Gabès | Covid-19 : Fermeture temporaire des délégations de Métouia et Oudhref    Augmentation des prix des carburants    Tunisie : La dernière des dernières de chez Tunisair... Inouï    Affaire de la BFT | Une séance d'audition du ministre de Domaines de l'Etat à huis clos à l'ARP    Hichem Mechichi remet les clés de logements de fonction à douze agents de la sécurité intérieure    Jeep lève le voile sur le nouveau Compass    Vol de bagages à l'aéroport Tunis-Carthage : Vingt ans de prison pour cinq accusés    Néji MHIRI : La saga d'un homme hors du commun    Décès de Amor Latiri    Le PNUD TUNISIE et Attijari bank organisent le Hackathon Tekصح vers une santé plus connectée en Tunisie    Espace | Vol d'un hélicoptère sur Mars    Tunisie: Hanen Ftouhi renonce à sa nomination à la tête de Shems Fm    Tunisie-Censure médiatique: L'Ordre des médecins se place du côté de la liberté d'expression    Mood Talent organise sa 36e édition à Dar El Marsa du 23 au 25 avril    Commerce extérieur : aggravation du déficit commercial au premier trimestre    Tunisie: kais Saied présente ses condoléances à son homologue égyptien    "Covid'Art Espoir" s'engage pour CoviDar    Ooredoo lance une édition limitée de 4G Boxes aux couleurs de PSG    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 19 Avril 2021 à 11H00    Un aperçu de quelques produits Huawei de la nouvelle stratégie 1+8+N    Tunisie: Kais Saied, commandant suprême des forces armées "militaires et sécuritaires": La foire aux arguments    Tunisie – Coronavirus: Nouvelles mesures du 18 au 30 avril, que risque-t-on en cas d'infraction?    Tunisie-Neji Jmal: Kais Saied nous pousse vers l'inconnu [Vidéo]    Dans sa lettre de l'autre rive à Hannah Arendt : Le J'accuse de Sophie Bessis    Tunisie : Le mois du patrimoine en ligne du 18 avril au 18 mai    Réunion de la commission scientifique ce lundi 19 avril 2021    Classement WTA : Ons Jabeur grimpe à la 25ème place, historique !    Tunisie [Vidéos]: Poursuite de la grève ouverte du personnel de l'ATTT à Sfax    Tunisie – météo : Légère hausse des températures avec quelques pluies    Les indiscrétions d'Elyssa    Tunisie [Vidéo]: Distribution de couffins du Ramadan à Sfax par l'Association de la continuité des générations    Handball | Nationale A – 1ère journée play-off : Le CA piège l'ESS    Volleyball | Championnat d'Afrique des clubs – 1er tour : A la portée de l'EST et du COK    One Tech Holding propose la distribution de 0,250 dinar par action    Première sportive tunisienne et africaine à être sacrée dans le JIU-JITSU brésilien : Hajer Jelili, une championne-née    Le président de la République présente ses condoléances à son homologue égyptien suite à un accident du train    Des mesures contre les contrevenants qui ne se conforment pas à la décision d'interdiction de la circulation des véhicules    Qui y a-t-il derrière les catastrophes en Egypte et à qui profitent-elles ?    Tunisie-Ligue 1 (J19 - matchs en retard): le programme de ce dimanche    Foot-Europe: le programme du jour    Mes odyssées en Méditerranée: Cachez-moi ces images que je ne saurais voir…    «Le Cadeau» de Farah Nabulsi: Court simple et très émouvant    Exposition «States of Exception», du 25 Mars au 2 Mai, à la station d'art B7L9 (Bhar Lazreg): Les œuvres de Thameur Mejri annonciatrices d'une nouvelle ère    Par Henda Haouala – La série TV « Ken ya Makenech » : délicieuse, grave et soignée    La prochaine mission habitée vers la Lune se fera dans un vaisseau de chez SpaceX    La Russie interdit l'entrée sur son territoire de responsables de l'administration Biden    Sfax | 3 migrants clandestins secourus et 21 corps repêchés    Tunisie: Vers l'inscription de deux sites Tunisiens dans le patrimoine mondial de l'Unesco    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une évolution handicapée par une absence de diffusion et de distribution (2/2)
Publié dans Le Temps le 09 - 12 - 2020

L'édition en Tunisie est un véritable casse-tête, et ce, pour différentes raisons. Malgré une certaine évolution depuis la révolution de 2011, l'édition est handicapée par une absence de diffusion et de distribution.
Si l'on regarde l'évolution des éditeurs et maisons d'édition par catégorie de lecteurs, l'on remarque qu'au niveau des livres pour enfants, il y a encore des hésitations. Il faut comprendre qu'en Tunisie il n'y a pas vraiment de politique pour inciter les enfants à lire, même s'il existe un budget de 130 mille dinars tunisiens pour un programme national d'incitation à la lecture (enfants et adultes).
Les éditeurs et maisons d'édition de livres pour enfants étaient au nombre de 10 en 2011 et de 17 en 2019 (11 en 2012, 14 en 2013 et 2014, 15 en 2015, 16 en 2016 et 2017, et 17 en 2018).
Du côté des livres pour adultes, le nombre d'éditeurs et de maisons d'édition est passé de 133 en 2011 à 251 en 2019, avec un pic de +37 en 2012, atteignant le nombre de 170 (196 en 2013, 217 en 2014, 222 en 2015, 227 en 2016, 236 en 2017, et 246 en 2018).
L'évolution de l'édition en Tunisie est handicapée par différents problèmes, notamment le coût de l'impression ; l'imprimeur reçoit un gain moyen de 25 % sur un livre papier, soit 5 % de plus que l'éditeur (20 %). Selon l'aperçu sur l'état de l'édition réalisé, en novembre 2019, par KA' Editions & Conseils, «l'impression est élevée étant donné la quantité imprimée par titre et le coût du papier + encre (importation)», ajoutant que «l'absence d'un vrai diffuseur agit directement sur les ventes». Rappelons que «le diffuseur est chargé de la promotion du livre. Il organise des campagnes promotionnelles, s'assure de la mise en place du livre dans les différents points de vente. Il a un rôle logistique. Il gère les stocks de livres pour le compte de l'éditeur (...)».
Quand nous avons parlé à Hafedh Boujmil, éditeur depuis une quarantaine d'années et ayant fondé Nirvana Editions en 2000, de distribution, il nous a déclaré : «Quelle distribution ? Il n'y a ni distribution, ni diffusion (en Tunisie) !». Et de nous en expliquer les raisons : «Le premier problème c'est l'absence de structures pour les éditeurs. L'Union des éditeurs et la Fédération tunisienne des éditeurs ne jouent aucun rôle pour aider leurs adhérents à se placer sur le marché. Il n'y a aucune structure de distribution et chaque éditeur fait ce qu'il peut tout seul. Le seul espace c'est Facebook et chacun travaille tout seul. Le ministère se contente d'assumer les tâches habituelles : achat de livres et subvention papier et c'est tout ! Je n'ai jamais vu un spot encourageant à la lecture !».
Quelles solutions ?
KA' Editions et Conseils a fait allusion à ce problème de structure en préconisant la création d'une structure nationale à vocation internationale de diffusion et distribution.
D'autres solutions ont été, seulement, pensées -et il faudra du temps pour les mettre en pratique- pour pallier ces problèmes de diffusion et distribution, comme la nécessité d'aider les éditeurs tunisiens à exporter et à diffuser le livre de manière régulière ou à travers des expositions internationales, ou encore comme la création d'un système national de circuits de distribution et l'activation des mécanismes pour aider les éditeurs tunisiens à la distribution par la création d'institutions de distribution.
Certains préconisent qu'il faut pousser les éditeurs à s'autofinancer. Dans son étude intitulée «L'édition en Tunisie 2006-2016» (publié aux éditions Atlas en 2017), Moncef Ben Ayed parle d'un enracinement de la mentalité de «l'assisté» chez les éditeurs ; mentalité provoquée par «la politique d'encouragement au livre» créée sous le régime Ben Ali, qui a fait en sorte que tous les secteurs de la Culture ne pouvaient subsister que grâce à l'appui de l'Etat. Pour l'auteur, «l'esprit des acquisitions a instauré un marché artificiel du livre en Tunisie où les achats officiels représentent une partie importante du chiffre d'affaires de tous les éditeurs et enraciné de la sorte chez les éditeurs la mentalité de ''l'assisté'' et ont limité auprès de ces derniers tout esprit d'initiative et de prise de risque». Rappelons que l'acquisition de livres tunisiens par la Direction générale du livre est de 2 millions 600 mille dinars tunisiens...
Selon d'autres personnes officiant dans le domaine du livre, l'évolution de l'édition est freinée par une absence de volonté et de reconnaissance réelle concernant l'engagement du statut de l'éditeur, d'où l'utilité de faire des amendements nécessaires sur les textes législatifs et réglementaires du secteur du livre et de l'édition en Tunisie.
Z.H


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.