Dernière Minute – Coronavirus : 61 nouveaux décès et 2.185 nouvelles contaminations, les 17 et 18 octobre    Chebba s'embrase, Wadiî Jari sous le feu des critiques    La Tunisie est devenue un Etat facebookien ?    Exercice naval tuniso-français au large des côtes françaises (Défense)    Banque mondiale : L'économie tunisienne devrait ralentir de 9,2% au lieu de 4% en 2020    Trump prédit "une vague" républicaine    Dix chefs d'Etat et de gouvernement africains appellent les dirigeants du monde entier à accroître leurs investissements en faveur du FIDA    Tunis Ré : Légère baisse du chiffre d'affaires    Coronavirus a accru la défiance des gens à l'égard des pouvoirs    Ouverture, aujourd'hui de la saison de la chasse des grives et des étourneaux    Le Liban marque le 1er anniversaire du soulèvement populaire    Treize civils tués en Azerbaïdjan, le président crie vengeance    Oscars 2021: Le CNCI appelle les producteurs tunisiens à soumettre leurs films avant fin octobre    La Fondation BNA et Nourane organisent un marathon digital pour lutter contre le cancer du sein    La visite de Kaïs Saïed en Italie reportée    La proposition d'amendement du décret-loi n°2011-116 examinée en plénière mardi    Grève de deux jours dans toutes les municipalités du pays    Epson annonce sa première imprimante grand format à encre résine    Les professeurs d'éducation physique, en chômage depuis 10 ans, en Sit-in ouvert devant le Ministère de la Jeunesse et Sports    La Tunisie parmi les ‘'3 premiers pays'' à acquérir le vaccin anti-covid-19    Des militaires libyens des deux camps en conflit discutent d'un cessez-le-feu à Genève    ATI : Ouverture d'une Agence Commerciale à Tunis    Baisse des investissements internationaux en Tunisie de 26,4%, à fin septembre 2020    France: Marine Le Pen réclame une « législation de guerre » contre l'islamisme    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 19 Octobre 2020 à 11H00    Top trois des plus fortes augmentations de budget : Education, Intérieur et Défense    Examen de la coopération tuniso-hongroise dans le domaine juridique et judiciaire    Courrier des lecteurs | Le courage de réformer    Tunisie : Hichem Mechichi commente l'affaire FTF-CS Chebba    Première interview télévisée du chef du gouvernement Hichem Mechichi : «L'Etat est capable de faire face à la pandémie»    MEMOIRE : Salem LIMEM    Tunisie : Mechichi affirme que les dons versés au fonds 1818 n'ont pas encore été exploités    Focus Business | La relance des activités est possible    L'UNESCO appelle tous les professionnels de la culture à participer à une édition spéciale en ligne, ResiliArt    D'un sport à l'autre | Athlétisme : place au cross d'ouverture    Volleyball | CA – Section féminine : Le droit de rêver...    La France ordonnera l'expulsion de 231 fichés S pour radicalisation    Une amélioration de 6 milliards de dinars pour les revenus en 2020, annonce Kooli    En marge de Tunisie-Nigeria | Moncef Chergui – Ancien défenseur international : «Meriah était emprunté»    Mechichi : Mes relations avec le chef de l'Etat sont excellentes    Météo : Ciel partiellement voilé et températures en légère hausse    Tunisie : Le Projet du Budget de l'Etat 2021 en 10 points    Mes odyssées en Méditerranée: Trapani-Tunis : les premières Loges maçonniques italiennes en Tunisie    le metteur en scène et comédien Naoufel Azara, à la presse: « Les idées simples changent le monde »    Cheikhs en confidences: Sfax en profondeur, un roman qui nous replonge dans l'atmosphère des années 50    La mystérieuse Dame de Carthage    Le Festival de la musique tunisienne passe à la trappe    «Nazilet Dar Al Akeber» (Le cataclysme de la maison des notables) de Amira Ghnim, «Comar d'or» du roman arabe : Un véritable joyau de la création romanesque tunisienne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Alassane Ouattara, le dernier round
Publié dans Le Temps le 23 - 09 - 2020

Sa décision, en mars, de ne pas se présenter à l'élection avait été unanimement saluée. Il assurait vouloir « laisser la place à une nouvelle génération ». Mais à 78 ans, Alassane Ouattara, président de la Côte d'Ivoire depuis 2010, repart en campagne suite au décès de son dauphin, son « fils », Amadou Gon Coulibaly. Sa candidature cristallise désormais toutes les tensions et elle semble fédérer l'opposition contre elle. Trente ans après le début de sa carrière politique, « ADO » se lance dans son dernier combat.
Ce 6 août à 20h, veille de la fête nationale, la place de la mairie d'Abobo, bastion électoral abidjanais du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP), a des allures de cinéma en plein air. Des dizaines de militants installés sur des chaises en plastique ne perdent pas une miette du traditionnel discours du président Alassane Dramane Ouattara, projeté sur l'écran géant dressé pour l'occasion. Le suspense est à son comble. Puis : « Face à ce cas de force majeure et par devoir citoyen,j'ai décidé de répondre favorablement à l'appel de mes concitoyens me demandant d'être candidat à l'élection présidentielle du 31 octobre 2020. »Les spectateurs explosent de joie, tirent des feux d'artifices, soufflent dans leurs trompettes en plastique, les acclamations fusent : « ADO ! ADO ! »
Le « cas de force majeure » ? La mort brutale le 8 juillet, à moins de 4 mois de l'élection, du Premier ministre et candidat désigné à la succession, Amadou Gon Coulibaly. « L'appel des concitoyens » ? Il s'agit surtout d'un appel de détresse des militants et caciques du parti au pouvoir, égarés depuis la disparition de l'héritier et affolés à l'idée de lâcher les commandes du pays en cas de victoire du candidat Henri Konan Bédié, 86 ans, ex-chef de l'Etat et président du Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI), formation politique historique et première force d'opposition. Face au « Sphinx de Daoukro », le natif de Dimbokro se dit prêt, à 78 ans, à un dernier combat, après trois décennies de lutte acharnée pour le contrôle du pays.
Un technocrate en politique
Le parcours académique et professionnel d'Alassane Ouattara est celui du parfait technocrate : un baccalauréat à 20 ans à Ouagadougou, capitale de la Haute-Volta rebaptisée plus tard Burkina Faso, et un doctorat en sciences économiques à l'université de Pennsylvanie à Philadelphie, lui ouvrent les portes du Fonds monétaire international (FMI) à Washington, en 1968. Cinq ans plus tard, il intègre la Banque centrale des Etats d'Afrique de l'Ouest (BCEAO) en tant que chargé de mission, puis conseiller du gouverneur, directeur des études et enfin vice-gouverneur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.