Sadok Belaïd : les réunions du comité consultatif des Affaires juridiques se dérouleront sans quorum    FITA 2022 | Présence renforcée du Groupe BH BANK    Express    Début de l'exercice Phoenix Express 2022 en Tunisie    Le délégué de Boumhel s'explique sur sa sortie nocturne en tricot de peau    MEMOIRE : Sadok BEN SEDRINE    Un nouveau spectacle de Walid Gharbi : Nouvelle cadence, nouveau pont    4e édition des Journées chorégraphiques de Carthage : Un acquis qui se consolide    Jendouba: Opérations blanches de la Protection civile (Vidéo)    Prix au marché municipal de Sidi Bouzid [Vidéo]    CA : Le regard vers l'avenir    EST : Le titre passe par Monastir !    USBG : Sans illusions !    Je reste à Liverpool, assure Salah    Réactions à la publication du décret présidentiel portant convocation des électeurs pour le référendum du 25 juillet    Safouane Ben Aïssa : les négociations avec le FMI s'achèveront après l'été    Ridha Chkoundali: Les 300 M€ débloqués par l'UE ne résout pas les problèmes financiers de la Tunisie (Vidéo)    Crise de déchets: L'UGTT évoque une prochaine grève générale à Sfax (Vidéo)    Le Fonds de Fonds ANAVA souscrit 6 millions d'euros dans son premier fonds sous-jacent, 216 Capital Fund I    BAL 2022 : Les stats qui font de Radhouane Slimane un joueur plus que spécial    Italie : Ibrahimovic absent 7 à 8 mois    BCT, gouvernement et interférences...    Tunisie : Swagg Man écope de 3 ans de prison    La Tunisie reçoit 300 millions de l'UE    Météo : Baisse relative des températures    Tunisie...14 élèves hospitalisés : les détails    Tunisie-officiel : Tout sur le référendum    Mercato : Ellyes Skhiri sur les tablettes de Benfica !    JORT: Parution d'un décret-loi sur le référendum du 25 juillet    Finales Conférence Est NBA : Boston mène 3-2 cotre Miami    Les producteurs d'huile de pépins de figue de barbarie bio tunisienne, Au cœur d'une exposition de produits cosmétiques    Tunisie-Béja [VIDEO] : Le président de l'Union Régionale de l'Agriculture appelle à un démarrage immédiat de la récolte de l'orge    Tunisie-Hatem Mliki [VIDEO] : « Le président de la République n'est pas porteur de projet et de pensée »    Tunisie : La star internationale Claudia Cardinale en Tunisie !    Claudia Cardinale en visite en Tunisie    Alerte Météo : 17 gouvernorats placés en vigilance jaune    Dr Spiro Ampélas: Mémoires d'un Grec de Sfax    5ème exposition de l'Association Club Photo de Tunis: "Intelligence manuelle" du 04 au 30 juin 2022    France-Affaire Abad : Matignon avoue qu'il savait pour le viol puis rétropédale, ça fait tache    En vidéo: Coup de gueule en direct à cause de la situation de la Radio Publique    Boycott du Dialogue et grève générale...Précisions de l'UGTT    Concessions à Poutine : ça se confirme à Paris et au Forum de Davos, Macron avait raison…    Neji Jalloul: Il existe une opportunité historique pour la Russie de diriger le monde islamique    LTDH : d'anciens dirigeants appellent à ne pas participer au dialogue national dans sa forme actuelle    La ministre des Affaires culturelles désigne Mariem Boukadida pour la promotion de l'habit traditionnel à l'étranger    Démarrage de l'exercice naval Phoenix Express 2022    Officiel : Variole du singe : 3 cas dans un pays très proche    Joey R. Hood nommé ambassadeur des Etats-Unis en Tunisie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Poursuite des affrontements
Yémen
Publié dans Le Temps le 19 - 02 - 2011

• Au moins cinq morts et des dizaines de blessés - Le Temps-Agences - Les heurts opposant manifestants anti-gouvernementaux, forces de l'ordre et partisans du président Ali Abdallah Saleh ont fait au moins cinq morts et plusieurs dizaines de blessés hier au Yémen. Trois personnes ont été tuées lors d'une fusillade à Aden, dans le sud du pays, et deux autres dans une attaque à la grenade à Taïz.
Lancé par un inconnu, la grenade visait un rassemblement de plusieurs milliers de personnes qui campaient, pour la septième journée consécutive, sur un carrefour de la ville rebaptisé 'Place de la liberté', à l'instar de celle qui fut l'épicentre de la révolte contre le régime égyptien, pour réclamer le départ du président Ali Abdallah Saleh.
Des milliers d'opposants à Saleh se sont massés pour leur part sur la place Hourria (Liberté) de cette ville de Taïz, située à 200 km au sud de la capitale Sanaa, où certains d'entre eux campent depuis des jours, à l'instar des manifestants qui sont restés pendant deux semaines place Tahrir au Caire, jusqu'à la chute du président Hosni Moubarak.
Jeudi, de violents affrontements se sont produits à Sanaa, la capitale, entre partisans et adversaires du gouvernement. À Aden, grand port du Sud, cinq manifestants ont été tués. La télévision d'Etat, qui diffuse des images de la manifestation en faveur de Saleh, a affirmé qu'un million de personnes s'étaient massées à Taïz, une ville de quatre millions d'habitants, pour clamer leur soutien au chef de l'Etat. «Oui à l'unité et à la stabilité, non au chaos et au sabotage», ont scandé les partisans de Saleh.
Le président yéménite, qui est âgé de 68 ans et est au pouvoir depuis actuellement 32ans, a promis de ne pas se représenter à l'expiration de son mandat actuel, en 2013, et de ne pas non plus chercher à transmettre le pouvoir à son fils.
---------------------------
Abdallah Saleh joue sa survie
«Go away !» Comme chaque jour depuis une semaine, Khaled a manifesté jeudi à Sanaa pour réclamer le départ du président Ali Abdallah Saleh, qui dirige le Yémen depuis trente-deux ans. «Nous voulons un changement de régime. Ici, c'est comme un royaume : Saleh et ses fils concentrent tous les pouvoirs», s'écrie cet étudiant en anglais, au milieu d'une foule de 2000 jeunes en colère. Face à eux, sur l'une des principales artères de la capitale, les membres de la Garde centrale, dirigée par Yahia Saleh, un neveu du raïs. Ils sont armés de boucliers et de bâtons. Un peu plus tôt, dès la sortie de l'université, des affrontements les avaient opposés aux membres du Congrès populaire général, le parti au pouvoir, faisant une quinzaine de blessés. Jeudi encore, les jeunes frondeurs ont tenté de se rapprocher du palais présidentiel, mais les forces de sécurité les en ont empêchés.
À moins d'un kilomètre de là, place Tahrir (Libération), ce sont les pro-Saleh qui campent, depuis le début de la fronde. «Oui à la démocratie, non à la division», peut-on lire sur une des nombreuses banderoles au-dessus des tentes dressées par les tribus pro-Saleh. «Ceux qui ne sont pas d'accord avec le régime peuvent s'exprimer autrement qu'en descendant dans la rue», affirme cheikh Saleh Ahmed al-Ouaijri, d'une tribu d'Araab, à l'ouest de Sanaa, en mâchant le qat. Impossible pour les anti-Saleh d'approcher la place Tahrir.
Dès les premières heures de la révolte, le président a envoyé ses supporteurs occuper physiquement les lieux. Pas question de voir se rééditer «la révolution du papyrus» égyptienne. Les cheikhs ont été convoqués au palais, avant de recevoir de l'argent, pour payer leurs partisans afin de «tenir Tahrir».
Excellent tacticien, «Saleh a bien manœuvré», reconnaît un diplomate. Le 3 février, alors que Hosni Moubarak s'obstinait à rester au pouvoir, il a pris les devants en annonçant qu'il ne se représenterait pas en 2013, et que son fils Ahmed ne lui succéderait pas. Il a littéralement coupé l'herbe sous le pied de son opposition, à tel point que pour les manifestations du lendemain, ses adversaires n'avaient pas eu le temps de préparer de nouvelles affiches. Mais quinze jours après, ses concessions ne suffisent pas. À Taez, les étudiants manifestent encore. À Aden, après la mort d'un jeune mercredi et de deux autres jeudi, l'armée s'est déployée dans cette ville du Sud en proie à une sécession. Pourtant, Saleh a déjà beaucoup lâché : il a augmenté les retraites et relevé le salaire des militaires. Il a supprimé les taxes que les étudiants devaient payer pour accéder au cursus privé. Quitte à revenir sur ses engagements pris l'été dernier devant le FMI. Ces derniers jours, le raïs a multiplié les réunions avec les tribus et les responsables de la sécurité. Il a même déclaré son bureau ouvert à tout étudiant désireux de lui présenter ses doléances. Signe de l'inquiétude ambiante : Saleh a reporté son voyage prévu le 28 février aux Etats-Unis. En colère contre al-Jezira, qui amplifie les manifestations, il a même appelé à deux reprises l'émir du Qatar pour lui demander de faire baisser la pression.
Des liens d'affaires juteux entre opposition et pouvoir
Mais l'opposition durcit le ton : pas de reprise du dialogue avec le pouvoir sans vraies négociations incluant les rebelles nordistes d'inspiration chiite et les sécessionnistes du Sud, insiste la coalition des partis d'opposition. Difficile pour Saleh d'accepter cette dernière condition…
L'ambassadeur américain à Sanaa multiplie les allers et venues entre le palais présidentiel et la direction de l'Islah. L'Arabie saoudite freine ses voisins islamistes. Bref, «Saleh a encore une marge de manœuvre, mais aucune garantie de survie», conclut le diplomate.
Georges Malbrunot


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.