Ligue des champions : Le PSG assure, le Barça, le Juve, le Chelsea et le Séville FC en 8es de finale    Tunisie – URGENT : Les décisions du conseil de la magistrature judiciaire en rapport avec les plaintes contre deux magistrats    Défense : Exercice naval tuniso-américain au large du Bizerte    ARP : Séance plénière le 27 novembre pour l'examen du projet de la LFC2020    Le budget du ministère des Affaires Culturelles pour l'année 2021 fixé à 358,4 millions de dinars    Photo du jour : Pourquoi personne ne rendra des comptes dans l'accident l'Avenue Mohammed V ?    Ahmad Ahmad suspendu par la FIFA pour 5 ans !    Tunisie-PDG de l'UTAP: La demande d'emploi ne doit en aucun interrompre les activités du Groupe Chimique    OXFAM recommande à tous les gouvernements d'adopter des politiques fermes    L'espace 421 en verve    «Tlamess», «Les pastèques du cheikh» et «Visa» dans la programmation    Le détail mineur: une vision personnelle des choses    L'importance du renforcement du rôle des institutions dans l'évaluation des politiques des droits de l'Enfants, au centre d'un colloque national à Tunis    L'Etat n'investit pas assez dans le secteur des transports    Voulant se rendre en Tunisie, des étudiants algériens se trouvent bloqués aux frontières    En vidéo: Un policier fait un croche-pied à un migrant    La data offre à la Tunisie plusieurs métiers et de business à exploiter    Le plus vieil arbre du parc du Belvédère de Tunis a son timbre    Barack Obama épingle plusieurs personnalités dans ses mémoires "Une terre promise"    ATCT, Baisse de 52% des recrutements de Tunisiens à l'étranger    DECES : Médecin général Mohamed Moncef Ben Moussa    A son tour, le champ de Guebiba victime du chantage des protestataires de Sfax    Sécurisation des dispositifs médicaux : Un hacker peut‐il vous briser le cœur?    Focus Business | Les projets public-privé sur la sellette    Moez Chakchouk prend la défense du projet du port Enfidha    Les précipitations et leurs effets néfastes : L'infrastructure de base mise à mal    Coronavirus: De nouveaux décès à Manouba    Le digital et médiation culturelle : Des idées à revendre    Expatriés : La régularité de Dräger    NEWS | La filière clubiste pour l'UST    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 24 Novembre 2020 à 11H00    Contrepoint | Petite déduction, grosse vérité    Donald Trump ordonne le transfert de pouvoir à Joe Biden    Une correspondence de Ayari à la FIFA pour demander un audit de la FTF    Ooredoo atteint 24 gouvernorats durant sa campagne de sensibilisation contre la propagation du Covid-19    ATOG veut investir davantage dans les énergies renouvelables en Tunisie    Les juges puis les cadres judiciaires, les grèves dans les tribunaux s'éternisent    Après les bouteilles de gaz, une pénurie de carburant à Sfax    LC Europe (poules / J4): les matches de ce mardi    Le mystérieux virus Chapare inquiète les scientifiques    Jerandi en France pour participer à la Conférence ministérielle de la Francophonie    Météo | Légère hausse des températures et pluies sur la plupart des régions    Affaire des déchets italiens : Le réseau Tunisie verte menace de recourir à la justice internationale    Libye: Reprise d'un nouveau cycle du Forum du dialogue politique inter-libyen    Pandémie, allégement de la dette et lutte pour le climat, en débat    Le court métrage "A moitié d'âme" propose une image qui interpelle le cœur dans une société où l'argent est le maître du monde    Mes odyssées en Méditerranée | Siciliens de Tunisie – les Ciscardi : De la Sicile à la Tunisie, la route de l'espoir...    Fadhel Jaziri à La Presse : «Notre politique culturelle n'est plus articulée sur un marché»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Grâce à l'armée, la crise semble se dénouerLe dénouement?
Liban
Publié dans Le Temps le 11 - 05 - 2008

Départ des miliciens armés de Beyrouth et gel des décisions du gouvernement contre le Hezbollah
Le Temps-Agences L'armée libanaise a annoncé hier le retrait de deux mesures du gouvernement pro-occidental de Fouad Siniora que le Hezbollah avait considérées comme une déclaration de guerre et elle a invité les miliciens armés du mouvement chiite à quitter les rues de Beyrouth.
En réponse à cet appel, l'opposition, dont le Hezbollah est la figure de proue, a annoncé qu'elle mettrait "fin à toute présence armée à Beyrouth afin que la capitale soit dans les mains de l'armée".
Accusant le Hezbollah d'"atteinte à la souveraineté de l'Etat", Siniora avait déclaré mardi illégal son système de télécommunications autonome et démis le responsable de la sécurité de l'aéroport de Beyrouth, un général proche du mouvement chiite, à la suite de la découverte de caméras surveillant les pistes.
Réclamant que le gouvernement fasse marche arrière, le Hezbollah avait aussitôt lancé une campagne de "désobéissance", bloquant l'accès de l'aéroport et prenant le contrôle de Beyrouth-Ouest, bastion de la majorité sunnite au pouvoir, après trois jours de combats qui ont fait une trentaine de morts et au moins 75 blessés.
L'armée libanaise, qui n'est pas intervenue pour empêcher le déploiement des miliciens d'opposition, a annoncé hier que le général Wafi Chkeïr était maintenu dans ses fonctions de directeur de la sécurité de l'aéroport de Beyrouth.
Elle a précisé dans un communiqué qu'elle s'occuperait elle-même de la question du réseau de communications du Hezbollah d'une façon "qui ne nuise ni à l'intérêt public ni à la sécurité de la résistance" chiite libanaise.
Peu auparavant, Siniora, dont le gouvernement a été ébranlé sérieusement par la révolte du Hezbollah et des milices alliées de l'opposition, avait annoncé qu'il chargeait l'armée de régler ces questions mais que les Libanais ne tomberaient pas sous le contrôle des auteurs chiites du "coup d'Etat".
Siniora, un sunnite dont la légitimité est contestée depuis un an et demi par le Hezbollah et ses alliés chiites d'Amal et du mouvement chrétien de Michel Aoun, a présenté la capitale libanaise comme "assiégée et occupée". "Que fait le Hezbollah dans les ruelles de Beyrouth?", s'est-il interrogé.

"Le dialogue seule issue", selon Joumblatt
"Votre Etat ne tombera pas sous le contrôle des putschistes", a déclaré à ses compatriotes le Premier ministre, qui est notamment soutenu par l'Arabie saoudite et les Etats-Unis. "Le Hezbollah doit se rendre compte que la force des armes ne nous fera ni peur ni reculer", a ajouté Siniora.
"Nous n'avons pas déclaré la guerre au Hezbollah ni ne le ferons, mais nous n'accepterons pas l'occupation de nos quartiers et nos foyers et le meurtre de civils innocents", a encore affirmé le Premier ministre.
Des miliciens armés des groupes d'opposition étaient encore postés hier au principaux carrefours de la capitale, mais, en fin de journée, les membres du Hezbollah commençaient à se retirer de la capitale.
L'opposition a fait savoir cependant qu'elle poursuivrait sa campagne de désobéissance civile - blocage de routes, du port et de l'aéroport - jusqu'à ce que ses revendications politiques soient satisfaites.
Pour le dirigeant druze Walid Djoumblatt, une des figures de la majorité au pouvoir, "le dialogue est la seule issue" à la crise actuelle à moins que le Hezbollah ne cherche à "liquider" le gouvernement.
La Ligue arabe tiendra aujourd'hui au Caire une réunion ministérielle extraordinaire pour débattre du coup de force du mouvement pro-iranien, après 17 mois de bras de fer avec le gouvernement.
La réunion des ministres des Affaires étrangères arabes aujourd'hui au Caire est capitale car "les Etats arabes doivent assumer leurs responsabilités au sujet de la situation au Liban", a estimé hier Amr Moussa, secrétaire général de la Ligue arabe.
Celle-ci a proposé un plan de règlement de la crise libanaise prévoyant l'élection d'un nouveau président, la formation d'un gouvernement d'unité une réforme de la loi électorale en vue d'un nouveau scrutin législatif en 2009.
Le Liban est sans président depuis l'expiration du mandat du pro-syrien Emile Lahoud en novembre. L'opposition bloque l'élection de son successeur consensuel, le chef de l'armée Michel Souleïmane, en exigeant d'obtenir au préalable un droit de blocage au sein du futur gouvernement d'unité.
La plan de la Ligue arabe a été approuvé à la fois par l'Arabie saoudite, principal allié du gouvernement Siniora, et la Syrie, mais Ryad a accusé Damas d'entraver sa mise en œuvre.
La Syrie, qui a fait savoir que son chef de la diplomatie ne viendrait pas au Caire, a déclaré que la prise de contrôle de Beyrouth par le Hezbollah était une "affaire intérieure libanaise".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.