Le directeur exécutif d'Echaâb Yourid crée la confusion, le Palais de Carthage rectifie    Coupe de la CAF : trio arbitral égyptien pour Etoile du Sahel-Jaraaf Dakar    Tunisie-Variant britannique: Le nombre de contaminations s'élève à 5    La justice Française a refusé d'expulser Belhassen Trabelsi à cause de Sihem Ben Sedrine, selon Jeune Afrique    En Vidéo: Advans sensibilise ses micro-entrepreneurs à l'utilisation les canaux digitaux    Le porteur du variant britannique du Coronavirus a été contaminé en...    Transition de l'économie digitale | Digitalisation des entreprises – régions intérieures : encore un effort...    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 03 Mars 2021 à 11H00    Transition de l'économie digitale | Menace et opportunité    Ils ont dit    Tunisie: La Haica suspend pour une semaine l'émission d'Amine Gara    Ons Jabeur – Karolina Pliskova : sur quelle chaîne voir le match ?    beIN SPORTS, tout savoir sur les nouvelles formules    MEMOIRE : Abdelhafidh SADDAM    Impact de la dégradation de la note souveraine sur les IDE, le financement, les banques et les entreprises    Gammoudi : Une plainte a été déposée dans le cadre de la falsification de l'IVD du rapport sur la BFT    La grève de deux jours s'est transformée en sit-in ouvert : Les jeunes médecins engagent un bras de fer avec le gouvernement    Exposition 3en1 "Hommage aux légendes" de Zenjebil au Café Culturel Liber'Thé    Tunisie: Le FMI réitère l'appel à établir un programme de réforme économique globale    La BAD veut ériger l'industrie pharmaceutique tunisienne en pôle régional dans ce domaine    Allemagne : Schalke nomme son cinquième entraîneur cette saison    La défense de Nabil Karoui demande un report d'audience    Ouverture de l'inscription pour les entreprises impactées par la Covid-19    Judo | En prévision des J.O. de Tokyo : Nihel Cheikhrouhou au Grand Slam de Tachkent    JSK : Faux pas interdit    CAN U20 | La Tunisie éliminée par l'Ouganda : La déroute… !    Pendant que les politiciens se déchirent, les obscurantistes sévissent dans les écoles !    Tunisie-Oussama Khlifi : L'équipe gouvernementale n'était pas homogène    Coronavirus : 25 décès et 562 nouvelles contaminations enregistrés le 1er mars 2021    Météo | Températures en légère baisse    Tunisie [Vidéo]: Sit-in ouvert de la présidente de Comité de propreté au bureau du maire à Sfax    Un décret gouvernemental inédit pour le cas Olfa Hamdi    Mustapha Kamel Nabli: Feuille de route pour un dialogue national réussi    Et la fin de la vie sur Terre c'est pour quand ?    Les manifestations anti-junte en Birmanie    Plus de 400 parlementaires européens appellent à la mobilisation    Menace d'une famine à grande échelle au Yémen    «Dialogue des cordes» pour un Orient et un Occident tout en communion    Appel à la tolérance et à la solidarité    On tourne «le» page    Booker international du roman arabe 2021 : les tunisiens Amira Ghenim et Habib Selmi demi-finalistes    Concert Mozart par les musiciens et les choristes du Carthage Symphony Orchestra le 13 mars    Les nouvelles dates du festival Gabès Cinéma Fen 2021    Contrepoint | Inégalités...    Sadok Jabnoun compare le scandale des vaccins au Watergate    Ephéméride : Le 1er mars 1924, Mohamed Daghbaji lança la révolte contre l'occupation française    Le jeune YouTubeur Fekrinho retrouvé mort à Oran    Officiel en Algérie : Le parlement sera dissous aujourd'hui    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Faut-il en rire ou en pleurer ?
Publié dans Le Temps le 17 - 01 - 2021

J'ai cherché à me donner de l'espoir, en croyant que les politiciens vont se regarder dans un miroir, afin de constater l'ampleur des dégâts qu'ils sont en train de commettre. Mais, Halima est revenue à ses vieilles habitudes (Proverbe arabe : Aâdet Halima ila aâdatiha al quadima), et voilà qu'on est en train de tourner en rond, sans chercher ni à avancer, ni à reculer, afin de faire le bilan des actions destructrices, contre la patrie.
Faut-il en rire ou en pleurer ? Ces politiciens nous prennent, vraiment, pour des imbéciles –et, peut-être que nous le sommes,puisque nous les avons élus, pour occuper un fauteuil à l'Assemblée des représentants du peuple (ARP) et ailleurs. Mais, la patience a des limites, et il faut dire les choses comme elles le sont, réellement, parce qu'on ne peut plus cacher de la lumière du soleil, avec un tamis. Et la patience a des limites. Depuis le 14 janvier 2011, le peuple tunisien a été leurré, croyant que ceux qu'il a choisis vont mettre le pays sur la bonne voie. Malheureusement, la déception est, toujours, au rendez-vous. Les régions, les corporations, les pères de familles, les femmes et les jeunes ne savent plus à quel saint se vouer, pour sortir de la situation critique dans laquelle ils sont tombés.Pouvoir d'achat qui s'effrite, chômage, absence de développement Les gens ont cru en ces « islamistes » qui devaient, en principe, être droits et honnêtes... et, regarder ce qu'ils ont fait du pays, ce qui les a conduits à une perte de crédibilité, au point que leur chef, Rached Ghannouchi a fait plus de 70% de mécontents en dix ans. Les jeunes ont cru en Kaïs Saïed en le plébiscitant, mais plus de 14 mois après, il continue à tourner en rond, sans aucune véritable initiative, pour sauver le pays. Il se confine au palais de Carthage, en proférant des menaces et en faisant des sous-entendus, en arabe littéraire, alors qu'il sait que le nombre des analphabètes ne cesse d'augmenter, dans le pays, à tel point qu'il est en recul continu,dans les sondages, faisant autant de mécontent d'Ennahdha. On a parlé de reddition de comptes et de réconciliation nationale, mais, à l'arrivée, nous sommes arrivés à avoir un peuple divisé, agressif où la violence règne, dans tous les domaines. Faut-il en rire ou en pleurer de ce destin malheureux de ce pays où il faisait bon vivre, il n'y a pas longtemps, même sous la dictature, et où les citoyens trouvaient leurs comptes et pouvaient nourrir leurs familles. Dieu est témoin de ce qu'on a fait, pour ce beau pays, et les méfaits seront payés, tôt ou tard.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.