Les ministères de l'Equipement et des Domaines de l'Etat veulent mieux coopérer    PAEZ: Parc d'activités économiques de Zarzis pour encourager à investir dans les TICs en Tunisie    Crise de l'huile subventionnée à Sfax, le directeur régional du commerce se prononce    Classement FIFA : La Tunisie perd deux places et se retrouve 27e    Tunisie Covid-19 : Vaccination complète pour 66% de la population âgée de 75 ans et plus    Tunisie: Le crabe bleu, de prédateur envahissant à source de revenus pour les pêcheurs tunisiens    La magistrature au service du politique : la tradition qui perdure    Tunisie : Faillite de 130 mille entreprises et 750 mille employés au chômage !    Ministère des Affaires Sociales: Versement des aides scolaires et universitaires très prochainement    Reportage photo Sfax, la capitale du Sud, une poubelle à ciel ouvert    Des avocats manifestent pour demander la libération de Seïf Eddine Makhlouf    Entretien téléphonique Najla Bouden-Abdelhamid Dbeibah    8ème Sfax Marathon International 2021, dimanche 7 Novembre    Les relations tuniso-libyennes: Cafouillage diplomatique    TRANSTU: Le métro léger n°4 roulera sur une seule voie du 22 au 28 octobre 2021    Foot Europe – Programme TV jeudi    UEFA Champions League : statistiques d'après J3    NBA : Les résultats des 11 matchs de la nuit de mercredi    Sommet virtuel de la FIFA le 20 décembre    ATB : Un PNB de 206,4 Millions de dinars à fin septembre    BH Assurance : Hausse du chiffre d'affaires de 17%    Attijari Leasing : Mises en force en hausse de 21%    Situation politique en Tunisie: Le Parlement européen tranchera aujourd'hui    Tunisie-Daily brief du 21 octobre 2021: Prise en charge sanitaire de deux députées    Sousse- Démolition de parasols et de cabanes appartenant à un hôtel [vidéo]    Abdellatif Mekki appelle les médias à ne plus utiliser le terme de "Député gelé"    Europa League (Poules / 3è J) : les matches de ce jeudi    Elyès Jouini : Le temps des quicks-wins est révolu, nous sommes désormais «dans le dur»    Samar Samoud : Nous ne devons pas crier victoire face à la situation pandémique !    La Tunisie s'est-elle fait avoir sur le dossier de la Libye ?    Djaili Amadou Amal lauréate de la sixième édition du prix Goncourt en tournée en Tunisie    Monde- Daily brief du 20 octobre 2021: Poutine décrète une semaine chômée payée pour freiner l'épidémie de Covid-19    Sénateur Bernie Sanders: Palestinians lives matter    Kaïs Saïed reçoit Najla Bouden    La scène artistique tunisienne perdre le scénographe et artiste pluridisciplinaire Kais Rostom    Donald Blome proposé ambassadeur auprès de la République Islamique du Pakistan    Zammour Trekking de retour pour une 4e édition du 4 au 8 novembre 2021 à Médenine    JCC- Des détenus produisent leur propre film court métrage    Barcelone vs Dynamo Kiev : Sur quelle chaîne regarder le match en direct et live streaming ?    Ministre des Affaires culturelles: La situation sociale des artistes est notre priorité    Kairouan: Le ministre du Tourisme appelle à renforcer davantage le tourisme religieux et spirituel    La légende de Carthage en superstar à la Fashion Fair de Stockholm    Tunisie – Allemagne : Niels Annen reçu par Othman Jerandi    Monde- Daily brief du 19 octobre 2021: Etats-Unis: Une femme victime d'un viol dans un train, aucun passager n'intervient    Cycle de films Villes Tunisiennes et découvertes du 19 au 28 octobre 2021 par la Cinémathèque Tunisienne    Mahdia Des tensions suite au naufrage d'un bateau transportant des clandestins    Moncef Marzouki confond Khaled Mechaal et Ismaïl Haniyeh!    Des hauts gradés de la marine d'Europe et d'Afrique en conclave à Tunis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'Etat profond se trouve bien au «Bureau» de l'ARP !
Publié dans Le Temps le 02 - 12 - 2020

p class="p1" style="text-align: justify; text-indent: 8.5px; font-variant-numeric: normal; font-variant-east-asian: normal; font-stretch: normal; font-size: 13px; line-height: normal; font-family: "Myriad Pro";"Le Temps - Raouf KHALSI p class="p2" style="text-align: justify; text-indent: 8.5px; font-variant-numeric: normal; font-variant-east-asian: normal; font-stretch: normal; font-size: 11px; line-height: normal; font-family: "Myriad Pro";"Bourguiba avait cru avoir construit une Nation avec des «poussières d'individus». La Nation a été bien construite, à son image bien sûr, mais les «poussières d'individus» n'ont jamais été réellement rassemblées. Voilà qu'en plus d'un demi-siècle d'indépendance, les certitudes du «Combattant suprême» sont mises à mal. C'est que les ferveurs induites par le Nouvel Etat de 1956, la prééminence de l'Etat et la force coercitive du Parti-Etat n'ont guère prêté l'oreille aux sourds grondements souterrains appelant à draper l'Etat-Nation des réquisits d'une démocratie redoutée comme la peste. Ben Ali aura été encore plus radical dans ce sens, non sans avoir essayé en 1988 d'insuffler un dialogue avec toutes les sensibilités politiques, y compris le Mouvement islamiste... Le pacte a tout bonnement échoué et l'Etat-Léviathan y a trouvé matière (et prétexte) à renforcer sa redoutable machine qui broyait tout sur son passage.
Or, en dix ans de «libération», d'affranchissement politique, voilà que ré-émergent ces «poussières d'individus» confinés dans leurs régions et ignorés par les dynamiques de la croissance. C'est spécifique aux Etats fortement centralisateurs. Toutes les revendications sont noyées dans l'œuf, et l'on réalise d'ailleurs que si les évènements de Redeyef en 2008 avaient bénéficié d'un traitement autre que la répression de la part de l'Etat, on n'en serait pas là à devoir tout consentir et tout accepter pour racheter la paix sociale.
«Le Bureau» et l'Etat profond
Coupable le gouvernement Méchichi d'avoir pris sur lui de concrétiser rétroactivement les accords d'El Kamour ? Pouvait-il d'ailleurs en faire autrement ! On l'a déjà souligné : c'est l'inévitable boite de pandore qui s'ouvre. Le danger, cependant, c'est que le gouvernement n'y perde sa dimension, son catalyseur unificateur et qu'il ne se retrouve à s'accommoder de petits arrangements partisans, ces arrangements contrastant avec son socle formellement édificateur: le gouvernement de technocrates.
Au vu des logomachies auxquelles nous assistons dans ces tumultueuses discussions du budget 2020, cette indépendance paraît aujourd'hui chimérique. Dissonances, accusations mutuelles de corruption ; personnages suspects et qui n'ont guère leur place dans celui qui est supposé être l'antre de la «seule démocratie dans le monde arabe» ; lignes qu'on transgresse allègrement et règlements de comptes qui n'ont rien de réellement idéologique, mais dangereusement motivés par la course vers le leadership.
Car, finalement, ce marathon budgétaire n'en est pas un. Qui a propulsé certains individus au sein de l'ARP ? Le peuple ! Même pas les foules. Mais, malheureusement des «poussières (éparses) d'individus» que Bourguiba avait cru fédérer autour de la Nation.
Où se trouve l'expression suprême de la Nation dans les véritables démocraties? Dans l'Assemblée du peuple et, en ce qui nous concerne, sur le plan sémantique, dans l'Assemblée des Représentants du Peuple. Une ARP où, justement, le peuple ne perçoit pas d'échos à ses doléances, à ses besoins existentiels. Une ARP dont «le Bureau» n'en finit pas de confectionner et de consolider cet «Etat profond», sans lequel Rached Ghannouchi ne tiendrait pas un seul jour. Les palabres, les interventions acérées, les réquisitoires, les accusations de corruption, tous en plénière, ne sont toujours que l'arbre qui cache la forêt. Ce n'est pas la plénière, faussement souveraine, qui décide : le laboratoire, la fabrique du consentement se trouvent plutôt au sein de ce mystérieux «Bureau» qui fonctionne au gré des intérêts du Cheikh suprême.
Le «Bureau» infléchit aussi les options des commissions. Voilà que, miraculeusement, un très controversé article 4 est adjoint à la loi de finances corrective 2020, su proposition «officielle» du gouvernement. Le pot aux roses est découvert : cet article porte sur certains accommodements d'ordre fiscal et, selon toute vraisemblance, il a été taillé sur mesure pour l'une des composantes constituant «le coussin» de Méchichi. Dangereux précédent. Prémisses d'un alignement sur les désidératas de la Troika de fait. Préfiguration d'un remaniement et d'un gouvernement partisan !
«La Tour de Babel»
Le Bloc démocrate déclare qu'il attaquera cet article concocté le nuit du vendredi et à la sauvette, pour inconstitutionnalité. Auprès de qui? Auprès de l'Instance provisoire de contrôle de la constitutionnalité de la loi. Or, le champ d'intervention de cette instance est trop réduit. Et, dès lors que personne ne veut d'une Cour constitutionnelle dans les règles, les mécanismes de recours contre certaines dispositions de la loi de finances ne sont pas suffisamment bien huilés. Que reste-t-il donc? Le seul outil est, dès lors, aux mains du Président. Il peut ne pas parapher la loi de finances complémentaire et la renvoyer pour nouveau examen à l'ARP. Le fera-t-il? Rien de moins sûr. Car, il avait bien invité Rached Ghannouchi et Hichem Méchichi à tout mettre en œuvre pour que la loi de finances soit adoptée, jugeant la situation socioéconomique très «périlleuse».
Des analystes tout à fait crédibles accréditent la thèse selon laquelle Kaïs Saïed se réserve pour le projet dont il s'est prévalu pour réaliser sa razzia électorale. Il n'a guère l'intention, pour le moment, de démanteler les institutions, pas plus qu'il ne s'aventurera à renvoyer le gouvernement pour un vote de confiance devant le Parlement, comme début d'un processus pour enfin dissoudre l'ARP et décréter de nouvelles élections. Car, par les temps qui courent, et au vu de sa popularité déclinante, il risque gros lui-même. Le Président se raidit encore davantage, s'isolant dans cette Tour de Babel à laquelle seul Noureddine Taboubi peut accéder, toujours dans la logique de ce dialogue national de plus en plus improbable. Kaïs Saïed a tout sèchement réagi qu'il ne dialoguera pas avec les corrompus, et il entend par là, non seulement les éléments du régime déchu, mais aussi tous ceux qui ont été épinglés par le rapport de la Cour des comptes. Ennahdha et Qalb Tounes en premiers. Pour lui, héraut du puritanisme, cela représente une banale question de principe. Mais, par ailleurs, ses principes à lui ne tiennent pas uniquement au formalisme de ce dialogue national, ou plutôt à ce dialogue social et économique auquel tient l'UGTT, car elle seule sait que la Nation avec toutes ses composantes, est assise sur une poudrière.
En fait, le Président a choisi la distanciation. Il a choisi de se placer au-dessus des institutions. Parce que, lorsque Nadia Akacha déclare à l'ARP que l'institution de la Présidence n'est pas soumise au contrôle du Parlement, tout en sachant que l'article 88 de la constitution peut lui jouer de sales tours, on en conclut logiquement que Kaïs Saïed a choisi « son » peuple, et pas ce peuple ayant élu les députés. Ceux-ci valent ce qu'ils valent. Ils nous présentent une parodie de démocratie. Sauf que Kaïs Saïed réinvente «ses poussières d'individus» à lui.
p class="p2" style="text-align: justify; text-indent: 8.5px; font-variant-numeric: normal; font-variant-east-asian: normal; font-stretch: normal; font-size: 11px; line-height: normal; font-family: "Myriad Pro";"


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.