Les syndicats appellent à la mise en place d'un programme de vaccination pour les enseignants    Covid-19 : Faut-il vacciner les enfants ?    Tunisie - Covid-19 : Comment se protéger des effets anxiogènes du confinement    Palestine - Israël: Le fer et par le feu    Chedli Klibi : un an déjà    3 mois de prison pour un tunisien interdit d'accès au territoire français    Italie : 102 millions d'euros d'amende à Google pour abus de position dominante    Le général Youssef Baraket: Un symbole de l'armée républicaine (Album photos)    Tunisie : Le dilemme de Kaïs Saïed par rapport à la cause palestinienne et son besoin des USA    Un entretien entre Ali Kooli et Bruno Le Maire passé sous silence    Salsabil Klibi [AUDIO] : Le président de la République est contraint de sceller le projet de loi de la Cour constitutionnelle    Covid-19 : 81 décès et 1105 nouvelles contaminations recensés en 24 heures    Un projet de jumelage entre les télévisions publiques tunisienne et française    PAM | Appui du Japon pour la sécurité alimentaire en Tunisie : Le Japon apporte une contribution de 280 000 dollars américains    UTICA : Plus de 50% des entreprises sont menacées de disparition    La recette de Ridha Chkoundali qui pourrait réduire l'endettement extérieur de la Tunisie    Palestine, notre âme et conscience    Confinement général : levée de l'interdiction de déplacement entre les régions    Après deux heures d'attente, les journalistes quittent la Kasbah    Espérance de Tunis : Tous les joueurs testés négatifs au Covid-19    Khalil Zaouia : Ce qu'a fait Saïed à Mechichi était immoral    JO-2020 (TQO) – Basketball : Le Cinq national en stage à partir de lundi à Monastir    Tunisie: Covid-19 : Le chant de l'espoir et des retrouvailles (clip et spot)    Tfanen organise des tables rondes digitales sur la contribution de la culture au développement durable    Football : Programme TV de ce mercredi 12 mai 2021    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 12 Mai 2021 à 11H00    Tunisie: Le Mouvement du Peuple appelle à pavoiser les balcons et les façades des magasins de drapeaux palestiniens    Tunisie- Gafsa: Manifestation de soutien à la Palestine    Tunisie: Entretien téléphonique entre Kais Saied et Ismail Haniya    Boosté par les performances de la BH et la BIAT, le Tunindex s'apprécie    Tunisie- CONECT appelle à soutenir les secteurs touchés par les répercussions du confinement sanitaire    L'UTAP met en garde contre un éventuel effondrement de la filière laitière    Règlement des déclarations fiscales avant le 15 mai : La CCT s'indigne    Tunisie: Une conférence de presse sur les nouvelles mesures sanitaires    Le CS Hammam-lif convoque une AG élective le 29 mai    " Sans Ticket " du 14 au 16 mai : Une sélection de courts métrages tunisiens disponible sur Artify    Tunisie: Othmen Jerandi participe à la session extraordinaire du Conseil de la Ligue des Etats arabes    Juventus : Gianluigi Buffon annonce son départ en fin de saison    Judo : 18 judokas tunisiens au tournoi qualificatif à Dakar pour les JO de Tokyo    Willis from Tunis: 10 ans et toujours vivant    Kaïs Saïed appelle les Palestiniens à unifier les rangs au service de leur juste cause    Entretien téléphonique Kais Saïed et la vice-méricaine Kamala Harris : soutien renouvelé auprès du FMI, contre le Covid et pour la sécurité    Dreams Chebeb, 2e édition: 15 projets artistiques voient le jour malgré la crise    Le gouvernement appuie toutes les entreprises tunisiennes qui investissent à l'étranger, assure Mechichi    Conseil de sécurité : Aucun accord sur une déclaration commune à propos des violences à Jérusalem    Décès du doyen de l'ophtalmologie Ridha Mabrouk    " De la Casbah de Mazara del Vallo à la Petite Sicile de La Goulette " : La longue histoire des échanges entre l'Italie et la Tunisie    Covid19 : Report de la manifestation théâtrale "Semaine pour le théâtre tunisien"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





« Créer en toute liberté… !»
Mohamed Ali Ben Jemaâ, artiste
Publié dans Le Temps le 14 - 01 - 2012

Homme de théâtre, animateur, comédien, rappeur, animateur, est ce que l'on appelle un artiste complet. Il a déjà travaillé pour de grands noms du théâtre et du cinéma tunisien et arabe. Il s'agit de Mohamed Ali Ben Jemaâ plus connu sous le nom de Daly qui nous livre ses impressions sur la Tunisie culturelle post- Révolution.
Le Temps : Pensez-vous que le discours politique était omniprésent alors que la culture était absente durant 2011?
Mohamed Ali Ben Jemaâ : Je pense que les politiciens ont ignoré totalement la culture dans leur discours politique. Les partis étaient totalement absents et aucun mouvement politique n'a donné sa vision de la culture, sa position par rapport au fait culturel. Aucun d'entre eux n'a revendiqué explicitement et sérieusement le droit à la culture. La culture ne l'intéresse pas. Chose qui s'est répercutée sur la vie culturelle du pays avec cette trêve ou plutôt cette jachère culturelle qu'a connue le pays durant 2011. Je pense que la révolution n'était pas uniquement un soulèvement contre le chômage mais aussi une opportunité de donner un nouvel élan à notre culture. La culture n'est pas un luxe mais un besoin nécessaire pour le peuple car sans culture, on ne peut pas avancer et apprendre les valeurs du pays
*Cette situation a été une opportunité pour l'émergence de l'art engagé ?
- La création a toujours été présente et manifestée à des degrés différents dans toutes les filières artistiques et spécialement dans le rap et la musique engagée. Plusieurs artistes ont gardé le silence, d'autres étaient de simples observateurs alors que certains ont essayé de proposer des spectacles de musique et de théâtre parlant de la révolution. Ce sont surtout ces jeunes qui ont investi la scène. Ils étaient surtout de jeunes musiciens, rappeurs, hommes et femmes de théâtre, acteurs, peintres, poètes, cinéastes et photographes.
*Est-ce qu'il est encore prématuré de parler de l'évolution de la création en Tunisie après le 14 janvier ?
- On n'a pas vraiment assisté à une redynamisation de la culture qui est restée le parent pauvre. Les gens sont occupés surtout par leur quotidien et les problèmes du chômage et d'emploi. La société était déconnectée de tout projet culturel. Ceci n'empêche pas que plusieurs jeunes ont essayé de sortir des sentiers battus et de s'ouvrir sur d'autres arts révolutionnaires. Je pense qu'après le 14 janvier, l'artiste tunisien doit se sentir libre. Il doit créer et innover en toute liberté sans restriction ni tutelle
*La culture est-ce une responsabilité de l'Etat ou des privés ?
- Il faut sortir du carcan institutionnel, réfléchir à une nouvelle méthode d'approche culturelle, d'encadrement, de restructuration et de création. L'Etat doit jouer un grand rôle dans le développement de la culture. Il doit financer les grands projets culturels. La Tunisie post-révolutionnaire a besoin de nouvelles institutions culturelles. Il faudrait changer l'image de la Tunisie. Il faudrait impliquer aussi les privés et les banques qui ne cessent de s'investir dans d'autres activités comme le football. Dans un pays comme les Etats-Unis, les dons sont fortement encouragés puisqu'ils s'accompagnent de déductions fiscales importantes. Les particuliers, qu'ils soient aisés ou non, consacrent une part de leur revenu aux activités culturelles. La vie culturelle ne disparaît donc pas quand elle est financée par des mécènes plutôt que par des fonds publics. Bref, le financement projet culturel n'est pas quelque chose de facile à obtenir. Choisir le bon financement projet culturel est parfois très difficile.
*Comment démocratiser la culture ?
- C'est la culture qui fait de nous des êtres capables d'apprécier et de comprendre des mots comme la liberté, la démocratie, le pluralisme, la diversité... Parler de démocratisation de la Culture signifie parler du fait que toute personne, nourrissant un désir d'enrichissement intellectuel, se trouve en possession de tous les outils qui lui assurent le pouvoir réel de s'orienter, en toute conscience, dans l'offre culturelle mais surtout d'en jouir. Cette démocratisation se fera à partir de l'école où on doit initier l'enfant aux différentes formes culturelles. La culture doit toucher notre campagne, nos villages, notre intérieur. Ces coins regorgent de talents. Il faudrait les impliquer dans tout projet culturel.
*L'acteur Raouf Ben Yaghlane insiste sur l'inscription des droits à la culture dans la prochaine constitution. Qu'en pensez-vous ?
- La culture avant le 14 janvier est une culture de soumission, maintenant il faut introduire une nouvelle logique de culture. Il faut maintenant insérer ce droit à la culture dans notre constitution. Cela constituera un grand acquis pour les acteurs culturels
*Qu'allez-vous nous préparer pour les prochains jours ?
- Je viens d'achever mon album « Je râpe » qui contient 18 titres. J'organise ces jours-ci une exposition de graffits pour immortaliser notre révolution à l'espace culturel El Maghzen avec la collaboration de quatre jeunes talents. Je pense reprendre mon activité d'acteur de théâtre, de télé et de cinéma.
Propos recueillis par: Kamel Bouaouina


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.