AFI : Lancement d'une consultation pour assurer l'accessibilité à la zone industrielle, de Jaâfar Raoued et à la résidence pilote "Raoued City Center"    Tunisie : Les jeunes médecins en grève de 2 jours    Béja | Covid-19 : Le taux de guérison a dépassé 98%    Habib Bouhaouel nous quitte : un journaliste de talent et un caricaturiste redoutable    Tunisie | Soldes d'hiver 2021: Un bilan négatif    CAN-U20 : programme des demi-finales    Foot-Europe: le programme du jour    COVID-19 : 651 nouvelles contaminations et 32 décès recensés le 26 février 2021    Mémoires: Dalila BLANCO    Exposition personnelle d'Ismaïl Bahri à la galerie Selma Feriani: Chroniques de l'invisible    Ligue 1 — Cet après-midi le classico (Mise à jour de la 6e journée) et deuxième manche de la 14e journée: Un hors-série qui vole la vedette !    Les plaies toujours ouvertes    NEWS: L'affaire Belkhiter    Mélange d'imprimés et de couleurs: Eviter les faux-pas !    Echappée belle: Voir Kairouan et… vivre    AME: tout ce qu'exige un nourrisson !    Ali Chabbouh, ancien attaquant du COT: «La Coupe 1988 a bousillé mon club»    Portez la chemise blanche et un débardeur avec classe    Tunisie : Le ministère de la Santé autorise la commercialisation du vaccin astrazeneca    8% des Tunisiens sont satisfaits du rendement de Ghannouchi, selon Emrhod    Les routes fermées suite à la manifestation d'Ennahdha    Hamma Hammami : à bas le système    Ghannouchi au parti travailliste : rejoignez-nous pour unifier le peuple tunisien    Facebook rétablit l'accès aux contenus d'actualité en Australie    Si la justice m'était « comptée »...    Associer à une formation scientifique d'excellence, une ouverture intellectuelle...    Sadok Mzabi acquiert 226 290 actions ARTES    Des frappes en Syrie tuent 22 miliciens pro-Iran    Groupes criminels, des "bandits" ou Boko Haram ?    L'Europe s'inquiète, les USA s'estiment «en avance»    Le leader du courtage en assurance et réassurance, Aon Tunisie, change de nom et devient ARS Tunisie    Tunisie Telecom meilleure performance du réseau mobile en 2020    Penser l'histoire et la religion    Les trois religions à l'unisson    Lancement digital d'OPPO Reno 5 | Reno5 5G : une première en Tunisie    Vers une légalisation du cannabis au Maroc    Sur 3 961 analyses 666 contaminations détectées hier    Leader du courtage en assurance et réassurance : Aon Tunisie, change de nom et devient ARS Tunisie    Tunisie-Ligue 1 (J14): les matches de ce samedi    « ADN » de Maïwenn à l'Institut français de Tunisie: Une quête de descendance    « Shayatine » de Amel El Fargi et Wael Merghni: Ecritures croisées, territoire commun    Le Festival de la médina n'aura pas lieu en 2021    Mort d'avoir bu... trop d'eau?    Tunisie Telecom réalise la meilleure performance sur l'Internet mobile en 2020    Habib Ammar préside une rencontre sur le suivi des projets culturels bilatéraux Tunisie-UE    Top 5 des personnes les plus riches au monde    12 pays aux manoeuvres militaires «African Lion» qui auront lieu en Tunisie en juin prochain    La Tunisie abrite l'exercice militaire multinational "African Lion", en juin 2021    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Errances politiciennes à l'ARP et magouilles malsaines
Publié dans Le Temps le 25 - 06 - 2020


p class="p1" style="text-align: justify; text-indent: 8.5px; font-variant-numeric: normal; font-variant-east-asian: normal; font-stretch: normal; font-size: 13px; line-height: normal; font-family: "Myriad Pro";"Drôle de constat. 10 candidatures, à la Cour Constitutionnelle, sont rejetées sur la forme. C'est dire que 10 candidats n'ont pas déposé des dossiers conformes aux conditions exigées par la commission électorale. Deux candidats ont, finalement, été maintenus. L'annonce telle que faite par la commission électorale à l'Assemblée des Représentants du Peuple (ARP), fait apparaître autant d'interrogation p class="p1" style="text-align: justify; text-indent: 8.5px; font-variant-numeric: normal; font-variant-east-asian: normal; font-stretch: normal; font-size: 9.5px; line-height: normal; font-family: "Times New Roman";"Comment peut-on se porter candidats à la Haute autorité chargée d'assurer la primauté de la Constitution Tunisienne, n'ont pas pu respecter des simples conditions relatives à leurs candidatures ? S'agit-il d'une simple erreur procédurale ou une tactique politique pour retarder encore l'élection des membres de Cour Constitutionnelle ? D'après la commission électorale, les dossiers de candidatures se chiffrent à 20 dossiers. 18 dossiers furent refusés, dont 10 sur la base de l'article 11 de la loi organique numéro 50 de 2015, portant sur la création de la Cour Constitutionnelle. p class="p1" style="text-align: justify; text-indent: 8.5px; font-variant-numeric: normal; font-variant-east-asian: normal; font-stretch: normal; font-size: 9.5px; line-height: normal; font-family: "Times New Roman";"Entre ces candidats, il y a ceux qui sont automatiquement rejetés, puisqu'ils ne sont pas parrainés par des blocs parlementaires. Et encore, 9 dossiers déjà parrainés par des blocs parlementaires sont également rejetés pour manque de documents exigés. p class="p1" style="text-align: justify; text-indent: 8.5px; font-variant-numeric: normal; font-variant-east-asian: normal; font-stretch: normal; font-size: 9.5px; line-height: normal; font-family: "Times New Roman";"Finalement, seulement 2 candidatures sont retenues par ladite commission. Les délais sont serrés. L'ARP doit tenir son Assemblée générale, le 8 juillet 2020, pour l'élection des membres de la Cour. La commission électorale ne doit pas dépasser la date limite fixée au 29 du mois en cours pour l'examen de dossiers. C'est encore le blocage. Les blocs parlementaires préfèrent à priori le recours au consensus. Place aux pourparlers politiques... p class="p1" style="text-align: justify; text-indent: 8.5px; font-variant-numeric: normal; font-variant-east-asian: normal; font-stretch: normal; font-size: 9.5px; line-height: normal; font-family: "Times New Roman";"Dans la foulée des tractations politiques, l'ARP a procédé mardi à une séance d'audition relative aux amendements du décret-loi 116, concernant le paysage audiovisuel. Une initiative pilotée par la coalition Al Karama et bénie par Rached Ghannouchi, Président de l'ARP ainsi que Nabil Karoui, chef du parti Qalb Tounès. Deux figures connues par leur animosité contre l'instance régulatrice du pays, la HAICA en l'occurrence. p class="p2" style="text-align: center; font-variant-numeric: normal; font-variant-east-asian: normal; font-stretch: normal; font-size: 12px; line-height: normal; font-family: "Times New Roman";"La liberté remise p class="p2" style="text-align: center; font-variant-numeric: normal; font-variant-east-asian: normal; font-stretch: normal; font-size: 12px; line-height: normal; font-family: "Times New Roman";"en question ? p class="p1" style="text-align: justify; text-indent: 8.5px; font-variant-numeric: normal; font-variant-east-asian: normal; font-stretch: normal; font-size: 9.5px; line-height: normal; font-family: "Times New Roman";"Rendez-vous a été donné mardi au siège de l'ARP. La commission des libertés a consacré toute une journée au débat sur les amendements du décret-loi 116. Une présence massive des députés islamistes. En face, les sièges furent occupés par des représentants de la Haute Autorités indépendante de la communication audiovisuelle (HAICA) et après par des représentants du Syndicat National des Journalistes Tunisiens (SNJT) ainsi que ceux de la société civile. p class="p1" style="text-align: justify; text-indent: 8.5px; font-variant-numeric: normal; font-variant-east-asian: normal; font-stretch: normal; font-size: 9.5px; line-height: normal; font-family: "Times New Roman";"L'initiateur du projet a essayé de défendre son initiative, en se basant sur le principe de la liberté économique ainsi que le pluralisme médiatique. Pour lui, l'annulation des autorisations pourrait favoriser la création d'emplois pour les journalistes. Le renouvellement de la composition du bureau de la HAICA est également proposé dans le cadre de cette initiative déposée le 4 mai et négociée miraculeusement un mois après. Les arguments avancés par les membres de la coalition Al Karama, présents, n'ont pas dépassé le volet juridique. Ils défendent la légalité de leur initiative. Aucun autre argument n'est par contre avancé. p class="p2" style="text-align: center; font-variant-numeric: normal; font-variant-east-asian: normal; font-stretch: normal; font-size: 12px; line-height: normal; font-family: "Times New Roman";"Gare aux dérives p class="p1" style="text-align: justify; text-indent: 8.5px; font-variant-numeric: normal; font-variant-east-asian: normal; font-stretch: normal; font-size: 9.5px; line-height: normal; font-family: "Times New Roman";"Les réponses n'ont pas tardé. Les interventions des députés membres de la commission n'ont pas également manqué. Deux tendances peuvent ainsi se distinguer. La première soutient cœur et âme l'initiative. L'autre la rejette. Entretemps, les représentants de la HAICA ainsi que du SNJT, ont procédé autrement. En principe, toute législation devrait avoir un impact. L'initiative concernée, aurait des retombés catastrophiques. « Elle donnera l'occasion aux mafieux, aux contrebandiers d'installer des chaines télévisées et des radios. Elle offre également une opportunité à l'argent politique d'orienter l'opinion publique à travers des médias de propagande », a expliqué Néji Boughouri Président du SNJT. Hichem Snoussi, membre du bureau de la HAICA, a estimé, pour sa part, que cette initiative va inverser la donne. « Les chaines TV et les radios dont la situation est illégale deviendront légales et celles ayant déjà l'autorisation de la HAICA seront considérée comme illégales », dit-il. Il va plus loin en précisant que cette initiative est conçue pour des fins politiques. Nouri Lajmi, président de la HAICA, a expliqué que la philosophie de la régulation se base sur le contrôle à posteriori. Mais, avant, la régulation stipule un principe d'autorisation. « La liberté étant la règle et les restrictions sont l'exception », conclu-t-il. p class="p1" style="text-align: justify; text-indent: 8.5px; font-variant-numeric: normal; font-variant-east-asian: normal; font-stretch: normal; font-size: 9.5px; line-height: normal; font-family: "Times New Roman";"3 heures durant, les interventions furent calmes, contrairement aux attentes. Et l'initiateur des amendements du décret-loi 116 n'a pas trouvé les mots pour se défendre. Seifeddine Makhlouf a essayé de prouver sa bonne fois s'agissant de cette initiative. « Une initiative pour laquelle même nos alliés politiques s'avèrent contre », explique-t-il. Serait-ce vrai ? p class="p1" style="text-align: justify; text-indent: 8.5px; font-variant-numeric: normal; font-variant-east-asian: normal; font-stretch: normal; font-size: 13px; line-height: normal; font-family: "Myriad Pro";" p class="p3" style="text-align: right; text-indent: 8.5px; font-variant-numeric: normal; font-variant-east-asian: normal; font-stretch: normal; font-size: 9.5px; line-height: normal; font-family: "Times New Roman";"Z.D.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.