Les Tunisiens résidents à l'étranger pourront bientôt payer leurs cotisations sociales en ligne    CONECT International condamne la grève douanière    Les professionnels de la santé ne donnent le bon exemple pour la campagne de vaccination (Ministère)    Covid-19 | Sousse : 70 nouveaux cas de contamination    Fermeture du Tunnel de l'avenue Yasser Arafat vendredi jusqu'à 20h00    Enfin le dégel entre le Président et son chef du Gouvernement ?    Mekki : Bientôt 109 signataires pour la motion de censure contre Ghannouchi    Rafik Abdessalem : Nous allons accomplir notre succès économique dans les années à venir    CONDOLEANCES    La semaine des zones humides à Tunis : Un enjeu de taille    Ils ont dit    Rached Ghannouchi remet le projet de Sabkha Séjoumi sur la table    Mort d'avoir bu... trop d'eau?    Gouvernorat de Médenine : Le pôle industriel sera une locomotive de l'investissement    Campagne « Parce que je suis un homme »: « La masculinité est une qualité, elle se mérite grâce au respect des femmes »    Habib Ellouz réapparait pour fédérer les troupes d'Ennahdha    Zarzis | Agence de Protection et d'Aménagement du Littoral (APAL) : Pourquoi ignorer les plages les plus fréquentées ?    La nouvelle souche britannique circule près de la Tunisie    Deux clusters découverts    La poésie en questions : A propos des faux-monnayeurs ?    News | Et de huit pour Sliti    Tunisie Telecom réalise la meilleure performance sur l'Internet mobile en 2020    Inauguration de la plateforme Hannibal pour contrôler les flux physiques des devises    Le Conseil des Chambres mixtes réitère son appel à lancer un plan de relance des investissements    La Chine fera don de 100 mille doses de vaccin à la Tunisie    Ligue Europa: les qualifiés pour les huitièmes de finale    Et si la dégradation nous réconciliait ?    Boxe | 72e Tournoi de Sofia : Khouloud Halimi lésée par les juges    L'Art Rue présente «Métamorphose #1» de Essia Jaïbi : Interroger les perceptions    Art contemporain : Une boîte ouvre sur l'autre    A Nabeul, les cafés et restaurants peuvent servir à table    La FTF va tester l'utilisation du VAR dans les compétitions tunisiennes    Habib Ammar préside une rencontre sur le suivi des projets culturels bilatéraux Tunisie-UE    Top 5 des personnes les plus riches au monde    5 célébrités vivent une aventure inédite avec l'OPPO Reno5    13 morts dans deux attaques Forces démocratiques alliées    Le chef de la mission de l'UE fait un bilan d'étape    Des familles fuient les camps de déplacés à Marib    Imposture intellectuelle dites-vous ?    Luthistes à vos marques !    Si proches, si loin    Pourquoi Saied continue à tourner le dos à l'Afrique?    En vidéo: In Style With Rym, la nouvelle émission présentée par Rym Saidi    Ligue 2 (5e journée) : Désignation des arbitres    Tunisie – Météo : Brume matinale et légère hausse des températures    Hennessy devient le premier partenaire de spiritieux mondial de la NBA    12 pays aux manoeuvres militaires «African Lion» qui auront lieu en Tunisie en juin prochain    La Tunisie abrite l'exercice militaire multinational "African Lion", en juin 2021    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le musée national du Bardo : Cinq ans après le terrible attentat du 18 mars 2015
Publié dans Le Temps le 21 - 01 - 2021

Le musée du Bardo est le plus ancien et le plus important des musées tunisiens. Il abrite de riches collections archéologiques retraçant l'histoire multiculturelle de la Tunisie à travers les époques phénicienne, numide, romaine, chrétienne ou encore arabo-islamique. Son exceptionnelle collection de mosaïques complète le tableau pour en faire l'un des principaux musées du bassin méditerranéen.
Le musée du Bardo, cinq ans après le terrible attentat du 18 mars 2015 et un an après le début de la pandémie du Covid-19 : état des lieux, défis et perspectives avec Fatma Nait Yghil directrice de ce haut lieu de la civilisation et de la culture.
Le Temps-La pandémie a changé la donne en profondeur, y compris pour le musée du Bardo. Comment gérez-vous le manque à gagner, en termes de visites sur le terrain, depuis la crise?
Fatma Naït Yghil : la pandémie a touché tous les musées du monde, tous les musées sont déficitaires. Cependant nous avons continué à travailler avec le petit nombre de visiteurs étrangers et surtout tunisiens depuis le 4 juin 2020, date de l'ouverture après le confinement. Sinon nous avons eu recours à la nouvelle technologie numérique pour promouvoir le musée, avec différentes visites virtuelles comme l'application « Bardo Up », sur Smartphone et tablettes, qui est une application de la réalité augmentée. Cependant face à cette situation, le plus important à mon sens, en tant qu'archéologue et conservateur est d'en profiter pour faire les travaux d'aménagements et de restauration de la nouvelle cinégraphie de muséographie à plusieurs départements d'expositions et plusieurs objets archéologiques comme celui du département des trésors, sur lequel je suis en train de travailler. Nous avons plusieurs chantiers que nous ne pouvions pas réaliser en temps ordinaire avec une grande masse de visiteurs...
-Il y eu, aussi, le terrible attentat du 18 mars 2015, qui a dû inverser considérablement la courbe des fréquentations, notamment pour les visiteurs étrangers. Est-ce que vous pensez qu'il y a eu résilience? Au moins, deux ans après les faits, comparé à aujourd'hui où la situation est sans doute la même, pour les musées du monde entier?
- Oui il ya eu une résilience, aussi bien pour le personnel : premier concerné, que par les visiteurs, sur lesquels l'attentat a eu un effet contraire, donc le revers de la médaille est que cet horrible acte a promu le musée national du Bardo, et lui a donné malgré tout, une « notoriété » et une célébrité nouvelle, puisqu'il y a eu des catégories de visiteurs, et là je parle aussi des tunisiens, qui ont visité le musée pour la première fois après l'attentat, par curiosité de voir l'impact matériel de l'attentat, sur le musée et les objets archéologiques et de découvrir le circuit des terroristes. Nous avons eu énormément d'actions de solidarité et le fameux slogan « Je suis Bardo » de la part de la société civile, des intellectuels, des chercheurs, et des scientifiques du monde entier. D'où le choix du nom du célèbre grand ouvrage « Je suis Bardo », qui a été édité un an après en 2016, en hommage à ces innocentes victimes. Un ouvrage collectif réalisé par d'éminents archéologues et historiens tunisiens et étrangers. Et il a été édité par le soin de l'Institut national du patrimoine (INP) et de l'Agence de mise en valeur du patrimoine et du promotion culturelles (Avppc).
Mais la situation reste aujourd'hui plus chaotique, par les dégâts du Corona virus que celle de l'attentat, parce que nous n'avons fermé les portes du musée qu'au cours de cette pandémie.
- Le musée du Bardo est réputé dans le monde entier, notamment pour sa collection de mosaïques, uniques en son genre. Est-ce que, lors de visites virtuelles, et l'installation d'un circuit numérique, permettant de découvrir les trésors dont regorge le musée, l'accent a été mis sur elles, afin de capter, d'emblée, l'attention des visiteurs potentiels ?
- Oui effectivement, nous mettons l'accent sur les mosaïques mais également, sur l'extrême beauté de l'architecture du 19ème siècle, du monument en lui-même. Le musée aujourd'hui occupe tout l'espace du palais beylical qui était la résidence privée du Bey. Le bâtiment est classé monument historique par décret. Il reflète un décor regroupant différentes influences des grandes civilisations méditerranéennes de l'époque : Andalou-mauresque, Ottoman avec une influence italienne bien mise en évidence. On met en valeur également, les plafonds en bois, sa célèbre coupole en bois sculpté et peint etc.. Sans oublier la célèbre salle de Carthage, où il ya à la fois cette beauté architecturale de ce grand patio, les statuts, les portraits en marbre et les mosaïques. A cela s'ajoute d'autres types d'objets comme la céramique : le bronze, les monnaies, les bijoux, pour montrer la richesse de la collection du musée national du Bardo.
Et Aujourd'hui il est classé parmi les 10 plus beaux musées du monde.
- Quel catalogue, proposez-vous aujourd'hui, lorsque vous établissez des partenariats avec d'autres musées dans le monde, à l'instar du Louvre, avec lequel le Bardo cultive une forme de partenariat culturel, très riche en termes d'échanges et d'expertises.
- Tout dépend du thème sur lequel on va travailler. Le musée est très riche ; il y a même un département d'archéologie sous- marine, du trésor de Mahdia. Il y'a la céramique, le bronze etc. Après, ça dépend du partenaire, de ce qu'il veut, et le partenariat se fait après échange des thèmes et des objets à choisir.
Aujourd'hui, il s'agit de deux projets de partenariat, concernant la collection de la sculpture romaine. Le premier toujours en cours de réalisation avec le Musée du Louvre pour la restauration et la formation des jeunes tunisiens dans ce domaine et le deuxième en partenariat avec l'université de Paris IV la Sorbonne, pour l'étude raisonnée et l'inventaire des sculptures de Bardo.
- De par votre formation académique, lorsque vous ont été confiées les rênes de ce musée, qu'est ce qui vous a tout de suite, tenu à cœur, et que vous avez tenté de réaliser ces dernières années, pour que ce soit votre apport propre, à ce lieu emblématique, du patrimoine et de la culture du pays ? Avez-vous des défis que vous vous êtes fixés, et dont l'échéance aurait été retardée par les contraintes de la pandémie?
- Mon défi, fut tout de suite de donner au musée, plus de visibilité à l'échelle internationale et de lui donner une image positive à travers les riches activités culturelles, les expositions temporaires, les événements, à l'instar des nuits ramadanesques, réservés exclusivement aux chanteurs tunisiens, avec une prédilection pour le Tarab et Malouf, qui vont avec l'ambiance du mois saint, et avec l'espace où se tient cet événement. Un défi qui était bien réussi, au niveau également des activités culturelles : d'où une exposition temporaire numérique d'animation 3D avec l'Italie et avec l'Institut culturel, Italien qui devait être la première en Tunisie.
J'ai développée la diplomatie culturelle, l'introduction de l'industrie numérique du Bardo par le Biais de l'application « Bardo Up », un service rendu aux malvoyants avec les textes braille, un projet dans le cadre « Musée pour tous ».
- Si vous deviez choisir un objet, un seul, du musée (mosaïque, sculpture ou autres) dont la fascination s'exerce toujours sur vous, comme au premier jour : ce serait lequel ?
- Pour moi la magnifique mosaïque, dite du Triomphe de Neptune de Sousse, qui est exposée verticalement dans le hall du musée de Sousse, est devenu symbolique, pour moi. Je la définie comme le triomphe de la culture sur l'obscurantisme.
Et mon défi c'est que le musée devienne un lieu foisonnant d'activités culturelles, en plus de la muséographie. Un lieu de patrimoine vivant...
Propos recueillis par L.C


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.