Les deux actrices tunisiennes Aicha Ben Miled et Najla Ben Abdallah en lice pour les César 2021    Transformation digitale : Sept écoles d'ingénieurs en Tunisie participent au programme " Seeds for The Future ", de Huawei    L'Union des médecins généralistes de la santé publique observe une grève de 4 jours à partir de mardi 1er décembre 2020    « Seul on va vite, ensemble on va loin » : La BNA et la BH BANK unies avec l'Association Nourane contre la Covid+    Coupe de la CAF : L'Etoile du Sahel dévoile sa liste africaine    Des chrétiens tués par des terroristes de Daesh    Le rendement du parlement en deçà des attentes (Al-Bawsala)    Y aurait-il une dernière chance pour le pays ?    La république de la complaisance, bloquée !    Le maître de l'horloge aux abonnés absents...    Début de la "Phase finale" de l'offensive dans le Tigré    Rohani accuse Israël de vouloir semer le "chaos"    Le confinement selon Wided Zoghlami    Le parcours et la trace    Tranches de vie recousues pour l'amour et l'espoir !        Qu'en-est-il 100 millions d'euros accordés par l'UE destinés à la réforme judiciaire ?    On est arrivé à la fin, déclare Korchid    Al-Joumhouri met en garde contre tout appel à la violation de la Constitution sous couvert de la crise    Maher Zid dans le collimateur de Ghazi Jeribi    Sortie du livre : "Osons… Notre Futur ! Une Tunisie Apprenante" de Akil Sadkaoui et Othman Khaled    L'Huile d'olive Tunisienne remporte deux prix au concours "Mario Solinas 2020"    En Tunisie, 83% des PMEs considèrent que l'administration est un obstacle    Tunisie : 5 nouveaux décès à Médenine    Lancement de la campagne nationale de vaccination contre l'hépatite A au profit des enfants en âge préscolaire    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 30 Novembre 2020 à 11H00    Le film "Sortilège" de Ala Eddine Slim remporte le prix du meilleur film au festival du film arabe de Zurich    Alpha Hyundai Motor annonce l'arrivée de la nouvelle Hyundai Grand i10    Football : Programme TV de ce lundi 30 novembre 2020    Une délégation de la coordination "le recrutement est mon droit" chez Rached Ghannouchi    La CDC remporte le HR AWARDS Tunisia 2020 dans la catégorie "stratégie globale face à la crise Covid-19"    Tunisie- Météo : Temps ensoleillé et peu nuageux    La date de la fin de la pandémie de Covid-19 révélée    D'un sport à l'autre    Handball | Prolongement du gel des compétitions sportives : La grogne grandissante des clubs    Ghazi Chaouachi, secrétaire général du Courant Démocrate, à La Presse : « La loi de finances 2021 nous conduira à la faillite »    Tunisie [Vidéo]: En direct de Sfax, grève des ingénieurs    En vidéo : Le look d'Ahlem Fekih à Dubaï fait le buzz sur les réseaux sociaux    Abdallah Chamekh, réalisateur du documentaire «le bois sacré», à La Presse : «La caméra ne croit pas à la géographie»    Les indiscrétions d'Elyssa    Tunisie : L'annulation de la grève des magistrats est tributaire de la réponse du gouvernement à leurs demandes, selon le président de l'AMT    Budget de l'Etat pour l'exercice 2021 : les principales caractéristiques    COVID-19 Sousse, situation au 29 Novembre: 52 nouveaux cas et 3 nouveaux décès    PLF 2021 : Les députés réclament une augmentation du budget prévisionnel du Parlement    Le ''dernier souhait'' formulé par Maradona dans son testament ''étonne'' ses proches    [TRIBUNE] Deux siècles après, Haïti redevient le plus peuplé de la Caraïbe    Plus de la moitié des Tunisiens ayant obtenu la nationalité italienne ont rejoint la France    Times: L'ère de Poutine touche à sa fin    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Macron détient la clé des négociations sur la pêche
Publié dans Le Temps le 24 - 10 - 2020

La France prépare discrètement ses pécheurs à un moindre accès aux eaux britanniques après la fin de la période transitoire entre l'Union européenne et le Royaume-Uni, dans le but de lever l'un des principaux obstacles à la conclusion d'un accord commercial, selon des membres du secteur.
Sans être suffisant, un accord sur les droits et les quotas de pêche sera nécessaire à la conclusion des négociations sur les relations commerciales entre les deux parties à compter du 1er janvier.
Pour le moment, leurs positions sur la pêche sont diamétralement opposées et le chef de l'Etat français, qui se sait scruté sur le sujet par le président des Hauts-de-France, Xavier Bertrand, possible rival à la présidentielle, martèle en public son soutien aux pécheurs.
Mais le gouvernement est sur la corde raide. Alors qu'Emmanuel Macron se préparait à rencontrer ses homologues européens à Bruxelles jeudi dernier, son secrétaire d'Etat aux affaires européennes, Clément Beaune, effectuait un déplacement à Port-en-Bessin, dans le Calvados.
"Un seul objectif : défendre et protéger les intérêts des pêcheurs", écrivait-il sur Twitter, posant devant un chalutier au nom symbolique: "L'Europe". "Nous négocions avec calme et grande fermeté, nous nous battons (...) pour la pêche française."
Le message de fermeté envoyé à Londres et Bruxelles est clair. Mais, loin des caméras, la délégation gouvernementale avait un autre message à faire passer aux représentants du secteur réunis pour l'occasion.
"Ce ne sera plus comme avant"
Selon Jérôme Vicquelin, figure de la pêche locale et propriétaire du chalutier, qui a assisté au déplacement, les ministres ont aussi prévenu qu'il serait illusoire d'espérer le maintien des conditions de pêche actuelles.
"Je suis intervenu quand on était sur la passerelle du bateau," a-t-il raconté à Reuters.
"Il n'y avait pas de journalistes. J'ai été assez cash en leur disant: 'Voilà, c'est très bien, vous êtes venus, mais j'appréhende parce que je sais très bien ce qui peut arriver : pour nous, seulement 10-15% de perte de chiffre d'affaires (...) ça va être catastrophique à long terme'".
"Ils ont été cash aussi, (laissant entendre) que ne ce sera plus comme avant. Pour moi c'est clair. C'est la volonté d'essayer d'avoir le moins de casse possible."
Interrogé sur ces propos, le secrétariat d'Etat aux Affaires européennes a fait savoir qu'il avait prévenu les pécheurs qu'ils ne pouvaient s'attendre à un "statu quo".
L'échange illustre bien la position délicate de la France qui, dans cette phase d'intenses négociations, cherche à obtenir les meilleures conditions possibles pour ses pécheurs, sans risquer de les faire capoter.
Emmanuel Macron l'a laissé transparaître lors du dernier Conseil européen. Après avoir déclaré que les pécheurs français ne seraient pas les "sacrifiés" du Brexit, il a reconnu: "Est-ce que la situation sera la même qu'aujourd'hui ? Non, nos pêcheurs le savent, nous aurons à les accompagner".
La France n'est pas pour autant prête à céder à toutes les demandes britanniques sur la pêche et refuse notamment toute renégociation de droits d'accès sur une base annuelle. Le plan B - un "no-deal", qui serait sûrement temporaire, pense-t-on à Paris - reste sur la table.
Paris peut compter sur le soutien de l'Espagne, de l'Allemagne et des Pays-Bas. "Nous sommes sur la même longueur d'onde que la France", confie l'ambassadeur d'un grand pays européen. "Des négociations annuelles sur la pêche seraient infaisables", dit un autre diplomate en poste à Paris.
Mais Michel Barnier, le négociateur européen, a fait comprendre lors d'une récente visioconférence avec des députés français qu'une position "maximaliste" sur la pêche serait contre-productive. "Du bout des lèvres, il a laissé entendre qu'il faudrait bien lâcher du lest quelque part si on voulait un accord", selon une source parlementaire.
Premier accord
commercial post Brexit avec le Japon
Le Japon et le Royaume-Uni ont formellement signé hier l'accord commercial qu'ils ont conclu le mois dernier, le premier accord commercial majeur signé par Londres depuis sa sortie de l'Union européenne.
Le ministre japonais des Affaires étrangères, Toshimitsu Motegi, et la ministre britannique du Commerce, Liz Truss, ont paraphé le document à Tokyo.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.