Kais Saied limoge Ali Kooli et Mohamed Fadhel Kraiem    Tunisie : Ordonnance d'abandon de poursuite en faveur d'un avocat et de 4 députés    La Bourse de Tunis entame la semaine sur une note quasi-stable    Nouveaux ministres : Sihem Boughdiri succède à Ali Kooli aux Finances et Nizar Ben Néji à Fadhel Kraiem aux Tics    Association NOUR : Gouvernement de salut national et réformes politiques    Report des festivals internationaux de Carthage et de Hammamet    "L'Homme qui a vendu sa peau" de Kaouther Ben Hania en première au festival EIFF 2021    Mauvaise nouvelle – Tunisie – Moody's : Rapport publié contre-courant    La Tunisie réceptionne un don chinois de 400 mille doses de vaccin Sinovac    Tunisie: 8 août journée portes ouvertes de vaccination    Tunisie – Covid-19 : La vaccination en milieu professionnel pour les plus de 40 ans démarre le 4 août    Le représentant de l'OMS à Tunis : « Les indicateurs de suivi de l'épidémie sont positifs en Tunisie, malgré la gravité de la situation »    Tunisie-Tunisair: Des hauts responsables interdits de voyage    Tunisie: Lettre ouverte d'artistes et intellectuels Tunisiens pour défendre la République    Festival Hammamet 2021 : Spectacle "Rboukh" du musicien Hatem Lajmi attendu en ligne    L'inquiétude des étrangers de ce qui se passe en Tunisie est légitime    Un musée virtuel du patrimoine tunisien voit le jour    La récolte céréalière à Siliana s'élève à 815 mille quintaux    Tunisie-Rentrée scolaire: La vaccination du corps éducatif au cœur d'une réunion ministérielle    Grand-Tunis : 300 DT par mois, le budget mensuel du ménage tunisien destiné au transport    Noureddine Taboubi reçoit les dirigeants d'Attayar    Mohamed Kerrou, universitaire, à La Presse : « La lutte contre la corruption, pierre angulaire de la reconstruction nationale »    En réponse à l'appel de Kais Saied: La Fédération nationale du cuir et de la chaussure appelle les professionnels du secteur à baisser leurs prix    Dette extérieure tunisienne : Tous les risques sont là !    Jeux Olympiques : 3 lutteurs tunisiens éliminés ce lundi    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 02 Août 2021 à 11H00    JO Tokyo: 2 athlètes italien et qatari se partagent la médaille d'or, une première historique (vidéo)    Jeux Olympiques : Quand verra-t-on Oussama Mellouli ?    Ahmed El Kram : Le régime politique est démocratique mais pas efficient !    Tunisie: Echaâb Yourid appelle Kais Saied à limoger Nadia Akacha pour cette raison    Commerce : Les Grandes surfaces répondent favorablement à l'appel du chef de l'Etat    Tunisie – Météo: Baisse relative des températures, cette semaine    On nous écrit | Chut on tourne !    Le statut de l'artiste : Encore au cœur du débat    CSS : Sous la loupe de Solinas    Mourad Daoud - Tunisie: Coup de force, coup d'après?    JO Tokyo 2020 : Les kayakeurs Tunisiens échouent lors de la première journée des qualifications    JSK : Reprise en douceur    Tunisie – VIDEO : Saïed : Ils sont en train de comploter et d'exploiter la misère des gens en les encourageant à la migration clandestine    Tunisie : Kais Saied déterminé à lutter contre la traite des êtres humains    Médenine : Deux tentatives d'immigration illégale déjouées    Jake Sullivan : Les Etats-Unis sont prêts à redoubler d'efforts pour aider les Tunisiens    Dream City, Rendez-vous en 2022    Pour cause de Covid-19, l'édition 2021 de Dream City reportée à 2022    [TRIBUNE] : Pour un état-major de l'économie    208 migrants clandestins secourus au cours des dernières 48 heures    17 migrants retrouvés morts à bord d'un bateau en route vers les côtes italiennes    Aux origines de la Nahda: L'Expédition d'Egypte (1798-1801)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le silence coupable
Violence contre les femmes
Publié dans Le Temps le 04 - 12 - 2008

Le ministère des Affaires de la Femme, de la Famille, de l'Enfance et des Personnes Agées vient d'activer un nouveau numéro vert (80100707) pour recevoir les appels téléphoniques des femmes victimes de toutes sortes de violences.
Une bonne initiative en vue de consolider les droits de la femme tunisienne qui, malgré son émancipation, est encore exposée à la violence verbale ou physique de la part de l'homme. Ce réseau d'écoute, s'il est bien structuré et bien organisé, sera sans doute un moyen très efficace pour briser le silence dans lequel sont emmurées des milliers de femmes et de jeunes filles battues et qui n'osent jamais protester ou dénoncer leurs bourreaux ! Enfin un numéro vert est désormais à leur disposition ! Encore faut-il qu'elles n'hésitent pas à s'en servir en cas d'une agression ! C'est que pas mal d'actes de violence sont perpétrés quotidiennement sur les femmes et les jeunes filles en tous lieux (au foyer, dans la rue, dans le transport public et même au travail) ; mais elles préfèrent se taire, au lieu de dénoncer ces actes violents. Cette attitude passive ne fait qu'encourager davantage les machos et leurs idées rétrogrades selon lesquelles la femme doit être soumise à l'homme, à sa volonté et ses caprices.
La violence conjugale existe bel et bien chez nous et l'absence de statistiques ne nous empêche pas de constater l'ampleur de ce phénomène. Espérons que ce numéro vert nous fournira des données chiffrées sur les cas de violences enregistrés. D'ailleurs un projet mené il y a quelques mois conjointement par l'Office National de la Famille et de la Population et l'Agence espagnole de Coopération internationale a buté sur l'absence totale de données statistiques exhaustives et fiables quant à la réalité du phénomène en Tunisie. Pourtant, l'objectif de ce projet était de trouver les moyens pour affranchir les femmes agressées du joug de leurs agresseurs. Ce projet, essentiellement préventif, vise d'ici 2010 à changer les comportements et les mentalités à travers les campagnes de sensibilisation et d'information tous azimuts. Ce projet tuniso-espagnol compte faire une enquête nationale sur 6 500 femmes pour essayer d'avoir une idée plus ou moins juste sur la réalité des choses. Le même projet compte impliquer dans ses programmes des structures gouvernementales et non gouvernementales ainsi que les autorités religieuses. L'on se demande quand ce projet va être relancé, à moins qu'il ne soit totalement abandonné ! Les quelques chiffres qu'on peut lire sur ce phénomène remontent à 1997 et sont annoncés dans une étude sur les femmes tunisiennes battues, parue dans (Le Journal Tunisien de Psychiatrie, Volume1, Numéro1, janvier 1998) selon laquelle 33,8 % des femmes interrogées ont été battues au moins une fois par leur mari et 6,6 % au cours de l'année écoulée ; de même 3,8 % des femmes battues avaient subi des violences graves ayant entraîné des traumatismes variés. La même étude a conclu que « l'agression conjugale en Tunisie se rapproche de celles relevées dans la littérature mondiale. » Il paraît en effet que cela est dû essentiellement à un comportement machiste qui sévit encore chez nous surtout dans les zones rurales et parmi la population analphabète et qui se transmet d'une génération à une autre.

La violence : un fait social quasi ordinaire
La violence perpétrée contre les femmes chez nous est un fait social qui devient quasi ordinaire ; il suffit de lire la page des faits divers des journaux pour avoir une idée sur les cas de violences conjugales et les proportions que ce phénomène a prises. Devant la gravité des faits, il y a deux conclusions possibles à tirer : d'une part, on peut dire que la mentalité patriarcale sévit encore chez nous en ce début du troisième millénaire, ce qui permet à certains hommes d'être les maîtres incontestables chez eux, en faisant la pluie et le beau temps ; d'autre part, il paraît que certaines femmes n'ont pas encore assimilé (ou peut-être mal digéré !) le fait que la loi tunisienne les met sur un pied d'égalité avec l'homme et continuent à vivre soumises et sans réaction devant la volonté de leur mari.
Ces deux conclusions dénotent donc deux attitudes négatives et dégradantes (autorité chez l'homme et servilité chez la femme) qui vont à l'encontre des droits et des acquis de la femme tunisienne d'aujourd'hui et qui menacent les fondements même de la famille, supposée être bâtie sur l'entente, la tolérance et la solidarité des deux conjoints.
Ce qu'il faut condamner, ce n'est pas seulement l'acte de violence, cela va de soi, mais surtout le silence des femmes sur les différentes violences (verbales, physiques, psychologiques...) qu'elles subissent de la part de leurs époux. C'est là où le bât blesse ! Surtout quand on sait que la femme tunisienne jouit depuis longtemps beaucoup mieux que d'autres dans le monde de toutes les garanties d'une vie conjugale réussie et d'un statut social digne de respect.

Conséquences néfastes
Les conséquences de la violence conjugale sont néfastes à plusieurs égards. Elle engendre en effet non seulement des séquelles physiques dont le degré de gravité varie selon les moyens utilisés (blessures, fractures, saignement, handicap, mort...), mais aussi des préjudices d'ordre moral chez la femme victime, allant d'une atteinte à l'amour-propre jusqu'aux différents traumatismes psychiques et la création d'une atmosphère de menace et de peur qui resteront souvent à vie. Sans oublier les retombées de cette violence sur l'avenir du couple et la famille en général : recours à toutes sortes de vengeance, parfois au suicide et souvent au divorce.
Et ces conséquences déteindront sans doute sur la société, du fait qu'une femme victime d'actes de violence et vivant en permanence dans la terreur est une femme qui ne peut pas accomplir ses fonctions familiales, économiques, culturelles et politiques comme il se doit.
Un appel urgent doit être fait aux différentes associations féministes dans tout le pays qui doivent agir plus efficacement pour enrayer ce phénomène de violences conjugales commises surtout sur les femmes qui se voient réduites à un état d'assujettissement et asservies à la loi du silence. C'est ce silence qui doit cesser pour décrier ces agressions, si minimes soient-elles, contre les femmes à travers ces associations au moyen de campagnes non-stop de sensibilisation aux dangers encourus par les femmes victimes de ces violences verbales ou physiques afin de les inciter à se défendre légalement dès la première fois qu'elles font l'objet de mauvais traitements en poursuivant en justice leurs agresseurs pour exiger des réparations des préjudices physiques et moraux subis.
Certains psychologues voient et non sans raison que la société moderne et tous ses problèmes (fatigue, stress, individualisme, argent, cherté de la vie, chômage, pauvreté...) sont à l'origine de ces violences conjugales. Soit ! Mais quand la force ne résout pas les problèmes, il faut bien recourir à d'autres moyens plus démocratiques : à la raison, au dialogue !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.