Le marché boursier clôture la séance de mardi dans le vert    Ligue 1 : L'AS Soliman et l'US Ben Guerdane se quittent bons amis    Signature d'une Convention BH Bank-CNRPS : Plus de 15 mille tunisiens à l'étranger régleront en ligne leurs cotisations    Ni majeurs ni vaccinés    Les manifestations anti-junte en Birmanie    Plus de 400 parlementaires européens appellent à la mobilisation    6,23%    Menace d'une famine à grande échelle au Yémen    Les vaccins de la discorde...    «Dialogue des cordes» pour un Orient et un Occident tout en communion    Appel à la tolérance et à la solidarité    On tourne «le» page    Lancement d'un e-service de déclaration des investissements agricoles    Le docteur Abdelhafidh Sellami tire sa révérence    L'Organisation tunisienne des jeunes médecins entame un sit-in au ministère de la Santé    Booker international du roman arabe 2021 : les tunisiens Amira Ghenim et Habib Selmi demi-finalistes    Les changements climatiques au mois de Mars 2021    Covid-19 | 164 cas confirmés d'infection en milieu scolaire du 23 au 28 février 2021    Tunisie – Coronavirus : Suspicion d'apparition d'une nouvelle souche à Kasserine    Abir Moussi à Béja cette semaine    Les cinq piliers de la BERD en faveur des entreprises tunisiennes pour exporter    Tunisie: La tomate séchée, un produit traditionnel remis au goût du jour (Album photos)    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 02 MARS 2021 à 11H00    Belgacem Tayaa, de nouveau administrateur délégué de Tunisair    Nouvelles révélations choquantes autour de la réception des vaccins    Yassine Ayari : Kais Saied n'est pas un Dieu    Concert Mozart par les musiciens et les choristes du Carthage Symphony Orchestra le 13 mars    OMS : Il est prématuré et irréaliste de penser vaincre le Covid-19 d'ici la fin de l'année    Ooredoo Tunisie lance le bouquet OSN Streaming App    Audition des membres du gouvernement : Sur fond d'instabilité généralisée    CONDOLEANCES    Les nouvelles dates du festival Gabès Cinéma Fen 2021    Championnat d'Espagne (25e journée) : Résultats complets    Contrepoint | Inégalités...    Ligue 2 | 5e journée ­- Groupes 3 et 4 : L'ES Djerba, solide leader    News | Adel Chedli rejoint Willy Sagnol    Une nouvelle approche de la recherche scientifique en Tunisie : les recherches terrain    Mini-foot | Super league Elite ( 6e journée ) : Arriadh toujours imbattable    Ligue 1 : programme de la 15e journée et les arbitres    Tunisie-FTH: Les professionnels du tourisme demandent au gouvernement de mettre fin à la politique de deux poids deux mesures    Tunisie [Audio]: Un député d'Ennahdha dément que Rached Ghannouchi ait reçu un vaccin du coronavirus    Météo | Pluies éparses dans quelques regions et températures stables    Les dirigeants ont oublié qu'ils ont des comptes à rendre    Sadok Jabnoun compare le scandale des vaccins au Watergate    Ephéméride : Le 1er mars 1924, Mohamed Daghbaji lança la révolte contre l'occupation française    Le jeune YouTubeur Fekrinho retrouvé mort à Oran    Officiel en Algérie : Le parlement sera dissous aujourd'hui    Aucun site classé patrimoine mondial depuis 1997, Habib Ben Younes tire la sonnette d'alarme    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Confinement politique, répressions policières et « matraquage » médiatique!
Publié dans Le Temps le 20 - 01 - 2021

Depuis 2011, le mois de janvier a toujours été un mois chaud, très chaud : mouvements sociaux, concerts de protestations, manifestations de rue, contestations parfois violentes, soulèvements dans les quartiers populaires et dans les régions « intérieures », ayant principalement pour enjeu, chaque année, d'exprimer le ras-le-bol général de la population, de manifester contre l'échec du « système » et contre les déboires du régime politique en place, et de rappeler les promesses non tenues de la Révolution. Comme « simple » réaction, les pouvoirs publics ont toujours eu recours à la violence policière et à la propagande médiatique, en vue d'étouffer, à chaque fois, l'insurrection dans l'œuf...
Depuis quelques jours, la grogne populaire s'est développée au rythme d'une série de manifestations nocturnes qui ont déferlé aux quatre coins du pays, en plein milieu d'un mini-confinement de quatre jours doublé d'un couvre-feu à partir de 16h, décrété pile au poil au moment où les Tunisiennes et les Tunisiens s'apprêtaient à « célébrer » le 14 janvier. Un mini-confinement qui a été improvisé, ex abrupto, et dont on ne sait vraiment s'il a été mis en place pour protéger réellement le peuple du coronavirus ou plutôt pour protéger le Régime actuel de la colère du peuple.
Propagande médiatique
Durant la nuit et en dépit du couvre-feu imposé à partir de 16h, bon nombre de régions et de quartiers tout au long de ces quatre jours. Après une accalmie de quelques heures dimanche, les affrontements entre manifestants et forces de l'ordre ont repris lundi, dans les quatre coins du pays, notamment à Ettadhamen, Sidi Hassine, la Manouba, la cité Ezzouhour de Kasserine, Menzel Bourguiba, Bizerte, Nabeul, Béja, Siliana, Sousse, Monastir, Mahdia, Kébili, Kairouan et Kasserine.
«Actes de vandalisme », « brigandages », « barbarie », « troubles gratuits », « saccages et atteinte aux biens d'autrui », etcetera, etcetera : voilà comment les autorités et les politiques s'évertuent à présenter les choses. Version officielle présentée par le ministère de l'intérieur et défendue à cor et à cri par les politiciens et les dirigeants : « La Tunisie vit depuis des jours sur le rythme d'émeutes nocturnes dont les motifs restent inconnus ».
Dans une déclaration accordée, dimanche, à la Watania 1, le porte-parole de la direction générale de la sécurité nationale, Walid Hakima, a donné effectivement le « la » pour le coup d'envoi de toute une campagne de décrédibilisassions des manifestants et de « propagande anti-émeute ». « Ce ne sont pas des protestations ou de manifestations. Il s'agit d'une atteinte aux biens d'autrui », d'après le responsable, qui a déploré, par la même occasion, la blessure de 10 policiers et le saccage d'un bon nombre d'espaces publics et privés, annonçant l'arrestation de 247 personnes lors des émeutes et des troubles nocturnes enregistrées dans plusieurs régions de la République. « Ceux qui ont des revendications peuvent sortir le matin et sont les bienvenus dans la Rue », conclut-il.
Traitement sécuritaire
Bien entendu, bon nombre de manifestants ont été accueilli « chaleureusement », par les forces de l'ordre, pas plus tard que le lendemain, et ce, même en plein centre-ville de Tunis. Comme dans les régions, matraques, gaz lacrymogène, vague d'arrestations et divers abus ont été signalés lundi matin à Bab Souika. Sur le terrain, bon nombre d'activistes, syndicalistes, avocats et acteurs de la société civile, et à leurs têtes la LTDH (Ligue tunisienne des droits de l'homme), ont dénoncé de multiples abus et une grande vague d'arrestations de manifestants, dont les chiffres dépassent largement celui annoncé par le ministère de l'intérieur.
Dans un communiqué publié lundi, le FTDES (Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux), a rappelé, à son tour, les aspirations des jeunes manifestants pour un changement réel et pour la rupture avec les politiques économiques et sociales qui ont échouées. Le forum a renouvelé son soutien aux manifestations sociales, appelant les manifestants à respecter la propriété publique et privée. Le FTDES a blâmé, par ailleurs, blâmant par la même occasion, les élites politiques qui ont toléré la corruption, et a fustigé « le silence suspect » du gouvernement qui s'est contenté du traitement sécuritaire de ces manifestations, confirmant ainsi sa faiblesse dans la gestion de crise et l'absence de toute vision sociale, économique et politique, pour un véritable changement conforme aux aspirations populaires.
S.B.Y.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.