S'attaquer aux cadres juridiques discriminatoires    Les recrutements à titre exceptionnel…    16.7 millions de repas seront servis en 2019    Tunisie – Presse : Rachid Khechana nouveau PDG de la TAP    La Commission des Finances refuse la réduction du budget de l'ARP, pour l'exercice 2019    L'intégration par les banques centrales    Lamia Ben Mime reçoit le Trophée de la Femme Manager Secteur Public 2018    USA : La bilan des incendies qui ravagent la Californie grimpe à 71 morts et plus de 1000 disparus    La Tunisie célèbre du 20 novembre au 20 décembre 2018 le mois de la protection de l'enfance    Saisie de plus de 2.200 kg de zgougou et fruits secs    Coup d'envoi du programme d'hygiène en milieu scolaire    Assassinat de Khashogji : Le prince Khaled Ben Salmen dément les accusations du Washington Post    Ligue 1 (match en retard/2e j) : ES Metlaoui-Espérance ST au stade d'El Menzah    CAN 2019 (Eliminatoires/ J5) : Programme des matches de samedi    Tunisie-Ligue 1: les matches amicaux de ce samedi    Tunisie: De crainte d'être filmés par des caméras de surveillance, des députés détruisent les détecteurs d'incendie    Les Sfaxiens protesteront massivement ce samedi devant le siège de leur Municipalité pour la « fermeture de la SIAP »    ‘'Nous œuvrons à mettre en place un pôle unifiant les forces nationales'', annonce Mohsen Marzouk    En photos : Habillée par Soltana, Dorra Zarrouk fait sensation…    Meurtre de Jamal Khashoggi: la CIA accuse le prince héritier saoudien d'en être le commanditaire    La résidence de l'ambassadeur de Sa Majesté à Tunis revisitée    Tunisie: Evasion fiscale, le ministère des Finances compte recruter 500 agents    Tunisie: Hausse de 10,8% du prix de l'immobilier    «Faire aussi bien dans les matches retard qui restent à jouer»    Démarrage des travaux d'installation de la première turbine à gaz    Nouveaux ministres et secrétaires d'Etat soumis à la déclaration de patrimoine    Bye bye Avigdor !    Le boycott des examens de l'enseignement secondaire est maintenu    EST : Entrée en lice le 15 décembre    L'Exposition japonaise itinérante « Winter Garden » en Tunisie L'exploration de l'imagination « Micropop » dans l'art contemporain japonais    Un univers créatif et onirique    La scène artistique vient de perdre l'acteur et comédien Hatem Berrabeh    Tunisie: “Nidaa Tounes, ce n'est pas fini”, Boujemaa Rmili    L'Afirque future 'Poubelle' des voitures Diesel Européennes ?    Tunisie: 25 tonnes de cuivre destinées à la contrebande saisie au port de Radès    En Photo : Dorra Zarrouk aussi belle que sa grand-mère    Prestige, enjeux et avenir…    Le dossier Belkhiter clos    La Ligue arabe demande une protection internationale pour les Palestiniens    Sliti s'est entraîné en solitaire    Arts visuels et plastiques    Un maître artiste s'en va…    Le Club de presse se distingue!    2 morts dans un accident de la route à Sidi Bouzid    Tunisie: Grand rassemblement des travailleurs samedi devant le siège de l'UGTT    Météo: Prévisions pour vendredi 16 novembre 2018    Des briques fabriquées à partir d'urine humaine en Afrique du Sud    Aboutrika condamné à un an de prison !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'affaire des eaux
Mémoire collective - Février 1885
Publié dans Le Temps le 01 - 03 - 2007

Cette affaire était décrite par H. Pontois dans son ouvrage « Les odeurs de Tunis », comme « une de ces affaires qui font véritablement époque dans l'administration d'un pays protégé en voie de réorganisation ».
En effet, des mesures prises par l'administration à la fin de l'année 1884, consistaient notamment à augmenter le tarif de consommation des eaux de 60% dans la ville de Tunis. Ce qui suscita le mécontentement général de la population.
Qu'y avait-il d'abord derrière cette mesure ?
La société Baccouche et associés a bénéficié en 1872 d'une concession pour une durée de trente ans aux fins de l'entretien et de l'exploitation des eaux de Zaghouan pour l'alimentation de Tunis et ses proches banlieues.
Faisaient partie de cette société le général Rostom et le Général Hassine.
Cependant et dans le but de favoriser un banquier français : Charles Durand, l'administration des travaux résilia le contrat de concession de cette société constituée de Tunisiens, au profit dudit banquier et ce d'une manière unilatérale et abusive.
Au vu de cette nouvelle situation, on somma les usagers de payer le nouveau tarif en contractant une nouvelle police. Ce qui engendra la coupure d'eau pour tous ceux qui ont refusé cette nouvelle mesure jugée inique.
Dès février 1885, les habitants de la capitale se sont vus privés d'eau.
Cette affaire prit un caractère politique et religieux, l'eau étant nécessaire pour le musulman, tenu de faire ses ablutions cinq fois par jour.
Après des manifestations à travers la capitale et suite à un autre décret du 2 avril 1885 pris par l'administration coloniale, fixant une nouvelle réglementation en l'occurrence un grand nombre de manifestants se dirigèrent au Palais d'Ali Bey afin de protester contre cette situation.
Le Bey qui, malheureusement, régnait mais ne gouvernait pas, parce qu'il avait les mains liées, et que le pouvoir réel était entre les mains du Résident Général, ne trouva rien d'autre à faire que d'indiquer aux représentants des manifestants, les notables du pays, habilités à parler en leur nom, de rédiger une lettre au Résident Général, dans laquelle ils lui font part de leurs doléances.
Ce qui fut fait et le Bey permit de la faire parvenir entre de bonnes mains, en chargeant à cet effet, son Premier ministre à l'époque, Abdelaziz Bouâttour.
Dans son ouvrage, « La Tunisie, protégée par la France... », déjà cité dans notre rubrique, Mohamed Abdelmoula, cite cette anecdote lors de la rencontre d'Ali Bey avec les représentants des manifestants à son palais de la Marsa, en ces termes : « Ces délégués en présence de plusieurs manifestants, qui remplissaient les places de la Marsa, ont donné lecture à S.A. le Bey de la plainte susdite, et lorsqu'on vint au passage concernant la réglementation nouvelle... les sanglots ont éclaté. C'est alors que le Bey tout ému, leva les bras au ciel, s'écria : « Vous venez pleurer dans la maison des larmes ! ».
Quelque temps après, les représentants des manifestants, qui avaient signé ladite pétition adressée au Résident, étaient revenus à la charge.
Ils allèrent à nouveau voir le Premier ministre du Bey afin de s'enquérir de ce qu'il était advenu de leurs doléances. Mais indirectement, il leur fit comprendre que le Bey n'y pouvait rien et qu'en tout état de cause celui-ci n'avait aucun pouvoir ni aucun moyen pour influencer la décision du Résident Général.
En désespoir de cause, une nouvelle manifestation, organisée par lesdits représentants et dirigée par le Cheikh Mohamed Senoussi, eut lieu à la mosquée de Sidi Mehrez à Bab Souika.
Mohamed Senoussi, que nous avons plusieurs fois cité dans notre rubrique, fut un réformiste qui s'était érigé avec véhémence contre les injustices du colonialisme, et qui fut pour cela sévèrement réprimandé.
D'ailleurs, suite à cette manifestation il fut arrêté ainsi que d'autres manifestants. Ils ont été déportés à plusieurs endroits à l'extrême sud tunisien.
Le problème ne fut donc pas résolu pour autant.
Bien plus, suite à la répression des autorités coloniales, les autres notables qui étaient, pourtant, au départ, résolus à aller jusqu'au bout, finirent par se résigner afin de ne pas subir le même sort que leurs collègues et d'éviter les réprimandes et les pires des exactions perpétrées par les autorités coloniales.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.