Les Mélanges d'Histoire ancienne du Professeur Ammar Mahjoubi    Rafik Abdessalem : « Kais Saied ne distingue pas entre ses émotions et la gestion des affaires de l'Etat »    Bilan Covid-19 : 71 décès et 2228 nouveaux cas en 24h    Affaire Sidi Hassine-Sijoumi : Manifestation à l'avenue Habib Bourguiba    Tunisie – Le tribunal administratif rejette les recours déposés par le magistrat Taïeb Rached    Le chef de la diplomatie britannique répond sèchement à Macron ...    Equipe nationale : 4 joueurs quittent le stage avant d'affronter le Mali    En images Affrontements entre les manifestants et la police à l'avenue Bourguiba    CTN : Avis aux passagers à destination de Marseille    Pèlerinage à la Mecque : 60.000 résidents vaccinés autorisés    Euro 2020 : Christian Eriksen victime d'un grave malaise en plein match    Coupe de Tunisie : les deux demi-finales auront lieu le 20 juin    Handball – championnat national : Programme de la 10ème journée play-off    Seuls 20,4% des personnes qui doivent être vaccinées sont enregistrées sur Evax    Habib Ammar: « La Tunisie est une destination touristique Covid-safe »    Journée de la Russie - Sergey Nikolaev salue le succès de la coopération russo-tunisienne    Ali Kooli évoque une éventuelle suppression de licences d'alcool    Echâab dénonce une tentative d'assassinat contre Badreddine Gammoudi et Ali Ben Aoun    L'Assemblée prévoit plusieurs plénières au cours de la semaine du 14 juin 2021    Tunisie-Béja: Agression du personnel de la santé et actes de vandalisme à l'hôpital régional de Téboursouk [Photos]    Soutien social et psychologique à l'enfant mineur agressé et humilié par des agents de l'ordre    Les Affaires sociales assurent un accompagnement social et psychologique à la victime de Sidi Hassine    AGIL fête ses 60 ans et organise une journée portes ouvertes    Liberté d'expression : Les médias s'accrochent à leur indépendance    Produits made in Tunisia : Quand va-t-on consommer purement tunisien ?    Programme TV du samedi 12 juin    Si vous êtes demandeur d'un lotissement AFH, ceci vous intéresse    «La terminologie de la bourse et des organismes qui la côtoient» de Maria Leo : Un bel ouvrage, clair et utile    Exposition collective «Beyrouth» à la Galerie Terrain Vagh à Paris : La révélation d'une ville    Sophie Renaud, Directrice de l'institut français de Tunisie, à La Presse : «La Tunisie abritera les états généraux du livre francophone»    Jean Fontaine: Le migrant inversé    News | L'Etoile sonde la filière congolaise    Point de vue | Un véritable tournant !    La vérité nue    Jendouba : La récolte céréalière en hausse de 40%    Bourse de Tunis : Le Tunindex clôture la semaine sur une note quasi-stable    Zarzis-Plateforme Miskar : Les ouvriers demandent l'évacuation des migrants irréguliers à bord    Seif Al Islam Kadhafi annonce son intention de se présenter aux prochaines élections présidentielles en Libye    Derby Arabe Tunisie vs Algérie: regarder le match amical du 11 juin en Streaming    La Tunisie est fin prête pour accueillir les voyageurs du monde !    Championnat national de lecture : La finale aura lieu le 11 juillet à Radès    Le dinar tunisien s'est déprécié de 5% vis-à-vis de l'euro    Appel à candidature : Session de Formation 'Patrimoini' par Museum Lab au Kef    Un soldat blessé lors de l'explosion d'une mine à Mghilla    Emmanuel Macron se prend une gifle - La vidéo devient virale    La Tunisie accueille une partie de l'exercice militaire "African Lion 21" (Défense)    Après la 4e guerre israélienne contre Gaza, saura-t-on éviter la 5e ?    Israël, cette démocratie islamiste ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des créateurs investissent le centre-ville
Publié dans Le Temps le 22 - 02 - 2021

Depuis plusieurs semaines, l'exposition Tunis Centre-ville a brassé un large public grâce à son approche participative et à l'énergie dégagée par les œuvres exposées. Le finissage a eu lieu jeudi 18 février dans une ambiance festive avec le concours du Goethe-Institut et de l'association Edifices et Mémoires.
Emna Ben Yedder pouvait avoir plusieurs motifs de satisfaction après l'exposition que l'espace artistique "Central" vient de consacrer au centre-ville de Tunis. En effet, l'animatrice de l'espace a réussi la gageure de rassembler artistes, associatifs et experts autour d'un projet mobilisateur dont les épicentres étaient une exposition collective, un plaidoyer pour l'hôtel du Lac et une série de visites thématiques de Tunis.
Une exposition participative et dynamique
Le finissage de l'exposition a pris des allures de happening avec une ambiance où chaque détail primait. Entouré d'oeuvres d'art, le public s'est trouvé également en pleine ambiance festive avec la présence de marchands venus avec leurs chariots chargés de fenouil, d'ananas ou de fèves bouillies. Même la collation offerte aux invités était affectivement signifiante car composée de pizza fumante sortant directement des fourneaux de Memmi, de pâtisseries au label inimitable de Jean Garza et de cidre Meddeb qui fleure le bon vieux temps.
Les artistes étaient également présents. Du graffeur Dino à la précision graphique de Othman Selmi ou aux atmosphères urbaines du Collectif Glibett, ils étaient nombreux au rendez-vous. Les photographes Kais Ben Farhat, Hela Lamine et Habib Azzouz avec leurs oeuvres entre argentique et numérique, les défenseurs de l'hôtel du Lac et leurs travaux aussi engagés que décapants et tous les autres dont les créations ont donné toute sa consistance à l'exposition.
Ce moment fédérateur a mis fin à plus d'un mois de retrouvailles avec le centre-ville et ses enjeux. Les visiteurs de l'exposition ont ainsi pu sillonner les quartiers de la ville ou son ventre gourmand. Ils ont pu s'initier aux logiques urbaines et aux stratégies de protection du patrimoine et aussi traverser à vélo les arcanes de la ville pour y découvrir friches urbaines et street art. Des ateliers d'écriture ont de plus permis de rendre compte du ressenti de chacun tout en prolongeant de façon littéraire les retrouvailles avec une capitale frémissante.
Le rideau est retombé désormais sur un événement qui n'a pas fini de propager ses ondes car il a enclenché de nombreuses dynamiques. Le moindre de ces élans peut à lui seul relancer l'intérêt autour de l'hypercentre de la capitale qui regorge de monuments, de lieux de vie et de mémoire et de surprises et curiosités. Le texte suivant tente de saisir quelques unes de ces invitations à mieux comprendre et s'approprier le cœur battant de notre capitale remise à l'honneur par les efforts conjugués de l'espace "Central", le Goethe-Institut et l'Association Edifices et Mémoires. Ce texte qui a figuré dans le catalogue de l'exposition est dédié à toutes celles et ceux qui ont participé à cet événement avec leurs oeuvres, leurs idées et surtout leur présence active et leur enthousiasme.
Un piéton dans Tunis
Il faut avoir emprunté la porte Bab Bhar pour savoir ce qu'est une ville siamoise. En traversant cette porte monumentale, vous êtes à la fois au seuil d'une ville et à son terme.
D'un côté, vous êtes dans la médina historique et son dédale de rues et de souks. Ici, c'est la ville "arabe", ses mystères et ses promesses, ses quartiers résidentiels et ses communautés plurielles, ses mosquées, églises et synagogues, jadis protégés par d'épais remparts.
De l'autre côté, c'est une seconde ville, plus récente, née lorsque la cité médiévale est sortie de son écrin pour s'agrandir. Cette ville neuve a aussi porté le qualificatif d'européenne et a connu son expansion au tournant du vingtième siècle. L'usage, l'histoire et la topographie en ont fait le centre-ville de Tunis, le coeur moderne de la capitale.
Très métaphoriquement, la porte Bab Bhar porte deux noms puisqu'elle est également désignée comme étant la porte de France. De fait, elle sépare, relie et rassemble deux mondes, deux pays, deux villes. Plus précisément, elle est l'interface par excellence d'une ville siamoise qui hésite entre Orient et Occident.
Repliée sur elle-même, la médina de Tunis reste le socle symbolique de la cité. Délimitées par deux enceintes dont il reste trois portes et de rares vestiges, cette médina et sa kasbah sont le berceau initial, un site occupé depuis l'Antiquité qui sera réhabilité par les conquérants arabes et tous ceux qui se sont succédé ensuite. À la fois andalouse, ottomane et européenne, la médina a connu plusieurs époques et continue à se réinventer.
Quant au centre-ville, il est loin d'être une simple excroissance. Au fil des siècles et des décennies, il a eu sa vie propre et lui aussi suscité de nouveaux quartiers. Les évolutions ont été telles que le noyau initial de cette ville dite européenne, a largement débordé de son site.
Une ville siamoise
Aujourd'hui, les urbanistes parlent d'hypercentre pour désigner les artères historiques de ce versant de la ville. C'est dire combien l'onde urbaine s'est propagée dans toutes les directions. C'est aussi souligner que ce centre qui n'est pas le centre, fait partie intégrante de la mémoire de la ville et de l'inconscient collectif des habitants.
De ce côté aussi, le patrimoine est jalousement protégé et recensé dans ses moindres détails. Siamoise, Tunis s'arpente également à l'aune de cette Petite Europe, née face à Bab Bhar, la bien nommée porte de la Mer. Duelle, Tunis amputée de son centre-ville, ne serait plus la même et ce sont bel et bien ces translations, ces passages d'un centre à un autre qui font les sortilèges de ma ville, son caractère pluriel et son immuable hospitalité.
En marchant dans le centre-ville, on pressent les sauts de puce successifs qui ont poussé les constructions dans la direction du lac et du port. À l'origine, on parlait d'une esplanade de la Marine, un chemin balisé mais marécageux qui allait des remparts vers le lac. C'est tout au long de cette artère que se sont développées les actuelles avenue de France et avenue Bourguiba. Certains se souviennent peut-être du projet de ce dernier de raser les souks de manière à relier les deux villes et créer un vaste boulevard allant du quartier du port à celui de la Kasbah.
Il n'en fut rien fort heureusement et la ville garda ses deux entités historiques distinctes et insécablement mêlées.
Trois repères doivent être posés pour pleinement comprendre le centre-ville. Ils sont d'autant plus importants qu'ils sont difficiles à percevoir. D'abord, il ne faut pas perdre de vue que la médina intra muros, comprenait en son sein un quartier européen peuplé de ressortissants de plusieurs nations et articulé sur un réseau de consulats et de paroisses. C'est l'expansion de ce quartier extra muros qui est à l'origine du centre-ville qui fut européen avant d'être colonial.
En effet, c'est le second point, les rapports de force internationaux à la fin du dix-neuvième siècle, ont ouvert la voie à un Protectorat français en Tunisie. Très symboliquement, le centre-ville en portera l'empreinte de plusieurs manières, notamment en supplantant la médina dans ce rôle. Il fut un temps où ce centre-ville était jalonné par les statues de Jules Ferry (près du quartier du port) et du cardinal Lavigerie (aux portes de la médina). Il fut un temps où le résident général français installé dans les locaux de la chancellerie actuelle, avait son bureau face à la cathédrale catholique et au monument du soldat inconnu, depuis remplacé par le buste d'Ibn Khaldoun. Cette trinité ne marque-t-elle pas à elle seule la symbolique de la ville coloniale et de son noyau politique, militaire et religieux ?
Enfin, il ne faut pas perdre de vue le port de Tunis où les paquebots ont longtemps accosté.
Une avenue, son port et ses gares
Jusqu'aux années soixante, ce quartier qui porte le nom encore en usage de Madagascar, était l'un des plus importants pôles d'activité et le lien de Tunis avec le monde. Déplacé à la Goulette, ce por n'est plus qu'un souvenir mais d'une certaine manière, la ville continue à lui être adossée. Quant au nom Madagascar, il le devrait à l'échoppe d'une certaine madame Gaspard dont le nom a été déformé par ses dockers de clients.
Maintenant, en gardant ces trois points à l'esprit, essayons de sillonner ce vaste espace à la recherche de traces et d'édifices incontournables disséminés dans ce centre-ville d'une richesse insoupçonnée.
C'est autour de l'avenue de la Marine que la ville allait évoluer. Comparée aux Champs-Elysées parisiens, cette avenue allait peu à peu concentrer les commerces, loisirs et autres immeubles de rapport qui s'élèveront tout le long de ce parcours. Née en 1861, l'actuelle ambassade de France est le plus ancien des bâtiments qui, hormis quelques retouches, ont gardé leur configuration d'origine. La cathédrale a été édifiée à la fin du dix-neuvième siècle sur l'emplacement d'un cimetière chrétien et d'une ancienne chapelle dédiée à Saint-Antoine. Inaugurée en 1897, cette cathédrale cohabite avec plusieurs autres édifices religieux qui se trouvent au centre-ville à l'instar de l'église grecque-orthodoxe, du temple anglican et de l'église réformée française qui datent du tournant du vingtième siècle. Plus tard, une église russe-orthodoxe et plusieurs paroisses de quartiers compléteront cette identité cosmopolite de la ville.
Les quartiers sont justement essentiels pour la compréhension du centre-ville. Ils se sont installés autour de noyaux identitaires, d'habitations à loyer modéré et de lotissements privés. À proximité de l'axe principal de la ville, on peut trouver aussi bien la Petite Malte que la Petite Sicile dont on raconte qu'une dame nommée Fasciotti a créé le lotissement initial en achetant des remblais pour combler les terrains marécageux. Malgré son homogénéité et son apparence de quadrilatère planifié par des ingénieurs, le centre-ville se caractérise aussi par ses quartiers qui vont vers le Passage, un toponyme hérité d'un ancien passage à niveau ferroviaire. Ne l'oublions pas, le centre-ville dispose toujours de ses trois gares historiques qui datent toutes du dix-neuvième siècle et ont été rénovées en profondeur.
Au-delà, ce sont Gambetta, Lafayette et le Belvédère qui font aujourd'hui partie de l'hypercentre. C'est dans cette région nord que résidait une importante communauté juive qui, au début du vingtième siècle, a quitté la médina pour s'installer sur cet autre versant de la ville. Edifiée en 1938, la grande synagogue Osiris témoigne encore de cette présence.
Quatre générations architecturales
D'autres édifices remarquables sont constitués par les établissements scolaires qui sont nombreux dans le centre-ville et représentent une architecture particulière qu'il convient de découvrir et apprécier. Le lycée Carnot est le plus emblématique de ces édifices et de plus, a gardé son allure initiale. Véritable enclave dans la ville, ce bâtiment témoigne de la longue histoire des écoles françaises en Tunisie.
Le centre-ville de Tunis est un authentique musée d'architecture et se traverse comme un livre d'art. Quatre générations d'édifices cohabitent dans un espace en perpétuelle dynamique.
La première génération architecturale du centre-ville porte le nom évocateur d'Arabisances. Elle est représentée par des architectes comme Raphaël Guy ou Henri Saladin. Au premier, nous devons l'Institut Pasteur, édifié en 1900 et au second, la Grande Poste bâtie en 1893. Tous deux ont essayé de définir un style architectural hybride dont les modules de base s'inspirent de la tradition européenne alors que la décoration et certains espaces puisent dans la tradition locale. Ce sont les architectes arabisants qui ont par exemple utilisé des minarets comme éléments de décoration dans plusieurs immeubles. Ils ont également fait usage des céramiques ou des tuiles vernissées ainsi que de créneaux évoquant les médinas.
Jean-Emile Resplandy sera pour sa part le vecteur de l'Art nouveau à Tunis. En 1900, cet architecte municipal construisit l'hôtel de ville de l'avenue de Carthage qui est le pendant sud de l'avenue de Paris. Cet axe perpendiculaire à l'avenue historique structure à son tour la topographie de la ville.
Resplandy sera le promoteur par excellence de l'Art nouveau avec des édifices comme le Théâtre municipal ou le Palais de Justice, bâtis en 1902. Il sera aussi à l'origine de plusieurs autres immeubles comme le remarquable hôtel de France ou les immeubles qui le jouxtent. Grâce aux travaux de cet architecte, l'Art nouveau s'est épanoui à Tunis en même temps qu'en Europe. Plusieurs traces subsistent dans de nombreux quartiers du centre-ville.
L'Art Déco et divers autres styles contemporains se sont propagés à Tunis dans les décennies suivantes et sont présents un peu partout y compris dans des ruelles aux façades insolites et à la beauté insoupçonnée. Adaptés par de nombreux architectes locaux, les canons de l'Art Déco se déclinent partout alors que plusieurs édifices des grandes avenues de Tunis sacrifient à ce style.
La quatrième génération architecturale au centre-ville est constituée par le style Reconstruction qui a caractérisé plusieurs bâtiments édifiés après les bombardements de la Campagne de Tunisie en 1942-43. Ce sont des architectes comme Bernard Zehrfuss et Jason Kyriacopoulos qui ont répandu ce style en faisant usage de béton. Le ministère de l'intérieur et celui du Tourisme sont bâtis dans cette facture.
Outre ces quatre grandes séquences historiques dont les fruits cohabitent sur nos avenues, il existe de nombreuses exceptions marquées par diverses tendances. Le style florentin de la maison Ibn Khaldoun construite en 1926 est tout aussi attrayant que les lignes épurées des immeubles du Passage que nous devons à l'architecte René Audineau. Le Belge August Peters a également laissé un splendide héritage avec le fameux immeuble Disegni construit en 1908. Partout dans la ville, les architectes ont laissé des traces inépuisables à l'image de la futuriste Bourse du Travail imaginé par Lewandowski ou encore le fameux hôtel du Lac qui se présente sous la forme d'une pyramide inversée.
Tout un patrimoine vivant, frémissant, palpitant
L'architecture des hôtels est aussi un fil d'Ariane qui pourrait permettre des échappées belles dans le centre de Tunis. Témoins d'une époque révolue, le Majestic ou le Transatlantique laissent rêveur alors que le mythique Tunisia Palace a été livré au pic des démolisseurs. Même chose pour les théâtres et les cinémas qui furent très nombreux et dont il ne reste plus que les traces fuyantes pour certains. Idem pour les bars et les restaurants dont les noms montrent bien le vécu d'une ville dont les tailleurs furent italiens, les cochers maltais et les commerçants bigarrés. Car Tunis se visite aussi l'oeil rivé aux enseignes qui font songer à un inventaire de Prévert. De la Brasserie suisse au Paradiso, il n'y a qu'un pas; du Coq d'or au Hungaria, quelques rues qui mènent aussi au Biarritz, au Kléber, au Palmarium ou au Marivaux, anciens cinémas tunisois dont il ne reste plus que l'ombre.
C'est vrai, la ville est parfois à recréer mentalement en s'échappant vers un passé proche encore à portée de main. Avec ses immeubles et ses villas, ses cités populaires et ses maisons de maître, le centre-ville est un espace de vie et de mémoire où un balcon arrondi, une clôture en fer forgé ou une facture italianisante accrochent le regard. Et si chaque détail compte, tous les chemins mènent au Marché central dont la construction remonte à 1891 et dont on dit que le nom Fondouk el Ghalla a des origines plus lointaines encore.
Ce marché toujours vivant et très fréquenté est bizarrement l'un des rares endroits dans la ville à porter un nom arabe. Ce n'est d'ailleurs qu'au cours des années quatre-vingt que les premières mosquées feront leur apparition dans ce centre-ville. Auparavant, un simple oratoire, sur l'avenue de France, représentait la seule enclave musulmane dans cet espace urbain.
Le centre-ville, c'est aussi tout un patrimoine immatériel fait d'objets, de parfums et de saveurs. C'est ici que règnent le craquant du kaki, les petits pains blancs, les sirops d'orgeat ou les citronnades. C'est ici aussi que le piéton peut se laisser tenter par un fiacre ou un taxi bébé pour aller encore plus loin, vers les stades, les parcs ou les casinos.
Arpenter une ville, c'est aussi la faire renaître à différentes époques, pour montrer ce qui n'est plus visible mais continue à vivre dans les mémoires. En quelques pas, il est ainsi possible de changer plusieurs fois de siècle. Avec toujours à l'esprit cette porte par laquelle tout passe, cette porte aux deux noms, cette porte qui ouvre vers le large et l'histoire, cette porte qui donne vers l'un ou l'autre versant de ma ville siamoise, mon Tunis infini.
H.B


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.