Tunisie – Annulation du festival international de Sfax    Tunisie – Condoléances de Kaïs Saïed au président libanais    Tunisie – Conférence de presse concernant la situation épidémiologique du covid    Explosions à Beyrouth : 50 morts et 2 750 blessés    Drame à Beyrouth : prés de 30 morts et 3000 blessés dans deux fortes explosions    Phosphate : Accord pour lever les sit-in à Redeyef    Encore 11 cas de عدوى محلية contamination locale de Coronavirus et 8 cas importés enregistrés à Tunis, Ariana, Ben Arous, Beja, Sousse, Sfax et Médenine    Tunisie : Ces «compétences» partisanes que l'on souhaite ne plus voir au gouvernement...    Par Hadi Sraïeb : Je hais les indifférents !    Mohamed Meddah: Qui était Hassouna Klibi, père de Chédli Klibi?    Bilel Aloui revient avec son tricycle ‘'pédagogique''    Cybermenaces : 10 conseils pour vous protéger pendant vos vacances    En vidéo : Elyes Fakhfakh annonce des nouvelles mesures contre le Covid-19    Football : Iker Casillas annonce sa retraite    Mondial 2022 – Aucun arbitre tunisien n'est convoqué !    Espagne: Le roi Juan Carlos décide de s'exiler après des soupçons de corruption par la justice    Tunisie – Bac 2020 : Inscription au service SMS dès le 5 août pour obtenir les résultats de la session de contrôle    Ligue 1 : Programme TV de la 18ème journée    Scope of Work : Third Party Inspection for Crushers and Sifters    Situation épidémiologique à l'aéroport Tunis-Carthage : Faut-il craindre le pire ?    SNJT : Appel pour la libération immédiate de Taoufik Ben Brik    Seifeddine Makhlouf : « Le prochain gouvernement doit être composé de partis et formé sur la base de quotas partisans »    Pétrole : Les cours du Brent en hausse de 5% sur l'ensemble du mois de juillet 2020    Mohsen Hassan, expert en économie et ancien ministre du Commerce, à La Presse : «Pas de sortie de crise en l'absence de visibilité politique»    TOPNET: Le leader qui s'emploie à démocratiser l'internet et innover utilement    INDISCRETIONS D'ELYSSA    Les unités de la protection civile effectuent 114 interventions pour éteindre les incendies    Le CAB concède le nul face à l'USBG au Bsiri : La situation devient alarmante !    En marge de EST-Assoliman : Ces Capbonais qui forcent le respect    Les Aghlabides ratent la reprise : La JSK touche le fond    Danse contemporaine à «Sahriyet été 2020 A Hammamet» : Des œuvres riches et subtiles...    Météo : Températures en baisse    Canon et Climatepartner Célèbrent Dix ans de Partenariat    Nouveau comité sur les affaires réglementaires : placer les lois et régulations au cœur de la compétitivité de l'Afrique    226 nouveaux cas de coronavirus en Libye    Tunisie: Reprise du transport du phosphate vers le complexe chimique après un mois de suspension    Drogba candidat aux élections de la fédération ivoirienne de football    Des signes annonciateurs d'un début imminent de la guerre en Libye ?    Tunisie : Discours de Kaïs Saïed à Mahdia et Sfax sur l'émigration illégale    Lutte contre la migration irrégulière : Pour une coordination plus grande entre les forces sécuritaires et armées    Les Emirats à la Turquie : Ne vous immiscez pas dans les affaires arabes    Success Story : Mohamed Abid, un tunisien à la conquête de Mars    Mohamed Abid, le Tunisien à la conquête de la planète Mars    Gisèle Halimi, une autre icône de la diaspora tunisienne disparait    Le coronavirus, un choc traumatique(1)    Kaouther Ben Hania à la Mostra de Venise    Pièce de théâtre "La conférence des oiseaux" à Sahriyet été 2020 à Hammamet    Ciné-Drive en Tunisie : Le cinéma autrement au temps du Coronavirus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Irremplaçable pour toujours !
Publié dans Le Temps le 10 - 07 - 2020

Ainsi, quarante neuf ans après sa mort survenue le 13 juillet 1971, le grand Abdelaziz Laroui, l'homme de radio, le journaliste, le chroniqueur, qui avait même retransmis des matches de football sur la radio nationale dans les années quarante du siècle dernier, mais également homme de théâtre, ancien directeur de la troupe d'« El Masrah echâabi » (Le Théâtre populaire) et qui, en bref, touchait merveilleusement à tout, est resté irremplaçable depuis près de cinquante ans.
On avait cru que d'autres voix, voire d'autres personnages exceptionnels pourraient un jour le remplacer, à vrai dire, nous le faire « oublier », un tant soit peu, mais on est resté en attente depuis. Certes, chaque homme de radio a son propre style et sa manière de concevoir et de présenter son programme radiophonique. Mais l'écart est toujours resté grand entre ce que proposait Abdelaziz Laroui, un érudit et un homme de culture qui avait laissé derrière lui trente cinq ans de radio, depuis la station périphérique du Colisée, jusqu' aux radios ancienne qui se situait à l'actuelle place Ai Zouaoui, à celle de l'avenue de la Liberté (Ex-avenue de Paris.) Certes, il y avait eu Abdelmajid Ben Jeddou, le poète de la chanson tunisienne, le speaker et non moins producteur présentateur de ses propres émissions à caractère poétique et musical et ses feuilletons radiophoniques, Mokhtar Hachicha, également poète, écrivain, homme de théâtre créateur de l'émission-culte : « Gafla Tsir » et qui avait été relayée par le même Abdelmajid Ben Jeddou du temps où « Abou Ridha », alias Mokhtar Hachicha avait eu des problèmes personnels. Il y avait eu Essaïda Alia (Babbou), qui s'intéressait énormément aux enfants à travers « Jannet al atfel », le programme hebdomadaire du dimanche matin, et aux femmes ayant fait partie de l'équipe de l'émission féminine de Fadhila Khitmi, Najia Thameur, Saïda Meherzi, Leïla Rihani, Afifa Ben Mrad et Donia (Neïla Ben Ammar): « Hissatou al marâa. »
Laroui méritait et mérite plus
Aujourd'hui, Abdelaziz Laroui est connu presque par tous, non pas grâce à la radio nationale qui diffuse parfois quelques uns de ses contes délicieux, mais grâce à l'adaptation à la Télévision Tunisienne de ses contes à deux reprises sous la houlette des réalisateurs Salem Sayadi depuis le noir et blanc, jusqu'à la couleur et Habib Jomni dans des adaptations aux antipodes de la création. Et malheureusement, la télévision nationale n'avait enregistré Abdelaziz Laroui narrant ses contes qu'une seule fois, en l'été 1968. La même « faute » avait eu lieu avec feu Ali Riahi, dont on ne dispose que de quelques enregistrements. Et du côté de la rue, voire des noms de rues qui portent celui d‘Abdelaziz Laroui, il n'en existe presque pas au centre-ville. Car une seule rue Abdelaziz Laroui est du côté de Montfleury. Soit un lieu bien caché des regards ! N'aurait-il pas fallu attribuer son nom à l'une des avenues de la capitale ? Avec les indications de sa fonction et des dates de sa naissance et de son décès. Attendons encore que la mairie de Tunis fasse une grande révision des noms de nos rues réservées parfois à des villes et villages arabes qui ne veulent rien dire aux Tunisiens ! A bon entendeur, salut !
L.B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.