Mekki : Saied s'est opposé au placement en résidence surveillée de Ghannouchi    Ce que pense un ancien ambassadeur des USA de la démission de Nadia Akacha    Makrem Lagguem accuse tout le monde de corruption    Pourquoi? | Avec de la volonté    Tunisie-coronavirus : Plus de six millions de personnes entièrement vaccinées    Covid-19 | Béja : Un taux de positivité de plus de 41%    Réduction des émissions de CO2 : La GEAPP lance un appel à partenariats    Des entreprises américaines souhaitent investir en Tunisie, assure Donald Blome    La Banque mondiale s'attend à un ralentissement de l'économie tunisienne    Les Etats-Unis recommandent de ne pas voyager en Tunisie    Hatem Mliki: Ce qu'a fait Saied, ''c'est la honte''    La raison derrière la démission de Nadia Akacha, selon Reuters    CAN 2022 – Maroc vs Malawi : Sur quelle chaîne et à quelle heure regarder le match en direct ?    La censure des commentaires a frappé aussi le ministère des Sports !!    Tozeur : Bientôt une zone irriguée à El Hamma de Djerid    La date de remise des échantillons de l'édition 2022 du prix de meilleure huile d'olive reportée au 30 janvier    Prix au marché municipal de Gafsa [Vidéo]    Gordon Gray commente la démission de Nadia Akacha et parle des causes probables de cette décision    Vidéo- Sabine Bastisch, le parcours d'une entrepreneuse allemande en Tunisie    Watford : l'entraîneur Claudio Ranieri limogé    Assurances | M.A.E : Une première !    Matériel informatique et télétravail : Comment réduire la consommation d'énergie ?    Risques mondiaux : Les inquiétudes pour l'avenir persistent    Contrepoint | Le mal et l'issue...    Abid Briki: Nous soutenons les mesures prises par Saied    Coronavirus: 4 décès et 2834 nouvelles contaminations, Bilan du 23 janvier 2022    Météo: Nuages passagers et températures en baisse, ce mardi    La grève des médecins, médecins dentistes et des pharmaciens, reportée : La réforme du secteur, une cause perdue ?    BNA Bank : Performances records et dynamique de croissance confirmée    Tunisie-Ahmed Nejib Chebbi [AUDIO] : La démission d'Akacha confirme l'existence de conflits autour de Saied, notamment entre celle-ci et Taoufik Charfeddine, mais n'aura pas d'impact politique »    Abderraouf Betbib commente la démission d'Akacha [AUDIO] : Une épreuve pour la magistrature et Kais Saied    CAN 2021 : Où regarder les matches de mardi ?    EN : Hussein Jenayah dément l'appel du ministre des Sports !!    El Kef: Visitez le patrimoine culturel immatériel de la ville avec le projet Hkeya fi Hkeya    Ukraine : les USA évacuent livrant le pays à Poutine, l'UE spectatrice    Grève des médecins, pharmaciens et dentistes de la santé publique Tunisiens mardi 25 janvier 2022    Pièce "Hend, le prince de Djerjer" d'IZA LOU mise en scène par Jean-Luc Garcia à EL TEATRO Tunis    NEWS | La chute de la Ligue 1 !    Rabat pourrait-il "voler" à Alger l'organisation du sommet de la Ligue arabe?    Amen Allah Messaâdi : le rythme des contaminations ne régresse pas    Sur nos écrans l «Al Kahen» de Othman Abou Laban : Le genre dans le mauvais    « Art Expo » à la galerie « Musk & Amber » : Action commune    Livres | «Ton absence n'est que ténèbres» de Jón Kalman Stefánsson : Une mosaïque romanesque extraordinaire    Ammar Mahjoubi: Le caractère fondamentalement inégalitaire de la société romaine*    Monde : Le président arménien annonce sa démission    Sculpture sur un minéral ancestral, le lapis specularis    Un astéroïde "potentiellement dangereux " passera prés de la terre mardi soir    Le combat d'un résistant septuagénaire palestinien écrasé par une voiture de police de l'occupant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



« Moins de concentré et plus de ressources alternatives » demandent les éleveurs
Alimentation du bétail ovin
Publié dans Le Temps le 25 - 10 - 2008


*
Face à l'augmentation vertigineuse du prix de l'orge, des solutions immédiates s'imposent. Il reste que le modèle de l'élevage ayant contribué à sa croissance atteigne ses limites.
Le secteur de l'élevage ovin en Tunisie a connu une forte croissance en améliorant ainsi sa contribution à la couverture des besoins de la population en viande rouge, en fromage de brebis et en sous produits (laine et fumier).
Toutefois le coût de l'alimentation est devenu élevé en raison de l'augmentation du prix de l'orge. Les éleveurs sont devenus incapables d'amortir ce choc car l'augmentation du coût des matières premières a fait que certains éleveurs ont subi des pertes économiques. L'avenir du secteur devrait donc dépendre d'une amélioration du coût de la viande et donc d'une alimentation moins coûteuse.
C'est dans ce cadre que s'inscrit le séminaire international sur les mutations des systèmes de production des ovins et les perspectives de leur durabilité organisé à Hammamet les 22 et 23 octobre par l'Office de l'élevage et des pâturages, l'Institut de recherche et
d'enseignement supérieur agricole et l'institut agronomique méditerranéen de Zaragoza
Il est vrai comme l'a souligné M. Mohamed Elloumi de l'Institut national de la recherche agronomique de Tunisie « Cette croissance a été obtenue grâce à un ensemble de politiques visant notamment l'amélioration de la productivité par l'introduction de paquets technologiques appropriés, le développement d'un élevage de plus en plus intégré au marché tant à l'amont qu'à l'aval et la lutte contre les effets de la sécheresse qui a montré une certaine efficacité en terme de maintien de la taille du cheptel global.
L'amélioration de la productivité de cet élevage en particulier est le résultat de programmes de développement en termes des prix et des subventions, en termes d'amélioration génétique et de la conduite du cheptel et en termes d'encouragement de l'élevage ovin de manière générale en tant que facteur de développement de la petite et moyenne entreprise.
L'accroissement de la demande des viandes ovines est lié aussi au changement et l'amélioration des modes de vie de la population, un facteur qui a contribué à la croissance de cet élevage. Ce modèle selon M. Elloumi « a atteint ses limites internes du fait de la croissance des besoins du cheptel alors que la production fourragère du pays stagne et que la superficie des parcours régresse. Cela s'est traduit d'une part, par une pression de plus en plus forte sur les ressources pastorales, notamment dans les régions du centre et du Sud, et d'autre part par un recours de manière de plus en plus intense à l'importation d'aliment bétail et notamment de l'orge destinée principalement à l'alimentation des petits ruminants. Or la nouvelle conjoncture qui caractérise les marchés internationaux des matières premières agricoles et des produits alimentaires suite au renchérissement de ces produits voire à leur raréfaction risque, en l'absence d'un accroissement de la production nationale de remettre en cause l'ensemble des acquis du secteur, voire l'économie de l'élevage ovin dans son ensemble ».

Réduire les dépendances
Le système d'alimentation du cheptel ovin connaît depuis ces dernières décennies des mutations importantes par des facteurs climatiques, économiques institutionnels et environnementaux.
«Jusqu'aux années 70 estime M. Hichem Ben Salem de l'institut national de la recherche agronomique de Tunisie, l'alimentation du cheptel ovin était basée sur la végétation prélevée sur parcours. Depuis cette période et jusqu'à 2000, la contribution des parcours est en chute continue et ne représente actuellement que 10 à 20% de la ration totale. En conséquence, l'utilisation des aliments concentrés et certains fourrages importés et subventionnés est devenue une pratique courante.
Ce système d'alimentation est coûteux et a des conséquences négatives sur la digestion chez le mouton et la qualité de ses produits. Le changement climatique associé à l'augmentation des prix des aliments concentrés sur le marché international a obligé les éleveurs à changer les systèmes d'alimentation de leurs troupeaux. Ainsi, l'éleveur a-t-il tendance à utiliser de moins en moins ces aliments concentrés et de recourir aux ressources alimentaires locales. L'intégration des ressources alimentaires alternatives est considérée actuellement une voie prometteuse pour atteindre cet objectif et en particulier pour réduire la dépendance de nos systèmes alimentaires à l'étranger »
Mme Naziha Atti de l'INRAT estime que « la conduite du troupeau ovin devra être revue selon le stade physiologique des animaux,leur état corporel et les besoins correspondants d'une part,la saison climatique et la disponibilité du pâturage et d'autres ressources alimentaires d'autre part.
Une production en phase avec la disponibilité de l'herbe,de même que l'engraissement des agneaux en deux phases est une ligne de conduite à indiquer pour réduire la consommation des aliments concentrés. En outre, il importe de s'investir dans la diversification des cultures fourragères, l'installation des prairies, la recherche de la qualité fourragère de même que l'utilisation de ressources locales potentielles ( colza, Féverole...) »


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.