Coronavirus : 21 nouvelles contaminations dont 18 locales    La Tunisie a adopté une stratégie de coexistence avec le Coronavirus    Nouvelle alerte : 18 cas locaux عدوى محلية et 3 cas importés + 1 nouveau décès enregistrés dans 7 gouvernorats    La Tunisie, à l'ère de la culture 0.0 !    Les voyants économiques au rouge    Drame sans précédent pour une ONG française    Le chef du gouvernement annonce la démission de son gouvernement    La Loya Jirga autorise la libération de 400 taliban    Boussaïdi et Maâla à la barre !    Déplacement de tous les périls !    Victoire à l'arrachée des Clubistes, face à l'ESM    Veto contre un gouvernement de technocrates !    Avec ou sans les partis, Méchichi joue et peut gagner    Tests RT PCR même pour les personnes provenant de la zone verte !    ''La Covid 19 a révélé une forte présence des femmes dans les professions vitales''    Non à un ''gouvernement de la peur''    Une école d'été pour la culture    BRUITS ET CHUCHOTEMENTS    Re (lire) Histoire de ma vie de George Sand    Tunisie: Adnen Mansar: Kais Said a parié sur la volonté des partis d'éviter des élections anticipées    BCT : Les réserves en devises couvrent 142 jours d'importation, un record depuis 2011    Mise en place d'une commission nationale chargée du transport et du stockage des produits chimiques dangereux    2ème édition « balades solidaires » le 12 et 13 août au Palais de l'artisan à l'occasion de la fête nationale de la femme    Real Madrid : Alphonse Areola retourne au PSG (officiel)    Sidi Bouzid : Réouverture de la ligne ferroviaire n°13 et reprise d'activité de la mine de phosphates de Meknassi    Tunisie: Augmentation de 3,8 milliards de dinars du déficit budgétaire de l'Etat au cours du 1er semestre 2020    Des étudiants libanais accueillis à Tunis : Pourquoi 200 seulement ?    Tunisie : Annulation d'une desserte du car-ferry CARTHAGE à destination de Marseille    Hichem Mechichi tranche : «Un gouvernement de compétences indépendantes de tous les partis»    Tunisair : Chute de 97% du nombre de passagers transportés durant le deuxième trimestre 2020    Tunisie : Les nouveaux prix de l'essence et du Gasoil dès le 11 août 2020    Migration irrégulière : La chasse aux passeurs est lancée    BCT : Le solde budgétaire se creuse à -3.847 MDT à fin juin 2020    CONDOLEANCES : Halima ROUISSI    Espace "El makhzen" ferme ses portes: Un agitateur culturel de la médina de Tunis capitule…    Théâtre | Jamel Madani traite du statut de l'artiste    Programme TV du mardi 11 août    Handball | Championnat féminin de beach hand : Menzel Temime haut la main    Abdelkader Maalej: Les cendres d'Hannibal    Une première en Tunisie: un hôtel réservé aux animaux    Météo : Températures légèrement en hausse    Poutine : La Russie a développé le 1er vaccin contre le Covid-19    Le nombre de cas confirmés dans le monde dépasse les 20 millions    Ligue 1 – L'US Monastir veut reprendre la 2e place    Formation du gouvernement, programme des rencontres de Mechichi    Tunisie – Jeunesse et sports : L'appel solennel de Haythem Kilani au chef du gouvernement    Liban | Le premier ministre annonce la démission du gouvernement    Tunisie: L'expulsion par l'Italie d'immigrés clandestins tunisiens, viole tous les accords, selon Sami Ben Abdelali    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ça ne paie pas de... mine !
Publié dans Le Temps le 08 - 07 - 2020

«L'art du crime» est une série française qui ne paie pas de mine. Et pour cause ! Elle allie crime et art. Une bonne occasion de revoir ses notions en art ou d'en savoir plus.
Quatorze épisodes répartis sur trois saisons -le tournage de la quatrième a été arrêté par la Covid-19-, «L'art du crime» pourrait être une série policière française comme n'importe quelle série policière française. Mais là où elle diffère des autres et la rend plus intéressante, c'est qu'elle tourne autour de l'art, principalement la peinture.
Antoine Verlay (Nicolas Gob) a été renvoyé de la brigade criminelle pour insulte à son supérieur. Il se retrouve à l'Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (OCBC). Mais, le problème de Verlay est qu'il est imperméable à l'art, vraiment imperméable, tellement imperméable à l'art que le commandant Alexandre Pardo (Benjamin Egner), son supérieur à l'OCBC et aussi son ami, lui a balancé un jour : «Tu es toujours capable de demander à un suspect l'adresse des ''Demoiselles d'Avignon''»... C'est pour tout vous dire ! Bien que désireux de continuer son travail en solo, mais pour pallier son inculture, le capitaine se voit adjoindre une historienne de l'art à l'école du Louvre, Florence Chassagne (Eléonore Bernheim), qui l'aide sur ses différentes enquêtes, en lui apportant sa «science». D'autant plus que chaque enquête se déroule dans le milieu artistique et que la clé de l'énigme réside dans une œuvre d'art.
De de Vinci à Champollion
La première enquête emmène les téléspectateurs sur les traces de Léonard de Vinci, lors de son séjour en France, à travers la recherche du tableau de sa «Monna Vanna», connue également sous l'appellation de «La Joconde nue», au château d'Amboise. Cette œuvre existe réellement mais en dessin au charbon de bois. La toile, quant à elle, si elle a bien existé, n'a jamais été retrouvée. Donc la «Monna Vanna» est la clé de l'énigme du premier épisode.
Le second épisode se déroule dans une école d'art parisienne où un crime a été commis pendant la reconstitution vivante d'un tableau de Watteau par des étudiants. L'œuvre-clé de l'énigme est «Judith décapitant Holopherne» de la peintre italienne baroque Artemisia Gentileschi. Puis suivront «Le Radeau de la Méduse» et les «Monomanes» de Géricault, Claude Monet et Jean-Honoré Fragonard, Gustaphe Courbet, Jérôme Bosch, Edgar Degas, et l'égyptologie avec Jean-François Champollion.
Si la quatrième saison voit le jour, les épisodes seront consacrés à Van Gogh, Toulouse-Lautrec et Camille Claudel.
L'histoire de l'art accessible
Ce qui est intéressant dans «L'art du crime», c'est que l'histoire de l'art y est accessible à tous les téléspectateurs. Le personnage de Florence Chassagne, tout en enquêtant avec le capitaine Verlay, explique, de manière simple, les différents tableaux rencontrés. Cette vulgarisation de l'art permet aux téléspectateurs qui veulent en savoir plus d'aller faire des recherches sur telle ou telle œuvre, et aux autres de rester sur le savoir acquis pendant les épisodes, puisque les éléments donnés par l'historienne de l'art ne sont pas inventés de toute pièce et sont réels ; ce qui fait, aussi, la force des scénarios.
La série est émaillée de petites touches de surnaturelle, quand Florence Chassagne discute avec les peintres à l'honneur dans les épisodes, et d'humour. Par exemple, outre la phrase du commandant sur les «Demoiselles d'Avignon», nous avons relevé celle du capitaine Verlay lors du dernier épisode de la troisième saison, consacré à l'égyptologie. Celui-ci se croit envoûter par un soi-disant prêtre d'Osiris car il rêve de sa «coéquipière». Il lance à cette dernière : «On ne maraboute pas les gens comme ça ! On leur demande leur avis !».
Vivement la quatrième saison !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.