée Astronomique à la Cité des Sciences à Tunis sous le thème des Exoplanètes    Moody's- Mounira Ayari: C'est la 10e rétrogradation depuis 2011, ne faites pas semblant d'être surpris    Gordon Gray: Kais Said n'apprécie pas le principe de la séparation des pouvoirs    Entreprises publiques- L'Etat est un mauvais gestionnaire selon Moez Joudi    Ons Jabeur se qualifie à la demi-finale d'Indian Wells et accède au Top 10    Hichem Ajbouni- Le scénario libanais s'approche à grands pas    Tunisie : Entrée gratuite aux musées et sites historiques vendredi 15 octobre    Accès gratuit aux musées, sites et monuments historiques à cette date    Liban : 3 morts et 20 blessés dans une manifestation à Beyrouth    Exposition "La Syncope Du Mérou" de Belhassen Handous à Central Tunis    Francophonie : Le Vieux port de Bizerte accueille le concert littéraire "Lectures croisées autour de la mer"    Festival du film d'El Gouna : Le spectacle est maintenu malgré l'incendie    Secousse sismique à Gabès    Oscar 2022 : Le film Tunisien "Fartattou Dhehab" de Abdelhamid Bouchnak en lice pour le meilleur film international    Des hauts gradés de la marine d'Europe et d'Afrique en conclave à Tunis    Le chef de l'Etat assiste à l'éloge funèbre des militaires décédés dans le crash de leur hélicoptère    Nouvelle secousse sismique à Béjà    Jendouba-Bousalem-Béja sur le front de la plaque africaine : ça bouge ! explication    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Un festival itinérant et fédérateur
Publié dans Le Temps le 11 - 05 - 2018

Il s'agit d'un projet de coopération culturelle internationale, entre la Tunisie et Wallonie Bruxelles, porté par la Compagnie des « Nouveaux Disparus », avec « We love Sousse » et «Tanitarts ». Une formidable rencontre autour des arts de la rue, du théâtre et du conte, entre Belges et Tunisiens qui seront invités à suivre la caravane tout au long de ses déplacements dans cinq villes, avec cependant, une attention particulière pour les publics précarisés, éloignés de l'offre culturelle, et des publics scolaires.
Après Sbeitla (12-15 avril), Gafsa (22-24 avril) et Sfax (1er-3 mai), la Caravane nomade des deux rives poursuit sa route pour atterrir ce vendredi 11 mai et jusqu'au dimanche du même mois, au stade d'Al Hrairia à Tunis, avant de s'envoler pour Bizerte, dernière escale (19-23 mai).
Le programme qui devait avoir lieu à Kairouan, ( les 5 et 6 mai), a été annulé, nous annonce t- on, à cause des élections municipales, et c'est bien dommage pour les habitants de la ville, car une meilleure organisation de la part des autorités locales aurait sauvé la mise.
Succès et retombées positives
Vu le succès récolté jusqu'à présent, les trois dernières implantations de la Caravane ont drainé 23.825 spectateurs, et donné 107 spectacles, (dont 28 concerts et 79 représentations de théâtre ou de performances artistiques), 24 animations et ateliers dispensés dans les écoles, collèges et sous chapiteaux, avec la participation de 95 artistes tunisiens et belges, entre professionnels et amateurs...
D'après un premier bilan positif, présenté par Colienne Lemaître, directrice administrative de la Compagnie des « Nouveaux Disparus », la caravane vient de clôturer une belle implantation à Sfax qui a accueilli plus de 6000 spectateurs. Chapiteaux et tentes berbères étaient à Chatt Krakna, entourés par la mer Méditerranée. Pour cette ville, la caravane nomade a collaboré avec trois associations : Art Acquis, les Aventuriers et le Club Culturel Ali Belhouane de Sfax.
Selon Colienne, L'implantation avait initialement été prévue pour deux journées mais le succès était tel qu'une journée d'activités a été ajoutée. Les 6800 spectateurs ont pu assister à différentes représentations et venir voir le Souk associatif et ses nombreuses activités prévues pour petits et grands, (artisanat, ateliers, peinture, jeux, initiation au cinéma, exposition de caricatures, sensibilisation sur la corruption...). Le succès n'était pas des moindres non plus, à Sbeitla avec 12.000 spectateurs, et Gafsa, (5000).
En plein cœur du quartier Al Hrairia
Aujourd'hui, et avec la collaboration du Club culturel Ali Belhouane de Tunis, la caravane s'installe dans le quartier d'Al Hrairia, (à partir de 10H du matin et jusqu'à 20H00 du soir), où elle attend une belle mobilisation du public. Elle sera ouverte avec des spectacles de théâtre, de danse, de la musique, des performances, des expositions, des ateliers pour enfants, dans le Souk associatif, avec la participation d'artistes venus de Belgique et des quatre coins de la Tunisie.
« Nous poursuivons les animations dans le cadre de notre partenariat avec l'UNICEF, a dit Colienne. A Sfax, poursuit-elle, une animation de sensibilisation à l'accrochage scolaire, a notamment été menée auprès de jeunes enfants. Dans le cadre de notre partenariat avec l'Organisation Internationale pour les Migrations (OIM), le spectacle « Salle d'attente », a été créé spécialement pour la caravane et est programmé à chaque implantation ; Il s'agit d'un spectacle évolutif, car à chaque diffusion, il évolue en fonction des retours du public ».
Compagnie des Nouveaux Disparus
La Compagnie des Nouveaux disparus, sillonne depuis une vingtaine d'années, le monde francophone pour permettre à tous et en particulier à un public défavorisé, d'avoir accès à une offre culturelle adaptée et qualitative. Pourquoi cette appellation ?
Selon Colienne Lemaître, il s'agit de reprendre cette manière de faire de l'art, un peu disparue : l'itinérance. Et pour Jamal Youssfi, directeur artistique belge d'origine marocaine, « cette caravane sera à l'image de celles du passé, à quelques nuances près... les chameaux sont remplacés par des camions et les marchandises, par des spectacles. Les valeurs véhiculées seront, démocratisation et diversité, avec comme fil conducteur, un message fort... »
La première manifestation au Afrique du Nord, a eu lieu au Maroc. Sinon, la troupe se produit essentiellement en Europe ; en Belgique, France, Suisse, Luxembourg, et prochainement en 2019, en Bulgarie à Plovdiv, capitale culturelle de l'Europe.
Pour les responsables de la Compagnie, le droit à la culture est indissociable au droit à la liberté d'expression et à la participation. De par ses performances, la caravane favorisera la diversité, la démocratie culturelle et la décentralisation, et rendra plus accessible la culture au plus grand nombre, en la développant comme un outil d'ouverture, de mobilisation citoyenne, et surtout, de lutte contre le radicalisme violent. Son campement dans nos murs, mettra en valeur l'image de la Tunisie, de ses villes et régions, au lendemain de la Révolution.
Une démarche citoyenne
Pour M. Christian Saelens, Délégué Général de Wallonie- Bruxelles en Tunisie, c'était une première en plein cœur de Sbeïtla, ( en collaboration avec Adnane Helali et son Printemps de Sbeitla). Aussi, une manière d'agir contre l'enfermement mental, en amenant un nouveau regard et en montrant que l'horizon est vaste ... La vie est complexe, il est vrai, a-t-il dit, mais elle est aussi riche et agréable. La Caravane Nomade des deux rives est une démarche citoyenne de pouvoir apprécier ensemble un spectacle.
Pour Colienne Lemaitre, il est important d'être au cœur d'un quartier populaire, rencontrer les gens et se rendre compte de leur réalité pour les intégrer au processus culturel.
Pour Mariem Memni, jeune participante originaire de Sousse, qui accompagne la caravane, une telle expérience permet de combattre la violence sous toutes ses formes, en changeant les mentalités et en mettant l'art à la portée de tous.
En rappelant par ailleurs, les principaux partenaires de l'événement, M. Saelens, nomme le ministère tunisien des Affaires Culturelles, la CTN, l'ONTT, le ministère de la Jeunesse et de l'Education Nationale, les associations locales ... Et, du côté belge, Wallonie-Bruxelles International, avec l'apport de l'Union Européenne, l'UNICEF, l'OIM, sans oublier l'ambassade suisse à Tunis.
Le projet vient s'inscrire dans une programmation lors d'une Commission mixte (fin 2015), qui a évoqué un certain nombre de sujets autour du patrimoine, théâtre, formation pour la gestion d'un événement culturel, etc...Dans cet ensemble, rappelle M. Saelens, il ya eu le projet de la Caravane Nomade des deux rives qui a impliqué les commissaires et délégués régionaux de la culture dans l'accueil de la caravane et l'élaboration du programme.
Prochainement, dernière escale à Bizerte qui coïncidera avec l'avènement du mois de Ramadan et où la Télévision Nationale belge sera présente pour réaliser un certain nombre de reportages. Une manière de maintenir des liens culturels, forts et solides avec nos amis belges, grâce à ce festival itinérant et fédérateur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.