Safi Said : « Il faut désigner des personnalités fortes »    Précisions du Restaurant Mansourah suite au regrettable accident survenu dimanche dernier    Chute des recettes touristiques de 56%, à fin juillet 2020    Lancement de Sundance TV concours de courts métrages au MENA    Coronavirus | 17 nouveaux cas dont 2 locaux    Le Startup Career Jam de Flat6Labs Tunis, un salon de l'emploi 100% virtuel    Festival international de Sousse : Annulation du One man show de Lotfi Ebdelli et les autres spectacles    DIX-SEPT nouveaux cas de Coronavirus dont 2 cas locaux enregistrés en Tunisie    La CDC signe un accord de partenariat avec la Société Al Buhaira Invest    Hichem Ajbouni : un député de 9alb Tounes m'a demandé de ‘'régler'' les dossiers de Nabil Karoui    BH Bank : Un PNB de 220.5 millions de dinars (2ème Trimestre 2020)    Minutes Entrepreneurs : une nouvelle opportunité pour la jeunesse africaine    Change devises en dinar tunisien : Cours du 05 août 2020    Explosion au Liban : Envoi de 2 avions militaires à beyrouth et prise en charge de 100 blessés en Tunisie    Rafael Nadal renonce à l'US Open    déclaration Nissaf Ben Alaya    Première baignade, dernier rendez-vous... L'histoire d'un drame survenu à Kélibia    Entretiens de Mechichi à Dar Dhiafa : Peut-on envisager un gouvernement sans Ennahdha ?    Mohannad Ali, Fatima Akif couronnée reine et roi du football freestyle africain lors du Freestyle UNLOCKED Africa 2020    Tunisie: Yassine Ayari [vidéo]: Le parlement doit être dissout    Tunisie – année scolaire 2020-2021: Ouverture de l'inscription à distance des élèves du primaire    Protestations et blocages de routes à cause des coupures d'eau : L'Aïd de la soif    Le coronavirus...encore des mois, voire des années    CONDOLEANCES : Salha LAABIDI        Concert «Nesmet al-mahabba» avec l'Orchestre philharmonique de Tunis sous la Direction de Chadi Garfi : Un régal !    ESS | Entraîneur : Benzarti dans le viseur    Deux fortes explosions à Beyrouth, bilan provisoire: une centaine de morts et 4000 blessés    Coronavirus : L'UEFA annonce une batterie de règles très strictes    Mini-Football | Coupe de Tunisie (finale) : Quel enjeu !    Affaire EST-WAC devant le tas : Il ne faut pas trop rêver !    La communauté tunisienne à Beyrouth va bien    Tunisie: 15 candidats à l'immigration clandestine dont une femme secourus au large de Kerkennah    Justice: Libération de Taoufik Ben Brik    Explosion de Beyrouth, un survivant tunisien raconte    Nouveau comité d'investissement pour fournir des solutions au financement de la résurgence énergétique de l'Afrique    Le bilan de l'explosion à Beyrouth dépasse 100 morts    Tunisie – Condoléances de Kaïs Saïed au président libanais    Explosions à Beyrouth : 50 morts et 2 750 blessés    Bilel Aloui revient avec son tricycle ‘'pédagogique''    Football : Iker Casillas annonce sa retraite    Ligue 1 : Programme TV de la 18ème journée    Danse contemporaine à «Sahriyet été 2020 A Hammamet» : Des œuvres riches et subtiles...    226 nouveaux cas de coronavirus en Libye    Lutte contre la migration irrégulière : Pour une coordination plus grande entre les forces sécuritaires et armées    Le coronavirus, un choc traumatique(1)    Kaouther Ben Hania à la Mostra de Venise    Pièce de théâtre "La conférence des oiseaux" à Sahriyet été 2020 à Hammamet    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





20 Saoudiens jugés par contumace en Turquie
Publié dans Le Temps le 04 - 07 - 2020

Un tribunal d'Istanbul a commencé hier à juger par contumace 20 Saoudiens, dont deux proches du prince héritier d'Arabie saoudite Mohammed ben Salmane, accusés par les autorités turques d'avoir tué et démembré l'éditorialiste Jamal Khashoggi en 2018.
Si les accusés risquent en théorie la prison à vie pour «homicide volontaire prémédité avec l'intention d'infliger des souffrances», la procédure est avant tout symbolique, car aucun d'entre eux ne se trouve en Turquie.
Parmi ces 20 personnes accusées, deux sont identifiées par les enquêteurs turcs comme les commanditaires: un ex-conseiller du prince héritier saoudien, Saoud al-Qahtani, et un ancien numéro deux du Renseignement, le général Ahmed al-Assiri.
Khashoggi, un collaborateur du Washington Post et critique du régime saoudien après en avoir été proche, a été assassiné et son corps découpé en morceaux en octobre 2018 dans le consulat d'Arabie Saoudite à Istanbul où il s'était rendu pour récupérer un document.
Khashoggi était âgé de 59 ans au moment de sa mort. Ses restes n'ont jamais été retrouvés.
Ce meurtre a plongé l'Arabie Saoudite dans l'une de ses pires crises diplomatiques et terni l'image du prince héritier Mohammed ben Salmane, dit «MBS», désigné par des responsables turcs et américains comme le commanditaire du meurtre.
La fiancée turque de Khashoggi, Hatice Cengiz, ainsi que la rapporteure spéciale des Nations unies sur les exécutions extrajudiciaires, Agnès Callamard, étaient présentes à l'audience hier.
Yasin Aktay, un proche de Khashoggi et conseiller du président turc Recep Tayyip Erdogan, était lui aussi présent.
Avant le procès, Mme Cengiz a déclaré qu'elle espérait que celui-ci permettrait de «faire la lumière» sur plusieurs zones d'ombres qui demeurent près de deux ans après le meurtre, notamment sur le sort des restes de Khashoggi.
C'est Mme Cengiz qui avait donné l'alerte sur la disparition de son fiancé après l'avoir attendu pendant plusieurs heures à la sortie du consulat saoudien à Istanbul.
Les autorités turques ont mené une enquête d'envergure: ils ont visionné des heures d'images de vidéosurveillance, interrogé des dizaines de personnes et fouillé jusqu'au réseau d'égouts autour du consulat saoudien à Istanbul.
Après avoir nié l'assassinat, puis avancé plusieurs versions des faits, Ryad a affirmé qu'il avait été commis par des agents saoudiens qui auraient agi seuls et sans recevoir d'ordres de leurs dirigeants.
La justice saoudienne s'est elle-même saisie de l'affaire Khashoggi. A l'issue d'un procès opaque en Arabie saoudite, cinq Saoudiens ont été condamnés à mort et trois autres à des peines de prison pour l'assassinat, sur un total de 11 personnes inculpées.
Aucune accusation n'a été retenue contre M. Qahtani et M. Assiri a été acquitté.
Ce verdict prononcé en décembre dernier a été critiqué par les organisations internationales de défense des droits humains.
La Turquie a qualifié de «scandaleux» le verdict, estimant que les vrais commanditaires avaient bénéficié d'une «immunité».
Sans aller jusqu'à accuser directement MBS, M. Erdogan a plusieurs fois appelé à «juger tous les coupables».
«Les meurtriers de Jamal et ceux qui leur ont donné l'ordre ont évité la justice jusqu'à présent», a déclaré Mme Cengiz. «Je vais continuer d'épuiser toutes les options légales pour faire en sorte que les meurtriers soient traduits en justice», a-t-elle ajouté.
Fin mai, le fils aîné de Khashoggi a annoncé que les enfants du journaliste assassiné «pardonnaient» aux meurtriers.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.