La Libye a besoin des compétences et de la main d'œuvre tunisiennes (patronat libyen)    Tunisie: Rached Ghannouchi: Les jeunes protestataires sont victimes de l'échec du système éducatif et social    Mechichi : Une carte des centres de vaccination contre le coronavirus a été établie    Le FLAGSHIP KILLER MI 10T Pro-5G de XIAOMI débarque enfin en Tunisie    CONDOLEANCES    CONDOLEANCES : M. Nabil JERIDI    Covid-19 | Sousse : 8 décès et 62 nouvelles contaminations    Espérance de Tunis : le Ghanéen Khaled Abdelbasset espérantiste jusqu'en 2023    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 26 Janvier 2021 à 11H00    Attijari bank annonce un PNB de 488 millions de dinars en 2020    Mobilisation tous azimuts en faveur de l'adaptation au changement climatique en Tunisie    Le premier ministre italien présente sa démission    Débats houleux à l'ARP, levée de la séance plénière    Tunisie – météo : Poursuite des pluies dans le nord et vent fort sur les côtes    Commémoration du 40e jour de son décès : Abdelwahab Bouhdiba, le sociologue émérite    Programme TV du mardi 26 janvier    Tunisie-Fayçal Tebbini: En l'absence de la Cour constitutionnelle, Kais Saied est la Cour constitutionnelle    En photos : Bhiri apparaît avec une écharpe à l'effigie de Meherzia Labidi    ARP | Aujourd'hui, vote de confiance aux nouveaux ministres : Hichem Mechichi à l'épreuve de ses choix!    Les indiscrétions d'Elyssa    Télétravail : Quelles sont les entreprises qui investissent dans les solutions IT?    A l'occasion de son 102e anniversaire : «Taraji Pay» voit le jour    Volleyball | Coupes d'Afrique des jeunes : Vers l'annulation...    Mini-Football | Super League Elite (3e journée) : Arriadh confirme, La Marsa cale    Stupeur sur fond d'ambiance délétère au CA : Supplice clubiste !    Contrepoint | Culture... et interrogations    18e édition du festival des cinémas d'Afrique en ligne : Le numérique comme issue    Tunisie [Vidéo]: Arrivée des joueurs de l'EST pour le match contre l'Olympique de Béja    Tunisie-Ligue 1 (J10): les matches de ce mardi et programme TV    Au Bardo, face à des manifestants hurlants, on aligne des camions blindés    Tunisie-SONEDE : Perturbations dans la distribution de l'eau potable à partir d'aujourd'hui dans ces régions    Mohamed Ammar : Le gouvernement Mechichi est, moralement et politiquement, déchu    Tunisie: Les échanges commerciaux avec l'extérieur ont enregistré une baisse    Kaïs Saïed doit choisir : l'Etat ou le chaos    Manifestations-Rafik Abdessalem:"Le président doit choisir entre le chaos ou l'Etat"    Tunisie – Un haut conseil de la sûreté de l'Etat hors norme où tous les coups étaient permis    Appel à candidatures pour le projet "Académie des Musiciens créateurs"    Ramadan 2021: Nouvelle série "Kan Ya Makanesh" d'Abdelhamid Bouchnak avec Hatem Belhaj    Exposition collective "Géographie de l'intime" à la station d'art B7L9 du 29 janvier au 7 mars    [TRIBUNE] #Jeunesse #Espoir !    Covid-19 : Joe Biden durcit les règles d'entrée aux Etats-Unis    A «l'Orient-Express»... le voyage n'était pas de tout repos    Voici pourquoi la souche britannique pourrait provoquer une mortalité accrue    Etats-Unis: Le procès de Trump devant le sénat débutera le 8 février    Mustapha El Haddad: L'embrigadement des jeunes pour le jihad «Le paradoxe tunisien»    Twitter suspend un compte de l'ayatollah Ali Khamenei    Etats-Unis-Investiture: Kais Saied félicite Joe Biden    De Trump à Biden: la force de la symbolique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Echec du collectivisme (suite et fin)
Mémoire collective : Février 1973 : L'évasion d'Ahmed Ben Salah
Publié dans Le Temps le 07 - 03 - 2008

Début 1967, le collectivisme battait son plein, mais les coopératives n'avaient pas donné les résultats escomptés et ce, pour deux raisons essentielles.
D'abord des paysans ou petits fellahs étaient contre le fait de se dessaisir de leurs biens au profit d'une coopérative où leur statut changeait de propriétaire en simple travailleur.
Cela engendrait des malversations où certains s'enrichissaient sur le compte des autres qui avaient pourtant travaillé dur pour la mise en valeur de leur terre dont ils se trouvaient du jour au lendemain dessaisis.
Ce système n'avait pas affecté les grands propriétaires terriens qui jusque-là n'étaient pas concernés.
Cependant, il y avait un mécontentement général qui allait crescendo.
Ajoutez à cela, une mauvaise situation économique doublée d'une sécheresse qui affecta le pays.
L'endettement de ces coopératives ne faisait qu'augmenter. La situation se détériorait de jour en jour.
Des manifestations à l'intérieur du pays dénonçant le collectivisme, étaient de plus en plus fréquentes. Bref il y avait un malaise général.
Le 14 mars 1967, Bourguiba eut un premier infarctus ce qui rendit la situation encore plus alarmante.
En janvier 1968, Ahmed Mestiri alors ministre de la Défense, présent au conseil supérieur du plan que présidait Ahmed Ben Salah, critiquait la collectivisation d'une manière acerbe.
L'événement du 25 janvier 1969 était alarmant :
Un propriétaire à la région du Sahel, à qui on intima l'ordre de céder ses terres à la coopérative s'y opposa énergiquement et violemment. Ce qui nécessita l'intervention des forces de l'ordre qui allaient jusqu'à ouvrir le feu sur ce propriétaire et ses employés.
Suite à cet incident plusieurs personnes ont été incarcérées.
Sur le plan financier la BIRD dressa après enquête un rapport négatif sur le collectivisme où était enregistrée une mauvaise note.
En 1969, Bourguiba intervint pour rectifier le tir par un décret-loi où était décidé d'abandonner l'expérience du collectivisme.
Bourguiba déclara en novembre 1969 au journal "Le Monde" : "Je me suis trompé en faisant confiance à Ben Salah".
Déchu de ses fonctions et de ses titres celui-ci, fut traduit devant la Haute Cour de Justice en mai 1970.
Au cours du procès, il fut confronté à des témoignages accablants tel que ce petit fellah au comble du désespoir, qui s'était pendu à l'un de ses oliviers, ou les multiples malversations consistant à confisquer des machines agricoles pour les vendre à des prix exhorbitants.
Le verdict prononcé fin mai 1970, condamna Ben Salah à dix ans de travaux forcés ainsi qu'à la privation de ses droits civiques et politiques.
Trois ans après, le 4 février 1973 Ben Salah s'évada de la prison civile de Tunis, aidé par son frère, son chauffeur et le directeur de la prison du 9 avril.
Le soir, après avoir passé aisément les portes blindées, il se retrouva dehors où son frère, le Docteur Mohamed Ben Salah l'attendait dans sa voiture.
Roulant à vive allure il fut en chemin interpellé par un agent de police qui lui reprocha son excès de vitesse. Ben Salah, enveloppé dans un sefsari (voile tunisien) se fit passer pour une veille dame malade. Et le policier se montra compréhensif en conseillant quand même au conducteur de faire attention. Ben Salah put ainsi gagner la frontière algérienne où il s'assura d'un bon accueil.
Ahmed Ben Salah partit le lendemain en Italie pour s'installer en Europe entre Paris et Genève et créer en 1975 le Mouvement de l'unité populaire (MUP).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.