Hausse de l'encours de la dette publique de 12,2%, à 101,2 milliards de dinars, à fin août 2021    Nabeul : Saisie de 4 tonnes de semoule et 47658 litres de lait    Erdogan expulse dix ambassadeurs dont ceux de la France, des USA et de l'Allemagne    Affaire des licences de taxis collectifs : 11 suspects dont deux anciens gouverneurs    Photo du jour : Un « bijou » architectural construit à des dizaines de mètres de la présidence du gouvernement !    La FTF en total soutien de Maher Karoui    Tunisie : Le monde change, la STEG « évolue »    Etoile du sahel : Agression de certains policiers sur Maher Karoui    FC Barcelone vs Real Madrid : Liens streaming pour regarder le match    Manifestation contre Kaïs Saïed devant le consulat de Tunisie à Pantin    Dernière minute – Chiffres officiels : Quasi-blocage de l'investissement, fin septembre 2021    Tunisie – La STEG suspend ses services en ligne    COVID 19 : La Russie enregistre une flambée inédite de la situation épidémiologique    Tunisie : L'état d'exception face aux tentations d'ingérence internationale    Nouvelles mesures imposées aux voyageurs en prévision d'une nouvelle vague Covid-19    Tunisie : L'ancien ministre Abdelbaki Hermassi n'est plus    Importation des voitures de luxe : L'austérité doit concerner les voitures administratives et non pas les voitures privées    La cheffe du gouvernement reçoit Ons Jabeur    Infrastructure : Le stade olympique de Sousse opérationnel dès mars 2022    Décès de l'ancien ministre Abdelbaki Hermassi    Forum des DSI : "Tunisie Telecom veut être le label de confiance pour les PME/PMI dans la transformation digitale"    Monopole, spéculation et contrebande : cinq ministères s'engagent dans la lutte    Tunisie : Le Pass vaccinal obligatoire pour accéder presque partout dès le 22 décembre 2021    L'Office des œuvres scolaires se digitalise    Commémoration du 8ème anniversaire de l'Attaque terroriste du 23 octobre 2013    21ème édition du festival de l'Asbu : Six prix pour la Tunisie    Dialogue national- Noureddine Tabboubi appelle à la participation des partis politiques    Foot Tunisie : Programme des matches de samedi    Tunisie – Météo: Retour progressif d'un temps hivernal avec baisse des températures    France-Ligue1 : Saint-Etienne, Wahbi Khazri buteur    La Grenade de Gabès avec label AOC débarque sur les marchés de la région    Tunisie-Ligue 1 (J2): les matches de ce samedi    Le comité de défense de Mehdi Ben Gharbia dénonce les violations à son droit à la santé    Processus politique : L'ONU confiante en la Tunisie    Tunisie – France : Entretien téléphonique Charfeddine-Darmanin    Cour de cassation : I Watch appelle l'exécutif à entériner la nomination de Moncef Kchaou    Abdelaziz Kacem: L'intelligentsia ou la ménopause du cogito    Migration clandestine Mahdia : mandat de dépôt contre les passeurs    Le ministère des Affaires culturelles rend hommage au scénographe Kais Rostom    Ephéméride – 20 octobre 2011 : Les rebelles islamistes assassinent Mouammar Khadafi    Monde- Daily brief du 21 octobre 2021: La Turquie menace d'expulser 10 ambassadeurs occidentaux    Vient de paraître - Un nouveau recueil poétique de Abdelaziz Kacem : «Quatrains en déshérence»    Puissance et coopération dans la gouvernance du changement climatique    "Rouhaniyet" Nefta sous le signe "Hanin" du 4 au 7 novembre 2021    Djaili Amadou Amal lauréate de la sixième édition du prix Goncourt en tournée en Tunisie    Monde- Daily brief du 20 octobre 2021: Poutine décrète une semaine chômée payée pour freiner l'épidémie de Covid-19    Donald Blome proposé ambassadeur auprès de la République Islamique du Pakistan    Ministre des Affaires culturelles: La situation sociale des artistes est notre priorité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Habib Ammar : «Reprise progressive de la vie culturelle envisageable à partir de la mi-novembre»
Publié dans Le Temps le 09 - 11 - 2020

Le ministre des Affaires Culturelles par intérim, Habib Ammar, a déclaré, vendredi, que la reprise des activités culturelles et artistiques est envisageable à partir de la mi-novembre, de façon progressive.
La décision finale dépendra de l'avis du Comité scientifique de lutte contre la Covid-19, a fait savoir le ministre disant qu'un projet de protocole sanitaire est actuellement à l'étude. Des protocoles spécifiques seront mis en place pour chaque secteur d'activité culturelle.
Le ministre s'exprimait au cours d'une séance plénière tenue, au siège de l'Assemblée des Représentants du Peuple (ARP) au Bardo consacrée à l'examen de l'évolution de la situation sanitaire dans le pays.
Les questions des députés ont été axées autour des activités et manifestations culturelles suspendues à cause de la pandémie, les moyens de soutenir les artistes et les modalités d'application du protocole sanitaire après la reprise.
Le ministre a indiqué qu'à la lumière des répercussions des restrictions sur le secteur culturel qui sont dictées par l'évolution de la situation sanitaire dans le pays, " tous les acteurs du secteur ont été largement touchés par la crise ".
Des discussions sont en cours avec le ministère des Finances et celui de la fonction publique en vue de régulariser la situation de certaines catégories, a-t-il dit, tout en expliquant que les emplois vulnérables touchent près de 1281 personnes dont 431 diplômés de l'Institut supérieur de l'Animation pour la Jeunesse et la Culture (ISAJC), Bir el Bey.
Il a aussi parlé de certains projets évoqués par les députés, comme le musée de la révolution à Sidi Bouzid dont les travaux seront entamés au cours du troisième trimestre de 2021. Ceux de la bibliothèque numérique à Sfax ont été suspendus. Le contrat a été rompu car le promoteur en charge du projet n'a pas honoré ses engagements envers l'Etat.
Habib Ammar a parlé de la condition actuelle d'un grand nombre d'intellectuels et créateurs tunisiens en situation professionnelle vulnérable. Il a estimé que " la Culture est un secteur important et qui devra avoir davantage d'importance dans le futur, afin d'en faire un secteur stratégique dans le pays".
Evoquant les interrogations des députés sur les aides du Fonds Relance Culture (FRC), Habib Ammar a expliqué que le nombre des demandes parvenues au FRC a dépassé les ressources disponibles qui étaient de l'ordre de 2,150 millions de dinars. " Plusieurs banques et groupements économiques ont contribué au financement de ce fonds, ce qui permettra de distribuer d'autres aides supplémentaires dans un futur proche ", a-t-il promis.
Le ministre rappelle que le FRC n'est pas l'unique mécanisme d'aide en faveur des professionnels du secteur. Créé avec le début du confinement en mars dernier, le FRC est dédié aux professionnels et institutions actives dans le secteur culturel et artistique.
Habib Ammar indique que dans le cadre du programme d'aides exceptionnelles, le nombre de bénéficiaires a atteint cette année les 2505. Il a encore rappelé les récentes mesures en faveur du secteur. Un budget de 6 millions de dinars a été décidé cette semaine au profit de ce programme qui était initialement doté de 1,6 million de dinars et a connu une évolution qui avoisine les 4,8 millions de dinars, selon le ministre.
Le soutien public au secteur ne devra pas se poursuivre dans sa formule actuelle, a encore dit le ministre, avec un pourcentage qui avoisine les 100 pc. Avec un budget limité réservé à la Culture, il n'est pas évident de pouvoir offrir un produit culturel de qualité qui répond aux attentes et exigences du public. Il appelle à trouver d'autres possibilités de financements selon une vision bien spécifique.
Le ministre de la culture par intérim est pour une refonte du secteur. " Le modèle traditionnel de la Culture en Tunisie, malgré ses avantages, connaît aujourd'hui, à son avis, certaines faiblesses qu'il est utile de discuter dans le cadre d'un dialogue national".
Il préconise " la mise en place d'une stratégie nationale et régionale dans laquelle sera désignée la définition de la Culture, la nature de la Culture souhaitée et notamment les moyens de son financement ".
Il est important d'"entamer une consultation nationale sur le secteur de la Culture et la promotion des activités culturelles ", a expliqué le ministre. Son diagnostic du secteur va vers la mise en place d'un nouveau pacte qui devra régir le partenariat public-privé. Car même si le budget actuel connaîtra une évolution, au double ou au triple, il ne sera pas en mesure de remédier aux lacunes dans le secteur.
Il a évoqué les maisons de culture délaissées, les sites historiques mal entretenus ce qui témoigne, en partie, du manque des moyens financiers.
Sa vision va vers un véritable partenariat public-privé dans le pays par la mise en application des lois qui régissent ce créneau.
La culture devra constituer un secteur à haute rentabilité économique et un vecteur de création d'emplois à travers la mise ne place de partenariats publics-privés dans des secteurs comme le patrimoine et la valorisation du tourisme culturel et l'exploitation des sites, selon les normes instaurées par le secteur public.
Un large patrimoine archéologique actuellement peu valorisé devra être bien exploité dans le cadre d'une vision stratégique pour une meilleure rentabilité au niveau de la création d'emplois et des recettes en devises.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.