L'assaillant de Nice serait tunisien, selon les médias français    Tunisie-audio : Khaled Hayouni : " L'interdiction de déplacement entre les villes ne concerne pas les villes du Grand Tunis"    Tunisie-audio : Changement des horaires des bus, métros et TGM suite au changement des horaires du couvre-feu    Mohamed Larbi Bouguerra: Netanyahou, bientôt orphelin de Donald Tromp ?    DE PARTOUT...DE PARTOUT...    Espérance de Tunis : Abderrahmane Meziane sur le départ    El Kamour, jusqu'à quand ?    Budget de l'Etat et financement intérieur : La réponse du ministre des finances au Gouverneur de la Banque Centrale    Au Grand Tunis : La circulation n'est pas interdite entre les gouvernorats de Manouba, Ariana, Ben Arous et Tunis, et ni soumise à autorisation    Libye: 782 nouvelles infections au coronavirus enregistrées    CONDOLEANCES : Rafika AYED    CONDOLEANCES    Football : Programme TV de ce jeudi 29 octobre 2020    L'attaque de Nice.. Le bilan s'alourdit. Nouvelles données sur l'assaillant    France : Nouvelle attaque armée à Avignon    Tunisie – Des mesures, oui... Pertinentes, on ne sait pas... A partir de quand, Dieu seul le sait !    Eliminatoires CAN 2021 : Vers le report du match Tunisie-Tanzanie ?    Volleyball | Calendrier de la fin de la saison : A quand le feu vert?    L'EST recrute Farouk Ben Mustapha : Le jeu de la hiérarchie et de la concurrence ...    Menace de dissolution du bureau fédéral : Qui a tort, qui a raison ?    Bilel Sahnoun, Directeur Général de la Bourse de Tunis : «Pour la cotation en Bourse des entreprises publiques»    Le maire de Nice : Je confirme que tout laisse supposer à un attentat terroriste    Express    COVID-19 : Les nouvelles restrictions décidées en Tunisie    Moyens de transport public et protocole sanitaire : Inconscience et laisser-aller des usagers !    France : Trois morts et plusieurs blessés dans une attaque au couteau à Nice, l'auteur interpellé    Wissam Ziadi et Marouen Ben Rejeb, co-fondateurs de l'association méditerranéenne ART et Nature (AMAN) à La Presse : «Boubli» cible les jeunes au cœur de la ville    Liste de 21 applications mobiles dangereuses téléchargeables sur Play Store à supprimer    Fête du Mouled : Les vœux de La Presse    Météo | Températures maximales comprises entre 20 et 25 °C    Banque Nationale Agricole : Un PNB de 457 millions de dinars (fin septembre 2020)    Les 5 raisons de chasser en Tunisie    Hamouda Ben Slama: Non, il (Macron) ne renoncerait pas aux caricatures (de Mahomet) !...    Tunisie : Visite du chef de la diplomatie nippone début décembre    Duel surprise Trump-Biden dans l'Etat de Géorgie    Route cinématographique en Tunisie sur les traces des films cultes, pour la promotion du tourisme durable    Une nébuleuse et des ruches    L'origami, l'art du pliage de papier    Une bataille entre l'ancien et le moderne qui en cache d'autres    STB : Un PNB de 411 millions de dinars (30 09 2020)    L'art urbain tunisien visible sur la clôture de l'ambassade de la Tchéquie à Tunis    Hichem Mechichi à propos de la lutte contre le Covid-19 : Les résultats obtenus jusqu'à présent sont toujours inférieurs aux attentes espérées    AMVPPC : appel à projets pour la valorisation du patrimoine culturel par le numérique    Création auprès de la présidence de la République d'une commission chargée de la restitution des fonds détournés    Espace «Préface» à Sousse : Activités maintenues    USA : Mélanie Trump : " Nous devons garder Donald à la Maison-Blanche pour qu'il puisse finir ce qu'il a commencé "    Ooredoo unit ses forces et poursuit son soutien national pour lutter contre la propagation du Covid-19    Tunisie: Exportation de 343.000 tonnes d'huile d'olive en 11 mois pour 2,78 millions de dinars    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





A la recherche du temps perdu...
Publié dans Le Temps le 17 - 09 - 2020

Le festival de cinéma essentiellement militant retrouvera-t-il ses lettres de noblesse pour redevenir ce qu'il était auparavant, libre et fécond ? Se séparera-t-il de cette étrange habitude du tapis rouge qui jusque-là a été foulé par, entre autres, des artistes de chiffons et actrices siliconées ... au grand dam des cinéphiles ? Allons-nous continuer d'insulter notre petite histoire du cinéma en faisant d'un festival engagé ce qui ne l'est pas ?
Elles sont à ‘' la recherche du temps perdu, du côté de chez''... les connaisseurs en matière de cinéma. Les Journées cinématographiques de Carthage se voient enrichies, cette année, de cinéphiles vrais connaisseurs du cinéma. On citera bien entendu Kamel Ben Wanès, francophone francophile et cinéphile de la première heure qui fait partie du comité directeur de ladite manifestation. De son côté Sayda Bourguiba son doctorat en cinéma en poche et aidée de son expérience au sein de l'agence tunisienne de presse TAP, s'est vu confier la tâche de collecter les archives et toute la documentation concernant les JTC depuis leur création en 1966. Et c'est tant mieux !
Le festival créé par Tahar Chriaa il y a 50 ans s'est voulu un rendez-vous incontournable entre spécialistes du cinéma africains et arabes. Sauf que le festival engagé et militant s'est vu au fil des années s'octroyer un autre qualificatif bien surprenant celui de festival ‘'grand public'' puisqu'il est investi par des personnes toutes catégories d'âge et sociales confondues. Et c'est tant mieux ! Et tant pis si un public non cinéphile s'est vu courir dans les quatre coins de la capitale pour voir des films qui n'ont rien de commercial ou de purement mercantile ... ce faisant bien entendu à la formule du m'as-tu vu ? Quoi qu'il en soit on ne peut que saluer cette résolution de prendre du temps de répit pour réfléchir « au passé, présent et avenir » d'une manifestation qui n'en finira pas de nous surprendre. Cette année aucun cinéma ne raflera des prix mais des films seront consacrés et un hommage vibrant sera donné, on l'espère bien, à celles et à ceux qui le méritent. Et l'on prendra certainement du plaisir pour voir ou revoir des chefs d'œuvre qui ont fait auparavant la réputation des JCC. On prendra certainement le temps de se laisser émerveiller, de regarder défiler devant soi des années d'histoire du cinéma engagé et militant qu'on ne devrait point insulter.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.